Champignons de Corrèze et p’tit train!


La Cueillette début août 2011

En général, je trouve des champignons en septembre. Mais c’est un plaisir que les joies de la découverte et de la cueillette soient avancées. Ce n’est pas ma cueillette, mais tant pis, tu ne m’en voudras pas si je la dévoile?


J’en profite pour faire un tour (via internet) sur les petits trains dont j’ai dû voir les locomotives à la gare de Tulle. J’habitais à 100 m de la gare dans les années 1960, je me souviens seulement que ma mère (et mon père aussi) « pestait » contre le dépôt de fumée charbonneuse sur son linge. Les petits trains ont disparu depuis, mais laissent de grands souvenirs à ceux qui les ont connus, en particulier l’inauguration du transcorrézien par le Président Poincaré. 


Et d’abord, le Paris-Orléans-Corrèze:

(source:    transcorrezien.com.


« Exploité à partir de l’année 1904, le petit train du P.O.C., affectueusement appelé « Le Transcailladou », a durant 56 ans, transporté ses passagers. Crachotant, peinant dans les dures montées en lacets, il a ainsi permis à la population de découvrir la ville et de s’évader un peu… »

« Comme beaucoup de réseaux secondaires, l’histoire du Paris Orléans Corrèze (P.O.C.) naît du plan Freycinet en 1879 (programme national d’équipement ferroviaire) destiné à compléter le réseau existant. Initialement prévues d’Uzerche à Aurillac via Tulle et Argentat et de Uzerche à Meymac via Treignac, les lignes du POC iront finalement, après de nombreux projets, d’Uzerche à Argentat via Tulle, embranchement Seilhac Treignac.

En 1885, le plan Raynal destiné à réaliser des économies de construction préconise le principe de voie métrique sur l’ensemble des lignes du plan Freycinet. Il faudra attendre 1897 pour que ces lignes soient déclarées d’utilité publique. Le PO décide alors de confier l’exploitation et la construction des lignes à la société des Batignolles. En 1898, le tracé définitif des lignes est adopté et en 1901, les travaux proprement dits commencent et seront achevés en 1903. Pour répondre à la question de l’exploitation de lignes, la société des Batignolles crée en décembre 1903, la Société d’Exploitation de Chemins de fer de Corrèze (SECC). L’ouverture des lignes peut alors intervenir :
14 février 1904 : la ligne Tulle Argentat est inaugurée
30 juin 1904 : la section Tulle Uzerche
20 juillet 1904 : la portion Seilhac Treignac »

Allons maintenant sur le transcorrézien

leportailferroviaire.free.fr/trains/transco/index.htm

Le transcorrézien, « Surnommé « Le Tacot », en raison de sa faible allure, le Transcorrézien a rythmé pendant 46 années la vie des villages et des hameaux corréziens. Comme son compère « Le Transcailladou », il a symbolisé l’arrivée du modernisme et du désenclavement des campagnes… »


Le Transcorrézien appelé plus familièrement le Tacot, fut pendant une cinquantaine d’années le tramway à vapeur le plus utilisé de Haute-Corrèze, reliant Tulle et Ussel en Corrèze. Ses lignes furent exploitées de 1912 à 1925 par la « Société des Tramways Départementaux de la Corrèze » et de ce fait, la dénomination administrative est le plus souvent Tramways de la Corrèze ou T.C.

Histoire: Inauguré en 1913 par Raymond Poincaré alors Président de la République, il sillonna la campagne corrézienne jusqu’à sa disparition en 1970. Mêlé à tous les évènements de la vie locale : mariage, foire, pèlerinage, vie quotidienne, résistance,… Il était pour certains le lien privilégié, voir unique, avec le monde extérieur.
Au total plus de 190 kilomètres de lignes pour une activité tant marchandises que voyageurs, reliant Tulle et Ussel avec pas moins de 15 arrêts : TulleLaguenneEspagnacSaint-Pardoux-la-Croisille,ClergouxMarcillac-la-CroisilleLafage-sur-SombreLapleauSoursacSaint-Pantaléon-de-LapleauSaint-Hilaire-LucNeuvicLiginiacChirac-Bellevue et Ussel.
Le Transcorrézien aujourd’hui[modifier]
Aujourd’hui, il reste quelques vestiges de son histoire. Ça et là, quelques gares et citernes ont été restaurées. Et bien sûr des monstres d’architecture autant impressionnants que magnifiques : notamment le Viaduc des Rochers Noirs entre Soursac et Lapleau, pont suspendu de 170m de long au-dessus de la Luzège et classé monument historique. Mais aussi le wagon-grue en gare deChirac-Bellevue ou encore le Viaduc de Lantourne à Marcillac-la-Croisille.
Les randonneurs peuvent également prendre son chemin puisque les itinéraires de randonnée ont été dégagés en 2001, sur les anciennes voies de notre tacot.
Le Trancorrézien n’est plus, mais perdure dans les mémoires.
Le syndicat Mixte des itinéraires du Transcorrézien et du P.O.C., installé à Espagnac, a pour but la valorisation de ce patrimoine….


gare de tulle
gare d’ussel
traces de la voie à laguenne
autorail

viaduc des rochers noirs
viaduc des rochers noirs
gare de laguenne
château d’eau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s