Réflexions sur la mythique Atlantide


REFLEXIONS SUR LA MYTHIQUE ATLANTIDE

 

 

 

 

 

 

 

 

LA GRANDE HYPOTHESE et les survivants de l’Atlantide.

 

 

Ma lecture de « La grande hypothèse » d’Albert Slosman porte surtout sur le grand cataclysme qui est sans doute une autre façon de voir le Déluge de la Bible. Je crois que tous les grands mythes de l’humanité parlent de ce qui a dû être une catastrophe naturelle que la terre aurait subi il y a 14 000 ans selon Slosman. Les 3 grandes pyramides d’Egypte et le Sphinx seraient selon lui un témoignage des survivants de ce évênement à l’adresse des générations futures et un avertissement qui a un écho particulier aujourd’hui où on parle de plus en plus de fin du monde . L’émission de la chaîne 4 (apocalypse en 2012) est significative à cet égard.

 

De « la grande hypothèse », le Figaro écrivait alors: la « construction qui s’acomplit devant nous est peut être un des évênements de notre temps ». Et Slosman le définissait ainsi: « c’était en définitive une histoire du monothéisme des origines à la fin du monde que j’étais en train d’écrire, en voulant démontrer que le Dieu des chrétiens était le même que le Créateur originel. L’éternel était Yahvé, mais aussi Ptah. Dieu était celui de Jésus, de Moîse, d’Abraham mais aussi d’Osiris. Et ce Dieu Un avait déjà été l’unique créateur de la Création, celui qui inspira la Loi à ses créatures! A chaque ère céleste correspondait un Fils de Dieu, un Messie ».

 

« C’est une Histoire du monothéisme des origines à la fin du monde que j’étais en train d’écrire, en voulant démontrer que le Dieu des chrétiens était le même que le Créateur originel. L’Eternel était Yahvé mais aussi Ptah. Dieu était celui de Jésus, de Moîse, d’Abraham, mais aussi d’Osiris. Et ce Dieu Un avait déjà été l’unique Créateur de la Création, celui qui inspira la Loi à ses créatures. A chaque être céleste correspondait un Fils de Dieu, un Messie ».    Albert Slosman

 

Cette oeuvre d’Albert Slosman aurait dû être, sous la dénomination générique « L’éternité n’appartient qu’à Dieu ».

 A) LA TRILOGIE DES ORIGINES.

     1) Le Grand Cataclysme (paru en 1976).

     2) Les survivants de l’Atlantide (paru en 1978).

     3) Et Dieu ressuscita à Dendérah (paru en  1980).

 B) LA TRILOGIE DU PASSE.

     1) Moîse l’Egyptien (paru en 1981).

     2) Akhenaton, le Divin mortel (non paru).

     3) Et Dieu oublia l’Egypte (non paru).

 C) LA TRILOGIE DU FUTUR.

1) Jésus le Christ (non paru).

2) L’Apocalypse de la 8ème vision (non paru).

3) L’éternité n’appartient qu’à Dieu (non paru).

 D) LA TETRALOGIE DU SAVOIR.

     1) l’Astronomie selon les Egyptiens (non paru).

     2) Les Mathématiques selon les Egyptiens (non paru).

     3) La Médecine selon les Egyptiens (non paru).

     4) L’Evangile selon les Egyptiens (non paru).

 



Sommaire des articles à lire dans mon blog http://monblogdereflexions.blogspot.com

  libellé : »la grande hypothèse« .

          1)   Le hasard existe t-il?

          2)   Le destin s’écrit-il aussi?

          3)   Le grand cataclysme.

          4)   L’âme Atlante n’est pas perdue.

          5)   Les rescapés de l’Ahâ Men Ptah.

          6)   La résurrection de Ptah à Dendérah.

          7)   A la découverte du grand labyrinthe, le Cercle d’Or.

          8)   A la découverte de Dendérah, l’ère du Taureau

          9)   L’ère du Bélier: Moïse le rebelle et Dieu oublia l’Egypte (Cambyse le fou).

          10) L’ère des Poissons: Jésus le Christ.

          11) L’éternité n’appartient qu’à Dieu – Pour notre temps.

 

 

 

 

 

En complément à mon blog ,voici un article trouvé dans le blog: REFLEXIONS SUR LA MYTHIQUE ATLANTIDE

Il correspond tout à fait à celui de mon blog.


Mardi, 10 Mars 2009 12:00 Philippe Lassire

La lointaine légende de l’Atlantide a perduré jusqu’à nos jours profondément ancrée dans notre inconscient collectif.; près de 25.000 ouvrages en font foi. Pour un soit-disant mythe, c’est considérable. Elle n’a jamais cessé d’être actuelle pour de nombreux humains. Cette constatation doit être prise dans son sens le plus absolu. Si ce continent a disparu, il y a environ 11.500 ans, la tradition ésotérique nous affirme que les atlantes continuent à se perpétuer depuis cette lointaine époque. La mission cosmique de l’ancien empire atlante se poursuit au cours des âges, d’une manière différente, secrète, occultée et pourtant réelle, mais très souvent à l’insu de la conscience objective de chaque atlante contemporain.

 

Dans le spectacle du monde, les décors ont été depuis toujours préparés. Le rôle que nous devons individuellement remplir prendra une dimension plus nette si nous prêtons attention à la scène sur laquelle nous nous exprimons.

 

Dans ce monde qui nous a accueilli pour une étape de notre retour, l’Atlantide est à la fois le commencement et la fin, une page de l’histoire de l’humanité qui s’accomplit.

 

Donc, des centaines d’ouvrages, pour ne pas dire des milliers, ont traité de l’Atlantide plus ou moins sérieusement, afin d’en percer la réalité ou le mythe. La majorité des ouvrages, à part quelques singularités, fait un état d’un continent englouti à la suite d’un bouleversement cataclysmique. Certaines hypothèses font état que ce bouleversement aurait eu lieu au moment de l’entrée de la planète Vénus dans notre système solaire, provoquant ainsi des éruptions volcaniques dantesques et des raz de marées gigantesques, faisant basculer la Terre sur son axe (inclinaison actuelle) et la faisant tourner d’Est en Ouest et non comme originairement d’Ouest en Est (le ponant était le lever du soleil).

 

Entre autres, selon les scribes Ani et Nebseni (1700 ans avant JC), le nom hiéroglyphique de ce continent était Ahâ-Men-Ptah, ou «.Aîné-Couché-de-Dieu.».; contraction tardive dans les textes attachés à l’ouvrage improprement appelé Livre des Morts.: l’Amenta. Ce nom a cependant conservé une signification originelle, celui de «.Pays des Morts.», de «.Pays des Bienheureux.», de «.Pays de l’Au-delà.».

 

Ce continent avant de disparaître, et que son nom ne devint l’Atlantide, ou Ahâ-Men-Ptah, ou encore Amenta, était représentatif de l’Éden terrestre décrit par la Bible. Les monarques successifs de ce pays enchanteur et paisible furent traditionnellement les Ptah-Ahâ, ce qui signifie en hiéroglyphique.: «.Aîné-de-Dieu.» En effet, tous les monarques descendaient en droite ligne du premier Fils de Dieu, donc l’Aîné.

 

Pour une meilleure compréhension logique de la suite, nous transposons ces termes en phonétique française.: Ahâ se lit Ahan qui par extension est devenu Adam, qui reste ainsi l’Aîné. Ptah s’écrit aussi Phtah de par une phonétique grecque, ou Pi devient Phi. Ainsi Phtah-Ahan devint Pharaon, qui d’Aîné-de-Dieu devint Fils-de-Dieu. Ainsi s’expliquent dès ce début les noms d’Ahâ-Men-Ptah (Aîné-couché-de-Dieu) et d’Ath-Kâ-Ptah (Deuxième-cœur de Dieu) qui est devenu en phonétique grecque Aeguyptos et en phonétique française Égypte.

 

L’origine de notre civilisation occidentale, l’origine de chacun de nous se trouve dans bien des écrits qui subsistent remontant à la plus haute Antiquité, qui narrent, même s’ils sont en hiéroglyphes anaglyphiques, les annales Ahâ-Men-Ptah.

 

 

Tous les textes annoncent pratiquement les mêmes formules liturgiques.:

 

«.Au commencement, ces paroles enseignèrent les Ancêtres, ces bienheureux de la terre première.: Ahâ-Men-Ptah. Ils y vivaient pareillement aux Images du Cœur-Aimé.: le Cœur-Ainé.».

 

«.Ainsi furent les premières paroles.: — Je suis le Très-Haut, le Premier, le Créateur du Ciel et de la Terre, je suis le modeleur des enveloppes charnelles, et le pourvoyeur des Parcelles Divines. J’ai placé le Soleil sur un nouvel horizon en signe de bienveillance et en gage d’Alliance. J’ai fait s’élever l’Astre du Jour sur l’Horizon de mon Cœur.; mais pour que cela soit, j’ai institué la Loi de la Création qui agit sur les Parcelles de mon cœur afin de les animer dans ceux de mes Créatures. Et cela fut..»

 

Dès le préambule, des notions primordiales sont énoncées. L’Éternel est Dieu, et il est à l’origine de tout. Il transmet non seulement la vie, mais son mode de vie par une prédétermination. Celle-ci permettra de choisir entre les notions du bien et du mal et prédestinera, de ce fait, les cycles de la Terre jusqu’à ce que le mal soit éliminé, peut-être avec les créatures qui en sont les causes.

 

Ces rouages de la mécanique céleste portent le nom imagé de.: «.Combinaisons Mathématiques Divines.». Celles-ci sont les moteurs principaux, qui représentent les figures géométriques et les calculs mathématiques des mouvements célestes. Ceux «.des lumières errantes par rapport aux lumineuses fixes.» De ces combinaisons non pas supputées, mais qui dépendent d’une seule loi formant l’univers. L’harmonie cosmique se réalise. Elles forment la base fondamentale de l’action céleste sur les Parcelles Divines, ces âmes insufflées par Dieu aux enveloppes charnelles humaines par l’entremise des «.Douze.» qui sont les Douze Soleils des douze constellations équatoriales célestes. Leurs radiations arrivent sur la Terre à la vitesse de la lumière (300.000 km/s) pour former la trame du canevas des douze souffles célestes (les Douze) qui frapperont le cortex du nouveau-né pour imprimer dans son cerveau la Parcelle divine, ou l’âme pensante humaine, qui sera essentiellement différente pour chacun, grâce à deux principes.:

• Les douze, en parvenant sur Terre, auront une position propre instantanée, vu la rapidité de frappe. Elles (les constellations) formeront des Combinaisons Mathématiques qui seront l’assignation d’une prédétermination native dans une destinée globale des humains prévue par le Créateur pour ses créatures.

• Ces Douze Souffles, qui forment l’équateur céleste en 360 degrés, sont surtout appelés dans la suite du texte «.La Ceinture.», et cette image se comprend sans être obligé de disserter longuement. Mais, de cette ceinture émergent Quatre Aînés, qui sont les Quatre Souffles arrivant par les points cardinaux.: les Maîtres dont les Quatre Fils d’Horus sont les personnifications, et qui sont retrouvés très souvent dans plusieurs versets sous leurs propres noms. Ce sont eux qui impriment le schéma vivant principal de l’âme.

 

Ce fut ce préambule scolastique sacré et secret que les pontifes qui se sont succédé durant des millénaires dans la «.Maison-de-Vie.» attenante au «.Temple-de-la-Dame-du-Ciel.», à Dendérah, dispensèrent parcimonieusement aux seuls grands-prêtres.

Cette «.École.» antique, dont l’origine remonte à l’arrivée même de premiers rescapés, est authentifiée non seulement par des textes, mais par les sépultures mises à jour sous la colline des Pontifes, à moins de trois kilomètres du temple. Là «.reposent.» les «.Sages parmi les Sages.», les Bienheureux ayant la Connaissance de la volonté divine. L’un d’eux enseignait sous un «.Maître.» de la IIe dynastie au quatrième millénaire avant notre ère.; un autre sous Khoufou, le fameux Kheops. Le scribe royal de ce pharaon signale que le temple fut reconstruit par son maître suivant les données qui furent retrouvées dans les fondations originales, écrites sur rouleaux de cuir de gazelle par les suivants d’Horus, c’est-à-dire par les Aînés eux-mêmes, bien avant que le premier roi de la Ire dynastie ne montât sur le trône. Et là, nous remontons tellement loin que le vertige peut prendre ceux qui connaissent mal cette chronologie égyptienne.

 

Selon divers écrits le grand cataclysme eut lieu le 27 juillet 9792 avant J.C. Nous partirons donc d’une époque antérieure de dix millénaires à ce cataclysme pour situer l’existence de l’Atlantide qui représentait un vaste continent en plein milieu de l’Atlantique sud et s’étirant jusqu’au Groenland d’aujourd’hui. Eu égard à la position de la Terre d’alors, le climat était tempéré au Nord. Pendant 10 millénaires, la vie fut paisible sous les auspices des théocraties bienveillantes. Puis la situation se dégrada petit à petit jusqu’à ce que naisse celui qui deviendrait le dernier souverain avant le Grand Cataclysme ! Ce fut Geb, avant-dernier «.Ahâ.» de cet Éden et son épouse Nout. Le couple eut quatre enfants. Leur histoire, par étrangeté, rappelle fortement celle de la Bible à deux reprises. La première concerne Ève punie de curiosité en croquant la pomme, et la seconde Marie fécondée par Dieu, puisque Nout, l’épouse de Geb, fut dotée de son fils Ousir dans des conditions analogues à la jeune fille dont on parlerait en tant qu’épouse de Joseph.

 

Lorsque le pontife fixa la date du mariage de Geb et de Nout, il ne restait plus que cinquante et un ans à la terre Ahâ-Men-Ptah pour subsister au-dessus de la mer ! Mais la veille du jour prévu, Nout, qui s’était déjà installée au Palais royal, et qui se promenait dans les jardins avec ses suivantes, parvint justement dans l’enclos du sycomore sacré dédié au dialogue du Fils avec le Père. Curieuse, et pensant que son titre d’épouse du Fils, dès le lendemain, la mettrait à l’abri de représailles, la princesse y pénétra seule, «.pour voir.». Un peu lasse, et étourdie par sa fugue, Nout s’assit près du sycomore et appuya un peu sa chevelure contre l’écorce du magnifique tronc, si vieux et accueillant. Du même coup, sa tête reposa contre l’arbre, et toute entière corps et âme, elle connût instantanément la Paix ave le monde extérieur.; ses yeux se fermèrent sans qu’elle s’en rende compte !

 

Sombrant dans un sommeil irréel, Nout n’eut pas le temps d’analyser ce qui se produisait, car son étonnement se changea en frayeur lorsqu’une clarté aveuglante, irradiante, l’enveloppa toute, la pénétrant de toutes parts à la fois. Ayant l’impression de se consumer, l’effroi le plus intense se saisit d’elle, mais elle ne put ouvrir la bouche pour hurler. Elle se réduisait en cendres, se liquéfiait, tout en vivant malgré elle le jour le plus radieux que la Terre eût connu depuis son Origine !

 

Malgré le calme qui curieusement l’habitait, elle tenta d’ouvrir les paupières.; elle ne pouvait pas même remuer les cils. Affolée, d’être paralysée, elle se sentit sombrer dans l’inconscience, lorsqu’une voix, au fond d’elle-même très ferme, mais infiniment douce et rassurante, lui dit «.distinctement.».: Mon fils Ousir est désormais en ton sein.; ne crains rien à ce propos, car tu est fille de mon premier.: tu es celle que j’ai choisie pour m’aider à sauver encore une fois les hommes malgré eux ! Ousir sera le signe de ma Puissance et de ma Bonté. Toi, Nout, tu en seras la mère vénérée.; tu apprendras à Ousir, par les paroles que tus prononceras, que mon Cœur est en lui, et que mon Âme sera toujours avec la sienne pour qu’il exerce son pouvoir souverain… Ainsi soit-il fait !

 

Geb, entre-temps, était prévenu par Dieu d’avoir à épouser malgré tout Nout, et d’attendre qu’Ousir soit né pour concevoir un autre fils, qui lui, serait né de la Terre.

 

Nout, comme nous venons de le décrire, enfanta d’abord Osiris (Ousir) fruit de son contact avec le sycomore sacré dédié alors au dialogue du Fils avec le Père. De son union avec Geb elle enfanta Seth (Ousit), et les deux jumelles Isis (Iset) et Nephtys (Nek-Bet). L’aîné était fils de Dieu et le cadet était fils de Geb. D’où l’antagonisme évident lorsque Ousir fut déclaré roi, successeur de Geb, alors que le vrai fils du souverain était Ousit, dont le nom dans la rébellion qui s’ensuivit devint Sit, donc Seth en grec. Isis épousa par amour Osiris, les augures annonçant que le Fils qui leur naîtrait serait le générateur de la nouvelle multitude issue des rescapés du Grand Cataclysme. L’enfant qui vit le jour fut effectivement un garçon et il s’appela Hor, ou Horus.

 

Ce fut peu avant que ce dernier prenne la succession de son père qu’Ousir attaqua la capitale d’Ahâ-Men-Ptah avec les troupes rebelles levées à cet effet, déclenchant ainsi le processus de l’engloutissement du continent, car, Ousir ayant été apparemment tué à coups de lance par Ousit, la colère de Dieu se déchaîna sur les créatures et sa Création ce 27 juillet 9792 avant notre ère.

 

Les survivants débarquèrent aux environs de l’Agadir actuelle et les générations successives vécurent environ 5 millénaires en Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie et enfin Libye) avant d’arriver en terre promise Ath-Kâ-Ptah (deuxième cœur de Dieu qui est devenu en grec Aeguyptos ou Égypte).

 

Sur cette terre promise, en l’an 4303 avant que commence l’ère chrétienne, Ména ou Ménès en phonétique grecque, qui fut le premier Roi de la première dynastie, narra l’histoire de ses ancêtres. Mais depuis Ménès, les dogmes religieux impératifs du monothéisme initial s’estompèrent au fil des siècles, à nouveau pour s’effacer totalement les millénaires passant ! Après les invasions précédant le début de l’ère chrétienne, et la pénétration grecque, il ne subsista plus qu’une mythologie d’affabulation…

 

Ainsi se vérifièrent les propos d’Imouthès le Sage, dont les Hellènes firent Asclépios.: «.O Égypte, Égypte ! Il ne restera de ta religion que des fables ! Tes enfants eux-mêmes, plus tard, n’y croiront même plus. Rien ne survivra que des mots gravés sur des pierres qui seules se souviendront de tes pieux exploits..».

 

À Dendérah, dans le «.Temple de la Déesse du Ciel.» ou «.Maison de l’Univers.», la déesse Isis (Iset) est représentée comme la pure Vache céleste Hathor (appelée aussi Vache Blanche). Elle est l’œil droit du soleil et la grande maîtresse du ciel. En effet, Osiris (Ousir) étant le Taureau céleste, son épouse la pure Isis ne pouvait être représentée que sous la figuration d’une vache blanche.

 

 

Le témoignage de Platon

 

C’est à Platon que l’humanité profane doit tout ce qui est connu d’elle au sujet du continent Atlantide. En fait, beaucoup plus lui fut communiqué, mais il ne fut autorisé à transmettre uniquement ce que rapportent deux de ses dialogues.: le Timée et le Critias. Les citations qui en sont extraites pour la plupart des auteurs pour quelques thèses sur l’Atlantide négligent d’importants passages pour ne tenir compte que des informations relatives au continent perdu, et il en résulte erreur et confusion dans les commentaires édifiés sur cette base incomplète. Tout le Timée et tout le Critias devraient lus, étudiés et approfondis, par quiconque est attiré par l’histoire atlantéenne. Tout Platon est essentiel à connaître et à méditer pour celui qui s’est engagé dans la quête traditionnelle et mystique. Platon est un transmetteur au sens le plus sacré du terme. Il s’adresse à la foule mais aussi à l’initié, à celui qui sait lire entre les lignes, à celui qui par-delà les siècles, peut se mettre à l’unisson de sa pensée et de sa sagesse, pour en extraire une expression universelle de la vérité éternelle. Dans son œuvre, il a semé ce qui lui était permis de transmettre et parfois davantage. Il révèle avec discrétion, avec circonspection, mais ses dialogues reflètent sa profonde connaissance et pour qui sait y prendre garde, il y a chez Platon, aux détours d’une phrase ou d’un sourire, le mot, la motion, la clef d’un problème majeur à peine effleuré et quelquefois simplement suggéré ailleurs dans son œuvre.

 

Il faut lire et relire Platon, comme il faut lire et relire les auteurs antiques, Plotin, Plutarque, Pythagore et tant d’autres. On comprend vraiment alors que rien n’est nouveau sous le soleil et que nos temps modernes n’ont pas tant à apprendre qu’à découvrir ce que l’obscurantisme de dogmes moribonds a, pendant des siècles, voilé de sa laideur jalouse et craintive. Plutôt que de chercher dans des œuvres nouvelles qui ne sont souvent que plagiat de ce lointain passé, un peu de lumière, n’est-il pas mieux de retourner aux sources pour en recueillir le pur breuvage de l’authentique connaissance. Il n’est pas, en vérité, de meilleur guide que cette sagesse du passé.; elle renferme tout, y compris le présent, y compris l’homme dans son intégralité et chacun s’y retrouve tout entier avec ses problèmes, petits et grands, auxquels une réponse valable, une solution logique est alors donnée.

 

§§§

 

LE TIMÉE

 

Personnages du dialogue.Socrate, Timée, Hermocrate, Critias

 

Critias :

 

Je vais redire cette vieille histoire, comme je l’ai entendu raconter par un homme qui n’était pas jeune. Car Critias était alors, à ce qu’il disait, près de ses quatre-vingt-dix ans, et moi j’en avais dix tout au plus. C’était justement le jour de Couréotis pendant les Apaturies. La fête se passa comme d’habitude pour nous autres enfants. Nos pères nous proposèrent des prix de déclamation poétique. On récita beaucoup de poèmes de différents poètes, comme ceux de Solon étaient alors dans leur nouveauté, beaucoup d’entre nous les chantèrent. Un membre de notre phratrie dit alors, soit qu’il le pensât réellement, soit qu’il voulût faire plaisir à Critias, qu’il regardait Solon non seulement comme le plus sage des hommes, mais encore pour ses dons poétiques, comme le plus noble des poètes. Le vieillard, je m’en souviens fort bien, fut ravi de l’entendre et lui dit en souriant.: «.Oui Amyrandre, s’il n’avait pas fait de la poésie en passant et qu’il s’y fut adonné sérieusement, comme d’autres l’on fait, s’il avait achevé l’ouvrage qu’il avait rapporté d’Égypte. Et si les factions et les autres calamités qu’il trouva ici à son retour ne l’avaient pas contraint de la négliger complètement, à mon avis, ni Hésiode, ni Homère, ni aucun autre poète ne fut jamais devenu plus célèbre que lui. Quel était donc cet ouvrage, Critias.? dit Amymandre. C’était le récit de l’exploit le plus grand et qui mériterait d’être le plus renommé de tous ceux que cette ville ait jamais accompli.; mais le temps et la mort de ses auteurs n’ont pas permis que ce récit parvînt jusqu’à nous. — Raconte-moi le début, reprit l’autre, ce qu’en disait Solon et comment et à qui il l’avait ouï conter comme une histoire véritable..»

 

«.Il y a en Égypte, dit Critias, dans le Delta, à la pointe duquel le Nil se partage, un nome appelé saïtique, dont la principale ville est Saïs, patrie du roi Amasis. Les habitants honorent comme fondatrice de leur ville une déesse dont le nom égyptien est Neith, et le nom grec, à ce qu’ils disent, Athéna. Ils aiment beaucoup les Athéniens et prétendent avoir avec eux une certaine parenté. Son voyage l’ayant amené dans cette ville, Solon m’a raconté qu’il y fut reçu avec de grands honneurs, puis qu’ayant un jour interrogé sur les antiquités les prêtres les plus versés dans cette matière, il avait découvert que ni lui, ni aucun autre Grec n’en avait pour ainsi dire aucune connaissance. Un autre jour, voulant engager les prêtres à parler de l’Antiquité, il se mit a leur raconter ce que l’on sait chez nous de plus ancien. Il leur parla de Phoroneus qui fut, dit-on, le premier homme, et de Niobé, puis il leur conta comme Deucalion et Pyrrha survécurent au déluge.; il fit la généalogie de leurs descendants et il essaya, en distinguant les générations, de compter combien d’années s’étaient écoulées depuis ces événements.

 

Alors, un des prêtres qui était très vieux, lui dit.: «.Ah ! Solon, Solon, vous autres Grecs, vous êtes toujours des enfants, et il n’y a point de vieillards en Grèce.?.» À ces mots.: «.Que veux-tu dire par là.? demanda Solon.» — «.Vous êtes tous jeunes d’esprit, répondit le prêtre, car vous n’avez dans l’esprit aucune opinion ancienne fondée sur une vieille tradition et aucune science blanchie par le temps. Et en voici la raison. Il y a eu souvent et il y aura encore souvent des destructions d’hommes causées de diverses manières, les plus grandes par le feu et par l’eau, et d’autres moindres par mille autres choses. Par exemple, ce qu’on raconte aussi chez vous de Phaéton, fils du Soleil, qui, ayant un jour attelé le char de son père et ne pouvant le maintenir dans la voie paternelle, embrasa tout ce qui était sur la terre et périt lui-même frappé de la foudre, a, il est vrai, l’apparence d’une fable. Mais la vérité qui s’y recèle, c’est que les corps qui circulent dans le ciel autour de la terre devient de leur course et qu’une grande conflagration qui se produit à de grands intervalles détruit ce qui est sur la surface de la terre. Alors tous ceux qui habitent dans les montagnes et dans les endroits élevés et arides périssent plus tôt que ceux qui habitent au bord des fleuves et de la mer. Nous autres, nous avons le Nil, notre sauveur ordinaire, qui, en pareil cas, aussi, nous préserve de cette calamité par ses débordements. Quand, au contraire, les dieux submergent la terre sous les eaux pour la purifier, les habitants des montagnes, bouviers et pâtres, échappent à la mort, mais ceux qui résident dans vos villes sont emportés par les fleuves dans la mer, tandis que chez nous, ni dans ce cas, ni dans d’autres, l’eau ne dévale jamais des hauteurs dans les campagnes.; c’est le contraire, elles montent naturellement toujours d’en bas. Voilà comment et pour quelles raisons on dit que c’est chez nous que se sont conservées les traditions les plus anciennes. Mais en réalité, dans tous les lieux, où le froid ou la chaleur excessive ne s’y oppose pas, la race humaine subsiste toujours plus ou moins nombreuse. Aussi, tout ce qui s’est fait de beau, de grand ou de remarquable, sous tout autre rapport, soit chez vous, soit ici, soit dans tout autre pays dont nous ayons entendu parler, tout cela se trouve ici consigné par écrit dans nos temples depuis un temps immémorial et s’est ainsi conservé. Chez vous, au contraire, et chez les autres peuples, à peine êtes-vous pourvus de l’écriture et de tout ce qui est nécessaire aux cités que de nouveau, après l’intervalle de temps ordinaire, des torrents d’eau du ciel fondent sur vous comme une maladie et ne laissent survivre de vous que les illettrés et les ignorants, en sorte que vous vous retrouvez au point de départ comme des jeunes, ne sachant rien de ce qui s’est passé dans les temps anciens, soit ici, soit chez vous. Car ces généalogies de tes compatriotes que tu récitais tout à l’heure, Solon, ne diffèrent pas beaucoup de contes de nourrices. Tout d’abord, vous ne vous souvenez que d’un seul déluge terrestre, alors qu’il y en a eu beaucoup auparavant, ensuite, vous ignorez que la plus belle et la meilleure race qu’on ait vue parmi les hommes a pris naissance dans votre pays et que vous en descendez, toi, et toute votre cité actuelle, grâce à un petit germe échappé au désastre. Vous l’ignorez, parce que les survivants, pendant beaucoup de générations sont morts sans rien laisser par écrit. Oui, Solon, il fut un temps où, avant la plus grande des destructions opérées par les eaux, la cité qui est aujourd’hui Athènes, fut la plus vaillante à la guerre et sans comparaison la mieux policée à tous égards.: c’est elle qui, dit-on, accomplit les plus belles choses et inventa les plus belles institutions politiques dont nous ayons entendu parler sous le ciel.».

 

«.Solon m’a rapporté qu’en entendant cela, il fut saisi d’étonnement et pria instamment les prêtres de lui raconter exactement et de suite ce qui concernait ses concitoyens d’autrefois. Alors le vieux prêtre lui répondit.: «.Je n’ai aucune raison de te refuser, Solon, et je vais t’en faire un récit par égard pour toi et pour ta patrie, et surtout pour honorer la déesse qui protège votre cité et la nôtre et qui les a élevées et instruites, la vôtre, qu’elle a formée la première, mille ans avant la nôtre d’un germe pris a la terre et à Héphaïstos, et la nôtre par la suite. Depuis l’établissement de la nôtre, il s’est écoulé huit mille années.; c’est le chiffre que portent nos livres sacrés. C’est donc de tes concitoyens d’il y a neuf mille ans que je vais d’exposer brièvement les institutions et les glorieux exploits. Nous reprendrons tout en détail et de suite, une autre fois quand nous en aurons le loisir, avec les textes à la main. Compare d’abord leurs lois avec les nôtres. Tu verras qu’un bon nombre de nos lois actuelles ont été copiées sur celles qui étaient alors en vigueur chez vous. C’est ainsi d’abord que la classe des prêtres est séparée des autres.; de même celle des artisans, où chaque profession a son travail spécial, sans se mêler à une autre, et celle des bergers, des chasseurs, des laboureurs. Pour la classe des guerriers, tu as sans doute remarqué qu’elle est chez nous également séparée de toutes les autres, car la loi leur interdit de s’occuper d’aucune autre chose que de la guerre. Ajoute à cela la forme des armes, boucliers, et lances, dont nous nous sommes servis, avant tout autre peuple de l’Asie, en ayant appris l’usage de la déesse qui vous l’avait d’abord enseigné. Quant à la science, tu vois sans doute avec quel soin la loi s’en est occupée ici dès le commencement, ainsi que l’ordre du monde. Partant de cette étude des choses divines, elle a découvert tous les arts utiles à la vie humaine, jusqu’à la divination et à la médecine, qui veille à notre santé, et acquit toutes les connaissances qui s’y rattachent.

 

«.C’est cette constitution même et cet ordre que la déesse avait établis chez vous d’abord, quand elle fonda votre ville, ayant choisi l’endroit où vous êtes nés, parce qu’elle avait prévu que son climat heureusement tempéré y produirait des hommes de haute intelligence. Comme elle aimait à la fois la guerre et la science, elle a porté son choix sur le pays qui devait produire les hommes les plus semblables à elle-même et c’est celui-là qu’elle a peuplé d’abord. Et vous vous gouverniez par ces lois et de meilleures encore, surpassant tous les hommes dans tous les genres de mérite, comme on pouvait l’attendre de rejetons et d’élèves des dieux. Nous gardons ici, par écrit, beaucoup de grandes actions de votre cité qui provoquent l’admiration, mais il en est une qui les dépasse toutes en grandeur et héroïsme. En effet, les monuments écrits disent que votre cité détruisit jadis une immense puissance qui marchait insolemment sur l’Europe et l’Asie toute entière, venant d’un autre monde situé dans l’Océan Atlantique. On pouvait alors traverser cet Océan.; car il s’y trouvait une île devant ce détroit que vous appelez, dites-vous, les colonnes de Héraclès. Cette île était plus grande que la Libye et l’Asie réunies. De cette île, on pouvait alors passer dans les autres îles et de celles-ci gagner tout le continent qui s’étend en face d’elles et borde cette véritable mer. Car tout ce qui est en deçà du détroit dont nous parlons ressemble à un port dont l’entrée est étroite, tandis que ce qui est au-delà forme une véritable mer et que la terre qui l’entoure a vraiment tous les titres pour être appelée continent. Or, dans cette île Atlantide, des rois avaient formé une grande et admirable puissance, qui étendait sa domination sur l’île entière et sur beaucoup d’autres îles et quelques parties du continent. En outre, en deçà du détroit, de notre côté, ils étaient maîtres de la Libye jusqu’à l’Égypte, et de l’Europe jusqu’à la Tyrrhénie. Or, un jour, cette puissance réunissant toutes ses forces, entreprit d’asservir d’un seul coup votre pays, le nôtre et tous les peuples en deçà du détroit. Ce fut, alors, Solon, que la puissance de votre cité fit éclater aux yeux du monde sa valeur et sa force. Comme elle l’emportait sur toutes les autres par le courage et tous les arts de la guerre, ce fut elle qui prit le commandement des Hellènes.; mais, réduite à ses seules forces par la défection des autres et mise ainsi dans la situation la plus critique, elle vainquit les envahisseurs, éleva un trophée, préserva de l’esclavage les peuples qui n’avaient pas encore été asservis et rendit généreusement la liberté à tous ceux, qui, comme nous, habitent à l’intérieur des colonnes d’Héraclès. Mais dans le temps qui suivit, il y eut des tremblements de terre et des inondations extraordinaires et, dans l’espace d’un seul jour et d’une seule nuit néfastes, tout ce que vous aviez de combattants fut englouti d’un seul coup dans la terre, et l’île Atlantide, s’étant abîmée dans la mer, disparut de même. Voilà pourquoi, aujourd’hui encore, cette mer-là est impraticable et inexplorable, la navigation étant gênée par les bas-fonds vaseux que l’île a formés en s’affaissant..»

 

§§§

 

CRITIAS

 

Personnages du dialogue.Socrate, Timée, Hermocrate, Critias

 

Critias :

 

«.Avant tout, rappelons-nous qu’en somme il s’est écoulé neuf mille ans depuis la guerre qui, d’après les révélations des prêtres égyptiens, éclata entre les peuples qui habitaient au dehors par delà les colonnes d’Héraclès et tous ceux qui habitaient, en deçà. C’est cette guerre qu’il me faut maintenant raconter en détail. En deçà, c’est notre ville, dit-on, qui eut le commandement et soutint toute la guerre, au-delà, ce furent les rois de l’île Atlantide, île qui, nous l’avons dit, était autrefois plus grande que la Libye et l’Asie, mais, qui, aujourd’hui, engloutie par des tremblements de terre, n’a laissé qu’un limon infranchissable, qui barre le passage à ceux qui cinglent d’ici vers la grande mer. Quant aux nombreux peuples barbares et à toutes les tribus grecques qui existaient alors, la suite de mon discours, en se déroulant, si je puis dire, les fera connaître au fur et à mesure qu’il les rencontrera.; mais il faut commencer par les Athéniens de ce temps-là et par les adversaires qu’ils eurent à combattre et décrire les forces et le gouvernement des uns et des autres. Et entre les deux, c’est à celui de notre pays qu’il faut donner la priorité. Autrefois les dieux se partagèrent entre eux la terre entière, contrée par contrée et sans dispute.; car il ne serait pas raisonnable de croire que les dieux ignorent ce qui convient à chacun d’eux, ni que, sachant ce qui convient mieux aux uns, les autres essaient de s’en emparer à la faveur de la discorde.

 

Ayant donc obtenus dans ce juste partage le lot qui leur convenait, ils peuplèrent chacun leur contrée. Et, quand elle fut peuplée, ils nous élevèrent, nous, leurs ouailles et leurs nourrissons, comme les bergers leurs troupeaux, mais sans violenter nos corps, comme le font les bergers qui mènent paître leur bétail à coups de fouet. Mais, se plaçant pour ainsi dire à la poupe, d’où l’animal est le plus facile à diriger, ils le gouvernaient en usant de la persuasion comme gouvernail et maîtrisaient ainsi son âme selon leur propre dessein, et c’est ainsi qu’ils conduisaient et gouvernaient toute l’espèce mortelle.

 

Tandis que les autres dieux réglaient l’organisation des différents pays que le sort leur avait assignés, Héphaïstos et Athéna qui ont la même nature, et parce qu’ils sont enfants du même père, et parce qu’ils s’accordent dans le même amour de la sagesse et des arts, ayant reçu tous deux en commun notre pays, comme un lot qui leur était propre et naturellement approprié à la vertu et à la pensée, y firent naître de la terre des gens de bien et leur enseignèrent l’organisation politique. Leurs noms ont été conservés, mais leurs œuvres ont péri par la destruction de leurs successeurs et l’éloignement des temps, car l’espèce qui chaque fois survivait, c’était, comme je l’ai dit plus haut, celle des montagnards et des illettrés, qui ne connaissaient que les noms des maîtres du pays et savaient peu de chose de leurs actions. Ces noms, ils les donnaient volontiers à leurs enfants, mais des vertus et des lois de leurs devanciers ils ne connaissaient rien à part quelques vagues on-dit sur chacun d’eux. Dans la disette des choses nécessaires, où ils restèrent, eux et leurs enfants, pendant plusieurs générations, ils ne s’occupaient que de leurs besoins, ne s’entretenaient que d’eux et ne s’inquiétaient pas de ce qui s’était passé avant eux et dans les temps anciens. Les récits légendaires et la recherche des Antiquités apparaissent dans les cités en même temps que le loisir, lorsqu’ils voient que certains hommes sont pourvus des choses nécessaires à la vie, mais pas auparavant. Et voilà comment les noms des anciens hommes se sont conservés sans le souvenir de leurs de hauts faits. Et la preuve de ce que j’avance, c’est que les noms de Cécrops, d’Erechthée, d’Érichthonios, d’Erysichthon et la plupart de ceux des héros antérieurs à Thésée dont on ait gardé la mémoire, sont précisément ceux dont se servaient, au rapport de Solon, les prêtres égyptiens, lorsqu’ils lui racontèrent la guerre de ce temps-là. Et il en est de même des noms des femmes En outre, la tenue et l’image de la déesse, que les hommes de ce temps-là représentaient en armes conformément à la coutume de leur temps, où les occupations guerrières étaient communes aux femmes et aux enfants, signifient, que, chez tous les êtres vivants, mâles et femelles, qui vivent en sociétés, la nature a voulu qu’ils fussent les uns et les autres capables d’exercer en commun la vertu propre à chaque espèce.

 

Notre pays était alors habité par les différentes masses de citoyens qui exerçaient des métiers et tiraient du sol leur subsistance. Mais celle des guerriers, séparée des autres dès le commencement par des hommes divins, habitait à part. Ils avaient tout le nécessaire pour la nourriture et l’éducation, mais aucun d’eux ne possédait rien en propre.; ils pensaient que tout était commun entre eux tous, mais ils n’exigeaient des autres citoyens rien au-delà de ce qui leur suffisait pour vivre, et ils exerçaient toutes les fonctions que nous avons décrites hier en parlant des gardiens que nous avons imaginés.

 

On disait aussi, en ce qui concerne le pays, et cette tradition est vraisemblable et véridique, tout d’abord, qu’il était borné par l’isthme et qu’il s’étendait jusqu’aux sommets du Cithéron et du Parnès, d’où la frontière descendait en enfermant l’Oropie sur la droite, et longeant l’Asopos à gauche, du côté de la mer.; qu’ensuite la qualité du sol y était sans égale dans le monde entier, en sorte que le pays pouvait nourrir une nombreuse armée exempte des travaux de la terre. Une forte preuve de la qualité de notre terre, c’est que ce qui en reste à présent peut rivaliser avec n’importe laquelle pour la diversité et la beauté de ses fruits et sa richesse en pâturages propres à toute espèce de bétail. Mais, en ce temps-là, à la qualité de ses produits se joignait une prodigieuse abondance. Quelle preuve en avons-nous et qu’est-ce qui reste du sol d’alors qui justifie notre dire.? Le pays tout entier s’avance loin du continent dans la mer et s’y étend comme un promontoire, et il se trouve que le bassin de la mer qui l’enveloppe est d’une grande profondeur. Aussi, pendant les nombreuses et grandes inondations qui ont eu lieu pendant les neuf mille ans, car c’est le nombre des ans qui se sont écoulés depuis ce temps-là jusqu’à nos jours, le sol qui s’écoule des hauteurs en ces temps de désastre ne pose pas, comme dans les autres pays, de sédiment notable et, s’écoulant toujours sur le pourtour du pays, disparaît dans la profondeur des flots. Aussi comme il est arrivé dans les petites îles, ce qui reste à présent, comparé a ce qui existait alors, ressemble à un corps décharné par la maladie. Tout ce qu’il y avait de terre grasse et molle s’est écoulé et il ne reste plus que la carcasse nue du pays. Mais, en ces temps-là, le pays encore intact avait, au lieu de montagnes, de hautes collines.; les plaines qui portent aujourd’hui le nom de Phellus étaient remplies de terre grasse.; il y avait sur les montagnes de grandes forêts, dont il reste encore aujourd’hui des témoignages visibles. Si, en effet, parmi les montagnes, il en est qui ne nourrissent plus que des abeilles, il n’y a pas bien longtemps qu’on y coupait des arbres propres à couvrir les plus vastes constructions, dont les poutres existent encore. Il y avait aussi beaucoup de grands arbres à fruits et le sol produisait du fourrage à l’infini pour le bétail. Il recueillait aussi les pluies annuelles de Zeus et ne perdait pas comme aujourd’hui l’eau qui s’écoule de la terre dénudée dans la mer, et, comme la terre était alors épaisse et recevait l’eau dans son sein et la tenait en réserve dans l’argile imperméable, elle laissait échapper dans les creux l’eau des hauteurs qu’elle avait absorbée et alimentait en tous lieux d’abondantes sources et de grosses rivières. Les sanctuaires qui subsistent encore aujourd’hui près des sources qui existaient autrefois portent témoignage de ce que j’avance à présent. Telle était la condition naturelle du pays. Il avait été mis en culture, comme on pouvait s’y attendre, par de vrais laboureurs, uniquement occupé à leur métier, amis du beau et doués d’un heureux naturel disposant d’une terre excellente et d’une eau très abondante et favorisés dans leur culture du sol par des saisons plus heureusement tempérées.

 

Quant à la ville, voici comment elle était ordonnée ce temps-là. D’abord l’acropole n’était pas alors dans l’état où elle est aujourd’hui. En une seule nuit, des pluies extraordinaires, diluant le sol qui la couvrait, la laissèrent dénudée. Des tremblements de terre s’étaient produits, en même temps que cette chute d’eau prodigieuse, qui fut la troisième avant la destruction qui eut lieu au temps de Deucalion. Mais auparavant, à une autre époque, telle est la grandeur de l’acropole qu’elle s’étendait jusqu’à l’Éridan et à l’Ilisos et comprenait le Pnyx, et qu’elle avait pour borne le mont Lycabette du côté qui fait face au Pnyx. Elle était entièrement revêtue de terre et, sauf sur quelques points, elle formait une plaine à son sommet. En dehors de l’acropole, au pied même de ses pentes, étaient les habitations des artisans et des laboureurs qui cultivaient les champs voisins. Sur le sommet, la classe des guerriers demeurait seule autour du temple d’Athéna et d’Héphaïstos, après avoir entouré le plateau d’une seule enceinte comme on fait le jardin d’une seule maison. Ils habitaient le Nord de ce plateau, où ils avaient aménagé des logements communs et des réfectoires d’hiver, et Ils avaient tout ce qui convenait à leur genre de vie en commun, soit en fait d’habitations, soit en fait de temples, à l’exception de l’or et de l’argent.; car ils ne faisaient aucun usage de ces métaux en aucun cas. Attentifs à garder le juste milieu entre le faste et la pauvreté servile, ils se faisaient bâtir des maisons décentes, ou ils vieillissaient, eux et les enfants de leurs enfants et qu’ils transmettaient toujours les mêmes à d’autres pareils à eux. Quant à la partie Sud, lorsqu’ils abandonnaient en été, comme il est naturel, leurs jardins, leurs gymnases, leurs réfectoires, elle leur en tenait lieu. Sur l’emplacement de l’acropole actuelle, il y avait une source qui fut engorgée par les tremblements de terre et dont il reste les minces filets d’eau qui ruissellent du pourtour.; mais elle fournissait alors à toute la ville une eau abondante, également saine en hiver et en été. Tel était le genre de vie de ces hommes qui étaient à la fois les gardiens de leurs concitoyens et les chefs avoués des autres Grecs. Ils veillaient soigneusement à ce que leur nombre, tant d’hommes que de femmes, déjà en état ou encore en état de porter les armes, fût autant que possible, constamment le même, c’est-à-dire environ vingt mille.

 

Voilà donc quels étaient ces hommes et voilà comment ils administraient invariablement, selon les règles de la justice, leur pays et la Grèce. Ils étaient renommés dans toute l’Europe et toute l’Asie pour la beauté de leurs corps et les vertus de toutes sortes qui ornaient leurs âmes, et ils étaient les plus illustres de tous les hommes d’alors. Quant à la condition et à la primitive histoire de leurs adversaires, si je n’ai pas perdu le souvenir de ce que j’ai entendu raconter étant encore enfant, c’est ce que je vais maintenant vous exposer, pour en faire partager la connaissance aux amis que vous êtes.

 

Mais, avant d’entrer en matière, j’ai encore un détail a vous expliquer, pour que vous ne soyez pas surpris d’entendre des noms grecs appliqués à des barbares. Vous allez en savoir la cause. Comme Solon songeait à utiliser ce récit pour ses poèmes, il s’enquit du sens des noms, et il trouva que ces Égyptiens, qui les avaient écrits les premiers, les avaient traduits dans leur propre langue. Lui-même, reprenant à son tour le sens de chaque nom, le transporta et transcrivit dans notre langue. Ces manuscrits de Solon étaient chez mon grand-père et sont encore chez moi à l’heure qu’il est, et je les ai appris par cœur étant enfant. Si donc vous entendez des noms pareils à ceux de chez nous, que cela ne vous cause aucun étonnement.: vous en savez la cause.

 

Et maintenant voici à peu près de quelle manière commença ce long récit. Nous avons déjà dit, au sujet du tirage au sort que firent les dieux, qu’ils partagèrent toute la terre en lots plus ou moins grands suivant les pays et qu’ils établirent en leur honneur des temples et des sacrifices. C’est ainsi que Poséidon, ayant eu en partage l’île Atlantide, installa des enfants qu’il avait eus d’une femme mortelle dans un endroit de cette île que je vais décrire. Du côté de la mer s’étendait, vers le milieu de l’île entière, une plaine qui passe pour avoir été la plus belle de toutes les plaines et fertile par excellence. Vers le centre de cette plaine, à une distance d’environ cinquante stades, on voyait une montagne qui était partout de médiocre altitude. Sur cette montagne habitait un de ces hommes qui, à l’origine, qui étaient, en ce pays, nés de la terre. Il s’appelait Événor et vivait avec une femme du nom de Leucippe. Ils engendrèrent une fille unique, Clito, qui venait d’atteindre l’âge nubile, quand son père et sa mère moururent Poséidon, s’en étant épris, s’unit à elle et fortifia la colline où elle demeurait, en en découpant le pourtour par des enceintes faites alternativement de mer et de terre, les plus grandes enveloppant les plus petites. Il en traça deux de terre et trois de mer et les arrondit en partant du milieu de l’île, dont elles étaient partout à égale distance, de manière à rendre le passage infranchissable aux hommes, car on ne connaissait encore en ce temps-là ni vaisseaux ni navigation. Lui-même embellit l’île centrale, chose aisée pour un dieu. Il fit jaillir du sol deux sources d’eau, l’une chaude et l’autre froide, et fit produire à la terre des aliments variés et abondants. Il engendra cinq couples de jumeaux mâles, les éleva, et, ayant partagé l’île entière de l’Atlantide en dix portions, il attribua au premier né du couple le plus vieux la demeure de sa mère et le lot de terre alentour, qui était le plus vaste et le meilleur.; il l’établit roi sur tous ses frères et, de ceux-ci, fit des souverains, en donnant à chacun d’eux un grand nombre d’hommes à gouverner et un vaste territoire. Il leur donna des noms à tous. Le plus vieux, le roi, reçut le nom qui servit à désigner l’île entière et la mer qu’on appelle Atlantique, parce que le premier roi du pays à cette époque portait le nom d’Atlas. Le jumeau né après lui, à qui était échue l’extrémité de l’île du côté des colonnes d’Héraclès, jusqu’à la région qu’on appelle aujourd’hui Gadirique en ce pays, se nommait en grec Eumèlos et en dialecte indigène Gadire, mot d’ou la région a sans doute tiré son nom. Les enfants du deuxième couple furent appelés, l’un Amphérès, l’autre Évaimon. Du troisième couple, l’aîné reçut le nom de Mnèseus, le cadet celui d’Autochthon. Du quatrième, le premier né fut nommé Élasippos, le deuxième Mèstor.; à l’aîné du cinquième groupe, on donna le nom d’Azaès, au cadet celui de Diaprépès. Tous ces fils de Poséidon et leurs descendants habitèrent ce pays pendant de longues générations. Ils régnaient sur beaucoup d’autres îles de l’Océan et, comme je l’ai déjà dit, ils étendaient en outre leur empire, de ce côté-ci, à l’intérieur du détroit, jusqu’à l’Égypte et à la Tyrrhénie.

 

La race d’Atlas devint nombreuse et garda les honneurs du pouvoir. Le plus âgé était roi, et, comme il transmettait toujours le sceptre au plus âgé de ses fils, ils conservèrent la royauté pendant de nombreuses générations Ils avaient acquis des richesses immenses, telles qu’on n’en vit jamais dans aucune dynastie royale et qu’on n’en verra pas facilement dans l’avenir. Ils disposaient de toutes les ressources de leur cité et de toutes celles qu’il fallait tirer de la terre étrangère. Beaucoup leur venaient du dehors, grâce à leur empire, mais c’est l’île elle-même qui leur fournissait la plupart des choses à l’usage de la vie, en premier lieu tous les métaux, solides ou fusibles, que l’on extrait des mines, et en particulier une espèce dont nous ne possédons plus que le nom, mais qui était alors plus qu’un nom et qu’on extrayait de la terre en maint endroit de l’île, l’orichalque, le plus précieux après l’or, des métaux alors connus. Puis tout ce que la forêt fournit de matériaux pour les travaux des charpentiers, l’île le produisait aussi en abondance. Elle nourrissait aussi en abondamment les animaux domestiques et sauvages. On y trouvait une race d’éléphants très nombreuse.; car elle offrait une plantureuse pâture non seulement à tous les autres animaux qui paissent au bord des marais, des lacs et des rivières, ou dans les forêts, ou dans les plaines, mais encore également à cet animal, qui par nature est le plus gros et le plus vorace. En outre, tous les parfums que la terre nourrit à présent, en quelque endroit que ce soit, qu’ils viennent de racines ou d’herbes ou de bois, ou de sucs distillés par les fleurs ou les fruits, elle les produisait et les nourrissait parfaitement, et aussi les fruits cultivés et les secs, dont nous usons pour notre nourriture. Et tous ceux dont nous nous servons pour compléter nos repas, et que nous désignons par le terme général de légumes, et ces fruits ligneux qui nous fournissent des boissons, des aliments et des parfums, et ce fruit à écailles et de conservation difficile, fait pour notre amusement et notre plaisir. Et tous ceux que nous servons après le repas pour le soulagement et la satisfaction de ceux qui souffrent d’une pesanteur d’estomac, tous ces fruits, cette île sacrée qui voyait alors le soleil, les produisait magnifiques, admirables, en quantités infinies. Avec toutes ces richesses qu’ils tiraient de la terre, les habitants construisirent les temples, les palais des rois, les ports, les chantiers maritimes, et ils embellirent le reste du pays dans l’ordre que je vais dire.

 

Ils commencèrent par jeter des ponts sur les fossés d’eau de mer qui entouraient l’antique métropole, pour ménager un passage vers le dehors et vers le palais royal. Ce palais, ils l’avaient élevé dès l’origine à la place habilitée par le dieu et leurs ancêtres. Chaque roi, en le recevant de son prédécesseur, ajoutait à ses embellissements et mettait tous ses soins à le surpasser, si bien qu’ils firent de leur demeure un objet d’admiration par la grandeur et la beauté de leurs travaux. Ils creusèrent depuis la mer jusqu’à l’enceinte extérieure un canal de trois plèthres de large, de cent pieds de profondeur et de cinquante stades de longueur, et ils ouvrirent aux vaisseaux venant de la mer une entrée dans ce canal, comme dans un port, en y ménageant une embouchure suffisante pour que les plus grands vaisseaux y pussent pénétrer. En outre, à travers les enceintes de terre qui séparaient celles de mer, vis-à-vis des ponts, ils ouvrirent des tranchées assez larges pour permettre à une trière de passer d’une enceinte à l’autre et, par-dessus ces tranchées Ils mirent des toits pour qu’on pût naviguer dessous, car les parapets des enceintes de terre étaient assez élevés au-dessus de la mer. Le plus grand des fossés circulaires, celui qui communiquait avec la mer avait trois stades de largeur, et l’enceinte de terre qui lui faisait suite en avait autant. Des deux enceintes suivantes, celle d’eau avait une largeur de deux stades et celle terre était encore égale à celle d’eau qui la précédait.; celle qui entourait l’île centrale n’avait qu’un stade. Quant à l’île où se trouverait le palais des rois, elle avait un diamètre de cinq stades. Ils revêtirent d’un mur de pierre le pourtour de cette île, les enceintes et les deux côtes du pont, qui avait une largeur d’un plèthre. Ils mirent des tours et des portes sur les ponts et à tous les endroits où passait la mer. Ils tirèrent leurs pierres du pourtour de l’île centrale et de dessous les enceintes, à l’extérieur et à l’intérieur.; il y en avait des blanches, des noires et des rouges. Et en extrayant les pierres, ils construisirent des bassins doubles creusés dans l’intérieur du sol, et couverts d’un toit par le roc même. Parmi ces constructions, les unes étaient d’une seule couleur.; dans les autres, ils entremêlèrent les pierres de manière à faire un tissu varié de couleurs pour le plaisir des yeux, et leur donnèrent ainsi un charme naturel. Ils revêtirent d’airain, en guise d’enduit, tout le pourtour du mur qui entourait l’enceinte la plus extérieure.; d’étain fondu celui de l’enceinte intérieure, et celle qui entourait l’acropole elle-même d’orichalque aux reflets de feu.

 

Le palais royal, à l’intérieur de l’acropole, avait été agencé comme je vais dire. Au centre même de l’acropole il y avait un temple consacré à Clito et à Poséidon. L’accès en était interdit et il était entouré d’une clôture d’or. C’est là, qu’à l’origine, ils avaient engendré et mis au jour la race des dix princes. C’est là aussi qu’on venait chaque année des dix provinces qu’ils s’étaient partagées offrir à chacun d’eux les sacrifices de saison. Le temple de Poséidon lui-même était long d’un stade, large de trois plèthres et d’une hauteur proportionnée à ces dimensions, mais il avait dans son aspect quelque chose de barbare. Le temple tout entier, à l’extérieur, était revêtu d’argent, hormis les acrotères, qui l’étaient d’or.; à l’intérieur, la voûte était tout entière d’ivoire émaillé d’or, d’argent et d’orichalque.; tout le reste, murs, colonnes et pavés, était garni d’orichalque. On avait dressé des statues d’or, en particulier celle du dieu, debout sur un char, conduisant six chevaux ailés, et si grand que sa tête touchait la voûte, puis, en cercle autour de lui, cent Néréides sur des dauphins.; car on croyait alors qu’elles étaient au nombre de cent, mais il y avait beaucoup de statues consacrées par des particuliers. Autour du Temple, à l’extérieur, se dressaient les statues d’or de toutes les princesses et de tous les princes qui descendaient des dix rois et beaucoup d’autres grandes statues dédiées par les rois et les particuliers, soit de la ville même, soit des pays du dehors soumis a leur autorité. Il y avait aussi un autel dont la grandeur et le travail étaient en rapport avec tout cet appareil, et tout le palais de même était proportionné à la grandeur de l’empire, comme aussi aux ornements du temple.

 

Les deux sources, l’une d’eau froide et l’autre d’eau chaude, avaient un débit considérable et elles étaient, chacune, merveilleusement adaptées aux besoins des habitants par l’agrément et la vertu de leurs eaux Ils les avaient entourées de bâtiments et de plantations d’arbres appropriées aux eaux. Ils avaient construit tout autour des bassins, les uns à ciel ouvert, les autres couverts, destinés aux bains chauds en hiver. Les rois avaient les leurs à part, et les particuliers aussi.; il y en avait d’autres pour les femmes et d’autres pour les chevaux et les autres bêtes de somme, chacun d’eux étant disposé suivant sa destination. Ils conduisaient l’eau qui s’en écoulait dans le bois sacré de Poséidon, où il y avait des arbres de toutes essences, d’une grandeur et d’une beauté divines, grâce à la qualité du sol.; puis ils la faisaient écouler dans les enceintes extérieures par des aqueducs qui passaient sur les ponts. Là, on avait aménagé de nombreux temples dédiés à de nombreuses divinités, beaucoup de jardins et beaucoup de gymnases, les uns pour les hommes, les autres pour les chevaux, ces derniers étant construits à part dans chacune des deux îles formées par les enceintes circulaires. Entre autres, au milieu de la plus grande île, on avait réservé la place d’un hippodrome d’un stade de large, qui s’étendait en longueur sur toute l’enceinte, pour le consacrer aux courses de che­vaux. Autour de l’hippodrome, il y avait, de chaque côté, des casernes pour la plus grande partie de la garde Ceux des gardes qui inspiraient le plus de confiance, te­naient garnison dans la plus petite des deux enceintes, qui était aussi la plus près de l’acropole, et à ceux qui se distinguaient entre tous par leur fidélité on avait assigné des quartiers à l’intérieur de l’acropole autour des rois mêmes.

 

Les arsenaux étaient pleins de trières et de tous les agrès nécessaires aux trières, le tout parfaitement apprêté. Et voilà comment tout était disposé autour du palais des rois.

 

Quand on avait traversé les trois ports extérieurs, on trouvait un mur circulaire commençant à la mer et partout distant de cinquante stades de la plus enceinte et de son port. Ce mur venait fermer le point d’entrée du canal du côté de la mer. Il était tout entier couvert de maisons nombreuses et serrées les unes contre les autres, et le canal et le plus grand port étaient remplis de vaisseaux et de marchands venus de tous les pays du monde et de leur foule s’élevaient jour et nuit des cris, du tumulte et des bruits de toute espèce.

 

Je viens de vous donner un rapport assez fidèle de ce que l’on m’a dit jadis de la ville et du vieux palais. À présent il me faut essayer de rappeler quel était le caractère du pays et la forme de son organisation. Tout d’abord, on m’a dit que tout le pays était très élevé et à pic sur la mer, mais que tout autour de la ville s’étendait une plaine qui l’entourait et qui était, elle-même, encerclée de montagnes descendant jusqu’à la mer.; que sa surface était unie et régulière, qu’elle était oblongue en son ensemble, qu’elle mesurait sur un côté trois mille stades et à son centre, en montant de la mer, deux mille. Cette région était, dans toute la longueur de l’île, exposée au midi et à l’abri des vents du nord. On vantait alors les montagnes qui l’entouraient, comme dépassant en nombre, en grandeur et en beauté toutes celles qui existent aujourd’hui. Elles renfermaient un grand nombre de riches villages peuplés de périèques, des rivières, des lacs et des prairies qui fournissaient une pâture abondante à tous les animaux domestiques et sauvages et des bois nombreux et d’essences variées amplement suffisantes pour toutes les sortes d’ouvrages de l’industrie.

 

Or cette plaine avait été, grâce à la nature et aux travaux d’un grand nombre de rois au cours de longues générations, aménagée comme je vais dire. Elle avait la forme d’un quadrilatère généralement rectiligne et oblong, ce qui lui manquait en régularité avait été corrigée par un fossé creusé sur son pourtour. En ce qui regarde la profondeur, la largeur et la longueur de ce fossé, il est difficile de croire qu’il ait eu les proportions qu’on lui, prête, si l’on considère que c’était un ouvrage fait de main d’homme, ajouté aux autres travaux. Il faut cependant répéter ce que nous avons ouï dire.: il avait été creusé à la profondeur d’un plèthre, sa largeur était partout d’un stade, et, comme sa longueur embrassait toute la plaine, elle montait à dix mille stades. Il recevait les cours d’eau qui descendaient des montagnes, faisait le tour de la plaine, aboutissait à la ville par ses deux extrémités, d’où on le laissait s’écouler dans la mer. De la partie haute de la ville partaient des tranchées d’environ cent pieds de large, qui coupaient la plaine en ligne droite et se déchargeaient dans le fossé près de la mer.; de l’une à l’autre il y avait un intervalle de cent stades. Elles servaient au flottage des bois descendus des montagnes vers la ville et au transport par bateaux des autres productions de chaque saison, grâce à des canaux qui partaient des tranchées et les faisaient communiquer obliquement les unes avec les autres et avec la ville. Notez qu’il y avait tous les ans deux récoltes, parce que l’hiver on utilisait les pluies de Zeus et en été les eaux qui jaillissent de la terre, qu’on amenaient des tranchées.

 

En ce qui regarde le nombre de soldats que devait fournir la plaine en cas de guerre, on avait décidé que chaque district fournirait un chef. La grandeur du district était de dix fois dix stades et il y en avait en tout six myriades. Quant aux hommes à tirer des montagnes et du reste du pays, leur nombre, à ce qu’on m’a dit, était infini.; ils avaient tous été répartis par localités et par villages entre ces districts sous l’autorité des chefs. Or le chef avait ordre de fournir pour la guerre la sixième partie d’un char de combat, en vue d’en porter l’effectif à dix mille.; deux chevaux et leurs cavaliers.; en outre un attelage de deux chevaux, sans char, avec un combattant armé d’un petit bouclier et un conducteur des deux chevaux porté derrière le combattant, plus deux hoplites, des archers et des frondeurs au nombre de deux pour chaque espèce, des fantassins légers lanceurs de pierres et de javelots au nombre de trois pour chaque espèce, et quatre matelots pour remplir douze cents navires. C’est ainsi qu’avait été réglée l’organisation militaire de la ville royale. Pour les neuf autres provinces, chacune avait son organisation particulière, dont l’explication demanderait beaucoup de temps.

 

Le gouvernement et les charges publiques avaient été réglés à l’origine de la manière suivante. Chacun des dix rois dans son district et dans sa ville avait tout pouvoir sur les hommes et sur la plupart des lois.: il punissait et faisait mettre à mort qui il voulait. Mais leur autorité l’un sur l’autre et leurs relations mutuelles étaient réglées sur les instructions de Poséidon, telles qu’elles leur avaient été transmises par la loi, et par les inscriptions gravées par les premiers rois sur une colonne d’orichalque, placée au centre de l’île dans le temple de Poséidon. C’est dans ce temple qu’ils s’assemblaient tous les cinq ans ou tous les six ans alternativement, accordant le même honneur au pair et à l’impair. Dans cette assemblée, ils délibéraient sur les affaires communes, ils s’enquéraient si l’un d’eux enfreignait la loi et le jugeaient. Au moment de porter des gages de leur foi de la manière suivante. Il y avait dans l’enceinte du temple de Poséidon des taureaux en liberté. Les dix rois laissés seuls, priaient le dieu de leur faire capturer la victime qui lui serait agréable, après quoi ils se mettaient en chasse avec des bâtons et des nœuds coulants, sans fer. Ils amenaient alors à la colonne le taureau qu’ils avaient pris, l’égorgeaient à son sommet et faisaient couler le sang sur l’inscription. Sur la colonne, outre les lois, un serment était gravé, qui proférait de terribles imprécations contre ceux qui désobéiraient. Lors donc, qu’ils avaient sacrifié suivant leurs lois, ils consacraient tout le corps du taureau, puis, remplissant de vin un cratère, ils y jetaient au nom de chacun d’eux un caillot de sang et portaient le reste dans le feu, après avoir purifié le pourtour de la colonne. Puisant ensuite dans le cratère avec des coupes d’or, ils faisaient une li­bation sur le feu en jurant qu’ils jugeraient conformément aux lois inscrites sur la colonne et puniraient quiconque les aurait violées antérieurement, qu’à l’avenir ils n’enfreindraient volontairement aucune des prescriptions écrites et ne commanderaient et n’obéiraient à un commandement que conformément aux lois de leur père. Lorsque chacun d’eux avait pris cet engagement pour lui-même et sa descendance, il buvait et consacrait sa coupe dans le temple du dieu, puis il s’occupait du dîner et des cérémonies nécessaires. Quand l’obscurité était venue et que le feu des sacrifices était refroidi, chacun d’eux revêtait une robe d’un bleu sombre de toute beauté, puis ils s’asseyaient à terre dans les cendres du sacrifice où ils avaient prêté serment, et, pendant la nuit, après avoir éteint tout le feu dans le temple, ils étaient jugés ou jugeaient, si quelqu’un en accusait un autre d’avoir enfreint quelque prescription. Leurs jugements rendus, ils les inscrivaient, au retour de la lumière, sur une table d’or, et les dédiaient avec leurs robes, comme un mémorial. Il y avait en outre beaucoup d’autres lois particulières relatives aux prérogatives de chacun des rois, dont les plus importantes étaient de ne jamais porter les armes les uns contre les autres, de se réunir pour se prêter main-forte, dans le cas où l’un d’eux entreprendrait de détruire l’une des races royales dans son État, de délibérer en commun, comme leurs prédécesseurs, sur les décisions à prendre touchant la guerre et les autres affaires, mais en laissant l’hégémonie à la race d’Atlas, Le roi n’était pas maître de condamner à mort aucun de ceux de sa race, sans l’assentiment de plus de la moitié des dix rois.

 

Telle était la formidable puissance qui existait alors en cette contrée, et que le dieu assembla et tourna contre notre pays, pour la raison que voici. Pendant de nombreuses générations, tant que la nature du dieu se fit sentir suffisamment en eux, ils obéirent aux lois et restèrent attachés au principe divin auquel ils étaient apparentés. Ils n’avaient que des pensées vraies et grandes en tout point, et ils se comportaient avec douceur et sagesse en face de tous les hasards de la vie et à l’égard les uns des autres. Aussi, n’ayant d’attention qu’à la vertu, faisaient-ils peu de cas de leurs biens et supportaient-ils aisément le fardeau qu’était pour eux la masse de leur or et de leurs autres possessions. Ils n’étaient pas enivrés par les plaisirs de la richesse et toujours maîtres d’eux-mêmes, ils ne s’écartaient pas de leur devoir. Tempérants comme ils étaient, ils voyaient nettement que tous ces biens aussi s’accroissaient par l’affection mutuelle unie à la vertu et que, si on s’y attache et les honore, ils périssent eux-mêmes et la vertu avec eux. Tant qu’ils raisonnèrent ainsi et gardèrent leur nature divine, ils virent croître tous les biens dont j’ai parlé. Mais quand la portion divine qui était en eux s’altéra par son fréquent mélange avec un élément mortel considérable et que le caractère humain prédomina, incapables dès lors de supporter la prospérité, ils se conduisirent indécemment, et à ceux qui savent voir, ils apparurent laids, parce qu’ils perdaient les plus beaux de leurs biens les plus précieux, tandis que ceux qui ne savent pas discerner ce qu’est la vraie vie heureuse les trouvaient justement alors parfaitement beaux et heureux, tout infectés qu’ils étaient d’injustes convoitises et de l’orgueil de dominer. Alors le dieu des dieux, Zeus, qui règne suivant les lois et qui peut discerner ces sortes de choses, s’apercevant du malheureux état d’une race qui avait été vertueuse, résolut de les châtier pour les rendre plus modérés et plus sages. À cet effet, il réunit tous les dieux dans leur demeure, la plus précieuse, celle qui, située au centre de tout l’univers, voit tout ce qui participe à la génération, et, les ayant rassemblés, il leur dit.: …

 

Le manuscrit de Platon finit sur ces mots.

 

§§§

 

Témoignage d’Ignatius Donnelly

 

Son livre a été écrit dans le but de manifester quelques conceptions bien déterminées et tout a fait nouvelles. On y trouvera prouvé.:

 

1. Qu’autrefois, au milieu de l’Océan Atlantique, en face de l’entrée de la Méditerranée, existait une grande île qui était le reste d’un continent atlantique et qui fut connue du monde ancien sous le nom d’Atlantide.

2. Que la description laissée par Platon de cette île n’est pas du tout, comme on l’a admis longtemps, une fable fantastique, mais que c’est une véridique histoire préhistorique.

3. Que l’Atlantide fut la terre même où l’homme, pour la première fois, s’éleva au-dessus de la barbarie et se haussa à la civilisation.

4. Que la population de l’Atlantide, au cours d’innombrables siècles, se développa en une nation nombreuse et puissante dont l’excédent de population peupla de races civilisées les rives du golfe du Mexique, celle du Mississipi, du fleuve Amazone, de l’Océan Pacifique, dans l’Amérique du Sud, et d’autre part, la mer Méditerranée, les côtes de l’Europe Occidentale, de l’Afrique Occidentale, de la mer Baltique, de la mer Noire et de la mer Caspienne.

5. Que l’Atlantique n’était pas autre chose que le monde avant le déluge avec le jardin d’Éden ou Paradis, avec les jardins des Hespérides, les jardins d’Alcinoüs, du Mésomphale, avec l’Olympe, le Asgard des traditions des anciens peuples qui, toutes, constituent le souvenir d’un pays où les hommes depuis des siècles et des siècles, vivaient dans le bonheur et dans la paix.

6. Que les dieux, les déesses et les héros des anciens Grecs, des Phéniciens, des Hindous et de la mythologie nordique, n’étaient pas autre chose que les rois, les reines et les héros de l’Atlantide, et que les actes ou exploits que leur prête la mythologie ne sont pas autre chose que le souvenir confus d’événements préhistoriques réels.

7. Que la mythologie des Égyptiens et du Pérou constitue la religion primitive des Atlantes, qui consistait en vénération du Soleil.

8. Que les outils et autres ustensiles, de l’âge du Bronze en Europe provenaient de l’Atlantide, et que les Atlantes furent les premiers à travailler le fer.

9. Que l’Atlantide était le lieu où résidèrent primitivement aussi les souches ethniques aryennes, ou famille indo-européennes que les races sémitiques, peut-être aussi la race touranienne.

10. Que l’Atlantide fut anéantie par un effroyable cataclysme naturel qui engloutit dans la mer la totalité de l’île jusqu’au niveau des plus hauts sommets (ces sommets constituant actuellement les Açores), avec presque tous les habitants. Ce Grand Cataclysme, aurait eu lieu le 27 juillet 9792 avant JC, soit au moment où le Soleil traversait apparemment la configuration du Lion.

11. Que seulement quelques individus s’échappèrent sur des vaisseaux ou des radeaux.; ils portèrent aux peuples établis sur les côtes orientales et occidentales de l’Océan la nouvelle de l’effrayante catastrophe, dont le souvenir a persisté jusqu’à notre époque chez beaucoup de peuples des deux continents, sous la forme du souvenir d’un déluge universel.

 

 

Réflexions à méditer

 

1. L’Atlantide est un continent englouti dont les habitants, selon toute probabilité, n’ont pas tous disparus dans l’effroyable cataclysme. Ces rescapés ont probablement une descendance et cette descendance existe certainement encore actuellement en sachant qu’elle est Atlante.

2. L’Atlantide connaissait parfaitement la nature et la puissance de certaines forces cosmiques, particulièrement celles des courants telluriques et ce peuple l’appliquait avec attention à l’agriculture et, de plus — peut-être surtout — au maintien harmonieux de l’ensemble de ces courants pour éviter toute catastrophe géologique qu’il était du pouvoir de l’homme de conjurer. Les pyramides remplissaient aussi ce but par l’endroit dûment étudié où elles étaient édifiées. Ailleurs des points de protection suffisaient et c’est le cas par exemple des dolmens et menhirs qui marquaient en même temps avec précisions les lieux de conjonction de forces, de focalisation de l’énergie universelle, où d’efficaces cérémonies pouvaient se dérouler. Il en est de même de ces pierres de grosseur plus ou moins importantes que l’on voit encore, nombreuses à travers le monde, dans des domaines, des champs, voire des cités mais en ce qui les concerne, elles avaient pour rôle exclusif, disons d’amplifier l’énergie cosmique et de favoriser les récoltes.

On peut considérer, en outre, que tous ces éléments secondaires étaient rattachés, du point de vue énergie, à la pyramide suprême et la terre entière constituait de la sorte un réceptacle efficace pour l’ensemble des forces cosmiques. Naturellement, le collège des sages seul savait. Le peuple atlante et les pays colonisés utilisaient d’une manière pratique les effets de ce savoir tout comme actuellement beaucoup emploient l’électricité sans avoir de connaissances précises à son sujet… De cet état de ce fait, il résulta parfois un usage abusif, des accidents, et finalement, la pyramide suprême ayant été altérée à la suite de menées ignorantes et ambitieuses, la catastrophe planétaire qui engloutit l’Atlantide transforma la surface de la terre et se grava dans l’imagination populaire sous le nom inexact de déluge.

3. Les Sages avaient constitué des sociétés secrètes locales, comme de nos jours, et transmirent au petit nombre qu’ils avaient réunis autour d’eux ce qu’ils savaient de la sagesse ésotérique de l’Atlantide et ce savoir était plus ou moins rudimentaire suivant les régions.

4. Les Sages avaient sauvegardé aussi les connaissances scientifiques et techniques qui faisaient de l’Atlantide un continent dont la civilisation n’a pas encore été égalée même aujourd’hui.

5. Après 12.000 ans, l’heure serait venue où le monde devrait retrouver la puissance et la civilisation atlantes. C’est le monde entier qui serait appelé à devenir la nouvelle Atlantide et cela dans une longue, très longue démarche couvrant peut-être des millénaires, depuis l’obscurité née de la catastrophe jusqu’à la lumière retrouvée. Alors, à nouveau et pour la dernière fois, l’humanité toujours libre d’elle-même ferait face à un ultime choix, d’où résulterait une ère d’extraordinaire civilisation ou, au contraire, la fin non plus d’un continent mais, cette fois-ci, du monde.

 

 

Brèves remarques en conclusion :

 

• Le monothéisme, tel que nous le ressentons actuellement, semble remonter à au moins vingt millénaires, si ce n’est beaucoup plus.

• Environ 1300 avant JC, devant la décadence du monothéisme des Égyptiens, les juifs (pour certains auteurs des Égyptiens monothéistes), petit peuple, créèrent une théocratie basée sur ce même monothéisme et sur l’idée de peuple élu. Ils s’attribuèrent la totalité du contenu des livres sacrés laissés par les hiérophantes. Historiquement, ils maquillèrent à leur profit, l’Éden, le Déluge (le grand cataclysme), la Terre Promise, etc., etc.

• Les Chrétiens accréditent toute l’histoire juive (le Premier Testament) et y ajoute la Vierge Marie qui est une des énièmes répétitions, dans l’histoire de l’humanité connue, de la vierge mère enfantée par Dieu. Tous les grands avatars seraient nés d’une mère vierge.

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

Au-delà des connaissances fugitives, j’ai eu recours, pour rédiger ces quelques pages, aux ouvrages suivants.:

 

• Sophiste, Politique, Philèbe, Timée, Critias — Platon — Garnier Flammarion

• Atlantide monde antédiluvien — Ignatius Donnelly — e/dite

• La grande hypothèse — Albert Slosman — Robert Laffont

• Le grand cataclysme — Albert Slosman — Robert Laffont

• Les survivants de l’Atlantide — Albert Slosman — Robert Laffont

• Les secrets de l’Atlantide — Andrew Thomas — Robert Laffont

• Les Atlantes, hier et aujourd’hui — Jacques Gossart — Robert Laffont

• Le retour des Atlantes — Claude-Gérard Sarrazin — Collection atlantéenne

• etc.

 

 

Fait à Deauville, le 5 mars 2009.

 

 

PHILIPPE LASSIRE

 

Commentaires

avatar Amélie N.

0

J’apprécie énormément la version que vous défendez sur les origines historiques et topographiques de l’Atlantide, en vous appuyant notamment sur le Timée et le Critias. Tout en restant classique, vous décrivez un aspect, très peu usité, par de nombreux auteurs, de l’influence présumée atlantidéenne sur la civilisation égyptienne antique. Ces derniers temps nous avons eu, dans certaines émissions télévisuelles, la présentation d’autres hypothèses, notamment des cataclysmes dans la mer Égée sur des îles comme Santorin, Théra, etc. Continuez comme cela, vous avez un site réellement top philo. Bon courage.

avatar Philippe LASSIRE

0

D’abord merci de vos très sympathiques appréciations, c’est un plaisir de se sentir soutenu sur des sujets aussi disputés. Effectivement, depuis deux millénaires, de nombreuses thèses et antithèses sont présentées, dont aucune d’entre elles ne satisfait totalement notre logique. Comme vous l’avez compris, je m’en tiens personnellement à la description platonicienne du Critias dont je restitue ici les premières lignes :

 

Critias : « Avant tout, rappelons-nous qu’il s’est, en somme, écoulé neuf mille ans depuis la guerre qui, d’après les révélations des prêtres égyptiens, éclata entre les peuples qui habitaient au dehors par delà les colonnes d’Héraclès et tous ceux qui habitaient, en deçà. C’est cette guerre qu’il me faut maintenant raconter en détail. En deçà, c’est notre ville, dit-on, qui eut le commandement et soutint toute la guerre, au-delà, ce furent les rois de l’île Atlantide, île qui, nous l’avons dit, était autrefois plus grande que la Libye et l’Asie, mais, qui, aujourd’hui, engloutie par des tremblements de terre, n’a laissé qu’un limon infranchissable, qui barre le passage à ceux qui cinglent d’ici vers la grande mer… ».

 

Critias parle de prêtres égyptiens qui avaient une longue connaissance d’un passé d’au moins 9.000 ans avant JC. Platon a un minimum d’instruction et connaît forcément bien ce que sont et où sont les colonnes d’Héraclès (Gibraltar). Toute une polémique d’érudits existait également sur la véracité de l’existence de la ville de Troie (ou Ilion). C’est un homme d’affaire du XIX° siècle (Schliemann), moyennement instruit, mais passionné d’Histoire, qui, avec une foi de charbonnier, a découvert cette ville, exactement à l’endroit où elle était décrite par Homère dans l’Iliade.

3 réflexions au sujet de « Réflexions sur la mythique Atlantide »

    • J’ai lu les livres d’Albert Slosman dont « la grande hypothèse » il y plus de 20 ans et depuis lors, mes lectures et blogs dont le votre me conduisent à penser que les pyramides de Gizeh et surtout le sphinx sont âgés de beaucoup plus que – 2500ans. Je mettrais un chiffre de l’ordre de plus de 10 000 ans. Leur signification non plus n’est certainement pas celle que leur attribuent les égyptologues. Quant à dire que des extra-terrestres on pu intervenir dans leur construction ???

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s