La grande hypothèse 9) Partie 2: Et Dieu oublia l’Egypte (Cambyse le fou).


La grande hypothèse 9) Partie 2: Et Dieu oublia l’Egypte (Cambyse le fou).

La partie 1 a traité:  L’ère du Bélier -Moïse le Rebelle.



le taureau Apis




a) Préambule:

La Bible est présente  parmi les grands mythes de l’humanité, mais le mythe de l’Atlantide représente beaucoup pour moi.

Je l’ai découvert en lisant les livres d’Albert Slosman, la grande hypothèse, le trilogie des origines (le grand cataclysme – les survivants de l’Atlantide – …et Dieu ressuscita à Dendhéra), la vie extraordinairede Pythagore, Moîse l’Egyptien. Dix livres étaient prévus après Moîse, mais cette série a été interrompue par la mort de Slosman en 1981. Le dernier livre que Slosman avait prévu devait s’intituler l’Eternité n’appartient qu’à Dieu.

Dans les autres publications, on trouve l’astronomie selon les Egyptiens, le livre de l’au-delà de la vie et le zodiaque de Dendhera.


Ma lecture de « La grande hypothèse » va porter surtout sur le grand cataclysme qui est sans doute une autre façon de voir le Déluge de la Bible. Je crois que tous les grands mythes de l’humanité parlent de ce qui a dû être une catastrophe naturelle que la terre aurait subi il y a 14000 ans selon Slosman. Les 3 grandes pyramides d’Egypte et le Sphinx seraient selon lui un témoignage des survivants de ce évènement à l’adresse des générations futures et un avertissement qui a un écho particulier aujourd’hui où on parle de plus en plus de fin du monde . L’émission de la chaîne 4 (apocalypse en 2012) est significative à cet égard.


De « la grande hypothèse », le Figaro écrivait alors: la « construction qui s’accomplît devant nous est peut être un des évènements de notre temps ». Et Slosman le définissait ainsi: « c’était en définitive une histoire du monothéisme des origines à la fin du monde que j’étais en train d’écrire, en voulant démontrer que le Dieu des chrétiens était le même que le Créateur originel. L’éternel était Yahvé, mais aussi Ptah. Dieu était celui de Jésus, de Moise, d’Abraham mais aussi d’Osiris. Et ce Dieu Un avait déjà été l’unique créateur de la Création, celui qui inspira la Loi à ses créatures! A chaque ère céleste correspondait un Fils de Dieu, un Messie ».


« C’est une Histoire du monothéisme des origines à la fin du monde que j’étais en train d’écrire, en voulant démontrer que le Dieu des chrétiens était le même que le Créateur originel. L’Eternel était Yahvé mais aussi Ptah. Dieu était celui de Jésus, de Moise, d’Abraham, mais aussi d’Osiris. Et ce Dieu Un avait déjà été l’unique Créateur de la Création, celui qui inspira la Loi à ses créatures. A chaque être céleste correspondait un Fils de Dieu, un Messie ». Albert Slosman

Sommaire de mes messages:

1)   Le hasard existe t-il?

2)   Le destin s’écrit-il aussi?

3)   Le grand cataclysme.

4)   L’âme Atlante n’est pas perdue.

5)   Les rescapés de l’Ahâ Men Ptah.

6)   La résurrection de Ptah à Dendérah.

7)   A la découverte du grand labyrinthe, le cercle d’or.

8)   A la découverte de Dendérah, l’ère du Taureau

9)   L’ère du Bélier: Moïse le rebelle et Dieu oublia l’Egypte (Cambyse le fou).

10) L’ère des Poissons: Jésus le Christ.

11) L’éternité n’appartient qu’à Dieu – Pour notre temps.


b) Contenu de l’article.

Partie 2: Et Dieu oublia l’Egypte (Cambyse le fou).


A peine le dernier quart de navigation solaire le long du « Grand Fleuve Céleste »  en Bélier fut-il commencé, qu’Israël et l’Egypte perdirent leurs identité dans le même temps! Les Hébreux furent déportés en Babylonie, et les Perses transférèrent 500 000 prisonniers égyptiens vers leur pays, où très peu arrivèrent vivants. Ainsi, les défenseurs de l’ère du Bélier furent balayés de leurs deux mères patries. Moîse  et Akhénaton n’avaient pas réalisé leur rêve d’un monothéisme défenseur des droits de chaque humain à vivre dans la paix de Dieu sur Terre.  Les cinq siècles restant à accomplir jusqu’à l’entrée du Soleil dans la constellation des Poissons virent un énorme brassage de population dans ce Proche-Orient au courant de toutes les prophéties devant s’accomplir avant l’ère nouvelle. Chaque pays faisait tout pour influer sur les évènements pour qu’ils tournent en faveur du plus fort ou du plus malin. Le troisième livre de Manéthon qui énonce les noms et titres des 66 derniers pharaons présente une division remarquable des dynasties. Les « hauts faits » ayant marqué le règne de Cambyse nous sont connus par le récit d’Hérodote dans son Voyage en Egypte.

L’impiété s’implantant de plus en plus et une nouvelle idolâtrie introduite par les Grecs appelés en renfort par le pharaon Amosis amenèrent les Perses à agir rapidement. C’est pourquoi, les temps s’accomplissant, Dieu oublia l’Egypte pour punir tout ce méchant monde! Les Perses, avec Zoroastre, leurs Mages et leurs Prophètes, connaissaient l’attente anxieuse dans laquelle vivaient les égyptiens. Ceux-ci savaient leur fin inéluctable! Les Combinaisons-Mathématiques-Divines en avaient décidé ainsi! Comme dans les temps les plus reculés d’Ahâ-Men-Ptah, les Maîtres de la Mesure et du Nombre l’avaient assuré. Les Perses, de leur côté, le reconnaissaient formellement. Leurs prêtres profitèrent de l’occasion d’un Cambyse, un esprit faible dans un corps malade, dont la violence des idées l’emportait dans son désir de tout soumettre à sa volonté pour l’influencer vers une guerre sainte. Or, il y avait une certitude que les égyptiens se laisseraient tuer sur place plutôt que de se défendre devant la fatalité… Et l’armée de Cambyse fonça vers la conquête des zoolâtres en une guerre sainte destinée à anéantir le Taureau Apis!

Car les Mages persans étaient certains que si Amon-Râ arrivait à la fin de son ère du Bélier, il n’en n »allait pas de même de ceux qui vénéraient le Dieu-Un, cet Osiris qui leur faisait peur! Il leur fallait détruire cette entité s’ils voulaient conserver en Perse leur puissance religieuse. Mais aucun des « Mages » n’avait prévu que Cambyse deviendrait complètement fou, et ferait en définitive échouer ce pourquoi il était venu en Egypte. Pythagore (dont les lectures ont permis à Slosman de mieux connaître cette époque), était en 525 avant J.-C.Christ à Dendérah, année de l’invasion persane. Le Grand Sage fut fait prisonnier et amené en Perse en position privilégiée car il était grec, donc en paix avec les envahisseurs. Sa qualité de Sage possesseur de toute la Connaissance antique le protégea efficacement. Voir Le 1er tome de « la vie extraordinaire de Pythagore » (1979) et le « Biblion » (livre des Lois Morales et Politiques de l’époque) de A. Slosman Le le 2ème tome n’a pu paraître car l’Ayatollah Khomeiy était retourné en Iran et il était impossible de se rendre sur place.

 

Revenons sur les bords du delta du Nil, là où habitait Amosis peu avant qu’il ne meure et que Psammétique prenne sa place pour six mois seulement , tué d’horrible façon, des mains même de Cambyse. Nous sommes ici sous la XXVI ème dynastie, dite « Saîte », comprenant 9 pharaons de 702 à 725 de notre ère.


Phararon N°    Nom GRECS            Durée         Datation      Fait marquant du règne.

de règne

XXVI ème dynastie.

234                   Ouahibripasem        54 ans        664-610 Rénovateur de l’antique religion de Ptah

235                   Nékao II                     15 ans         609-595

236                   Neferibrepsem         18 ans         594-588      Psammétique II

237                   Hâibria                      19 ans         588-569      Apriés en grec.

238                   Khnou-Iâmet             44 ans         569-525      Amosis en grec.

239                   Ankhrepsem             6 mois         525              Fut étranglé par Cambyse


XXVII ème dynastie

240                   Cambyse                 1an et demi 525-523     Termina fou, perdu dans le désert

241                   Darius 1er                37 ans         523-486

242                   Xerxès 1er               20 ans         486-466

243                   Artaxersès               41 ans         466-425

244                   Darius2è                  19 ans         425-405


Sans remonter au temps des Raméssides, les annales montrent que que l’implantation Hellène dans la delta du Nil débuta sous Houahibrêpsem, ou Psammétique 1er, qui détint le sceptre de 664 à 610 avant notre ère, soit plus d’un demi siècle! Ce roitelet avait de graves problèmes pour se maintenir à son poste. Un jour, il fut prévenu de l’accostage inopiné d’un groupe d’Ioniens venant « explorer » les terres, ce qui ne s’était encore jamais vu! ceux-ci aidèrent Psammétique à asseoir son autorité et à la grandir.en luttant à son côté pour conquérir le Sceptre de souverain, puis à le conserver durant plus de 50 ans d’un règne où le renouveau fut à l’honneur.Des concessions furent accordées aux Ioniens, puis à des Cariens, à des Samiens et à des Milésiens arrivés en masse avec leurs familles pour défendre la pharaon, puis commercer entre l’Egypte et les cités de la grande Gréce. Pour les Grecs, le plus important fut la découverte de cette civilisation bien plus antique que la leur! Ce fut en ce temps-là que Solo, le Sage des Sages, pénétra en Haute-Egypte où il vécut dans une oasis à l’ouest de Thèbes, chez des Samiens. Il y apprit la hiéroglyphique en 4 ans. C’est à cet érudit que nous devons la première étude sur Ahâ-Men-Ptah, qu’un siècle et demi plus tard, Platon devait reprendre sous le nom d’Atlantide! Psammétique fut non seulement un fin diplomate et un commerçant avisé, mais également un rénovateur des us et coutumes des Aînés de son antiquité. Il y eut une formidable renaissance des arts et un retour aux canons spirituels des IIIe et IVe dynasties! On y vit revivre les formes les plus anciennes de l’écriture hiéroglyphique qui remirent à l’honneur les services divins de Ptah et les lithurgies tombées dans l’oubli, dont profitèrent surtout les étrangers. Jusqu’à Ahâ-Iabra, le prédécesseur d’Amosis, qui avait un corps d’élite de soldats grecs de 30 000 hommes, il en fut ainsi. Cr règne est fort connu, car la Bible le retranscrit par Ophra et les Grecs par Apriès. En effet, en 586, Sédécias, roi de Juda lui demanda d’envoyer son armée pour combattre Nabuchodonosor en Syrie. Mais ce fut un grave échec, car des deux côtés se trouvaient des mercenaires grecs. Quand l’armée se retira, Jérusalem fut prise et mise à sac. Le prophète Jérémie était parti avec les troupes d’Apriès et il resta en Egypte dans la forteresse de Tachpanès.Cela nous vaut un des plus beaux passages bibliques où il tourne en dérision l’Egypte dont il ne restera plus une pierre sur l’autre qu’une adoration à la « génisse » par des taureaux grecs.

Et en effet, ce qui devait se produire un jour survint: les Lybiens demandèrent de l’aide à Apriès contre les Doriens de Cyrène. Les troupes grecques appelées à la rescousse tombèrent dans une embuscade et furent massacrés par leurs frères Doriens. D’où une véritable émeute entre mercenaires. Apriès envoya son général, Amosis pour traiter avec les rebelles. Il était célèbre pour son ivrognerie et ses manières déplaisantes. Lorsque les rebelles offrirent de faire de lui le pharaon, s’il ralliait leur cause avec le restant de l’armée, il accepta et prit la direction des opérations.  En quelques semaines Amosis déposait Apriès et se faisait couronner pharaon! Deux ans plus tard, Apriés s’évadait mais ses partisans furent écrasés et il fut assassiné sur le bateau dans lequel il tentait de s’enfuir. Amosis restait le seul maître et in devint un véritable tyran qui s’attacha à correspondre et à entretenir des relations de bon voisinage avec tous les petits potentats grecs. Tel Polycrate, le tyran de Samos, qui lui envoya Pythagore pour l’initier à la sagesse antique. Tel Thalès de Milet, avec qui il eut de cordiales relations. Il fut perspicace, en rassemblant tous les grecs dans une même ville: Naucratis, où ils eurent le droit de s’administrer par eux-mêmes et de construire des temples pour honorer leurs dieux. En fait, son long règne, près de 50 ans fut très prospère pour l’Egypte qui retrouvait un esprit nationaliste. La ferveur religieuse était délibérément laissée de côté par ce pharaon qui aimait le bon vin, la bonne chère et ses concubines. Les prêtres n’avaient l’entrée au Palais Royal de Saïs, et Amosis ne tenait aucun compte des prophéties à propos de l’ère du Bélier et de la fin de l’Egypte. Pourtant Amosis aurait dû écouter les prophéties car, durant son règne, Cyrus le Grand vainquit Babylone et toute l’Asie Mineure avant de pénétrer en Egypte. En 527, Cyrus envoya des ambassadeurs à Saîs pour proposer un « traité de bon voisinage ». Amosis, fou de rage, les fit assassiner sans même les recevoir. Aussi, lorsque deux ans plus tard, après la mort d’Amosis et de Cyrus, leurs successeurs en viendront aux mains, les plus terribles outrages seront commis.


Cambyse  déclara le guerre à Psammétique en 525, aussi bien par surprise que pour agir selon les configurations célestes bénéfiques prédites par les Mages. Une seule bataille décida du sort de l’Egypte, car le jeune pharaon n’avait pas du tout la carrure militaire d’Amosis. Les Perses traversèrent le Delta sans coup férir pour pénétrer à Memphis et à Saîs. Les troupes dévastèrent Memphis. L’affront commis contre les ambassadeurs perses deux années auparavant par Amosis ne pouvait être effacé que par le sang, et la vengeance allait être terrible!

Lorsque le Palais Royal avait été inverti, toute la famille pharaonique avait été amenée à Memphis pour y attendre les décisions de Cambyse. Là se trouvaient déjà les familles princières et la haute noblesse égyptienne. Toutes les femmes et jeunes fille, quelque soit leur âge, avaient été données aux soldats victorieux. Quand aux 2000 hommes, ils avaient été tous attachés les uns aux autres par le cou, à peine libres de d’assurer leur respiration, pour ne pas mourir asphyxiés ou étranglés. Ils avaient attendu, ainsi harnachés, parqués durant 4 jours, que Cambyse se décide à les faire comparaître devant lui. Cela se passa dans la grande cour du temple d’Ath-Kâ-Ptah, toujours autant abhorré de Cambyse. Il avait fait sortir le trône du pontife, et c’est avec un reniflement de dégoût qu’il vint s’y asseoir lorsque les 2000 hommes puant dans leurs immondices furent agenouillés en l’attente de la sentence. Au pied du trône, étalés de tout leur corps, Psammétique, son épouse, son fils et ses trois filles, tous dénudés entièrement, attendaient dans l’angoisse et dans l’impossibilité de se retourner pour voir ce qui se passait, étant allongés depuis plusieurs heures dans cette position, avant même l’arrivée des 2000 hommes enchaînés par le cou les uns aux autres! Pour parvenir à son siège, Cambyse piétina sauvagement le corps du pharaon et de sa progéniture, puis li leur donna l’ordre de se redresser et de s’agenouiller. Ce qu’ils firent, à l’exception de Ladicée, l’épouse de Psammétique, qui s’évanouit en retombant sur le sol. Le pharaon et son fils, à genoux, durent regarder leurs 2000 plus fidèles compagnons passer au fil de l’épée, avant d’avoir la tête tranchée! Il fallut cinq heures pour que cesse la boucherie!…

Mais Cambyse n’était pas satisfait; il fit trancher la tête du fils du roi, qui retomba dans une véritable mer de sang. Après quoi, il redescendit de son siège en ricanant et il souleva Psammétique par les cheveux, jusqu’à ce qu’il fut à sa hauteur, avant de le lâcher d’un geste vif et de l’attraper par le cou pour l’étrangler de ses doigts puissants. Ce fut ce moment que choisit la douce Ladicée pour reprendre conscience. Elle poussa de tels hurlements qu’elle en devint manifestement folle. Excédé, Cambyse lui enfonça son poignard dans le sein gauche afin de ne plus l’entendre. Cette mort valut sans doute mieux pour elle, car ses filles furent données en pâture aux trois chefs des armées qui les emportèrent sur leurs épaules …

A partir de ce jour, les folies de Cambyse allèrent crescendo. Hérodote raconte sa seconde exaction quelques semaines plus tard. La cour du temple avait été nettoyée et , ô surprise, un taureau répondant aux normes de la divinité céleste avait enfin été trouvé pour remplacer celui mort depuis 26 mois et dont la mort avait été rendue responsable des atrocités commises , plus aucun protecteur en Ath-Kâ-Ptah ne veillant sus ses créatures. Les prêtres tombèrent en adoration devant le nouvel Apis, résurrection vivante d’Osiris, qui allait tous les sauver du désastre. Hérodote raconte avec force détails dans son livre deuxième, les atrocités qui s’ensuivirent (page 217 de « la grande hypothèse« ). Cette folie fut suivie par beaucoup d’autres. Mais une idée fixe prenait corps dans l’esprit fêlé du roi de Perses: « s’il venait à mourir, qu’adviendrait-t-il de lui? » Il ne croyait plus dans la valeur des Mages ni de leurs dieux. Par contre, il avait pu se rendre compte de la foi des prêtres égyptiens qui se laissaient tous pourfendre sans crier ni se défendre, en priant simplement leur Dieu Osiris.

Son dépit de ne pas connaître le grand secret ne dura point, car il apprit que le grand temple de ce Dieu de l’Egypte était au sud du pays, et non au nord, près de Thèbes. Il prit une nouvelle fois la tête de ses troupes et se conduisit en envahisseur omnipotent, mettant Thèbes à feu et à sang, détruisant, pillant, volant et violant tout ce qui se présentait. Il criait et riait en un délire incessant: « cassez-moi tous ces béliers! fini le temps des béliers! C’est la taureau Apis qui est le Dieu! je veux honorer Osiris dans son Royaume… ».

Ce fut pendant que le roi des Perses était à Dendérah que Pythagore était fait prisonnier devant Thèbes. Voici un résumé de la scène, décrite dans « la vie extraordinaire de Pythagore » de Slosman,  totalement exacte dans son contexte: dialogue entre le chirurgien perse et le sage grec Pythagore.

« Phytagore, blessé et évanoui, se réveille.

-Ma faiblesse devrait me dispenser en ce moment d’un dialogue, toi qui dois être médecin érudit. Puis-je m’enquérir à mon tour de l’endroit où je suis, et qui tu es?

-Je suis Naboniram, le deuxième médecin de notre roi, Cambyse; je suis celui qui coupe les membres… ou les rafistole selon les cas et le grade des blessés! L’anatomie et les os du squelette sont mon domaine. Ton esclave ayant assez hurlé que tu étais grec, pour être entendu non seulement de la troupe, mais des chefs de nos armées, que tu as été amené sous ma tente avec une bonne escorte.  Tu avais la jambe cassée à mi-cuisse, et la cassure était bien nette. Tu étais sans connaissance, mais ton coeur battait normalement, c’est ce qui m’a permis d’utiliser une technique que j’avais apprise d’un médecin arrivé d’Asie.

-Tu as beaucoup de chance Pythagoras! Tu as toujours ta jambe et tu remarcheras bientôt… N’ayant pas à craindre que tu remues et t’agites, j’ai coupé les chairs et remis très exactement les deux morceaux d’os l’un s’emboîtant dans l’autre.Après quoi, j’ai placé et maintenu deux lamelles d’or fin à la cassure. Puis j’ai refermé les chairs sur le tout en plaçant tout autour un matelas d’herbes spéciales pour éviter toute inflammation. Enfin, deux planches maintiennent ta jambe totalement immobile, car un tissu blanc entoure le tout solidement…

-Quand je disais que tu avais eu beaucoup de chance, c’était aussi pour l’or! Car ici, à Thèbes, il y en avait tellement et tellement partout, que personne n’a élevé la plus petite protestation lorsque j’ai prélevé ces deux lamelles en or d’un pagne d’un dieu-bélier…

-Et comme dans ta cuisse, tu as de l’or d’un dieu, tu as la chance de devenir toi-même un dieu!… Tu es « Pitagoras Cuisse d’Or!… » Ce sera ton nom en langue perse durant ton séjour dans notre pays.

-En Perse?

-Eh oui, Pitagoras Cuisse d’Or,! J’ai été chargé de te recoudre afin que tu puisses rejoindre nos savants dans un premier temps à Ectabane, où se trouve un observatoire du ciel…

-Je suis donc prisonnier, malgré l’amitié que vous portez aux grecs?

-Euh non, étranger. Tu seras notre invité d’honneur durant quelque temps. Pas notre prisonnier! Les égyptiens, eux, en troupeaux enchaînés, sont partis à pied, à travers le désert brûlant, par centaines de milliers. Toi, tu iras en Perse avec nous, assis sur un âne, ou sur un chariot, lorsque ta jambe sera libérée de son pansement.

Mais cela ne laisse pas entrevoir la réalité, car déjà les médecins ont un statut différent. Il n’en n’allait pas de même avec les soldats.

Le jeune prêtre qui avait sauvé Pythagore lui raconta plus tard ce qui s’était passé à Thèbes. Cela dépassait en horreur tout ce qui a été raconté jusqu’à présent.


l’armée de Cambyse

Revenons maintenant à Cambyse, qui, dans le même temps, avec une petite troupe « d’élite » à sa dévotion, parvenait devant devant le pylône d’entrée du temple d’Isis à Dendérah. Le collège des prêtres était déjà rassemblé dans la grande cour, à l’entrée de la salle hypostyle, sans montrer apparemment la moindre crainte. Voici, résumé, ce qui se passa:

Quelque peu désarçonné par ce calme et ce silence ambiant, Cambyse trépigna d’impatience , après avoir fixé le sourire d’Isis qui se reflétait de pilier en pilier, semblant le narguer. Il interpella le pontife Khan-Fé , dans sa longue tunique blanche, en une violente diatribe:

-Je suis désormais le roi de ce pays. Tout m’appartient, même le titre de Per-Ahâ. C’est pourquoi je veux que tu me conduises là où réside Osiris, ton Dieu. Je veux lui parler!

Le pontife réprima un sourire de dédain avant de répondre en langue persane:

-Tu es bien le maître d’Ath-Kâ-Ptah, Cambyse; mais Osiris n’est perceptible que par ceux qui ont un coeur pur…

Cambyse trépigna de plus belle.

-Eh bien, quoi! n’ai-je pas un coeur pur?

Le pontife ne répondant pas à cette question aberrante, le roi des perses s’approcha…

-J’ai détruit les temples du Soleil à Thèbes et j’ai amassé leur or à mon profit. Mais je veux bien en remettre une partie à ton Dieu en gage de bonne foi….

-Tu peux abattre nos temples, tuer nos prêtres, mais tu n’obligeras jamais Osiris à à te parler. Ou alors, crains sa colère, car elle sera à la mesure de de tes fautes, qui sont impardonnables!

Cambyse leva le poing vers le visage du pontife qui ne recula pas d’un millimètre. La bave aux lèvres, il se retint à temps. Il baffouilla:

-Conduis-moi, conduis-moi vers ton Dieu… vite, avant que je ne t’écrase!

-Soit Cambyse, mais tu n’es pas préparé pour cette rencontre.

Le pontife se retourna pour entrer dans le temple. Les grands-prêtres ouvrirent un passage pour le laisser passer. Cambyse suivit précipitamment, accompagné d’une vingtaine de soldats. Mais parvenu devant le petit escalier descendant vers la crypte de la résurrection d’Osiris, le pontife s’arrêta pour faire signe aux militaires de ne pas aller plus loin. Ceux-ci s’arrêtèrent, manifestement satisfaits de ne pas descendre vers l’inconnu qui les remplissait d’effroi. Un prêtre tendit à son chef religieux une torchère embrasée et les deux hommes descendirent pendant que la voix du pontife résonnait étrangement.:

-Tu veux voir le lieu où demeure le Fils-Aîné de Dieu: nous y allons! Il y a 12 cryptes comme celle-ci, tout autour du temple. Chacune personnifie les douze « Coeurs » du ciel, qui forment la grande ceinture qui régit toutes les Combinaisons-Divines.La demeure d’Osiris est celle de l’Âme du Monde, car chacune des Parcelles de cette âme est implantée dans les corps humains à leur naissance. Tout au long de leur marche dans le couloir, les formes gravées semblaient prendre vie sous les reflets changeants de la lueur des flammes. Cambyse sentit une sueur froide lui étreindre le dos, mais il voulut aller jusqu’au bout afin de parvenir à la vie éternelle. Il était devenu le pharaon, donc l’égal d’Osiris: il ne devait pas avoir peur! Peur de quoi?…

-Eh quoi, est-ce là ton Dieu? Mais il est mort!…

-Il était mort, mais il est ressuscité. Son épouse et sa soeur ont rappelé sa Parcelle Divine du centre de l’Âme du Monde, pour juger les vivants et les morts!

-Je ne te crois pas pontife! Ceci est une histoire pour faire peur au peuple et le pressurer pour vous engraisser tous. Qu’il me juge en chair et en os, s’il est ressuscité!…

-Regarde Cambyse, regarde avec tes yeux ouverts, si ton esprit reste fermé. Tu veux parler à Osiris: le voici! Agenouille-toi et demande pardon pour toutes les horreurs que tu as commises. Si tu ne meurs pas foudroyé et si ton âme n’es pas réduite en cendres sans espoir de renaître dans l’Au-delà de la vie terrestre, alors c’est moi qui périrai, car Osiris ne peut tolérer de pareilles infamies! a Agenouille-toi, Cambyse, et attends la mort éternelle!

Le roi éleva ses deux mains, comme pour éloigner la vision du mur et il cria:

-Non! Non! Ramène-moi au soleil! Le soleil, vite, vite…Je brûle, je brûle!…

Le pontife repoussa d’un geste de mépris le roi qui s’agrippait à son bras, enflammant ainsi sa tunique sans s’en apercevoir:

-Arrière Cambyse, je t’avais prévenu! Retournons à l’air libre, mais il est trop tard pour sauver ton âme.


La vengeance de Cambyse fut terrible. Il fit tuer tous les prêtres et détruire le temple qui ne fut reconstruit que trois siècles plus tard sous les Ptolémées.Le roi des perses poursuivit de sa folie tous les lieux de culte en Egypte. Ce fut devant le Sérapéum de Saqqarah qu’il devint totalement fou! La chronique raconte qu’après avoir ordonné la destruction de tous les sarcophages contenant les corps des taureaux momifiés, puis de les entasser et les brûler, il ôta soudain son casque, son bouclier et se précipita en hurlant dans le désert en criant qu’il brûlait!… Ce fut ainsi que le fou sanguinaire disparut de l’histoire. Si les 64 taureaux Apis furent sauvés, il ne restait plus grand-chose de la spiritualité de l’antique Ath-Kâ-Ptah.


Pourtant, durant l’occupation gréco-romaine qui suivit celle des Perses  et avant l’entrée du Soleil dans la constellation des Poissons, le grand Alexandre, tombé amoureux de l’Egypte, commença la restauration des lieux du culte. Mais ce fut un ultime sursaut. Les véritables monothéistes s’assemblèrent en une population spirituelle différente, qui garda le patronyme de « Coeur-de-Dieu »: Kâ-Ptah, qui devint Koptos en grec et copte en français.

Leur signe de ralliement fut un poisson gravé sur un scarabée  dans l’oeil d’Isis, pour tromper ceux qui voulaient leur perte en les empêchant de se réunir. Avec l’entrée dans l’ère des Poissons, le Messie apparut. Et le poisson devint le symbole des premiers chrétiens.







 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s