Notre existence a t-elle un sens? 12-2) « Recherchons Einstein de l’évolution (urgent).


 

Notre existence a t-elle un sens? 12-2) « Recherchons  Einstein de l’évolution (urgent).

Cette série d’articles dans la catégorie « notre existence a t-elle un sens »? est  l’expression de  ce que j’ai écrit dans la présentation de mon blog: « Les merveilles de la nature me fascinent. Mes réflexions: le sens de l’Univers et de l’existence. En moi, il y a deux mondes: le monde extérieur du « faire »et le monde de l’intérieur, non conscient, mais tout autant réel. Ma devise: l’essentiel, c’est l’amour, amour du sacré. Mes modèlesJésus (l’amour),Pythagore (la mathématique), Einstein (la physique) ».

Je voudrais faire partager la lecture du livre de Jean Staunenotre existence a-t-elle en sens,  avec mes réflexions et les liens qu’elle m’a permis découvrir à travers internet. Ma quête est de retrouver (avec Jean Staune), le réenchantement du monde au cours des articles.


Mes articles déjà parus dans cette rubrique:

Notre existence a-telle un sens? 1) à propos de la préface du livre par Trinh Xuan Thuan

Notre existence a-t-elle un sens? 2) Le désenchantement du monde (et de l’homme!)

Notre existence a-t-elle un sens? 3) Comment ébaucher un « traité de la condition humaine »?

Notre existence a-t-elle un sens? 4) vers de nouvelles lumières.

Notre existence a-t-elle un sens? 5) première partie: Au-delà de cette limite, notre vision du monde n’est plus valable (naissance de la mécanique quantique).

Notre existence a-t-elle un sens? 5) deuxième partie : Au-delà de cette limite, notre vision du monde n’est plus valable (la non-localité).

Notre existence a t-elle un sens? 6-1) Vers un réalisme non physique…première partie

Notre existence a t-elle un sens? 6-1) Vers un réalisme non physique…deuxième partie

Notre existence a t-elle un sens? 7 partie 1) vous qui entrez ici perdez toute espérance …

Notre existence a t-elle un sens? 7 partie 2) vous qui entrez ici perdez toute espérance…

Notre existence a t-elle un sens? 8 partie 1) le murmure du big bang…La deuxième fissure dans les théories classiques

Notre existence a t-elle un sens? 8 partie 2) Le murmure du big bang… la genèse du 

Notre existence a t-elle un sens? 9-1) Dieu revient très fort partie 1

Notre existence a t-elle un sens? 9-2) Dieu revient très fort partie 2

Notre existence a t-elle un sens? 10) où il fait plus noir que vous ne l’imaginez

Notre existence a t-elle un sens? 11 partie 1) Un point sur les articles déjà parus (la naissance de la physique quantique et la connaissance du réel)

Notre existence a t-elle un sens? 12-1) Recherchons Einstein de l’évolution (urgent)

Je consulte souvent aussi: astrosurf.com -UNE INTRODUCTION A LA PHILOSOPHIE DES SCIENCES

 

1) Résumé de l’article précédent Notre existence a-t-elle un sens? 12-2) Recherchons Einstein de l’évolution (partie 2)

Les 11 premiers articles de cette série ont été consacrés à « ma lecture » des trois premiers chapitres de l’ouvrage de Jean Staune Notre existence a -t-elle un sens? Nous avons traité des questions fondamentales du chapitre 1 du livre (article 1 à 4): le désenchantement du monde (et de l’homme!), comment ébaucher un « traité de la condition humaine« , allons-nous vers de nouvelles lumières? Puis nous avons longuement examiné le chapitre II: « qu’est-ce que le réel? » (articles 5 à 7) et le chapitre III: « d’où venons-nous? où allons nous? » (articles 8 à 11).  

Je n’ai pas écrit d’article au sujet du chapitre IV : « d’où venons-nous? où allons nous? » consacré aux théories de l’évolution. Mais je vais consacrer un article pour donner « ma lecture » du dernier paragraphe de ce chapitre: « recherchons Einstein de l’évolution (urgent!). » dont c’est ici la deuxième partie. Après avoir évoqué le sort des théories au chapitre 1) (NewtonDarwin > Ptolémée) et en conséquence la nécessité d’une Nouvelle théorie de l’évolution (NTE), nous nous sommes posés la question: de quels concepts disposons-nous déjà pouvant servir à ébaucher la NTE? (au chapitre 2) et évoqué quelques pistes pour une NTE (au chapitre 3). 

 

2) Comment le darwinisme conserve-t-il une position hégémonique?

sceptiques.qc.ca/forum -Néo-darwinisme ou dessein intelligent

a) « Le terme darwinisme, fondé sur le nom du naturaliste anglais Charles Darwin (1809-1882), peut désigner :
Au sens strict, la théorie explicatrice de l’évolution des espèces formulée en 1859 parCharles Darwin dans son ouvrage majeur De l’origine des espèces, mettant notamment en avant le mécanisme de la sélection naturelle.
En un sens plus large, la théorie synthétique de l’évolution, extension de la théorie originale de Darwin, formulée dans les années 1930 et 1940, et intégrant les acquis de la génétique des populations.
Le darwinisme étendu (en anglais : Universal Darwinism) qui est l’application de la théorie darwinienne à d’autres entités que des organismes biologiques. Citons comme exemples l’économie évolutionniste, la théorie du darwinisme neuronal de Gerald Edelman, lamémétique de Richard Dawkins, la cosmologie évolutionniste de Lee Smolin, et les algorithmes évolutionnistes.
De manière plus problématique, le darwinisme social, une certaine conception des sociétés humaines, d’après laquelle la lutte pour la survie doit gouverner les relations sociales. Cette théorie se réclame des idées de Darwin, mais celui-ci la désapprouva explicitement[réf. souhaitée] dans son ouvrage La filiation de l’homme et la sélection liée au sexe (1871). Dans la mesure où elle attribuable à Herbert Spencer, il serait ainsi plus correct de parler de spencerisme
« .

Le darwinisme explique beaucoup de choses et une NTE est loin d’être prête. En effet, comme nous l’avons déjà vu dans mes articles, les changements de paradigme sont toujours difficiles. Dans le chapitre 11 du livre de Jean Staune, on voit que le pouvoir explicatif du darwinisme est limité, que ses failles sont connues depuis des décennies et que le progrès de nos connaissances ne les a pas comblées. Mais le darwinisme est omniprésent et le remettre en cause semble être un crime de « lèse-majesté ». Il ne repose pas uniquement sur ses seuls mérites scientifiques et les darwiniens ont mis en place toute une série de stratégies qu’il convient d’analyser. 

b) La stratégie de l’inclusion. Tant qu’on ne dit pas que Dieu a créé les être vivants, la darwinisme (et le néo-darwinisme) sont prêts à à accepter même ce qui en contredit l’essence.  Par exemple, une base du néo-darwinisme est l’existence de la barrière de Weismann érigée entre les cellules reproductives (cellules germinales) et les autres cellules (appelées « cellules somatiques« ).pour lesquelles rien de ce qui s’y produit ne saurait se transmettre aux cellules germinales et donc à nos descendants. Or Andrew D. Steele a démontré l’existence d’une telle transmission pour les lymphocytes. Alors, pour Richard Dawkins, il suffit de dire que les lymphocytes (cellules immunitaires) font maintenant partie des cellules germinales! (belle acrobatie?). Dawkins a également avancé que la reproductibilité de l’évolution telle que la postule Simon Conway-Morris est parfaitement intégrable dans le darwinisme.

c) La stratégie de l’exclusion. Mais si les darwiniens pensent qu’on ne peut vraiment pas inclure une approche dans leur théorie, alors ils l’en excluront en arguant par exemple que ces travaux ne sont pas sérieux ou qu’ils visent à prouver un plan divin (même si l’auteur est agnostique) et que l’auteur est complice des créationnistes…En pratiquant ces deux stratégies, on peut supprimer toute forme intermédiaire entre le néo-darwinisme et le créationnisme et conclure: « tous les biologistes sont darwiniens ».  Ainsi suite aux travaux de Jonh Cairns et  Suzan M. Rosenberg sur les mutations adaptatives, les darwiniens ont crié au scandale à propos de cette « remise en cause des bases de la biologie moderne ». Mais aujourd’hui ils considèrent ces expériences comme darwiniennes. 

d) La stratégie de la peur consiste à dire: « Tout ce que vous direz contre le darwinisme renforcera le créationnisme et constituera donc un crime contre la science. »

e) La stratégie du déplacement du problème. C’est par exemple lorsqu’on demande des preuves que les mécanismes darwiniens puissent faire apparaître des fonctions ou des organes nouveaux ou créer un « pont » entre deux types d’organisation et qu’il est présenté des résultats remarquables montrant la puissance du darwinisme… mais portant sur tout autre chose. Par exemple, dans émergenceSteven Johnson montre comment le comportement des fourmis peut aider à résoudre le problème du voyageur de commerce. C’est une remarquable illustration des pouvoirs des mécanismes darwiniens mais cela n’a rien à voir avec la construction d’un « pont » permettant de passer par des procédés darwiniens d’un Galéopithécus à une chauve-souris. Or c’est ce genre de résultats qui est souvent présenté.

f) La stratégie du « si c’est possible, c’est que ça existe ». Paul Kamerer, biologiste lamarckien des années 1920 fut l’un des premiers scientifiques à s’intéresser systématiquement aux coïncidences, esquissant le concept de sérialité ou loi des séries, qui sera repris et développé par la suite par le psychologue C.G. Jung, dans sa théorie de la synchronicitéPartisan de l’hérédité des caractères acquis, il tenta de convaincre la communauté scientifique de la réalité de ce processus censé rendre compte de l’évolution des espèces. À Vienne, il conduisit à cet effet des expériences notamment sur les Ciones, les salamandres et les crapauds accoucheurs. Les mâles ancestraux avaient des coussinets sur les pattes pour ne pas glisser pendant leur accouplement. Les mâles actuels les ont perdus. Mais au bout de quelques générations de crapauds se reproduisant l’eau, des ébauches de coussinets sont réapparus. Mais quelqu’un (on n’a jamais su qui?) injecta de l’encre dans les pattes pour rendre ces ébauches plus convaincantes  et Kammerer se suicida lorsque la supercherie fut découverte. Sephen Jay Gould a dit qu’il avait fait une expérience darwinienne (stratégie de l’inclusion). Puis il explique que Kammerer a exercé une forte pression de sélection encourageant la sélection des mutations pouvant permettre l’adaptation à la vie aquatique, ce qui a permis aux coussinets de réapparaître. C’est possible, mais on n’a aucune preuve et depuis plus de 80 ans personne n’a refait les expériences ni cherché à vérifier si de telles mutations aquatiques existaient.  Mais pour Gould, la cause est entendue. Il s’agit là de la stratégie « s’il y a une explication darwinienne plausible, il s’agit forcément de la solution…

g) La stratégie de la belle histoire. C’est une étape de plus; s’il existe une explication de type darwinien non crédible, il s’agira quand même de la solution. Sephen Jay Gould dit, à propos de l’autruche qui, de même que les phacochères, qui s’agenouillent et ont des callosités dès la naissance (voir 2.1 Les limites de la puissance de la sélection naturelle): « L’autruche a pu d’abord présenter ces callosités comme une adaptation non génétique. Mais l’habitude de s’agenouiller, renforcée par ces callosités, exerce de nouvelles pressions sélectives concourant à préserver la variation génétique fortuite qui peut également générer ces caractères. » Gould affirme qu’elle en tire un avantage sélectif tel que la mutation, apparue par hasard au début, se répandrait parmi toute la population, alors qu’il reconnaît que l’autruche va être « en compétition » avec des « collègues » dont les genoux possèdent des callosités qui se forment parce qu’ils s’agenouillent continuellement. Et de conclure:  » les callosités elles-même ne sont pas transmises mystérieusement par l’hérédité des caractères acquis de l’adulte au jeune » (Jean Staune écrit « il n’en sait rien, n’en n’a aucune preuve, mais il en est sûr, car il faut que ce soit comme ça. »

h) La stratégie du « il suffit d’attendre ». Daniel Dennett écrit dans « Darwin est-il dangereux? » que si le darwinisme a tort… il a tout de même raison car il ne saurait y avoir d’autre explication de l’évolution. Il suffit d’attendre le jour où on trouvera une explication darwinienne de ces faits. 

i) la stratégie du « vous manquez d’imagination. C’est une réponse souvent faite à ceux qui critiquent le darwinisme. Cela ramène au point g).

j) La stratégie du « vous faites appel au mysticisme. » Si on fait appel à des concepts non purement matériels comme les archétypes, les darwiniens crient au mysticisme. Daniel Dennett pour les ridiculiser  appelle ces concepts des crochets célestes (skyhooks). C’est oublier qu’une position réaliste se doit aujourd’hui d’intégrer une dimension non physique.(voir mon article « notre existence a-t-elle un sens? 6-2) Vers un réalisme non physique). »

k) La stratégie du « vous vous répétez. ».   Selon Patrick Tort, les non-darwiniens ne font rien d’autre que répéter des critiques émises depuis plus d’un siècle telles que celles synthétisées par George Mivart.  En 1871, son livre,Genesis of Species, contribue au débat sur l’évolution qui règne alors. Il admet le principe d’évolution mais estime qu’il est impossible de s’y référer pour parler de l’intelligence humaine. Le but de son livre est de « soutenir la position que la sélection naturelle agit, et doit vraiment agir, mais qu’elle doit encore, en vue de rendre compte de la production des sortes connues d’animaux et de plantes, être suppléée par l’action de quelque autre loi (ou lois), que l’on pas jusqu’ici découvertes. » (ce qui est une intuition parfaitement exacte). Patrick Tortdans la préface de pour Darwin, note que les scientifiques de 1996, à travers leurs réponses aux non-darwiniens, répondent de nouveau à Mivart. Les gens auxquels il répond (DentonShützenberger etc),sont pourtant des scientifiques de haut niveau quoi que l’on puisse penses de leurs idées. Pour Tort, la science s’arrête-t-elle là où le darwinisme s’arrête? 

l) La stratégie du « darwinisme insaisissable. « Un darwinien prétexte souvent: « vous critiquez le darwinisme d’hier et non celui d’aujourd’hui. Il y a désormais nombre de nouveaux concepts, l’émergence, les gènes Hox… » ou « vous critiquez votre conception du darwinisme et non pas ce que la darwinisme est réellement. » Ainsi le darwinisme devient insaisissable et toute critique récusée d’avance. 

m) Y a-t-il une forme de néo-darwinisme qui soit scientifiquement crédible? Le néo-darwinisme peut être regroupé en deux grandes écoles, l’une incarnée par DawkinsWilson et Denett et l’autre par GouldLewontinEldredge. En Fait toutes deux ne s’accordent que sur une chose: il n’y a pas d’autre chose qui agisse sur l’évolution que les mutations au hasard et la sélection naturelle. Mais elles sont en désaccord sur presque tout le reste, sur le pouvoir de la sélection naturelle, sur le niveau auquel elle agit (sur les gènes ou sur les populations?), s’il existe de vrais sauts dans l’évolution (voir Les théories de l’évolution), sur le % de structures complexes qui soient des adaptations…D’un côté, Gould et Lewontin ont démontré le caractère naïf du « tout-sélectionnisme » de Dennet et Dawkins et de l’autre, Dennet et Dawkins ont montré que l’évolution non graduelle fondée sur les monstres prometteurs de gould est incohérente si on ne sort pas du cadre conceptuel dans lequel toutes les mutations sont dues au hasard.  Lewontin est particulièrement virulent à l’égard de « sociobiology » et de « on human nature » de Wilson (« […] construction branlante d’assertions non étayées concernant une détermination génétique générale, allant de l’altruisme à la xénophobie« ), ainsi que du darwinisme de Dawkins (« il ne parle en rien de l’évolution mais d’une inexorable ascendance de gènes sélectivement supérieurs alors que […] les avancées techniques en matière génétique […] mettent l’accent sur les forces non sélectives en jeu dans l’évolution… » Un autre chef de file du néo-darwinisme, John Maynard Smith écrit même: « les biologistes  de l’évolution avec qui j’ai discuté des travaux de Gould tendent à le considérer comme un homme dont les idées sont si confuses qu’elles ne valent pas la peine qu’on s’y attarde, mais […] on ne devrait pas le critiquer publiquement  […] il a au moins l’avantage d’être de notre côté face aux créationnistes. » Ainsi, selon Lewontin, Dawkins et Wilson donnent une image fausse de l’évolution et selon Maynard Smith, Gould donne lui aussi une image fausse de l’évolution.

Etant donné qu’il n’existe pas de véritable troisième alternative à l’intérieur du néo-darwinisme, malgré des positions moins extrêmes comme celle de Ernst Mayr, on peut se demander quelle forme du néo-darwinisme est scientifiquement crédible?

liens: knowtex.com -150 ans après, la théorie de l’évolution est en pleine évolution

staune.fr -Une nouvelle théorie scientifique de l’évolution de la lignée humaine avec Anne Dambricourt

wikipedia.org -Sélection naturelle

wikipedia.org -Théorie synthétique de l’évolution ou néodarwinisme

wikipedia.org -Darwinisme social

wikipedia.org -Darwinisme étendu

boris.saulnier.free.fr -Le darwinisme neuronal de Gerald M. Edelman

wikipedia.org -la mémétique de Richard Dawkins

 cosmologie évolutionniste de Lee Smolin (par Marc Lachièze Rey et Elisa Brune),

wikipedia.org -Algorithmes évolutionnistes

automatesintelligents.com -simon Conway-Morris:et l’intelligence universelle

agoravox.fr -Dynamités les deux piliers du néodarwinisme : ni sélection naturelle ni gènes

automatesintelligents.com -daniel Dennett: Freedom Evolves

scienceshumaines.com -Darwin est-il dangereux?

situconnaissasledondedieu.centerblog.net -Darwin est-il dangereux ?

admiroutes.asso.fr -Daniel Dennet: la conscience expliquée et Darwin est-il dangereux?

 

3) Darwinisme et religion.

histoire-fr.com -le créationnisme

a) misère et médiocrité du créationnisme.
Il sera surtout question du mouvement créationniste, né au xixe siècle, en réaction contre le darwinisme. Le fameux débat d’Oxford du 30 juin 1860 est le premier affrontement direct entre les darwinistes et les créationnistes. Ces derniers étaient représentés par l’évêque Samuel Wilberforce. Ses partisans affirment que le monde a été créé par Dieu en six jours et soutiennent que les théories transformistes s’opposent à la Bible, selon laquelle Dieu aurait créé chaque espèce végétale ou animale de façon individuelle. Le créationnisme est principalement soutenu par quelques Églises protestantes, comme une conséquence de la doctrine de l’inerrance biblique et de l’autorité de la Bible. Cette mouvance est associée au littéralisme biblique, qui se base sur une lecture littérale de la Genèse et d’autres éléments de la Bible, comme les psaumes, s’opposant ainsi à d’autres courants créationnistes chrétiens.À l’heure actuelle, des créationnistes essaient d’apporter des éléments pour défendre leur thèse face à la théorie de l’évolution, mais leurs théories sont rejetées par la communauté scientifique : ils sortent en effet du champ de la rationalité en invoquant l’intervention miraculeuse de Dieu durant la « semaine de la création ». La démarche est également qualifiée de non-scientifique, car elle est basée sur l’a priori que les faits scientifiques doivent concorder avec les écrits saints (17).
Je partage l’avis de Jean Staune lorsqu’il écrit: « … non seulement ces gens nous désinforment et répandent des inexactitudes, des absurdités, voire des mensonges, dans des proportions jamais atteintes même par les darwiniens les plus délirants, mais, de surcroît, ils le font au nom de la défense d’une foi qui est également la mienne! » De plus, le créationnisme est sans doute l’une des meilleures assurances vie du darwinisme. Il empêche certains chercheurs (particulièrement aux Etats-Unis, pays le plus influent sur le plan scientifique) de développer des idées évolutionnistes, mais non darwiniennes. La confusion sciemment entretenue entre l’évolution et la théorie tentant de l’expliquer qu’est le darwinisme profite à la fois aux créationnistes et aux darwiniens.
b) Darwiniens et chrétiens. De très nombreux scientifiques, philosophes et théologiens sont darwiniens et chrétiens avec, en général, une position proche du schéma suivant: 

     -Il faut séparer la science et l’idéologie (ce que ne font pas Dawkins ou Dennet qui proposent à la fois les résultats scientifiques du darwinisme et leur interprétation matérialiste).
-Il faut différentier la notion de « hasard intrinsèque à la nature » d’un hasard qui ne serait que la conséquence de notre ignorance. 

     -Rien ne prouve que l’évolution soit due à un hasard intrinsèque. On peut donc penser que le processus n’est pas livré à la seule contingence. 

     -D’autres, plus audacieux, tels Ken Miller ou Robert Russell pensent qu’en dernière analyse toute mutation est un phénomène quantique et que la physique quantique est la grande source d’indétermination dans l’Univers. Ils imaginent que Dieu agit à ce niveau-là pour orienter l’évolution sans violer les lois de la nature et nous laisser la liberté de ne pas croire en lui.

Les positions des darwiniens comme Dennett, Dawkins ou Gould sont certainement plus crédibles si on se limite uniquement aux faits scientifiques qu’ils utilisent. En effet, tout se passe comme si l’évolution était due à des événements contingents. Même si Dieu peut agir par l’intermédiaire de l’indéterminisme quantique, pourquoi faire appel à ce concept? Dans ce cas, il est plus probable que nous soyons bien ici par hasard.
Il serait plus crédible d’intégrer, comme le fait Christian de Duve, une canalisation du hasard ou une analyse des phénomènes de convergence comme le passage des reptiles aux mammifères (à voir aussi la position du paléontologue Marc Godinot). Par ailleurs, Dieu n’intervient sans doute pas directement (via des mutations quantiques par exemple), mais plutôt par le fait qu’il a créée les lois de na nature qui génèrent les choses telles qu’elles sont. Ce sont alors elles qui guident l’évolution. 

c) Le pape et Darwin. Un texte de référence est la lettre de Jean-Paul II à l’académie pontificale des sciences le 22 octobre 1996 dans lequel il reconnaît que que l’évolution est un fait, alors qu’en 1950Pie XII y voyait « une hypothèse parmi d’autres. » Pour Jean-Paul II, « De nouvelles connaissances conduisent à reconnaître dans la théorie de l’évolution plus qu’une hypothèse. […] Et, à vrai dire, plus que de la théorie de l’évolution, il convient de parler des théories de l’évolution. Cette pluralité tient, d’une part, à la diversité des explications qui ont été proposées du mécanisme de l’évolution et, d’autre part, aux diverses philosophies auxquelles on se réfère. Il existe ainsi des lectures matérialistes et réductionnistes et des lectures spiritualistes. Le jugement ici est de la compétence propre de la philosophie et, au delà, de la théologie. » C’est donc un démenti cinglant à une affirmation clé des darwiniens pour qui il ne saurait qu’une seule théorie susceptible d’expliquer l’évolution, le néodarwinisme, et une seule sorte de mécanisme, le hasard et la sélection naturelle, tout le reste n’étant que secondaire. Ceci prouve aussi qu’il était mieux informé que beaucoup de scientifiques pour parler ainsi de « la diversité des mécanismes ».

Plus loin, il dit: « En conséquence, les théories de l’évolution qui, en fonction des philosophies qui les inspirent, considèrent l’esprit comme émergeant des forces de la matière vivante ou comme un simple épiphénomène de cette matière sont incompatibles avec la vérité de l’homme. Elles sont d’ailleurs incapables de fonder la dignité de la personne. » Jean-Paul II semble dire ici que le darwinisme est incompatible avec la foi chrétienne puisqu’il affirme que les seules forces de la matière vivante permettent l’émergence de toutes les formes vivantes et de leurs caractéristiques, l’une d’entre elles étant justement l’esprit qui est associé à la forme homo sapiens. A propos de ce paragraphe, Jean Staune précise que le cardinal Georges Cottier lui a expliqué qu’il ne s’agissait pas d’une condamnation du néodarwinisme stricto sensu, qui est une des possibilités existant parmi d’autres, mais de l’extension du néodarwinisme aux théories sur l’origine de l’esprit. On peut donc dire que si le texte de Jean-Paul II soutient l’évolution, il est très loin d’en constituer un soutien inconditionnel. 

liens: wikipedia.org -Position de l’Église catholique sur la théorie de l’évolution scientifiques-chretiens.sup.fr -association des scientifiques chrétiens

marike.over-blog.com -Rosine Chandebois critique le hasard darwinien

marike.over-blog.com -2) Chandebois critique la sélection naturelle – II

wikipedia.org -Opinion de Charles Darwin sur la religion
harunyahya.fr -Le darwinisme est en contradiction avec la religion

rationalisme.org -La Théorie Darwinienne de l’Évolution

dub114.mail.live.com -Darwin, jamais remis en cause par l’expérience

evene.fr -dossier darwin

cnrs.fr -Guillaume Lecoîntre: Evolution et créationnismes

histoire-fr.com dossier créationnisme

cite-sciences.fr -Le créationnisme contre la théorie de l’évolution

pseudo-sciences.org -Qu’est-ce que le créationnisme ?

erudit.org -Le déterminisme du hasard (voir canalisation du hasard et Christian De Duve)

automatesintelligents.com -Libre arbitre et Hasard intrinsèque (sur A New Kind of Science, de Stephen Wolfram)

 

4) Alors finalement, est-on là par hasard ou non?

  

Que conclure après ce tour d’horizon des questions relatives à l’évolution? 

     -Nous ne sommes pas contraints d’accepter une théorie unique qui serait le néodarwinisme.

     -De grands chercheurs dont certains se réclament encore du néodarwinisme soutiennent des concepts poussant à crédibiliser, sans le prouver le finalisme.

     -Une nouvelle théorie de la biologie est nécessaire, car nous pouvons déduire des faits, que d’autres forces s’exercent sur l’évolution que les processus darwiniens, mais nous ne savons pas lesquels (une conception de l’évolution se déroulant sous l’influence de formes préexistantes pourrait faire partie de cette nouvelle théorie). 

     -Toutes ces approches doivent se situer au sein de la science et de la biologie, ce qui n’est pas le cas de la majorité des positions des tenants de l’intelligent design, qui sont créationnistes ou néocréationnistes.

Quelles sont les réponses à la question est-on là par hasard?

     -Pour l’ensemble des darwiniens et malgré les subtilités développées par les darwiniens chrétiens, il est très probable que nous soyons là par hasard. 

     -Dans la conception de Christian de Duve, un être pourvu de conscience devait apparaître; nous avons eu de la chance qu’il s’agisse de nous. 

     – Pour Conway-Morris ou Michel Denton, nous ne sommes pas là par hasard, un hominidé pourvu de conscience devait apparaître un jour ou l’autre, d’une façon ou d’une autre. 

     –Rémi Chauvin ou Rosine Chandebois postulent l’existence d’un programme interne donc, non seulement nous ne sommes pas là par hasard, mais le moment de notre apparition était plus ou moins déterminé. 

liens: uip.edu -La biologie non Darwinienne : essai de typologie et analyse des implications philosophiques
larevuereformee.net -Rosine Chandebois: À propos du clonage : la science au secours de l’éthique
larevuereformee.net -Rosine chandebois: Réflexions sur le texte « l’usage thérapeutique du clonage et des cellules souches embryonnaires »

 

Les faits que nous avons vus semblent parler en faveur de conceptions telles que celles de Conway-Morris ou Michel Dentonce qui incite à penser que la nouvelle théorie de l’évolution (NTE), répondra de façon moins catégorique que le darwinisme à la question « sommes-nous ici par hasard? »

Après ce tour d’horizon de l’évolution, le prochain article sera consacré à l’examen du cerveau et de la neurologie.

 

 

 

 

 

3 réflexions au sujet de « Notre existence a t-elle un sens? 12-2) « Recherchons Einstein de l’évolution (urgent). »

  1. Merci pour cet article, si riche et foisonnant d’idées. Je reviendrai relire car c’est trop d’information d’un coup, vous ne faites pas les choses à moitié😀
    La question demeure, pourquoi il est si difficile d’accepter de nouvelles et riches théories ?

      • Le plaisir que vous prenez à étudier et à transmettre se voit dans tous vos articles.
        Comme vous dites, le monde est éternellement sacré, nous sommes tout de même suffisament nombreux à le savoir, quant aux autres… et bien ils gardent leurs croyances…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s