Les origines de la culture 3-1) « Une théorie sur laquelle travailler »: le mécanisme mimétique



Les origines de la culture 3-1) « Une théorie sur laquelle 
travailler »: le mécanisme mimétique

Nous vivons peut-être la fin de l’ère chrétienne, accompagnée d’une crise des valeurs (peut-être va-t-on vers un nouveau christianisme?) et de nombreux dérèglements se produisent dans notre société. On assiste à une résurgence du paganisme et des mythes de l’antiquité grecque. NarcisseProméthée sont de retour et deviennent envahissants.Le mimétisme s’exacerbe que ce soit dans la vie de tous les jours ou dans les médias, même si l’individualisme est puissant et poussé par un ego qui devient forcené. 

Cela me donne l’idée de rédiger une série d’articles en donnant « ma lecture » du livre de René Girard « Les origines de la culture » dont c’est ici l’article 3-1)

wikipedia.org -René Girard

 

Les livres de René Girard: 

amazon.fr –Les-origines de la culture (Entretiens-Pierpaolo) (2006)

 

Mes articles sur « les origines de la culture »: 

Les origines de la culture 2) Introduction: « une longue argumentation du début à la fin »



 Voici maintenant l’article Les origines de la culture 3) « Une théorie sur laquelle travailler »: le mécanisme mimétique.

Exergue: « J’avais enfin trouvé une théorie sur laquelle travailler« . Charles Darwin autobiographie.

Dans l’article 2 nous avons vu comment João Cesar de Castro Rocha et Pierpaolo Antonello présentent René girard dans leur introduction au livre « les origines de la culture« : « cet essai tente de reconstituer, au cours de dialogues systématiques, ce fil que René Girard a tenu sa vie durant, « une seule et longue argumentation » pour reprendre les mots de Charles Darwin.   Les auteurs ont donné à ce dialogue souvent dense et précis, le ton d’une autobiographie intellectuelle comparable selon eux à celle de Charles Darwin. 

Après cette introduction, nous commencerons la lecture du livre de René Girard par le chapitre « Une théorie sur laquelle travailler: le mécanisme mimétique ». 

Je résume et donne ici ma lecture des questions posées à René Girard (en caractères gras) et de ses réponses. 

 

1) Le fonctionnement du mécanisme mimétique.

René girard: la conception du désir

 

a) Désir mimétique et mécanisme mimétique.

L’expression « mécanisme mimétique » désigne tout le processus qui commence par le désir mimétique, continue par la rivalité mimétique, s’exaspère en crise mimétique ou sacrificielle et et finit par la résolution dans le phénomène du bouc émissaire.

Commençons donc par le désir mimétique. D’abord, où commence le désir? L’appétit pour la nourriture ou le sexe n’est pas encore le désir, mais une « affaire biologique » qui devient désir par l’imitation d’un modèle dont la présence est un élément décisif. Le désir devient mimétique, donc imitatif, lorsque le sujet désire l’objet désiré par son modèle. Dans le cas où le sujet évolue dans un monde différent de son modèle, il ne peut posséder l’objet de son modèle et n’établir avec ce dernier qu’une « médiation externe« .  Par exemple, si son acteur préféré, devenu son modèle, et moi-même, vivons dans des milieux différents, le conflit direct entre lui et moi est impossible et cette « médiation externe » ne suscite pas de conflit. En revanche, si le sujet vit dans le même milieu que son modèle (qui est alors son prochain »), alors les objets de son modèle lui sont accessibles. Par conséquent, la rivalité surgit. Ce type de relation mimétique est appelée par René Girard « médiation interne« . Celle-ci se renforce alors constamment et engendre toujours plus de symétrie à cause de la proximité psychique et physique du sujet et du modèle, le sujet tendant à imiter autant que son modèle l’imite, lui. On évolue vers toujours plus de réciprocité, et donc plus de conflit, ce que René Girard appelle le rapport des « doubles« . L’objet disparaît derrière la seule obsession des rivaux qui consiste alors à vaincre l’adversaire plutôt qu’à acquérir l’objet qui devient superflu, simple prétexte à l’exaspération du conflit. La crise mimétique, crise des doubles, surgit quand les rôles du sujet et du modèle se réduisent à cette rivalité. C’est la disparition de l’objet qui la rend possible et finalement elle s’exaspère et se répand contagieusement aux alentours. 

b) Cette hypothèse ne contredit-t-elle pas la conception moderne du désir, expression authentique du moi, si le désir n’est pas quelque chose qui « appartient » à l’individu et s’il s’agit d’une convergence des appétits et des intérêts dont le « vecteur » est donné par le modèle?

René Girard répond que le monde moderne est archi individualiste et on voudrait que que le désir soit unique et strictement individuel. L’attachement à l’objet du désir serait ainsi prédéterminé. Mais, s’il en est ainsi, je devrais désirer toujours les mêmes choses! Il n’y a pas grande différence entre un désir ainsi figé et les instincts. Pour que le désir soit en relation avec les appétits et les instincts d’un côté, et le milieu social de l’autre, il faut une bonne dose d’imitation. Seul le désir mimétique peut être libre, vraiment humain, parce qu’il choisit le modèle plus que l’objet; il nous rend humains en nous permettant d’échapper aux appétits routiniers et animaux et de construire notre propre identité. C’est cette nature mimétique du désir qui nous rend capable d’adaptation et donne à l’homme la possibilité d’apprendre ce qu’il a besoin de savoir pour participer à sa propre culture. En fait, il n’invente pas celle-ci, il la copie.

c) « Dans le cas de l’autisme (diminution de l’activité relationnelle), il est maintenant compris que l’imitation est le mécanisme par lequel l’enfant peut connaître quelque chose des sentiments de l’autre, elle fait le premier pont entre soi et l’autre. L’aptitude des bébés à faire le rapprochement entre le comportement de leurs proches et les effets induits par le fait de les imiter est fondamentale pour le développement ultérieur de l’intersubjectivité, de la communication et de la cognition sociale. Ne pas pouvoir imiter est le signe d’un grave déficit culturel. » 

La nature mimétique du désir pourrait bien nous échapper parce que nous nous reportons peu aux premiers stades du développement humain. Imitation et apprentissage sont indissociables. Paul Ricœur comparait la personne présentant un comportement mimétique à un enfant qui joue voulant dire que dans l’imitation il y a toujours un certain degré d’inconscience. La plupart de théories, dont celle de Jean Piaget, ont réduit ces comportements aux premiers stades du développement psychologique de l’individu, en les appliquant rarement à l’âge adulte. Nous ne nous résignons pas à reconnaître ceux que nous admirons lorsque nous les imitons, nous voyons là quelque chose de honteux. Pour Platon, dans « La République« , l’image du miroir apparaît comme l’un des signes de la crise mimétique: il annonce l’apparition des doubles (dans la République, il décrit l’imitation libre comme comme une véritable crise des doubles: III, 395e-396b. Platon redoute la mimésis et pressent le danger de conflit derrière certaines pratiques imitatives non seulement dans l’art, danger qui peut surgir à tout instant dès que plusieurs hommes sont ensemble. Jacques Derrida, dans « la dissémination » remarque que dans « la République », Platon dit que Homère est condamné parce qu’il pratique la mimésis (la diégèse mimétique, non simple) tandis que « l’autre père, Parménide est condamné parce qu’il ignore la mimésis. S’il faut lever la main contre lui, c’est parce que son logos, la thèse paternelle, interdisait (de rendre compte) de la prolifération des doubles (« idoles, icones, mimèmes, phantasmes »)… »

d) pourquoi avoir choisi le mot mimétisme plutôt que celui d’imitation?

Il y a moins de conscience dans le mimétisme et plus dans imitation. Il ne faut pas, comme l’a fait le 20ème siècle, définir toute imitation comme désir  C’est ce qu’a fait Freud, qui voyant des enfants imiter leurs parents, s’imagine que même les touts petits désirent la même chose que leurs parents. 

 

Dans Au-delà du principe de plaisirle mot imitation est omniprésent, pourtant le concept n’y joue aucun rôle. Pour Girard, si freud a tendance à éluder le concept d’imitation, c’est que celui-ci, amputé de sa puissance conflictuelle, paraît « simpliste » et déçoit l’appétit actuel (très mimétique) de « complexité ». Cette attitude de refus de débattre du concept d’imitation est encore dominante dans notre culture. Par exemple, Régis Debré, dans « le feu sacré« , consacre 15 pages qui se voudraient féroces contre René Girard, mais sans accéder à la notion de rivalité mimétique. Il rattache Girard à Tarde et à la tradition d’imitation qui sévit depuis Aristote. 
d) Depuis quelques années, l’imitation commence tout de même à intéresser les science cognitives et la neurologie. Les psychologues du comportement affirment que les nouveaux-nés imitent, d’une façon qui ne peut être expliquée ni par le conditionnement, ni par la mise en place de comportements innés (voir A Meltzof). Par ailleurs, les neurologues ont découvert les « neurones miroir« . 

On s’aperçoit que l’acquisition et l’appropriation sont rarement perçus comme des comportements qui peuvent être imités. Les théories de l’imitation ne parlent jamais de la mimésis d’appropriation ou de la rivalité mimétique. C’est pourtant le point important selon la perspective de René Girard. Pour le rendre évident, on peut penser aux relations et interactions des enfants; ils ont une relation  de médiation externe  d’imitation positive, avec les adultes et une relation de médiation interne, donc de rivalité avec les autres enfants. C’est Saint Augustin qui, le premier a défini ce type de rivalité dans les confessions où il décrit deux bébés qui ont la même nourrice. Alors qu’il y a suffisamment de lait pour les deux, ils tentent chacun d’obtenir tout le lait, pour empêcher l’autre d’un avoir.: »« J’ai vu de mes yeux, dit Saint Augustin, et bien observé un tout-petit en proie à la jalousie : il ne parlait pas encore et il ne pouvait sans pâlir arrêter son regard au spectacle amer de son frère de lait » (les confessions I VII: voir le texte de Lacan au chapitre I 2,Le complexe de l’intrusion). Cet exemple contient sans doute une part de mythe (les nourrissons sont-t-ils capables de concevoir une pénurie possible), mais il symbolise très bien la rôle de la rivalité mimétique, non seulement chez les enfants, mais dans l’humanité en général. 

 

2) La rivalité mimétique et les mythes de l’origine.

a) Bien que la mobilité du désir soit un trait qui caractérise l’émergence de l’individu moderne dans l’histoire, processus qui s’est accéléré depuis la Renaissance, vous affirmez que désir mimétique n’est pas une invention moderne.

Triptolème recevant de Déméter et sa fille Perséphone

Dans les temps modernes, l’éventail des modèles parmi lesquels se fait le choix est beaucoup plus large que par le passé. Les différences de classe et de caste s’aplanissent et même s’il y a entre les hommes de grandes différences de pouvoir d’achat, les gens appartenant au plus bas niveau social désirent ce qu’on les gens du plus niveau. Ils pensent qu’ils devraient posséder ces mêmes choses. Les plus riches achètent la plupart du temps la même chose que les plus pauvres (par les médias on sait que le président ou les stars boivent du coca-cola et on peut en boire aussi). Les gens sont harcelés par la publicité. Dans le passé, l’égalité dans le désir restait la plupart du temps inconcevable. L’accès à certains biens et services était très limité ou sévèrement contrôlé , les différences sociales et économiques étant très rigides. Cependant, le désir et la rivalité mimétiques étaient déjà présents, comme on peut les repérer aussi derrière les mythes et les textes religieux, les védas indiens ou la bible par exemple. De même, trouve de vastes compilations de rites et de commentaires sur la pratique du sacrifice dans les  Brahmanas. Si les mythes racontent en effet des événements réels, mais en les déformant, ils ne sont jamais la pure fiction que beaucoup de personnes se font d’eux.

www.mythes-religions.com

Pouvez vous nous en donner des exemples?

La doctrine du sacrifice dans les Brahamanas de Sylvain Lévianthologie raisonnée des Brahamanas est un bon exemple: « Le hommes, de même que les dieux e les démons, ont été créés par le sacrifice lui-même, qui se fait créateur en la personne de Prajâpati, le plus grand de tous les dieux.Toutes les créatures intelligentes de Prajapâti sont vouées aux rivalités et, par conséquent, aux sacrifices, car seul le sacrifice est capable, nous allons le voir, d’apaiser les rivalités entre ses créatures.Entre les dieux (Devas) et les démons (Asuras), il y a toujours un objet dont les deux groupes veulent s’assurer la possession exclusive. […]. Dans de nombreux cas  cependant les dieux et les démons se disputent des biens faciles à partager[…], le bétail par exemple. mais là aussi, le partage est impossible car ce que tous convoitent n’est pas un peu ou même beaucoup de bétail, mais le bétail en soi, l’idée abstrait du bétail. Ce ne sont jamais les mêmes objets deux fois de suite. A chaque épisode, en effet, les Devas l’emportent sur les Asuras, grâce aux sacrifices qu’ils exécutent mieux que que leurs rivaux, et cette victoire rituelle leur assure la propriété de l’objet disputé. Plus on va, plus on comprend que les objets n’ont aucune importance. Ce ne sont que des prétextes à la rivalité. […] Si l’objet est secondaire, qu’est-ce qui est essentiel dans ces  rivalités?[…] Ils réussissent à relancer la rivalité même dans les circonstances les plus propices à son extinction. L’exemple de la lune le montre nettement. Elle est l’un des objets que les dieux et les démons désirent simultanément. A la différence de tant d’autres objets, la Lune, tout au moins dans l’astronomie védique, est éminemment partageable. Tous les mois, elle se partage en elle-même en une lune croissante et une lune décroissante. Pour éviter cette nouvelle rivalité, Pour éviter une nouvelle rivalité, je suppose, Prajâpati décide d’assigner la première aux Devas, la seconde aux Asuras. On ne saurait imaginer solution plus équitable, mais les Devas n’en veulent pas. […]. Les dieux désobéissent à leur créateur et principal protecteur. Loin d’être punis, ils sont récompensés car ils « voient »les rites adéquats et ils les exécutent à la perfection. Comme toujours, la rivalité aboutit au sacrifice, et le sacrifice, comme toujours, résout la querelle en faveur des Devas qui emportent la lune entière, au nez et à la barbe de Prajâpati. 

Ce qui est intéressant, dans ces rivalités, c’est le mimétisme qui les engendre et, par la suite, en devenant réciproque, ne cesse de les exaspérer. Pour en repérer la genèse, il faut examiner le début, toujours semblable, de tous les épisodes; les deux groupes sont séparés, mais ils ne cessent de s’observer, et dès que l’un des deux désire un objet, l’autre ne cesse de l’imiter; bientôt, il y a deux désirs au lieu d’un seul, forcément rivaux puisqu’ils ont le même objet. Partout, l’imitation est le moteur de la rivalité. Elle rend compte de toutes les symétries et de toutes les réciprocités qui marquent nos récits avant l’intervention du sacrifice, seul capable d’engendrer une différence décisive, toujours en faveur des dieux. Les rivalités recommencent toujours après leur conclusion sacrificielle, non parce que le conflit est mal éteint, mais parce qu’il y a toujours de nouveaux objets qui suscitent de nouveaux désirs, et ces nouveaux désirs suscitent de nouvelles rivalités, calmées, chaque fois par de nouvelles interventions du sacrifice, longtemps indécises, mais toujours décidées en faveur des dieux. Cette imitation perpétuelle du désir de l’autre qu’on trouve partout dans les Brahamanas, n’est pas un phénomène réservé aux dieux et aux démons, mais aussi chez les hommes. Cette imitation caractérise toutes les créatures intelligentes de Prajâpati. Elle est responsable de la violence extrême des rapports entre tous les êtres qui doivent recourir au sacrifice pour résoudre les conflits et se différencier les uns des autres. Les Brahamanas conseillent en fait aux hommes d’imiter les dieux (les parvenus du sacrifice) et de les imiter, c’est à dire de recourir aux spécialistes du sacrifice que sont les brahmanes.

b) Dans « Je vois Satan tomber comme l’éclair », vous affirmez que le désir mimétique et la rivalité sont révélés dans la Bible où l’on passe d’une simple description à une compréhension plus normative de l’imitation et du conflit.

C’est essentiel. Dans le livre de la genèse, le désir est représenté comme mimétique: Ëve a été incitée par un serpent à manger la pomme et Adam a désiré ce même objet par l’intermédiaire d’Eve dans un chaîne mimétique évidente. Quand au meurtre d’Abel par Cain, il y a un élémént d’envie qui intervient et l’envie, c’est la rivalité mimétique. Le dernier commandement du décalogue,quant à lui, il interdit le désir mimétique: « Tu ne convoiteras pas la mason de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son boeuf, ni son âne, rien de ce qui est à ton prochain » (Ex 20, 17). Même si la liste des interdits n’est pas complète, ils ont un dénominateur commun: ils appartiennent tous au voisin, au prochain.  Donc, en nous interdisant de désirer « tout ce qui appartient à ton prochain », le dernier commandement interdit le désir mimétique. C’est en fait l’interdit essentiel du décalogue, celui qui les résume tous. Si on peut les respecter, les autres ne doivent pas poser de problème. En effet d’où viennent les crimes dont il est question dans les autres interdits (tu ne tueras pas, tu ne voleras pas,…[Ex 20, 13-16])? Le dixième commandement répond: du désir mimétique. Les évangiles disent la même chose, mais en termes d’imitation et non plus d’interdit. En général, les gens pensent que le thème de l’imitation est limité à un seul modèle, jésus, qui est proposé là dans un contexte non mimétique. Mais nous sommes toujours dans le monde suggéré par le dixième commandement de Dieu. Jésus nous recommande de l’imiter lui, plutôt que le prochain, pour nous protéger des rivalités mimétiques. Le modèle qui encourage la rivalité mimétique n’est pas forcément plus mauvais que nous, il peut même être meilleur, ce qui est l’enjeu du modèle du Christ. Car s’il désire de la même façon que nous, de manière égoïste et avide, nous imiterons nous imiterons son égoïsme, comme lui le notre et nous serons des modèles mauvais, forcément rivalitaires, qui finissent toujours par se battre avec leur imitateur.

 

3) le bouc émissaire et l’ordre social.

wikipedia.org -Bouc émissaire

a) Le désir mimétique dont il vient d’être question concerne d’abord les relations interindividuelles. Mais vous avez souvent montré qu’il a aussi des effets perturbateurs à grande échelle, puisqu’il peut détruire l’ordre social. Revenons plus en détail sur ce point?

Lorsque le mimétisme fonctionne dans la réciprocité violente, dans une double imitation, il accumule de l’énergie conflictuelle qui a tendance à se répandre. Le mécanisme devient  de plus en plus attirant, mimétiquement parlant,pour ceux qui sont dans le voisinage. En effet, si deux personnes se battent pour le même objet, celui-ci augmente de valeur aux yeux du tiers qui contemple cette rivalité et séduit de plus en plus d’individus autour de lui. Mais lorsque l’attrait du rival grandit, l’objet du conflit tend à disparaître peu à peu, déchiré, déchiqueté, détruit dans la bagarre de tous les rivaux. Lorsqu’il passa au second plan ou disparaît, la mimésis est transformée en pur antagonisme. Les doubles prolifèrent, la crise mimétique s’étend et s’intensifie de plus en plus. Thomas hobbes, auteur du léviathan (Traité de la matière, de la forme et du pouvoir d’une république ecclésiastique et civile), qui avait repéré ce phénomène l’a appelé la lutte de tous contre tous

La seule réconciliation possible, le seul moyen d’interrompre la crise et de sauver la communauté de l’autodestruction, c’est de faire converger cette colère et cette rage collective vers une victime désignée par le mimétisme lui-même et adoptée unanimement. Il s’agit d’un membre de la communauté qui passe pour cause unique du désordre. Il n’est pas plus coupable que les autre, mais la communauté est persuadée du contraire. La crise se conclut par le meurtre du bouc émissaire parce que celui-ci est unanime. Ce mécanisme du bouc émissaire permet de canaliser la violence collective contre un membre de la communauté choisi de façon arbitraire et qui devient l’ennemi de la communauté qui se trouve réconciliée par le meurtre de cette victime.                      

Dans les rituels, on trouve souvent la nature mimétique de ce processus. Le rituel débute par un désordre voulu, une crise délibérée ou simulée et débouche sur l’immolation rituelle de la victime. C’est un répétition de la crise mimétique conduisant spontanément au mécanisme victimaire. Il est espéré que qu’ainsi cela réitérera son pouvoir de réconciliation.

b) La résolution de la crise victimaire ne pourrait-t-elle pas être provoquée par des circonstances étrangères à la mimésis d’appropriation (une vraie épidémie de peste par exemple). Notre ignorance peut provoquer le besoin de trouver un responsable à la crise et la désignation d’un bouc émissaire. Il faudrait séparer la phénoménologie du désir mimétique et de la rivalité de celle du ménanisme sacrificiel lui-même.

Oui, effectivement,une catastrophe objective comme une épidémie, une sécheresse prolongée, une inondation, suscite une escalade des doubles et une crise mimétique qui va déboucher sur un phénomène de bouc émissaire. Mais il n’y aurait pas de bouc émissaire si on ne passait pas de la mimésis de l’objet désiré, qui divise à une mimésis qui permet toutes les alliances contre la victime. Pour résoudre une crise, ce qui importe, c’est le passage du désir d’objet, désir qui divise ceux qui imitent à la haine du rival, qui, elle, réconcilie, par la polarisation de toutes les haines sur une seule victime. Aprés la résolution victimaire de la crise, cette unanimité persiste et elle n’entraîne plus aucun conflit, puisque la victime unique a polarisé mimétiquement toute la communauté. De rivalitaire et conflictuelle, la crise se transforme automatiquement  et spntanément en mimésis de réconciliation. En effet, il est impossible pour les rivaux de s’entendre  autour de l’objet qu’ils désirent tous, mais ils s’entendent très bien, au contraire contre la victime qu’ils haïssent tous.

c) la victime doit-elle être choisis au hasard?

Pas forcément. Cela dépend du degré de compréhension des persécuteurs… et aussi de la victime qui peut troubler le jeu. Si quelqu’un dénonce le mécanisme du bouc émissaire ce fauteur de trouble en sera la victime toute désignée. C’est ce qui s’est produit pour le Christ évangilique qui n’est donc pas une victime du hasard, contrairement à ce qu’affirme Hans Urs Von Balthasar dans La gloire et la croix. Le Christ s’est désigné lui-même à ses persécuteurs en leur reprochant de s’en remettre à la violence et de condamner des victimes innocentes. Mais en général, on ne peut pas dire que la victime est choisie au hasard, ni qu’elle ne l’est pas. Quand on observe attentivement les mythes, René Girard fait remarquer que les victimes sont trop souvent des infirmes, des êtres handicapés, ou des étrangers pour avoir été choisies purement par hasard comme le montre un passage du deuxième Isaï, le serviteur de Yahvé (Is 53,2-3):

« […] Il a grandi devant nous, […]sans beauté ni éclat pour attirer nos regards, et sans apparence qui nous eût séduits; objet de mépris, abandonné des hommes, homme de douleur, familier de la souffrance, comme quelqu’un devant qui on se voile la face, méprisé, nous n’en faisions aucun cas. »

Les signes qui sont donnés comme raison de choisir cette victime (infirmités, traits déplaisants, pris à tort pour des signes de culpabilité), sont des raisons scandaleuses et insuffisantes, mais ils ne permettent pas de parler de pur hasard. Par exemple, dans les illustrations médiévales, les sorcières sont représentées avec des traits déformés, bossues, boiteuses, un peu comme les juifs et parmi les dieux grecs, nombre d’entre eux, tel Héphaïstos, loin d’être des Apollons, sont souvent handicapés, mutilés, rabougris, disgraciés (voir un texte parodique de Lucien de SamosateTragodopodagra ou bien Carlo Ginzburg, qui montre ce lien qui existe entre le fait de boiter, ou la mutilation d’un membre parmi les personnages mythologiques et le meurtre rituel et le royaume de la mort). Mais si les dieux archaïques sont souvent un peu abimés physiquement, il y a aussi parmi eux des Apollons et des Vénus


C) En fait le choix de la victime est un mélange d’arbitraire et de nécessité.

imagesbible.com -Joseph et la femme de Putiphar

Certainement. Même s’il n’y a pas de signe de victimisation, on choisira un bouc émissaire de toute façon  au moment crucial. N’importe quoi peut être choisi comme signe et tout le monde pensera que le coupable a été trouvé. Le mécanisme du bouc émissaire fonctionne comme un phénomène faussement scientifique, une chose révélée que chacun peut vérifier « dans les yeux de ses voisins » ce qui renforce la certitude de la foule. Parfois, c’est un objet physique qui est considéré comme une preuve directe: dans Phèdre, la protagoniste de l’hippolyte d’Euripide, qui se tue après accusé son beau-fils de viol, Thésée se laisse facilement convaincre de la culpabilité d’Hippolyte parce que phèdre peut exhiber l’épée de celui-ci comme preuve. Arthur Maurice Hocart parle ici d’une sorte de « fétichisme » naïf de l’objet. Un autre exemple se trouve dans l’histoire biblique de Joseph, où la femme de Putiphar a gardé la tunique de ce dernier, ce qui semble prouver que Le jeune homme a cherché à avoir avec elle une relation sexuelle. Dans tous ces cas, il y a un objet physique qui semble une preuve évidente, la pièce à conviction numéro un en quelque sorte.

 

d) Nous avons vu le phénomène des doubles à l’échelle individuelle. La collectivisation de ce phénomène explique l’escalade, qui fait partie du mécanisme du bouc émissaire et qui conduit à l’indifférentiation du groupe social tout entier. Celle-ci refléterait alors au niveau social le mécanisme de l’émergence des doubles.

arts-jumeaux-doubles.blogspot.fr (castor et pollux)

Oui, plus les gens deviennent indifférentiés, plus il est il est facile de décider que n’importe lequel d’entre eux est coupable. Le mot double qui implique l’absence de toute différence symbolise la désymbolisation et signifie cette indifférentiation, l’absence de toute différence. Les jumeaux mythiques (la liste est longue).Dans la théorie de Claude Lévy-Strauss, contrairement à cette vision, tout est différence au point que pour lui, il y a différence même entre les jumeaux, qui sont une négation logique de la différence. Tout comme Ferdinand de Saussureil affirme que le langage ne peut exprimer l’absence de différence. Pourtant, le langage parle de l’indifférentiation dont la métaphore est prise très au sérieux dans certaines sociétés, puisqu’on y massacre les jumeaux.  Bien sûr, par contre, d’autres sociétés, conscientes du fait que les jumeaux biologiques n’ont rien à voir avec le processus d’indifférentiation sociale, ne les stigmatisent pas. Mais la culture primitive a pu parler d’infférentiation, même si, en principe, le langage ne le permet pas. Comme le dit René Girard, le langage est bien plus malin et capable de réalisme que ne l’imagine Lévy-Strauss.

liens: espritdavant.com -Jumeaux et cultes: mythes, divinités et saints

 

e) Ce qui le rend possible, c’est que le mécanisme du bouc émissaire précède l’ordre culturel et le langage en particulier. En fait, c’est lui qui permet à la culture de se développer.Cela amène à la question: comment se développe la culture? Pour René Girard, la réponse est: par le rituel. « Pour tenter d’empêcher les épisodes de violence mimétique imprévisibles et fréquents, les cultures organisent des moments de violence planifiés, contrôlés, maîtrisés, à dates fixes et ritualisés. En répétant sans cesse le même mécanisme (du bouc émissaire) sur des victimes de rechange, le rituel effectue une sorte d’apprentissage. Il interviendra toujours au même moment de la crise mimétique pour sa résolution. Peu à peu, il se transformera en une institution qui assagit la crise et toute forme de crise: crise de l’adolescence avec ses rites de passage, crise de la mort résolue par les rites funéraires, crise de la maladie avec la médecine rituelle. La crise peut aussi être imaginaire, mais la différence n’est pas grande. Une crise imaginaire peut tout aussi bien créer une vraie catastrophe. 

Les Lumières n’ont vu dans le rituel que son utilisation par des prêtres « fourbes et avides » pour imposer leurs abracadabras au bon peuple excessivement crédule. Mais selon René Girard, cette thèse est absurde et les clergés ne peuvent pas précéder l’invention  de la culture. Le religieux est premier et et, loin d’être une farce dérisoire; il est l’origine de toute culture. Et l’humanité est fille du religieux.
liens:  wikipedia.org -Culture
wikipedia.org -Rite.

 

f) Arthur Maurice Hocart, que nous avons évoqué en b) à propos du 

 

mythologica.fr -le meurtre d’abel  

fétichicisme de l’objet, souscrit à cette deuxième hypothèse pour avoir écrit: « Le rituel n’es guère apprécié par nos intellectuels. Ils l’assimilent pour la plupart, au cléricalisme pour lequel ils ont peu de sympathie. Cela ne les dispose guère à admettre que des institutions comme celles de l’administration moderne, qu’ils approuvent et qui leur semblent éminemment rationnelles et efficaces, soient nées de cette superstition qu’est, à leurs yeux, le rituel. Pour eux, seul l’intérêt économique peut créer quelque chose d’aussi solide que l’état. Pourtant, avec un peu d’attention, il leur serait aisé de voir partout autour d’eux des communautés cimentées par un intérêt rituel commun; et ils s’apercevraient que la ferveur rituelle est un ciment plus solide que toutes les ambitions économiques, puisqu’un rituel implique une règle morale tandis que l’économie est une règle de profit, qui divise au lieu d’unir.

Ce texte est admirable, mais il faut aller plus loin et penser à l’histoire de Caïn qui est ici essentielle en révélant que Caïn est le fondateur de la première culture. Le texte pourtant ne mentionne aucune fondation. Dans le texte biblique on y trouve le meurtre d’Abel, puis, immédiatement après, la loi contre le meurtre (Gn 4,15):  L’Eternel lui dit: «Si quelqu’un tue Caïn, Caïn sera vengé sept fois». Cette loi représente, pour René Girard, la fondation de la culture, parce que la peine capitale, qu’on retrouve dans toutes les cultures, c’est déjà le meurtre rituel. On la retrouve dans le Lévitique avec une forme de mise à mort strictement codifiée, à laquelle toute la société participe. Depuis lors, avec la peine capitale, le meurtre originel se répète de la même façon,  tout le monde y prend part et personne n’en n’est responsable. On peut dire que la culture émerge de ce meurtre proto-rituel:  la bible dit que qu’à partir de Caïn, et de sa lignée, sont nées la domestication des animaux, la musique et la technique (Gn 4,20-22).

 

g) C’est exactement le mythe de Prométhée raconté par Eschyle.

« Prométhée est la victime sacrificielle qui est tuée, puis cannibalisée sans cesse, l’aigle lui mange le foie dans une répétition indéfinie du sacrifice. En tant que victime sacrificielle, il est « responsable » de l’invention de la culture, il est représenté comme la matrice d’où émergent le langage, les sciences et la technique.’

Liens: philolog.fr -Le mythe de Prométhée

mythologica.fr -prométhée

liens: crdp.ac-paris.fr/parcours -Abel et Caïn, un récit fondateur de l’imaginaire occidental C’est toute l’humanité

lemondedesreligions.fr -Le mythe de Prométhée réhabilité

philolog.fr -Le mythe de Prométhée

mythologica.fr -prométhée
apprendre-la-philosophie.blogspot.fr -L’origine de la technique, le mythe de Prométhée

2 réflexions au sujet de « Les origines de la culture 3-1) « Une théorie sur laquelle travailler »: le mécanisme mimétique »

  1. Je dirais que « Nous vivons certainement la fin de l’ère chrétienne, accompagnée d’une crise des valeurs et nous allons vers un nouveau christianisme » celui qui revient à la Source. Ces trop nombreux dérèglements qui se produisent dans notre société nous obligent à revenir vers des vraies valeurs.
    Quelle richesse et quel travail de Titan, Jean-Michel.
    Comme d’habitude, je reviendrai pour explorer toutes ses richesses, merci

    • Merci Elizabeth. Ses livres m’on impressionné. Je réflécis sur leur signification profonde pour l’histoire passée de l’humanité et celle des événements actuels pour lequel je trouve que le mimétisme a acquit une importance primordiale. On arrive dans une sorte de pensée unique malgré les apparentes diversités et contradictions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s