Notre existence a-t-elle un sens? 4) Vers de nouvelles « lumières »



Notre existence a-t-elle un sens? 4) Vers de nouvelles « lumières »

 

Cette série d’articles dans la catégorie « notre existence a t-elle un sens »? est  l’expression de  ce que j’ai écrit dans la présentation de mon blog: « Les merveilles de la nature me fascinent. Mes réflexions: le sens de l’Univers et de l’existence. En moi, il y a deux mondes: le monde extérieur du « faire »et le monde de l’intérieur, non conscient, mais tout autant réel. Ma devise: l’essentiel, c’est l’amour, amour du sacré. Mes modèlesJésus (l’amour),Phytagore (la mathématique), Einstein (la physique) ».

Je voudrais faire partager la lecture du livre de Jean Staunenotre existence a-t-elle en sens,  avec mes réflexions et les liens qu’elle m’a permis découvrir à travers internet.

Ma quête est de retrouver (avec Jean Staune), le réanchantement du monde au cours des articles.

 

Mes articles déjà parus dans cette rubrique:

Notre existence a-telle un sens? 1) à propos de la préface du livre par Trinh Xuan Thuan

Notre existence a-t-elle un sens? 2) Le désenchantement du monde (et de l’homme!)

Notre existence a-t-elle un sens? 3) Comment ébaucher un « traité de la condition humaine »?

Je consulte souvent aussi:

astrosurf.com -UNE INTRODUCTION A LA PHILOSOPHIE DES SCIENCES

En exergue: « Notre science n’est plus ce savoir classique, nous pouvons déchiffrer le récit d’une nouvelle alliance. Loin de l’exclure du monde qu’elle décrit, la science retrouve comme un problème l’appartenance de l’homme à ce monde. » Ilya Prigogine

 

e-south.blog.lemonde.fr -isabelle stengers

Le XXè siècle a vécu en science un évènement rare: un changement de paradigmeUn paradigme est une représentation du monde, une manière de voir les choses, un modèle cohérent de vision du monde qui repose sur une base définie (matrice disciplinaire, modèle théorique ou courant de pensée). Au xxe siècle, le mot paradigme était employé comme terme épistémologique pour désigner un modèle de pensée dans des disciplines scientifiques.

l’emploi le plus répandu se trouve chez le philosophe et sociologue des sciences Thomas Samuel Kuhn qui l’utilisait pour désigner un ensemble de pratiques en science. Le terme est cependant souvent inapproprié et Kuhn lui-même préférait utiliser les termes de science exemplaire et de science normale qui lui semblaient contenir un sens philosophique plus exact. Cependant, dans son livre La structure des révolutions scientifiques, Kuhn définit un paradigme scientifique comme suit :


  • un ensemble d’observations et de faits avérés ;
  • un ensemble de questions en relation avec le sujet qui se posent et doivent être résolues ;
  • des indications méthodologiques (comment ces questions doivent être posées) ;
  • comment les résultats de la recherche scientifique doivent être interprétés.

Sur le plan scientifique, un paradigme est donc l’ensemble des règles et des conceptions, (ou des croyances!), qui constituent les fondements d’une science. Au « paradigme ptoloméen » qui fut en vigueur pendant plus de1500 ans, succédera le « paradigme newtonien » qui lui-même a été remplacé par « le paradigme einsteinien. » 

 

Comment un paradigme se substitue-t-il à un autre?

Examinons la thèse de Kunh sur la structure des révolutions scientifiques:

     -Kuhn présente l’évolution des idées scientifiques comme le produit d’une dynamique discontinue, dont le cours s’organise en deux grandes phases alternatives : la science normale (« science classique » et la science extraordinaire

     -Des crises se produisent du fait que la science classique ne parvient pas à expliquer certains faits.

     -Une véritable révolution se produit: des concepts radicalement différents de ceux de la science classique apparaissent pour expliquer ces faits. 

     -Une bataille (parfois violente) se déroule alors, qui peut durer de quelques années à un siècle entre les tenants de l’ancien  et du nouveau paradigme.

     -Puis le nouveau paradigme s’impose et sert de fondement à une nouvelle science qui deviendra à son tour classique.

Ainsi, l’évolution des sciences n’est pas  » un long fleuve tranquille », mais une suite de crises: « […] C’est plutôt une reconstruction de tout un secteur sur de nouveaux fondement, reconstruction qui change certaines des généralisations théoriques les plus élémentaires de ce secteur [… ] Quand la transition est complète, les spécialistes ont une tout autre manière de considérer leur domaine, ses méthodes et ses buts. »

 

Scientifiques: Thomas Samuel Kuhn  

wikipedia.org -La Nouvelle alliance (essai)

les-etats-d-anne.over-blog.com -le goût du risque par isabelle stengers (belles images)

matierevolution.fr -Les idées d’Ilya Prigogine

philosophie.philisto.fr -Les révolutions scientifiques

linternaute.com/video -Ptolémée et les cartes     dailymotion.com/video -Ptolémée et les cartes

phi2080.uqam.ca -L’image du monde de Newton à Einstein

youtube.com -Albert Einstein – Comment je vois le monde (extraits 1-2)

cquantique.com -quantique_Nouvelle science, nouvelle spiritualité

er.uqam.ca -La philosophie des sciences après Kuhn par Robert Nadeau

 

2) Résistances aux changements de paradigme?

Le passage d’un paradigme à un autre est loin d’être un « fleuve tranquille », processus cumulatif, réalisable à partir de variantes de l’ancien paradigme. C’est plutôt une reconstruction  sur de nouveaux fondements, reconstruction qui change des généralisations théoriques les plus élémentaires. Quand la transition est complète, les spécialistes du domaine ont une toute autre façon de considérer leur domaine, ses méthodes et ses buts. 

jcboulay.free.fr/astro -la nébuleuse du crabe

Mais les résistances au changement de paradigme sont nombreuses et empêchent souvent les scientifiques de voir les faits. Ainsi, lorsqu’en juillet 1054, une étoile explosa et devint pendant quelques jours la plus brillante dans le ciel, les astrologues occidentaux qui scrutaient les cieux l’avaient forcément remarquée, pourtant, aucune trace, aucun témoignage n’en subsistent. Car le paradigme dominant à l’époque était le paradigme aristotélicien qui affirmait que les cieux étaient immuables et une telle « anomalie » était impensable et les intellectuels de l’époque se sont dépêchés de l’oublier. C’est grâce aux archives des chinois, ancrés dans un autre paradigme, admettant les changements célestes, que nous connaissons la date exacte de l’explosion de ce qui est aujourd’hui la nébuleuse du crabe

Certains problèmes peuvent bien être résolus dans le cadre d’un paradigme, alors que d’autres, qui paraissent au premier abord semblables, ne peuvent l’être que grâce à un autre paradigme. Ce fut le cas lorsqu’on détecta des anomalies dans l’orbite de mercure. On chercha une autre planète, comme on l’avait fait après la détection des anomalies dans l’orbite d’Uranus, ce qui avait permis de découvrir neptune. Mais on ne trouva pas d’autre planète. En fait, elle n’existe pas, les anomalies de mercure s’expliquent grâce à un autre paradigme: la relativité générale d’Einstein.

Certains concepts, refusés dans le cadre d’un paradigme, peuvent être à nouveau acceptés, mais d’une nouvelle façon, dans le cadre d’un autre paradigme. Ainsi, les alchimistes affirmaient que les éléments pouvaient se transmuter, que le plomb pouvait se transformer en or. Cette idée semblait totalement discréditée dans le cadre de la science et de la chimie du XIXè siècle. Mais aujourd’hui, les transmutations des éléments sont un phénomène quotidien dans les grands accélérateurs utilisés par la physique nucléaire, ce qui ne cautionne pas pour autant la démarche des alchimistes.

La science apparaît plus objective que la philosophie. Mais ce schéma d’évolution de la science (existence d’un paradigme, crise, déstabilisation du paradigme dominant, élaboration d’un nouveau paradigme, reconnaissance du nouveau paradigme), suppose en fait l’existence de nombreux phénomènes affectifs, voire obscurantistes comme les « excommunications » des hérétiques en science. Doit-on pour autant accepter les idées relativistes, telles celles de Feyerabend pour qui « tout se vaut » ou accepter des spéculations absurdes sous prétexte qu’il s’agit peut-être de nouveaux paradigmes à venir? C’est pour cette raison que je ne présente pas mes articles « au commencement du temps » comme étant scientifiques, ni comme des hypothèses, mais comme ma « lecture » du livre des frères Bogdanov, lecture qui me permet d’approfondir mes connaissances, de partager et de m’exprimer avec jubilation. Pourtant, la théorie de la dérive des continents de Wegener pouvait sembler farfelue avant la découverte des dorsales océaniques, montrant que les continents étaient comme des tapis glissant sur la lave présente sous l’écorce terrestre. L’existence en Afrique et en Amérique du Sud, de fossiles présents dans les mêmes couches géologiques aurait pu en faire réfléchir certains.

liens: jcboulay.free.fr/astro -M1, nébuleuse du Crabe NGC 1952

interpc.fr -Aistote, Descartes, Korzybski: trois visions de l’homme et du monde

wikipedia.org la sémantique générale de Alfred Korzybski

cosmosaf.iap.fr -la relativité générale

cairn.info -Feyerabend: Contre la méthode. Esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance (1979)

wikipedia.org -Feyerabend: Anarchisme épistémologique

 

3) Nouveaux paradigmes au XXè siècle:

Ce siècle a vu surgir toute une série de nouveaux paradigmes, certains bien établis, d’autres en cours de gestation. Ils sont issus tout d’abord de l’infiniment petit avec la physique quantique et de l’infiniment grand avec l’astrophysique. Ils se sont ensuite étendus en logique, puis dans l’étude de la vis (biologie) et enfin dans celle de la conscience.

Dans les nouveaux concepts, il est question d’incomplétude, d’imprédictibilité, d’incertitude, d’indécidabilité… On pourrait croire qu’il s’agit d’un recul du savoir, d’une abdication de l’homme devant des mystères qui le dépassent. Au contraire, la méthode scientifique permet de savoir les raisons pour lesquelles nous ne savons pas et souvent, les raisons pour lesquelles nous ne saurons jamais certaines choses. C’est un renversement de perspective qui est u progrès un échec de la science. L’ancien paradigme (scientiste à mes yeux), était fondé sur le scientisme (le « nous ne sommes rien d’autre que des paquets de neurones » de certains neurologues) et refermait sur lui-même le réel. Les nouveaux paradigmes permette d’ouvrir d’autres conceptions que les sciences nous donnent de l’homme et de l’Univers. Malgré leur diversité, leur convergence nous permet de parler d’un nouveau paradigme global. Ce phénomène est semblable à celui du passage de la vision du monde du Moyen-Âge à celle des Temps Modernes, dont l’évolution des disciplines sur une longue période (et pas toutes en même temps) a permis l’apparition d’une nouvelle synthèse, la science classique ou moderne. Le passage de cette modernité à l’ensemble des nouveaux paradigmes est souvent appelé la « postmodernité ».

Jean Staune décrit l’objectif ainsi son ouvrage: « examiner à la fois les éléments essentiels de cette mutation et dans quelle mesure ils renouvellent les réponses à la question: « notre existence  et celle de l’Univers ont-elles un sens, ou sommes-nous là par un pur hasard? »

liens: cquantique.com -Nouvelle science, nouvelle spiritualité

unisson06.org -Pour un Nouveau Paradigme : Introduction

journal-integral.blogspot.fr -A l’heure d’une crise systémique sans précédent, le pseudo-réalisme est une imposture

 

4) Structuration des articles qui vont suivre, principaux chapitres.

edelo.net/chaos -De la s.a. (science absolue) à la s.a.r.l. (science à rationalité limitée)

 

weblettres.net/blogs -tableau de Gauguin : D’où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Ou allons-nous ?

a) Qu’est-ce que le réel? Cet article traitera des fondements de la matière et de la physique quantique.

b) D’où venons-nous , où allons-nous? C’est à l’astrophysique que nous nous adresserons.

c) Sommes-nous ici par hasard? Nous verrons l’avis des théoriciens de l’évolution.

d) Qu’est-ce que l’homme? Une exploration des sciences du cerveau et de la conscience.

f) Les mathématiques ont-elles un lien avec une forme de transcendance? Sont-elles une simple construction de l’esprit humain ou ou existe-t-il un monde des mathématiques que nous découvrons progressivement et avec lequel l’esprit humain a un lien privilégié?   

 

Quelques remarques sur cette structuration: 

-Les théories actuelles en physique et en astrophysique ou en astronomie sont satisfaisantes pour l’ensemble des non-matérialistes, alors que celles qui dominent en biologie et en neurologie sont, elles favorables aux matérialistes. L’objectivité parfaite est impossible, surtout lorsqu’il s’agit d’interprétation, mais dans la démarche, il est important de se garder de toute idéologie pour ne se laisser guider que par les faits.

-Un décalage semble se perpétuer depuis 500 ans entre les progrès réalisés par les sciences de la matière et et ceux obtenus dans les sciences de la vie et de la conscience qui ont près d’un siècle de retard sur les sciences de la matière. La cause en est que les progrès des sciences de la vie dépendent en partie des moyens techniques fournis par les sciences physiques. L’apogée de la période classique en physique et en astronomie se place à la fin du XIXè siècle, alors que le sommet de cette même période classique dans les sciences de la vie et de la conscience ne date que de la fin du XXè siècle et nous y sommes encore. 

-Des mutations fondamentales vont (donc?) se produire dans les sciences de la vie, parce qu’elle ont déjà eu lieu dans les sciences de la matière. Les biologistes et les neurologues refusent encore (dans leur majorité) tout nouveau concept  dans leur discipline provenant de la révolution ayant eu lieu en physique. Cela confirme la difficulté et la problématique que nous avons évoquée concernant les changements de paradigme. Mais il semble bien probable qu’une révolution conceptuelle traversera les sciences de la vie et de la conscience au XXIè siècle. En effet, les causes de cette révolution existent déjà. C’est comme un tsunami dont la vague se serait déjà formée, mais qui n’aurait pas encore atteint la côte. En effet, l’évolution du savoir, même s’il existe des décalages pouvant atteindre jusqu’à un siècle, est homogène dans le long terme. Et les molécules impliquées dans l’évolution de la vie dans le fonctionnement du cerveau sont des objets dont les modifications reposent sur des phénomènes quantiques. 

 

liens: prismedetete.net -Les révolutions scientifiques : pipettes, équations et barricades

edelo.net -De la s.a. (science absolue) à la s.a.r.l. (science à rationalité limitée)

docteurangelique.forumactif.com -Qu’est-ce que le réel ? PAROLES DU PAPE BENOIT XVI

cafe-philo-des-phares.info -Qu’est-ce que la réalité ? par edgar morin

niarunblogfr.unblog.fr -derrière la théorie du chaos: un ordre strict

mlikahamdi.unblog.fr -mathématiques et discours politique!

sciences.blogs.liberation.fr -DIEU, HAWKING ET LA PHYSIQUE… HÉLAS !

maquerelleduvrai.hautetfort.com -Des miracles sans Dieu (de l’immanence et des mathématiques)

math.ens.fr -culture math Ressources pour les enseignants de mathématiques

blog.mysciencework.com -Mathématiques et Biologie au 21e siècle : nouvelles frontières interdisciplinaires

igdss.lu/medias/pdf -LES SCIENCES MATHEMATIQUES A L’AUBE DU 21e SIECLE

journal-integral.blogspot.fr -A l’heure d’une crise systémique sans précédent

 

A bientôt dans mon prochain article qu’est-ce que le réel?

journal-integral.blogspot.fr -A l’heure d’une crise systémique sans précédent

 

journal-integral.blogspot.fr -A l’heure d’une crise systémique sans précédent

 

 

 

Pense bête pour moi: http://viti-vino.blogspot.fr/

http://michel.bitbol.pagesperso-orange.fr/esprit.matiere.html

wolframscience.com -a new kind of science on line

motls.blogspot.fr -A Moment for Particle Physics: The End of a 40-Year Story?

astrosurf.com -UNE INTRODUCTION A LA PHILOSOPHIE DES SCIENCES

her.uqam.ca -La philosophie des sciences après Kuhn

Une réflexion au sujet de « Notre existence a-t-elle un sens? 4) Vers de nouvelles « lumières » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s