La renaissance du temps article 12 (chapitre 19 et conclusion Le futur du temps)


La renaissance du temps article 12 chapitre 19 et conclusion (Le futur du temps)

J’écris mon blog pour partager ma soif de connaissances, mes réflexions et mes passions et mes lectures. Dans ces articles, je voudrais partager « ma lecture » du livre de Carlo Rovelli « par-delà le visible ». Ecrire ce que je retiens de mes lectures me permet de réfléchir à la compréhension que j’en ai. je mets entre guillemets les passages qui me semblent importants ou qui me frappent. Et par dessus tout je fais des recherches sur internet pour compléter ma lecture avec le maximum de liens que souhaite responsables, qui permettent aux lecteurs d’approfondir la connaissance du sujet.   

 https://fr.artquid.com/artwork/432029/ruban-du-temps-infini-inter-galactique.html
The singular universe and the reality of time

Autres liens: http://www.philipmaulion.com/article-bienvenu-au-moment-present-de-lee-smolin-117515126.html: Bienvenue au ‘Moment Présent’ de Lee Smolin.

http://www.philipmaulion.com/2017/05/emergence-pourquoi-les-physiciens-recourent-ils-a-cette-notion.htm:l Emergence : pourquoi les physiciens recourent-ils à cette notion ?

  1. Il n’y a qu’un seul Univers. Il n’y en a pas d’autre ni quoi que ce soit qui lui soit isomorphe.
  2. Tout ce qui est réel est réel à un instant donné, qui est une succession d’instants. Tout ce qui est vrai est vrai à l’instant présent.
  3. Tout ce qui est réel à un instant est un processus de modification menant à l’instant suivant ou au futur. Tout ce qui est réel est donc le résultat d’un processus à l’intérieur duquel il est la cause, ou il implique, les instants futurs.
  4. Les mathématiques sont déduites de l’expérience comme une généralisation de régularités observées où le temps et les particularités sont supprimées.

« La gravitation quantique à boucles décrit l’espace comme un réseau dynamique de relations »2.

Grosso modo, l’espace-temps ne serait pas continu et uniforme, mais granulaire et discontinu. Il existerait un espace et un temps indivisibles. Cette théorie simple à se représenter et élégante a fait ses preuves sur plusieurs points de vue, comme l’explication des aires et des volumes en géométrie, mais laisse à désirer encore sur la dynamique

Dans son livre The Life of the Cosmos, Smolin propose d’appliquer la sélection naturelle à la cosmologie, de sorte que l’univers que nous connaissons serait le résultat de l’évolution par mutation d’univers plus anciens. C’est la théorie des univers féconds.

Smolin avance qu’un univers pourrait en engendrer un autre lors de la formation d’un trou noir. Les constantes fondamentales de la physique, comme la célérité de la lumière dans le vide, seraient différentes d’un univers à l’autre.


boucles.html#.XBQYhVxKj4YLa gravitation quantique à boucles:

Pour commencer à connaître avec quelques sites internet regroupés sur une même page pour une lecture plus aisée et des liens supplémentaires.

(Time Reborn: From the Crisis in Physics to the Future of the Universe)

http://medias.dunod.com/document/9782100706679/Feuilletage.pdf (la renaissance du temps Dunod: quelques pages à feuilleter)

https://monblogdereflexions.blogspot.com/2018/12/la-gravitation-quantique- La gravitation quantique à boucles avec Carlo Rovelli: Pour s’initier avec quelques sites

http://www.paris8philo.com/article-33714241.htmlà propos de rien ne va plus en physique: « billet de Jean Zin, pour une physique pluraliste, qui nous paraît essentiel pour comprendre les enjeux des théories physiques actuelles qui souvent tendent vers l’impossible, hors toute avancée, toute brèche se fait par dissymétrie, sans souci du qu’en-dira-t-on il suffit de voir l’attitude de Grigori Perelman, si non-chalante vis-à-vis de la communauté scientifique, ou devrait-on dire l’etablishment. Jean Zin reste un grand guetteur de ce qui se passe en science, nous vous recommandons ses articles. »

articles que j’ai écrit sur l’information au cours de ma lecture du livre des frères Bogdanov « au commencement du temps« :
Avec les frères Bogdanov: Au commencement du temps 4-9 partie 2) L’Univers information deuxième partie
Avec les frères Bogdanov: Au commencement du temps 4-9 partie 1) L’Univers information première partie
monblogdereflexions.blogspot.com: équation du tout et… information
avec les frères Boddanov: Au commencement 4-8) au fond d’un trou noir

1) Préambule: 

Ceci est la suite des articles de mon blog à propos des univers multiples d’Aurélien Barrau pour les quels je retiens ici les commentaires utiles:
-Mon article 1: D’après Aurélien Barrau, Univers multiples Chap 1): les propositions nouvelles face aux problèmes:et paradoxes de la physique « peuvent constituer une « pulsion inchoactive » qui poussera vers une découverte sans précédent ou bien vers un réenchantement de ce que l’on savait déjà sans en avoir pris la « dé-mesure » et finalement vers une nouvelle sacralisation du « monde ».
-Mon article 2: D’après Aurélien Barrau, Univers multiples. La gravitation quantique chap. 9 L) Voir la Conclusion: […] aujourd’hui, la physique est en crise, le monde est en crise. Avec Lee Smolin et son « rien ne va plus en physique« , Carlo rovelli Parle de la schizophrénie bipolaire des physiciens (voir une révolution inachevée). La vision anthropique de Trin Xhuan Thuan et la vision biblique du monde, qui s’origine dans les mythes de l’Un et de l’ordre, émergeant du Chaos initial, semblent exclus de la vision de bien des physiciens et cosmologues qui découvrent, comme l’a fait Jean Pierre Luminet, que l’Univers ne peut avoir été infiniment dense et donc que le big bang ne peut avoir été tel qu’on se l’imaginait depuis de nombreuses décennies. La possibilité d’un avant big bang a été mise en évidence avec un (ou des?) univers précédent qui se serait condensé jusqu’à une taille extrêmement petite mais non nulle et qui aurait « rebondi » en un big bounce pour donner notre Univers actuel en expansion après le phénomène d’inflation cosmique. Un des derniers rebondissements de ces recherches, avec Lee Smolin, pourrait bien aboutir avec sa « renaissance du temps » à une solution de la contradiction entre la physique quantique et la théorie de la relativité. A priori, ce serait une théorie unifiée des interactions fondamentales.


2) La renaissance du temps, mes précédents articles – résumé. 

Nous avons vu dans -à propos d’Aurélien Barrau chap.9 (mon article 2)- que de nombreuses théories nouvelles ou hypothèses proposent l’unification de la physique ou tout au moins des explications aux dilemmes et paradoxes que la cosmologie moderne a mis en évidence. 

Puis, dans mes articles sur « la renaissance du temps » (voir l’article 1 chapitre 8), nous avons vu que Lee Smolin prévient: Le paradigme newtonien ne peut même pas apporter un embryon de réponse à ces questions et dilemmes: Pourquoi ces lois? Pourquoi ces conditions initiales de l’univers? Quel mécanisme les a t-il sélectionnées parmi une multitude infinie de possibilités? etc. Il appelle « erreur cosmologique » (voir mon article 1 chapitre 2), le fait d’appliquer à l’Univers entier dans sa globalité des lois établies et vérifiées sur des sous-systèmes. Dans le paradigme newtonien, ce que nous appelons une loi doit s’appliquer dans tous les cas. Mais l’application d’une loi à n’importe quel morceau d’univers implique une approximation, parce que nous devons négliger toutes les interactions entre ce morceau et le reste de l’univers. Donc les applications vérifiables d’une loi sont toutes des approximations. Lee Smolin fait remarquer en particulier que les lois se vérifient sur beaucoup de sous-systèmes. Mais si on veut appliquer une loi de la nature sans approximation, c’est à l’univers entier qu’il faudrait l’appliquer, alors que nous n’avons qu’un seul Univers sous la main. Et un seul cas n’apporte pas suffisamment d’indices pour justifier l’affirmation qu’une loi particulière de la nature s’applique. C’est ce que Lee Smolin appelle le dilemme cosmologique (faire de la physique dans une boite: on considère un petit sous-système isolé du reste de l’univers dans lequel on néglige certains effets pour ne s’intéresser qu’à certaines variables qui définissent un espace de configuration, atemporel. ). Et pourquoi cette loi et pas une autre? De plus, beaucoup de théories cosmologiques (théorie des cordeséquation d’Einstein …) admettent en réalité une infinité de solutions, parmi lesquelles une seule correspond à notre univers. Doit-on se résoudre à admettre l’existence d’une infinité d’Univers inaccessibles pour pouvoir justifier le notre par un principe anthropique?
Nous pensions, dit Lee Smolin, savoir comment répondre à ces questions. Une théorie unique mathématiquement cohérente pourrait incorporer les 4 lois fondamentales de la nature. Mais cet espoir a été anéanti. On se trouve face à ce qu’il appelle « le défi cosmologique ». On vient de voir qu’il faudrait étendre la science à une théorie de l’Univers entier. Le défi est qu’il ne peut pas exister de composante statique qui puisse servir de cadre de référence, car tout dans l’Univers change et il n’existe aucun extérieur., rien qui puisse être qualifié de fond par rapport auquel les mouvements du reste de l’Univers (que nous négligeons). Or, toutes les théories physiques divisent le monde en deux parties, une partie « dynamique », qui change, et une statique, qui contient un « fond » de choses immuables, comme les constantes fondamentales. Le « défi cosmologique » consiste à formuler une théorie de l’univers « indépendante du fond », purement dynamique afin de ne rien supposer d’extérieur à l’Univers: « Lorsqu’on fait de la « physique dans une boite », le « fond » comprend notamment les conditions initiales, et la méthode expérimentale permet de contrôler les conditions initiales afin de s’assurer que les lois sont indépendantes de ces conditions. En cosmologie, cette distinction entre « lois » et «conditions initiales » aggrave le problème qu’elle résout « dans une boite » : si nos observations du fond diffus cosmologique ne correspondent pas bien à la théorie de l’inflation cosmologique, faut-il corriger la loi ou les conditions initiales? Smolin critique aussi les théories effectives qui décrivent bien ce qui se passe à une certaine échelle de grandeur, mais en négligeant l’influence de ce qui est beaucoup plus grand ou plus petit. » Pour Smolin, la théorie issue du défi cosmologique doit tenir compte de tout, sans rien négliger. »
J’ai poursuivi « ma lecture » avec l’article 2 (le défi cosmologique chapitre 9), l’article 3 (Nouveaux principes de cosmologie chapitre 10)l’article 4 (les lois évolutives chapitre 11)l’article 5 (la mécanique quantique et le libération de l’atome chapitre 12)l’article 6 (le combat de la relativité et du quantum chapitre 13)Puis j’ai fait une pause pour approfondir l’interprétation non dominante de la mécanique quantique de Bohm dans La physique quantique version variables cachées et le dialogue Bohm et Krishnamurti.
-L’article 7 (La renaissance du temps par la relativité chapitre 14) conclut par: « La notion globale de temps que nous venons de voir implique qu’en chaque événement il existe un observateur privilégié dont l’horloge mesure la passage du temps. Mais il n’y a aucun moyen de le choisir par une mesure qu’on pourrait faire dans une petite région, ce qui confirme le principe de relativité à des échelles plus petites que celle l’univers. Ce choix d’un temps global particulier est déterminé par la façon dont est distribuée la matière dans l’univers. La dynamique des formes constitue donc « un pont » entre le principe de relativité et le temps global qu’exigent les théories telles que celle à laquelle aspire Lee Smolin avec des lois évolutives ou celles qui expliquent les phénomènes individuels au moyen de variables cachées. Il y a une grandeur par contre qui n’a pas le droit de changer lorsqu’on agrandit ou qu’on rapetisse les échelles, c’est le volume de l’univers à chaque instant, même s’in évolue au cours du temps. Ceci donne donc un sens à la taille totale de l’univers et à son expansion et nous fournit une horloge physique universelle. LE TEMPS VIENT D’ÊTRE REDECOUVERT ».
-Dans l’article 8 (l’émergence de l’espace chapitre 15), nous avons abandonné provisoirement le temps pour examiner l’espace. Le Dr Goulu nous le présente ainsi: « Ce long chapitre est le plat de résistance du livre. C’est là que ça passe où ça casse, et j’ai mis plus de deux semaines à le digérer avec peine. Il commence très fort: L’aspect le plus mystérieux du monde est juste sous nos yeux. Rien n’est plus banal que l’espace, et pourtant lorsque nous l’examinons de près, rien n’est plus mystérieux. Je crois que le temps est réel et essentiel à une description fondamentale de la nature. Mais je crois probable que l’espace va s’avérer n’être qu’une illusion. […] Selon Smolin, l’existence d’un temps réel est indispensable pour réconcilier les deux pans de la physique, mais l’espace ne l’est pas. Parmi les théories ayant exploré l’idée que l’espace émerge d’une structure de graphe plus fondamentale, la première est la “triangulation dynamique causale” […].
-L’article 9 a débuté avec une synthèse (chapitre 3) effectuée par le DrGoulu du chapitre 16 (vie et mort de l’univers) du livre de Lee Smolin: « La vision intemporelle de la physique basée sur le paradigme de Newton a montré son impuissance face aux questions les plus basiques de l’univers : pourquoi est-il intéressant (…) au point que des créatures comme nous puissions y être et nous en émerveiller ? Mais si nous adoptons la réalité du temps, nous rendons possible une physique asymétrique par rapport au temps dans laquelle l’univers peut naturellement faire évoluer de la complexité et de la structure. Et ainsi nous évitons le paradoxe d’un univers improbable ».
Après avoir étudié au chapitre 3-2 (de cet article) La physique moderne et la thermodynamique, s’est posée (au chapitres 3-3) la question: « notre univers est-il en équilibre« ? La réponse étant négative nous avons examiné au chapitre 3-4 la question de la flèche du temps et le problème qu’elle pose (son illusion?). Puis nous avons effectué au chapitre 3-5) un retour à la question qui a été à l’origine de la réflexion de Lee Smolin: le temps est-il fondamental? Est-il asymétrique? En effet, si nous avons besoin de conditions initiales asymétriques pour expliquer notre univers alors que les lois de la nature sont temporellement symétriques, cela n’affaiblit-il pas l’argument en faveur d’un temps irréel, qui n’existe pas, comme le présente la cosmologie moderne (Carlo Rovelli dit: « il faut oublier le temps« )? Au chapitre 5 nous avons réexaminé une réflexion qui est présente dans notre questionnement depuis le début du livre de Lee Smolin (et donc dans mes articles): Pouvons-nous dire de notre univers qu’il est improbable (en raison de l’ajustement fin qui réfère à l’étonnante précision des constantes physiques de la nature et de l’état premier de l’Univers)? En effet, pour expliquer l’état présent de l’univers, même la meilleure théorie scientifique suppose que les constantes physiques de la nature et l’état premier de l’Univers aient des valeurs extrêmement précises. Pour Lee Smolin, la seule façon d’échapper à l’erreur cosmologique et au paradoxe d’un univers improbable est de baser l’explication de la complexité et du fait que l’univers a un richesse intéressante sur une physique qui soit temporellement asymétrique, qui rend de fait l’univers inévitable plutôt qu’improbable et d’adopter la réalité du temps.
-Dans l’article 10 « La renaissance du temps par la chaleur et la lumière » (chapitre 17) » Lee Smolin conclut ce chapitre par: Cela ne contredit pas la deuxième loi de la thermodynamique, mais seulement son interprétation naïve.
*La loi disant que l’entropie devrait normalement augmenter traduit juste le fait que plus il y a de façons de que quelque chose se produise, plus cette chose sera probable. Les systèmes thermodynamiques normaux finissent dans l’état unique et ennuyeux de l’équilibre uniforme; les systèmes gravitationnels finissent dans un état parmi de nombreux états possibles hautement hétérogènes.
*Ainsi, le fait que notre univers soit intéressant a une explication triple.
-Le principe d’auto-organisation pilotée agit sur une myriade de sous-systèmes et d’échelles, du moléculaire au galactique évoluant vers des états de complexité toujours croissante.
-Les moteurs qui pilotent ce processus sont les étoiles, qui existent en raison d’une combinaison d’un réglage fin des lois fondamentales et de la nature anti-thermodynamique de la gravitation (comme on l’a vu dans cet article).
-Mais ces forces peuvent produire un univers rempli d’étoiles et galaxies seulement si les conditions initiales de l’univers sont fortement asymétriques par rapport au temps.
*Tout ceci peut être mis en contexte et dans une certaine mesure compris à l’intérieur du paradigme newtonien. Même si nous continuons à penser dans ce paradigme, l’organisation du monde semble reposer sur de colossales improbabilités (la particularité extrême du choix des conditions initiales). La triste conclusion est que la seule sorte d’univers qui paraisse naturel de la perspective intemporel du paradigme newtonien est un univers mort en équilibre qui n’est évidemment pas celui dans lequel nous vivons. Mais depuis la perspective de la réalité du temps, il est parfaitement naturel que l’univers et ses lois fondamentales soient asymétriques dans le temps, avec une flèche du temps importante qui englobe l’accroissement de l’entropie pour les systèmes isolés ainsi que la croissance continuelle de structure et de complexité ».

-Dans l’article 11 (chapitre 18 du livre) nous avons vu au chapitre 3-1 que la vision du modèle boltzmannien infini spatialement semble aberrante selon Lee Smolin, car seul un univers spatialement fermé et fini obéit au principe de fermeture explicative (aucune chaîne d’explication ne doit déboucher hors de l’univers) et au principe de raison suffisante… Au chapitre 3-2) S’est posée la question: mais qu’en est-il du futur? Quid alors de l’infinité du temps? Pour Lee Smolin, l’idée d’une succession d’Univers est indispensable pour permettre l’ajustement des lois par évolution, comme il l’a écrit au chapitre 10 de son livre (voir mon article 3 au chapitre 2-4). Nous y avons vu que toute théorie qui aura l’ambition de répondre à la question « pourquoi ces lois« ?, et pour laquelle elles doivent être expliquées, ces lois devront évoluer. Lee Smolin s’appuie sur la philosophie de Charles Sanders Peirce qui affirme que « la seule manière possible de rendre compte des lois de la nature et de l’uniformité en général est de supposer qu’elles sont le fruit de l’évolution ». Donc le fruit de leur rapport au temps et qu’aura à dire la nouvelle théorie sur la nature du temps? », on peut résumer par la formulation de Roberto Mangabeira Unger (voir l’univers singulier et la réalité du temps, écrit avec Lee Smolin): ou bien le temps est réel, ou bien il ne l’est pas! S’il ne l’est pas, alors les lois sont intemporelles, mais le choix de ces lois est inexplicable. nous voyons que la cosmologie devient plus scientifique et nos idées plus vulnérables au test, si nous travaillons dans un cadre où le temps est réel et fondamental, et où l’histoire de l’univers est un élément nécessaire à notre compréhension de son état actuel (principe se causalité). Ceux qu’encombrent des présupposés métaphysiques comme quoi le but de la science est de découvrir des vérités représentées par des objets mathématiques intemporels (platonisme), pourraient croire que qu’éliminer le temps, rendant ainsi l’univers semblable à un objet mathématique, est la voie vers une cosmologie scientifique. Mais il s’avère que c’est tout l’opposé. Comme l’a compris Charles Sanders Pierce il y a plus d’un siècle, les lois doivent évoluer pour être explicables« .


3) « Ma lecture » du chapitre 19 du livre Le futur du temps.

     3-1) Un point sur l’avancement des réflexions et résumé des chapitres précédents.. Avec Lee Smolin, nous sommes donc remontés depuis l’intemporalité, qu’on trouve par exemple dans la relativité générale avec l’univers-bloc, pour remettre le temps à sa juste place au coeur de notre conception du monde. Pour la science moderne, les arguments en faveur de la non-réalité du temps sont forts, mais ils dépendent de l’extension du paradigme newtonien à une théorie de l’univers considéré comme un tout. Nous avons vu dans mon article 1 (l’erreur et le dilemme cosmologique), donnant ma lecture de la renaissance du temps chapitre 8, que la seule manière d’échapper à aux problèmes, dilemmes et paradoxes liés à ce paradigme, est d’adopter une méthodologie qui va au-delà du paradigme newtonien, c’est à dire chercher un nouveau paradigme applicable à la physique à l’échelle de l’univers. Sinon prévient Lee Smolin, on se place face au risque que la physique finisse dans l’irrationalité et le mysticisme. Mais tous arguments de la première partie qui poussent à éradiquer le temps hors de la physique sont basés sur le paradigme newtonien et sur l’hypothèse qu’il peut être étendu à l’univers dans son entier. Mais si c’est faux, ces arguments pour éliminer le temps s’écroulent, et quand nous abandonnons le paradigme newtonien, il devient possible de croire que le temps est réel et on peut envisager la construction d’une « vraie(?) » théorie cosmologique dont on espère qu’elle fera mieux que les théories actuelles. Dans mon article 2 (le défi cosmologique) nous avons vu que l’application d’une loi à n’importe quel morceau de l’univers implique une approximation parce que c’est faire de la physique dans une boite, et il faut alors négliger toutes les interactions entre ce morceau et le reste de l’univers. Donc, les applications vérifiables d’une loi de la nature sont toutes des approximations et si on veut appliquer une loi sans approximation, c’est à l’univers entier qu’il faudrait l’appliquer. Mais il n’existe qu’un univers, ce qui signifie qu’appliquer une loi particulière à un cas unique et cela ne peut apporter suffisamment d’indices pour affirmer qu’une loi particulière s’y applique. Lee Smolin suggère d’appeler ceci le dilemme cosmologique. Rien dans la chair des théories existantes ne peut nourrir une théorie vraiment fondamentale affirme t-il avec force.Ce partage du monde en ses composantes dynamiques et un fond qui « le cerne » est comme on vient de la voir la caractéristique géniale du paradigme newtonien. C’est elle qui a contribué au succès fulgurants des modèles scientifiques relativiste et quantique. Mais c’est paradoxalement ce qui rend ce paradigme inapplicable dans sa globalité. En effet, il ne peut pas exister de composante statique car tout dans l’univers change et il n’existe aucun extérieur, rien par rapport à quoi les mouvements du reste puissent être mesurés si l’univers est ce qui contient TOUT. Surmonter cet obstacle est ce que Lee Smolin appelle le défi cosmologique. Mais comment surmonter cet obstacle et relever le défi? Nous devons formuler une théorie nouvelle, que nous pourrons appliquer de façon consistante (sans incohérence) à TOUT l’univers. Dans une telle théorie, chaque « acteur » dynamique doit être défini en terme d’autres acteurs (et non en fonction de paramètres extérieurs tels que le temps t).

Le chapitre 9 s’achève par: « il n’est pas interdit de cultiver l’ambition d’inventer une théorie fondamentale qui décrira enfin la nature sans approximation. Mais la logique comme l’histoire nous disent que ceci sera impossible tant que nous resterons dans le paradigme newtonien (le partage du monde en ses composantes dynamiques et un fond qui « le cerne » est la caractéristique géniale du paradigme newtonien)Aussi admirables que soient la physique newtonienne, le relativité générale, la mécanique quantique et le modèle standard, ils ne pourront nous servir de canevas pour une théorie fondamentale en cosmologie. Le seul chemin possible vers une telle théorie nous force à relever le défi cosmologique et à façonner une théorie hors du monde du paradigme newtonien, pouvant être appliquée à l’univers entier sans aucune approximationLee Smolin confirme ainsi que pour progresser en cosmologie et aussi en physique fondamentale,nous avons besoin de concevoir d’une nouvelle manière une loi de la nature, valable à l’échelle cosmologique (celle de l’univers dans son entier), qui évite les erreurs, dilemmes, et paradoxes et qui réponde aux questions que le cadre « newtonien » ne permet pas d’aborder. De plus, ce doit être une théorie scientifique, donc faire des révisions falsifiables par des expériences, inédites, mais faisables.

Dans l’article 3 (chap. 10, nouveaux principes de cosmologie), Lee Smolin a commencé cette quête d’un tel cadre en mettant en avant les principes de base qui guident sa recherche. Un des principaux parmi ceux-ci, le principe de raison suffisante nous invite à chercher une raison rationnelle pour tout choix fait par l’univers, d’être d’une façon plutôt que d’une autre. Dans sa formulation originelle, par Leibniz, il affirme que « jamais rien n’arrive sans qu’il y ait une cause ou du moins une raison déterminante, c’est-à-dire qui puisse servir à rendre raison a priori pourquoi cela est existant plutôt que non existant et pourquoi cela est ainsi plutôt que de toute autre façon ». Ce principe postule qu’il devrait y avoir une réponse à toute question raisonnable qu’on pourrait se poser en réfléchissant pourquoi l’univers a certaines particularités. Pour une nouvelle théorie scientifique un test est de voir si elle augmente le nombre de questions auxquelles on sait répondre. Et si elle permet de trouver des raisons à des aspects de l’univers que les précédentes théories ne permettaient pas d’expliquer on peut dire que c’est un progrès. Ceci implique d’autres principes: les principes d’identité des indiscernablesde fermeture explicative (les explications que la théorie donnera doivent dépendre exclusivement de choses qui existent ou se produisent dans l’univers et aucune chaîne d’explication ne doit déboucher hors de l’univers), absence d’actions sans réciproque (rien dans l’univers ne peut agir sur d’autres choses sans en être affecté. Toutes les forces et les influences devraient être mutuelles (action = réaction). Comme nous l »avons vu dans l’article 3 au chapitre 2-2, ceci constitue en fait l’essence de la philosophie du « relationalisme« . Chaque entité dans l’univers évolue dynamiquement, en étant en interaction avec tout le reste de l’univers.

Puis, Lee Smolin a mis en avant que le seule façon de satisfaire ces principes et de découvrir une théorie cosmologique qu’on puisse manipuler et utiliser est de faire l’hypothèse que les lois la nature évoluent au cours du temps. C’est ce qu’il a décrit au chapitre 14 de son livre dont j’ai donné « ma lecture » dans l’article 7 avec un développement prometteur qui est « la dynamique des formes » ou des configurations (chapitre 2-3). Elle évoque une notion globale privilégiée du temps au sein de la relativité générale. Elle est ni plus ni moins qu’une alternative permettant de décrire l’étendue spatio-temporelle et gravifique en concurrençant la cosmologie relativiste d’Einstein. Le principe central est que toute réalité est connectée aux formes des objets et tout changement et tout changement réel n’est que changement de ces formes. La taille intrinsèque d’un objet est une illusion et ne veut rien dire fondamentalement. Cette théorie alternative a une longue histoire. Elle tire son origine d’une formulation alternative de la relativité, le formalisme ADM (par Richard ArnowittStanley Deser et Charles W. Misner), puis d’une interprétation du principe de Mach (ni espace ni temps absolu; tout est relation). C’est Julian Barbour, un grand défenseur de la philosophie relationnelle, qui créa le changement de perspective avec son livre de 1999 « la fin du temps » L’équivalence relativité générale/dynamique des formes est un exemple de ce que les physiciens appellent une dualité. Il s’agit de deux descriptions d’un même phénomène, dont chacune est complète et cependant incompatible avec l’autre. C’est une découverte de la physique contemporaine. Elle fut découverte (sous différentes formulations) en 1995 par Juan Malcadena dans le contexte de la théorie des cordes avec la correspondance ADS/CFT

C’est cette notion de temps réel, dans laquelle les lois de la nature évoluent, accompagnés des principes que nous venons d’énumérer (en caractères gras), qui nous fournit, dit  Lee Smolin, une base pour une nouvelle théorie cosmologique, dont les développements sont décrits dans les chapitres 11 (mon article 4) à 18 (mon article 11)  du livre. Ces développements ne sont pas encore des faits et ne constituent pas encore une théorie cohérente, mais « ce sont plutôt une vision de la façon dont on pourrait concevoir à la fois l’univers et les missions de la cosmologie ». Tout ceci est spéculatif, mais il en résulte des prédictions testables qui pourront un jour être confirmées par l’expérience, ce qui conduit à une cosmologie plus scientifique. La notion de temps réel et global est utile pour résoudre d’autres problèmes non résolus en physique comme cela a été vu aux chapitres 12 (mon article 5: La mécanique quantique et la libération de l’atome) et au chapitre 13 (mon article 6 Le combat de la relativité et du quantum). Lee Smolin y présente entre autres deux approches vers une théorie plus profonde des phénomènes quantiques nécessitant que le temps soit fondamental. Ces approches semblent différer suffisamment de la mécanique quantique pour pouvoir en être distinguées expérimentalement.

Un autre aspect où opère le temps réel: Au niveau macroscopique, Le temps apparaît à ce niveau non quantique où, de même que la thermodynamique émerge via des concepts (température, pression, densité, entropie), il apparaît fortement directionnel avec plusieurs flèches distinguant le passé du futur. Ce fait de l’asymétrie temporelle de l’univers est déroutant dans les théories où il est non essentiel (où il n’existe pas), celles du paradigme newtonien notamment. Cela explique que les caractéristiques de notre univers soient attribuées à un choix improbable des conditions initiales alors que la difficulté pourrait être évitée en supposant que le temps est réel et que la théorie fondamentale est aussi asymétrique par rapport au temps, que l’univers semble l’être. Toutefois, l’idée d’un temps global où notre expérience du temps qui passe est partagée dans tout l’univers entre directement en conflit avec la relativité de la simultanéité de la relativité restreinte et générale. Mais il faut l’affronter, car la relativité de la simultanéité et l’idée que la réalité est une notion partagée conduisent à la vision de l’univers-bloc dans laquelle l’aspect le plus fondamental de notre expérience, le passage du temps, n’est pas réel. Mais l’hypothèse qu’il existe un temps global privilégié doit être confirmé par l’expérience. C’est la raison pour laquelle Lee Smolin a adopté des hypothèses pouvant mener à de nouvelles prédictions pour laquelle elles pourront être vérifiées. 

     3-2) Le dilemme des méta-lois. 

     -L’idée que les lois évoluent portent ainsi l’espoir de rendre la physique fondamentale plus prédictive. Mais cette idée porte aussi en elle un dernier dilemme. Si les lois physiques sont évolutives, alors qu’est-ce qui gouverne leur évolution ? Existe t-il une loi qui gouverne la façon dont les lois évoluent, une loi qui agit sur des lois plutôt que directement sur des particules élémentaires? Ce sera une méta-loi puisqu’elle agit sur les lois. Cela pourrait être difficile d’observer cette méta-loi car elle pourrait n’agir que pendant des épisodes violents comme le big bang. Mais ne devrait-elle pas y avoir une telle loi si on veut une explication complète pour notre univers, réalisant pleinement le principe de raison suffisanteMais cela ne règle pas la question « pourquoi ces conditions initiales? En effet, si une méta-loi peut agir sur les lois passées pour façonner les lois dans le futur, une partie de l’explication de ce que sont les lois aujourd’hui repose sur ce que furent ces lois antérieures et alors pourquoi cette méta-loi? On pourra invoquer une méta-méta-loi et enclencher ainsi une régression à l’infini. C’est un face du dilemme, l’autre face étant qu’il n’y a aucune méta-loi. Dans ce cas, il y aurait un élément de hasard dans l’évolution des lois, ce qui fait que tout n’est peut-être pas explicable et alors dit Lee Smolin, « le principe de raison suffisante est vérolé aux fondations mêmes de la science ». C’est ce que Roberto Mangabeira Unger et Lee Smolin appellent le dilemme des méta-lois. 


     -Pourtant, pour Smolin ce n’est pas une impasse, mais au contraire une grande chance scientifique, une provocation à devoir inventer une nouvelle sorte de théorie (celle qu’il cherche?) qui la résoudra. En attendant, ce dilemme.est temporairement  contourné par la sélection naturelle cosmologique décrite dans le chapitre 11 lorsqu’on fait l’hypothèse d’une méta-loi limitée et statistique. Une meilleure compréhension de tout ceci pourrait certes être apportée par une théorie quantique de la gravitation (comme le gravitation quantique à boucles) ou la théorie des cordes (contexte dans lequel cette idée a été originellement conçue), mais comme ne l’a pas encore, la S. N. C. est déjà à la fois explicative et falsifiable. Voir mon article 4 chapitre 3 où il est question de la Puissance de la sélection naturelle cosmologique VS le principe anthropique: Lee Smolin affirme que, à la différence du principe anthropique, la sélection naturelle cosmologique offre une véritable explication [que Jean Paul Baquiast évoque aussi avec le darwinisme quantique dans nouvelles théories sur l’évolution], à la raison pour laquelle les paramètres du modèle standard paraissent accordés pour un univers qui est rempli d’étoiles à longue durée de vie et ont, au cours du temps, enrichi l’univers en carbone, oxygène et autres éléments nécessaires à mise en place de la complexité, ce qui a permis l’apparition de la vie. Les paramètres dont les valeurs sont ainsi, en un sens expliqués [alors que dans le modèle standard ces paramètres sont des données « sorties du chapeau » et inexpliquées], incluent les masses du proton, du neutron, de l’électron, du neutrino électronique et les intensités des 4 interactions fondamentales. Il y a même un bonus. L’explication concerne la maximisation de la production de trous noirs et une conséquence est la fabrication d’un univers hospitalier pour la vie. Remarque: Vilenkin, « père », avec Paul Steinhardt, de la théorie intemporelle de l’inflation éternelle, théorie en opposition avec l’inflation chaotique de Linde, (théorie dans laquelle les lois évoluent) a fait la remarque suivante dans On cosmic natural selection, à propos de la sélection naturelle cosmologique): « The rate of black hole formation can be increased by increasing the value of the cosmological constant. This falsifies Smolin’s conjecture that the values of all constants of nature are adjusted to maximize black hole production ». Cela rend la sélection naturelle cosmologique scientifique car falsifiable, mais on est encore loin d’une théorie cosmologique le l’univers. De plus, cette théorie fait plusieurs prévisions véritables, qui sont aussi falsifiables par des observations couramment réalisables. Par exemple, les étoiles à neutrons ne peuvent pas être plus massives qu’une certaine limite. En effet, la fin des étoiles massives abouti aux étoiles à neutrons qui sont le résidu compact issu de l’effondrement gravitationnel du cœur de l’étoile quand celle-ci a épuisé son combustible nucléaire. Cet effondrement s’accompagne d’une explosion des couches externes de l’étoile, qui sont complètement disloquées et rendues au milieu interstellaire, phénomène appelé supernova. Au-delà d’une limite de masse, l’étoile s’effondrera en un trou noir. Cette limite (environ 1,5 à 3 masses solaires) s’appelle limite de Oppenheimer-Volkoff (Elle doit son nom aux deux physiciens qui ont complété les travaux précédemment entrepris par le physicien Richard C. Tolman à ce sujet, c’est à dire J. Robert Oppenheimer et George M. Volkoff). Elle correspond à la masse maximale théorique que peut avoir une étoile à neutrons. Au-delà de cette valeur, l’objet s’effondre alors en trou noir. Cette limite ne doit pas être confondue avec la limite de Chandrasekhar, qui est la masse maximale que la pression de dégénérescence électronique d’un objet peut supporter sans qu’il y ait d’effondrement gravitationnel en étoile à neutrons. Ainsi lors de l’explosion d’une étoile en supernovae, la région centrale de l’étoile qui a explosé s’effondrera soit en étoile à neutrons, soit en trou noir: voir limites gravitationnelles.


     -Une autre approche d’une méta-loi est le principe de précédence (voir https://arxiv.org/pdf/1205.3707.pdf). Ce principe est discuté dans le chapitre 12 du livre (voir mon article 5) au chapitre 3-2) Pour une explication plus technique: voir Lee Smolin Précédence et la liberté dans la physique quantique   (https://arxiv.org/pdf/1205.3707v1.pdf« Une nouvelle interprétation de la mécanique quantique est proposée selon laquelle la priorité, la liberté et le jeu de la nouveauté jouent le rôle central. Ceci est basé sur une modification des postulats de la théorie quantique donnés par Lluís MasanesMarkus P. Müller. Nous soutenons que la mécanique quantique se caractérise uniquement comme la théorie probabiliste dans laquelle les systèmes individuels ont une liberté maximale dans leurs réponses à expérimenter, compte tenu des axiomes raisonnables pour le comportement des probabilités dans une théorie physique. Ainsi, dans la mesure où les systèmes quantiques sont libres, dans le sens de Conway et Kochen, il y a un sens dans lequel ils sont au maximum libres. Nous proposons également que les lois de l’ évolution quantique résultent d’un principe de priorité, selon laquelle le résultat d’une mesure sur un système quantique est choisi au hasard parmi l’ensemble des résultats des exemples précédents de la même mesure sur le même système quantique. Cela implique que les lois dynamiques pour les systèmes quantiques peuvent évoluer en tant que l’univers évolue, parce que de nouveaux précédents sont générés par la formation de nouveaux états intriqués.« ) Ces deux chercheurs, dans « Une dérivation de la théorie quantique à partir des exigences physiques » affirment: « la théorie quantique est généralement formulée en termes de postulats mathématiques abstraits, impliquant des espaces de Hilbert, vecteurs d’état, et les opérateurs unitaires. Dans ce travail, nous montrons que le formalisme complet de la théorie quantique peut plutôt être dérivé de cinq exigences physiques simples fondées sur des hypothèses élémentaires: la préparation, les transformations et les mesures. Ceci est plus similaire à la formulation habituelle de la relativité restreinte, où deux exigences physiques simples – les principes de la relativité et de l’invariance de la vitesse de lumière – sont utilisées pour calculer la structure mathématique de l’espace-temps de Minkowski.  Dans cet article 5 on peut noter le chapitre 4) Que peut apporter la précédence pour comprendre la physique quantique avec cette nouvelle formulation et éclairer l’énigme de ses mystères? […]Un tel principe ne contredit pas le déterminisme et explique tous les exemples dans lequel le déterminisme par des lois fonctionne. Mais il n’interdit pas que de nouvelles mesures produisent de nouveaux résultats non prédictibles à partir de la connaissance du passé. C’est ce que Smolin appelle freedom and novelty: il pourrait y avoir au moins un petit degré de liberté dans l’évolution de nouveaux états, sans contredire l’application des lois aux circonstances qui se sont produites de façon répétitive dans le passé. Ce principe de précédence ou règle du précédent est une règle de droit s’appliquant particulièrement dans les  pays de common law. Cette règle veut que les tribunaux rendent des décisions conformes aux décisions antérieures lorsqu’ils sont confrontés à des cas similaires. L’idée de Smolin sur la précédence suggère que quelque chose de similaire pourrait bien opérer dans la nature. Il a même eu la surprise de découvrir que Charles Sanders Peirce a parlé des lois de la nature comme d’habitudes prises au cours du temps  (cité dans drgoulu.com): « Toutes choses ont une tendance à prendre des habitudes. Pour les atomes et leurs constituants, les molécules et les groupes de molécules, et en bref chaque objet réel concevable, il y a une plus grande probabilité d’agir comme lors d’une occasion antérieure semblable qu’autrement. Cette tendance elle-même constitue une régularité, et ne cesse de s’intensifier. En regardant dans le passé nous regardons où il s’agissait d’une tendance de moins en moins décidée. « A Guess at the Riddle » dans The Essential Peirce, Selected Philosophical Writings« .  Poursuivons avec le chapitre 4-2) La liberté quantique. 

* Illustration de ce que peut apporter la précédence en mécanique quantique. Considérons un processus quantique dans lequel un système est préparé puis mesuré et ceci de nombreuses fois. La règle de Born donne les probabilités pour chacune des mesures faites dans le passé. Le résultat pour toute occurrence future de ce processus est alors choisi aléatoirement dans la collection de résultats des cas passés. Mais s’il n’y a pas de précédent, par exemple dans le cas où le système a été préparé avec une valeur d’une propriété vraiment nouvelle, alors le résultat de la mesure sera libre (dans le sens où il ne peut être déterminé par rien dans le passé). 

* On ouvre donc une porte vers la liberté quantique. Huw Price, dans des articles et des conférences où il revisite le modèle de rétrocausalité d’Olivier Costa de Beauregard (l’Einstein de la télépathie), afin de montrer que notre passé pouvant être localement aussi incertain que notre futur (au sens quantique), montre que notre libre arbitre peut agir sur notre futur, puisque les causes réelles de nos décisions peuvent reposer sur un passé resté incertain (au sens quantique). Philippe Guillemant va même jusqu’à parler de l’intention des systèmes quantique. Cela ouvre peut-être une autre porte de la physique de demain. Sera t-elle en accord avec celle que Lee Smolin appelle de ses voeux? Cette autre approche d’une méta-loi, le principe de précédence, partiellement statistique, contourne elle aussi le dilemme des méta-lois. Même son renvoi à plus tard peut donc s’avérer fructueux, ouvrant un espace pour des hypothèses pouvant être étudiées expérimentalement et qui suggèrent de nouvelles questions et de nouvelles approches. Mais pour trouver une solution au dilemme des méta-lois, il faut que la dynamique par laquelle les lois évoluent soit suffisamment différente des lois qui nous sont familières afin les questions pourquoi cette méta-loi? ou pourquoi ces conditions initiales? ne surgissent plus.

     3-3) Lee Smolin propose une approche qui résout le dilemme des méta-lois d’une façon surprenante.

Supposons que n’importe quelle paire de propositions pour une méta-loi soient équivalentes, elles auraient des effets identiques sur la façon dont les lois évoluent. En page 324 du livre il est précisé que cette idée est réalisée dans un modèle dans  https://arxiv.org/abs/0803.2926 (Un modèle simple de matrice cubique est présenté, qui présente des troncatures qui, a t-on soutenu, mènent au niveau classique à une variété de théories des champs de jauge et de la gravité. Celles-ci incluent la théorie de Chern-Simons    (voir http://massuyea.perso.math.cnrs.fr/notes/Chern-Simons.pdfdans d = 3 et la théorie de BF et la relativité générale dans d = 4. La relativité générale couplée à la théorie de Yang-mills pour tout SU (N) peut également découler de corrections quantiques.

Sur la base de ces résultats, nous supposons qu’il existe de grandes classes d’universalité de théories de jauge de coupure et de gravité, liées par des transformations qui mélangent les symétries locale et spatio-temporelle. Si notre univers est décrit par l’une de ces théories, alors la question du choix des lois de la physique est en grande partie intégrée au problème du choix des conditions initiales en cosmologie). Selon Lee Smolin, il pourrait y avoir un principe d’universalité de la méta-loi, comme il existe un principe d’universalité en informatique; l’universalité dans cette sphère signifiant que toute fonction pouvant être calculée par un ordinateur peut être calculée par n’importe quel autre ordinateur, quel que soit le système d’exploitation qu’il fait tourner. C’est une idée analogue pour les méta-lois, affirmant que cela n’a pas de sens de savoir quelle méta-loi opère, puisque toutes les prédictions expérimentales seront les mêmes dans tous les cas.
 3-4) Idée du mariage de la loi et de la configuration.C’est encore une autre approche d’une science de de la cosmologie qui s’émanciperait du  paradigme newtonien. Il n’y aurait plus deux choses à connaître, la loi et la configuration ou l’état, mais seulement une, qui les unifie dans une méta-configuration contenant de l’information sur les deux. Tout ce qui est réel est réel dans l’instant présent. La loi agit, donc sa spécification fait partie du moment présent et les spécifications de la loi et celles de la configuration ne peuvent trop différentes. Alors, on peut les unifier dans une méta-configuration. C’est de cette façon que Galilée a unifié les domaines terrestres et célestes. Alors dit Lee Smolin, « il est peut-être temps d’unifier leur ombre, qui est la distinction entre la loi intemporelle et la configuration liée au temps ». Cette méta-configuration serait pilotée par une règle simple explicable par un principe d’universalité. Le choix de la configuration initiale spécifierait aussi bien la loi initiale que les conditions initiales. Il y aurait des aspects qui évolueraient rapidement, qui compteraient comme la configuration, évoluant via ce qu’on pourrait appeler les lois, celles-ci étant spécifiées via des aspects qui bougeraient beaucoup plus lentement. Mais sur de longues échelles de temps, la distinction entre les lois et et les configurations ne pourrait plus être faite. Lee Smolin explique ici qu’il a développé un modèle simple de cette idée, qui n’est pas jusqu’ici très réaliste, voir https://arxiv.org/abs/1201.2632: « 
Nous abordons la question de savoir pourquoi des lois particulières ont été sélectionnées pour l’univers en proposant un mécanisme permettant à ces lois d’évoluer. Normalement, dans les théories physiques, les lois intemporelles agissent sur des états évoluant dans le temps. Nous proposons qu’il s’agisse d’une approximation, bonne sur des échelles de temps plus courtes que les échelles cosmologiques, au-delà desquelles les lois et les états sont fusionnés en une seule entité qui évolue dans le temps » (en .pdf: https://arxiv.org/pdf/1201.2632.pdf).

4) Une conclusion de ma lecture du livre
     4-1) Ces deux idées, le principe d’universalité de la méta-loi et Idée du mariage de la loi et de la configuration, prises avec le le principe de précédence et la sélection naturelle cosmologique  donnent 4 manières d’aborder le dilemme des méta-lois. Ce ne sont que des premiers pas, mais Lee Smolin pense qu’il n’est pas exagéré de dire que la direction que prendra la cosmologie au XXIè siècle sera déterminée par la manière dont on résout le dilemme des méta-lois. 

     4-2) Les mathématiques et la science. Le livre s’est ouvert sur des questions concernant le rôle que les mathématiques jouent dans la science. Un retour sur sur ce sujet est nécessaire, car la réalité du temps a d’importantes implications sur quant à leur rôle dans la physique. On sait qu’à l’intérieur du paradigme newtonien,un espace des configurations intemporel et les lois peuvent aussi être représentées par des objets mathématiques ainsi que leurs solutions, qui sont des histoires du système. Les mathématiques ne correspondent pas à des processus physiques réels, mais à ce que Lee Smolin nomme leurs enregistrements, une fois qu’ils sont achevés et qui sont aussi, par définition intemporels. Le monde lui, reste un enchevêtrement de processus évoluant au cours du temps pour lequel seuls de petits fragments sont représentables par des objets mathématiques intemporels. Comme nous l’avons vu dans l’article 2: « chapitre 3 Le paradigme newtonien vu comme reflet mathématique de la nature est t-il un fantasme métaphysique? […] Mais, si on ne peut pas séparer le rôle des lois et et conditions initiales, le paradigme newtonien ne perd t-il pas son pouvoir explicatif des causes des phénomènes physiques. La mécanique newtonienne ou la physique quantique étaient pourtant de bonnes candidates pour être des théories fondamentales, miroirs parfaits du monde naturel où tout ce qui est vrai de la nature trouverait un écho dans un fait mathématique qui serait vrai pour la théorie. Le paradigme de newton, basé sur des lois « intemporelles » agissant sur un espace de configuration intemporel est dans ce cadre, essentiel à cet effet miroir […] 3-2): « La physique expérimentale est l’étude des subdivisions de la nature. -Le sous-système modélisé par une théorie approchée comme s’il existait seul dans l’univers, en négligeant tout ce qui lui est extérieur, s’appelle un système isolé« . Alors, comme le paradigme newtonien n’est pas applicable à une échelle incluant l’univers dans sa totalité, Lee Smolin conclut qu’il n’est pas sûr qu’il y ait d’objet mathématique correspondant à l’histoire exacte de l’univers entier. Il peut ne pas y avoir non plus, pour l’univers pris comme un tout d’espace de configurations intemporel ni de lois intemporelles représentées par des objets mathématiques universels. 

     -Alors, que penser des mathématiques et pourquoi y a t-i quelque chose plutôt que rien? Faut-il les penser de façon platonicienne, comme de nombreux mathématiciens? (Les entités mathématiques ont une existence objective indépendante, et ne sont pas des artefacts de l’esprit humain. Ce ne sont pas de vulgaires abstractions tirées du monde sensible (connu par les sens), ni de pures conventions, ni de simples instruments, mais des êtres jouissant d’une vie propre, comme les Idées de Platon ou même comme les êtres physiques). Lee Smolin explique sa vision en évoquant des anecdotes deux mathématiciens renommés. John Archibald_Wheeler avait coutume d’écrire ses équations sur un tableau noir, de reculer, puis de dire, « Maintenant je vais frapper dans mains et un univers va naître« ,ce qui ne se produisait évidemment pas. Il a dit aussi, « Aucun phénomène n’est un phénomène réel jusqu’à ce qui soit observé« . Stephen Hawking, lui, a demandé, dans « une brève histoire du temps« , « quelle est cette chose qui insuffle la vie à ces équations et fabrique l’univers qu’elles auront à décrire? » De ces anecdotes doit-on conclure comme Smolin qu’il est absurde que les mathématiques précèdent la nature, ce qui va à l’encontre, me semble-t-il de la vision platonicienne? En réalité, elles viennent, dit Lee smolin,,après la nature et elles n’ont pas le pouvoir de générer. Alors que les conclusions en mathématiques viennent de l’implication logique, dans la nature, les événements sont générés par des processus causaux opérant dans le temps. Les implications logiques ne sont pas les processus causaux, même si elles peuvent modéliser certains de leurs aspects. Ainsi, la logique et les mathématiques ne peuvent saisir la totalité de la nature, la logique n’est pas le miroir de la causalité. Il y a des aspects de l’univers qui ne seront jamais représentables en mathématiques. Et en particulier, l’un d’eux, c’est que dans le monde réel, il y a toujours un instant particulier. Cette leçon, que permet de saisir la réalité du temps, est que la nature ne peut être capturée par un système logique ou mathématique quel qu’il soit. 

Cela rappelle étrangement les théorèmes de Gödel que j’ai évoqués dans mon article à propos de Motl: « The referent frame, l’équation bogdanov« , au chapitre 5-2: « […] Le principe d’incertitude implique que lorsqu’on observe une particule élémentaire, par exemple, on peut observer soit sa position, soit sa quantité de mouvement (vitesse = masse x vitesse), mais pas les deux en même temps. Une des conséquences, c’est qu’il n’est pas possible de parler de trajectoire pour une particule quantique. Ce que proposent les frères Bogdanov, c’est de remplacer cette incertitude par un autre concept, qui vient d’ailleurs des mathématiques, notamment du mathématicien Kurt Gödel, (compagnon d’Einstein dans les années 1930 à Princetown). Ce que dit le théorème de Gödel:

« Nous avons vu que la notion de « démontrabilité » est toujours relative à un système d’axiomes. Cela veut dire qu’une certaine affirmation mathématique peut très bien être démontrable avec un système, mais pas avec un autre ! Ce dont ont voulu s’assurer Hilbert et sa bande au début du XXème siècle, c’est qu’il était possible de construire un système d’axiomes parfait, tel que toutes les propositions mathématiques vraies y soient démontrables. Un tel système serait dit « complet ». Et c’est précisément cet espoir que Gödel a ruiné : il a démontré que dès que l’on veut faire au minimum de l’arithmétique des nombres entiers, quel que soit le système d’axiomes qu’on utilise, il existera toujours des énoncés vrais mais indémontrables. On dit que ces énoncés sont indécidables. Cela signifie qu’il n’existe pas de système d’axiomes complet, et c’est pour cela que l’on appelle ce théorème, le théorème d’incomplétude. Pour reprendre l’analogie avec l’échafaudage, on peut y mettre autant de piliers qu’on veut, il existera toujours des fenêtres de l’immeuble qu’on ne pourra pas atteindre ! » Cela signifie qu’il n’existe pas de système d’axiomes complet, et c’est pour cela que l’on appelle ce théorème, le théorème d’incomplétude.« 

Les Bogdanov, en utilisant ces résultats peuvent dire: « Gödel a démontré que dans tout système, il y a toujours de l’inconnaissable, il y a toujours de l’incomplétude, c’est à dire que la cause qui a permis à ce système soit d’exister, soit d’évoluer, cette cause, ou ces causes,  peuvent être renvoyées à l’extérieur même de ce système. Et quand on applique cette idée d’incomplétude à l’Univers et au comportement des particules élémentaires. on en est conduit à cette conclusion, c’est qu’il existe dans l’Univers un principe d’incomplétude: nous ne connaissons pas les « déterminants fondamentaux » qui guident le comportement des particules élémentaires. Cela ne veut pas dire que le système est incertain et gouverné par le hasard, cela veut simplement dire que nous ne connaissons pas une certain nombres de « déterminants », de facteurs essentiels qui guident le comportement du système et qui sont à l’extérieur de ce système et pire, qui sont à l’extérieur de l’espace-temps. En fait, il existe des données qui guident le comportement des choses, des événements visibles dans l’espace-temps et cependant ces déterminants sont à l’extérieur de l’espace-temps. Ils surgissent dans l’espace-temps sous la forme de ces phénomènes, phénomènes qui ont évidemment la qualité d’être entourés d’un certain flou. Mais ce flou, c’est ce qu’on appelle flou quantique, il ne relève que d’une connaissance « de notre point de vue »  incomplète de ce système, parce que précisément, le système n’est pas connaissable, dans la mesure où ces déterminants sont à l’extérieur de l’espace-temps. « 

C’est aussi le message de Frank Wisser dans le site integralworld.net/visser148.html au chapitre UN MONDE AU-DELÀ DE LA PHYSIQUE dans lequel Stuart Kauffman écrit: « […] Je dis que Dieu est le caractère sacré de la nature. Et vous pouvez aller au-delà de cela. Vous pouvez dire que Dieu est la nature. C’est le dieu de Spinoza. C’est le Dieu en qui Einstein croyait. Mais leur vision de l’univers était déterministe. La nouvelle vision est que l’évolution de l’univers est partiellement sans loi et sans cesse créative. Nous sommes les enfants de cette créativité […]Kauffman, qui met l’accent sur la créativité de l’univers, a écrit un livre sur la religion dans lequel il propose de « réinventer le sacré« : une nouvelle vue de la science, de la raison et la religion (2010), l‘ humanité dans un univers créatif (2016) et le récent « A world beyond physics« : l’émergence et l’évolution de la vie(2019). Mais il essaie de naturaliser la religion, de trouver une « divinité naturelle », sans y introduire un esprit. Une de ses phrases célèbres est: « Je pense que la créativité dans la nature est si magnifique et si écrasante que c’est assez Dieu pour moi (it’s God enough for me), et je pense pour beaucoup d’ entre nous, si nous y réfléchissons.» Kauffman met l’accent sur la créativité de l’univers. Qui aurait pu s’attendre à ce qu’il y ait jamais des éléphants dans cet univers, demande-t-il. Aucune loi de la physique ne prédirait jamais que cela se produise.

Avec Lee Smolin qui affirme que la nature ne peut être capturée par un système logique ou mathématique quel qu’il soit nous avons ici trois visions de la nature qui pourraient un jour se montrer des aspects compatibles d’une même réalité (-L’univers est, simplement, il survient, le temps est réel, -La créativité du réel est la complexité, -Avant le big bang, est l’information). Mais pour Lee Smolin, l’univers est unique, il ne survient qu’une fois, comme le fait chaque événement… unique, que la nature héberge. Pourquoi il est, pourquoi il existe quelque chose plutôt que rien n’est peut-être pas une question ayant une réponse. La physique quantique semble répondre: Parce que Rien est instable, voir [2],. Et sauf que, précise Smolin, peut-être que, exister, c’est être en relation avec d’autres choses qui existent, et l’univers est simplement l’ensemble de toutes ces relations. L’univers lui-même n’a aucune relation avec quoi que ce soit situé en dehors. Se demander alors pourquoi il existe, plutôt que le néant, sort du champ du principe de raison suffisante.
 -Alors comment exprimer la science si la 
nature ne peut être capturée par un système logique ou mathématique quel qu’il soit? Sous quelle forme les découvertes de la cosmologie doivent-elles être exprimées si ce n’est pas comme à l’heure actuelle dans une unique loi intemporelle agissant sur un espace de configurations intemporel? C’est, selon Lee Smolin une question dont dépend le futur de la cosmologie. Les exemples que nous avons vu, comme la sélection naturelle cosmologique (article 4) ou lprincipe de précédence (article 6) démontrent qu’il est possible de concevoir des théories scientifiques testables qui vont au-delà du paradigme newtonien. De plus, on sait que, dans l’histoire des sciences, il y a de nombreuses hypothèses qui n’ont pas besoin d’être exprimées mathématiquement. Et dans certains cas, les mathématiques ne sont pas nécessaires pour trouver leurs conséquences. C’est le cas de la sélection naturelle: même si certains de ses aspects ont été saisis das des modèles mathématiques simples, aucun d’entre eux ne saisit toute la diversité de mécanismes par lesquels la sélection naturelle agit dans la nature. En effet, de nouveaux mécanismes d’évolution peuvent émerger à tout instant, tandis que de nouvelles espèces apparaissent. Les hypothèses, pour être scientifiques, doivent suggérer des observations grâce auxquelles elles pourront être vérifiées et confirmées ou bien infirmées. Parfois cela requiert l’expression mathématique … parfois non! Les mathématiques sont un langage de la science, c’est une méthode puissante et importante, mais le lien entre les résultats des calculs mathématiques et les résultats expérimentaux doit être exprimé en langage ordinaire puisque les expériences se déroulent hors des mathématiques, dans le monde réel. Finalement, conclut Lee Smolin, même si les mathématiques sont un formidable outil; ce n’est pas leur langage qui a le dernier mot, le langage qui a le dernier mot en science  est LE LANGAGE.    


     4-3) Pour conclure, quel peut être le nouveau chemin vers une nouvelle théorie à laquelle aspire Lee Smolin

[https://www.matierevolution.fr/spip.php?article3850: lee smolin et la physique contemporaine

https://www.dunod.com/sciences-techniques/rien-ne-va-plus-en-physique-echec-theorie-cordes: Rien ne va plus en physique ! L’échec de la théorie des cordes]

Nous sommes face à un défi qui ne doit pas être sous-estimé pense Smolin. La science cosmologique est dans une crise (>La renaissance du temps : pour en finir avec la crise de la physique?  par Bernard Dugué)Nous pouvons faire le pari que continuer sur la base des méthodologies qui ont si bien servi la science jusqu’à maintenant ne nous mènera nulle part. C’est ce que nous avons pu voir à partir des  paradoxes qui s’ensuivent [Nous avons vu dans mon article 1 (l’erreur et le dilemme cosmologique), donnant ma lecture de la renaissance du temps chapitre 8, que la seule manière d’échapper à aux problèmes, dilemmes et paradoxes liés à ce paradigme, est d’adopter une méthodologie qui va au-delà du paradigme newtonien]. Il semble donc qu’il faille avancer dans l’inconnu, face à un choix de programmes radicaux. Nous ne pourrons décider lequel est correct que lorsque nous verrons des directions conduisant à des prédictions testables pour de nouvelles observations et quand ces observations seront faites. Par ailleurs, toute nouvelle théorie devra offrir des explications solides pour des faits connus, mais pour l’instant mystérieux.

Pour comparer les choix possibles, le tableau suivant résume les paires d’affirmations contraires que Lee Smolin a citées dans son livre et qui soulignent ce qu’implique de prendre le temps comme une illusion ou au contraire comme une réalité:

Le temps est une illusion. La vérité et la réalité sont intemporelles Le temps est l’aspect le plus réel de notre perception du monde. Tout de ce qui est vrai et réel est tel à un moment de temps qui est une succession d’instants
L’espace et la géométrie sont réels L’espace est émergent, et une approximation.
Les lois de la nature sont intemporelles et inexplicables, en dehors d’une sélection par le principe anthropique. Les lois de la nature évoluent dans le temps et peuvent être expliquées par leur histoire.
Le futur est déterminé par les lois de la physique agissant sur les conditions initiales de l’univers. Le futur n’est pas totalement prédictible et de ce fait partiellement ouvert.
L’histoire de l’univers est, dans tous ses aspects, identique à un certain objet mathématique. De nombreuses régularités dans la nature peuvent être modélisées par des théories mathématiques. Mais toute propriété de la nature n’a pas son reflet dans les mathématiques.
L’univers est spatialement infini. Les prédictions probabilistes sont un problème, parce qu’elles aboutissent à prendre le quotient de deux grandeurs infinies. L’univers est spatialement fini. Les propriétés sont des fréquences relatives ordinaires.
La singularité initiale est le début du temps(dans le cas où l’on définit le temps) et est explicable. Le big bang est en réalité un rebond qui doit être expliqué par l’histoire de l’univers précédent.
Notre univers observable est l’un d’une collection infinie d’univers existants simultanément mais non observables. Notre univers est une étape dans une succession d’ères de l’univers. Les fossiles, ou les reliques, d’ères antérieures, pourraient être observées dans les données cosmologiques.
L’équilibre est l’état naturel et le destin inévitable de l’univers. Seuls de petits sous-systèmes de notre univers parviennent à l’équilibre uniforme ; Les systèmes gravitationnellement liés évoluent vers des configurations structurées hétérogènes.
La complexité et l’ordre observés sont un accident aléatoire dû à de rares fluctuations statistiques. L’univers s’auto-organise naturellement vers des niveaux de complexité croissants, pilotés par la gravitation.
La mécanique quantique est la théorie finale et l’interprétation correcte est qu’il y a une infinité d’histoires alternatives se produisant réellement La mécanique quantique est une approximation d’une théorie cosmologique inconnue

Ce qu’on peut constater, c’est que le programme de recherche basé sur l’univers intemporel qui adopte la mécanique quantique et le multivers comme théorie finale est là depuis plus de deux décennies (cf Aurélien Barrau) et il n’a pas produit uns seule prédiction réfutable pour une expérience qui pourrait être à notre portée, si ce n’est les spéculations sur un nouveau type de phénomène, les collisions d’univers-bulle, dont les restes pourraient être observés si nous avons de la chance. En fait, ces spéculations ne sont pas des prédictions réfutables, car un échec à vérifier les prédictions peut être expliqué sans qu’il en coûte à la spéculation. Et les difficultés fondamentales de ce programme n’ont pas non plus été résolues. Ces difficultés sont liées à plusieurs raisons:

*L’univers dans lequel nous vivons est l’un parmi un nombre infini d’infini d’univers, tous non observables à l’exception de cet univers.

*Quelle est la définition des probabilités quand il y a un nombre infini de copies de chaque événement?

*Ni la théorie ni l’observation ne peuvent contraindre l’invention de scénarios sur des choses qui pourraient être vraies mais hors de portée de nos observations.


Lee Smolin pense que l’histoire décrira ces idées comme des échecs, échecs dus à une approche inadaptée d’un problème fondamental en science. L’échec vient d’avoir pris une méthode adaptée à l’étude de petites parties de l’univers pour l’appliquer à l’ensemble de ce qui existe. Cet échec ne peut être corrigé juste en inventant un scénario du même type. Ce n’est pas par une méthode qui prend les lois et les conditions initiales comme données d’entrée qu’on pourra répondre aux questions cosmologiques telles que pourquoi ces lois? ou pourquoi ces conditions initiales? La tâche set titanesque et il est trop tôt pour dire si une tentatives d’échafauder des hypothèses sur l’évolution des lois et faisant intervenir une histoire possible de l’univers avant le big bang est vraie, mais il est encourageant de savoir, dit Lee Smolin, que des observations actuelles et dans un futur proche pourraient nous amener à les rejeter comme étant fausses. Cela suggère que les scénarios dans lesquels l’univers est une étape dans une succession d’univers sont testables et de ce fait scientifiques. La suggestion la plus radicale dans cette direction de pensée est basée sur la réalité du moment présent et du principe que tout ce qui est réel l’est dans le moment présent. Cela implique que la physique ne peut plus être comprise comme la quête d’un double mathématique, identique de l’univers. Ceci est un fantasme métaphysique qui a inspiré des générations de théoriciens mais qui bloque maintenant le chemin vers le progrès selon Smolin. Les mathématiques servent la science, mais elles ne pourront plus en être la Reine. Il n’est plus possible de voir des lois absolues, intemporelles, dicter l’évolution de de la configuration du monde, qui est ancrée dans le temps. Dans notre monde, qui vit une ère cosmologique relativement froide et calme, si on suppose que tout ce qui est réel est réel à un instant, alors la distinction entre les lois et les états doit être de nature relative. Mais dans d’autres ères, plus violentes, la distinction doit se dissoudre en un description nouvelle du monde, totalement dynamique, qui soit rationnelle et réponde au principe de raison suffisante.

Liens pour ce paragraphe:

[http://www.philipmaulion.com/article-bienvenu-au-momensent-de-lee-smolin-117515126.html : Bienvenue au ‘Moment Présent’ de Lee Smolin. « Il es temps que la physique reconnaisse que le temps est réel […]  ‘l’univers comme un tout’, de la relativité générale, dans lequel le moment présent n’a pas de sens – tout ce qui existe c’est, tout d’un coup, la totalité de l’histoire de l’univers, sans temporalité. Quand les lois de la physique sont décrites mathématiquement, les processus causaux qui illustrent l’activité du temps sont représentés par des implications logiques intemporelles. Mais l’univers réel a des propriétés qui ne sont pas représentables par un quelconque objet mathématique. Une de celles-ci est qu’il y a toujours un moment présent. Les objets mathématiques, étant intemporels, n’ont pas de moments présent, n’ont pas de futurs ni de passés […] l’affirmation d’Einstein : « Ce qui du point de vue physique est réel… est constitué de coïncidences spatio-temporelles. Et rien d’autre. » […] qui confirme sa conception philosophique réaliste mais aussi, à mes yeux, elle présente l’inconvénient majeur d’effacer la différence des points de vue des observateurs qui seraient dans des référentiels distincts et donc l’observateur n’a plus lieu d’être […] Or, il ne peut y avoir de discours scientifique sur la nature sans présence du ‘sujet pensant’ et cette présence est inexpugnable, non seulement du discours mais encore des lois énoncées car ‘l’être humain n’est pas nu de toute contribution lorsqu’il décrypte et met en évidence une loi de la Nature.’

http://www.philipmaulion.com/pages/A-propos-du-temps-et-de-la-relativite-generale-8818844.htmlA propos du temps et de la Relativité Générale L. Smolin a visé juste lorsqu’il a précisé les raisons profondes qui conduisent à éradiquer le flux du temps en physique : « Cela est certainement surprenant de l’affirmer mais l’idée que le temps soit considéré comme réel requière de faire une entorse radicale au paradigme standard de la physique. 

http://boningal.dardel.info/Electronisme/Complements/Entrees/2014/10/18_Le_temps,_Lee_Smolin_et_le_temps,_lillusion_du_temps,_la_fleche_du_temps.html: (Lee Smolin et le temps « […] Les lois de la physique nous disent que le temps est une illusion. Une refonte radicale est nécessaire […]  Aucune caractéristique simple de notre Univers n’a besoin de plus d’explications que la marche du temps en avant, pourtant la physique et la cosmologie n’ont pas réussi, jusqu’ici, à expliquer ce fait de base de nature. Il est temps de faire une reprise radicale. Nous avons besoin d’un nouveau point de départ pour expliquer le directionalité du temps.[…] « ]

https://usbeketrica.com/article/l-ecoulement-du-temps-est-une-illusionL’écoulement du temps est une illusion »

Ce Nouveau chemin réussira t-il?  Le temps le diraAinsi se termine « ma lecture » de ce dernier chapitre du livre de Lee Smolin. Il est suivi d’un épilogue que le Dr Doulu commente ainsi: « Le livre s’achève par un long épilogue intitulé “Penser dans le temps” illustrant le fait que tous nos actes, notre pensée, notre civilisation sont fondamentalement basés sur l’écoulement irréversible du temps. Le réchauffement climatique et quelques effets économiques sont analysés sous cet angle, mais j’ai survolé ce chapitre, le trouvant un peu hors-sujet« .

Nous venons de voir, dans le site philipmaulion.com (Bienvenue au ‘Moment Présent’ de Lee Smolin), l’affirmation d’Einstein : « Ce qui du point de vue physique est réel… est constitué de coïncidences spatio-temporelles. Et rien d’autre. » […] qui confirme sa conception philosophique réaliste. mais aussi, à mes yeux, elle présente l’inconvénient majeur d’effacer la différence des points de vue des observateurs qui seraient dans des référentiels distincts et donc l’observateur n’a plus lieu d’être […] et plus loin: « je considère qu’il ne peut y avoir de discours scientifique sur la nature sans présence du ‘sujet pensant’ et cette présence est inexpugnable, non seulement du discours mais encore des lois énoncées car ‘l’être humain n’est pas nu de toute contribution lorsqu’il décrypte et met en évidence une loi de la Nature.’


Peut-être le chemin que pressent Lee Smolin mènera t-il à redécouvrir le sujet? C’est ce qui a fait l’objet de ma réflexion lors de ma lecture du livre de Lionel NaccachePerdons-nous connaissance? Dans mon article 5, au chapitre 4) « L’information et la connaissance confondues »sont évoquées (en 4-1) La connaissance et son malaise contemporain: 

[…] « l‘acte de connaître met en scène trois entités: -le sujet X tel qu’il existait et se représentait à lui-même avant de connaître l’objet Y -L’objet Y qui est le support de cet acte de connaissance. -Le sujet X’ qui est le sujet ayant absorbé l’objet Y, c’est à dire le sujet ayant mis à jour ses représentations mentales à la lumière des nouvelles connaissances acquises ». [….] En confondant connaissance et information, nous avons inventé une « mauvaise solution » contemporaine. […] Aujourd’hui, il nous faut réparer le déséquilibre, et aux côtés de la quête de l’information, il nous faut reprendre là où nous l’avions abandonnée la quête du sujet, c’est à dire la prise en compte des mécanismes de transformation de notre subjectivité qui sont à l’oeuvre dans la connaissance.
Ce sera sans doute une révolution plus délicate à conduire que la précédente, car il n’y a pas vraiment d’adversaire identifié comme l’était l’ancien régime, ni de recette connue, mais seulement une prise de conscience de ce qu’est l’essence véritable de la connaissance et ne pourra pas se limiter à la mise en pratique des paroles des Anciens dont nous avons relu les écrits et les récits. On devra la reconstruire sur l’ossature inédite de la société de l’information. En 4-4) apparaît un Troisième facteur: Le progrès scientifique efface le sujet. […] Dans un premier temps, celui de son annonce, la découverte met à l’épreuve nos certitudes et ébranle nos intuitions et nos convictions. Elle peut avoir d’importantes répercussions sur nos interprétations du monde et sur nos fictions conscientes. Ce temps est un temps humaniste, temps de réflexion qui aide le sujet que nous sommes à se transformer et à évoluer.
Le second temps, celui qui succède à l’assimilation de la découverte par les sociétés humaines, est bien plus long que le précédent. Les générations passent, la découverte a été parfaitement assimilée. […] C’est ce deuxième temps du progrès scientifique, celui qui suit le bouleversement du système de croyances, qui participe au processus d’effacement du sujet dans la relation ternaire que nous avons vu à plusieurs reprises […] Ainsi, oublier ce qui est à la source du sujet lorsqu’il élabore des significations paraît une grossière erreur à Husserl.. […] 4-5) Quatrième facteur: L’erreur de Pythagore. […] (Elle) s’enracine dans un idéalisme mathématique dont on trouve la plus ancienne forme chez Pythagore. la vérité mathématique préexisterait à nos propres cogitations donc a priori à système de fictions-interprétations-croyances. Cette vérité mathématique serait immuable et parfaite et l’unique relation que nous puissions nouer avec elle serait celle de ses déchiffreurs afin de la rendre intelligible à nos esprits. Elle ne relèverait pas de la création, mais de la découverte par la formulation de la démonstration […] Cela concourt à désincarner encore davantage la connaissance et effacer le sujet. Connaître devient une histoire d’accès et de transfert d’information pour la techno-science contemporaine. […] Ainsi, même au cœur des mathématiques pures est tapi le sujet! Et rien n’impose de l’exclure, entendu comme système de fictions-interprétations-croyances de notre aventure techno-scientifique contemporaine. Encore faut-il, souligne L. Naccache, nous efforcer d’échapper à l’illusion à laquelle pythagore a succombé le premier. Mais, à mon avis, que sait-on de le pensée profonde de Pythagore? Je suis persuadé que si on peut le dire de ses successeurs jusqu’à tous ceux qui comme l’explique L. Naccache, occultent le sujet, j’imagine que Pythagore avait une notion du sujet autrement profonde, surtout si comme l’a expliqué Albert Slosman (hommage) dans « la grande hypothèse » il a aussi été grand prêtre en Egypte à Dendérah.

–>>article de mon blog: La grande hypothèse11 partie a) Ce que j’ai vu et comprishttps://monblogdereflexions.blogspot.com/2011/04/la-grande-hypothese11-ce-que-jai-vu-et.html#.XQKwXLwzb4b

Mes autres articles sur « ma lecture » du livre Perdons-nous connaissance? 

article 1Avant – propos et première partie (chapitres 1 et 2)

article 2première partie (chapitres 3 et 4)

article 3deuxième partie (chapitres 1 et 2)

article 4: troisième partie (chapitres 1 et 2)

article 5: chapitres 3 à 5- Neurorésistances, Darwino-résistances, L’information et la connaissance confondues


Concepts et liens
https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1985_num_41_1_1607
Le matérialisme d’Einstein et l’aether de Dirac. La crise de la causalité…

livre La renaissance du temps  La science cosmologique est dans une crise (commentaire de Bernard Dugué)

les théorèmes de Gödel    Théorème d’incomplétude de Gödel (01/2013)   les théorèmes d’incomplétude de Gödel (12/2016)

erreur cosmologique         équilibre thermique  principe de l’identité des indiscernables       2è principe de la thermodynamique      Introduction à la pensée scientifique moderne      les principes philosophiques de la science moderne      le paradigme newtonien    univers bloc      le paradoxe des hallucinants cerveaux de Boltzmann

mort thermique de l’univers notre univers est-il irréversible?  La direction du tempsl‘irréversibilité du temps problème de la mesure en cosmologie La singularité initiale l’origine de l’univers
système auto-organisé  système isolé   système dynamique   système thermodynamique (portion de l’univers que l’on isole par la pensée du reste de l’univers que l’on baptise alors milieu extérieur)
la première seconde  l’ajustement fin de l’univers   l’univers: du big bang au réglage fin     les bogdanov et le réglage fin de l’univers    l’histoire de l’univers     cours de cosmologie par F.-Xavier Désert OBSERVATOIRE DE GRENOBLE
les sept merveilles de la mécanique quantique
particules indiscernables: Les particules indiscernables ou particules identiques sont des particules qui ne peuvent être différenciées l’une de l’autre, même en principe. Ce concept prend tout son sens en mécanique quantique, où les particules n’ont pas de trajectoire bien définie qui permettrait de les distinguer l’une de l’autre. Les particules indiscernables peuvent être soit des particules élémentaires telles que l’électron ou le photon, ou des particules composites – neutronproton – ayant le même état interne.
statistique de bose-einstein: la d
istribution statistique de bosons indiscernables (tous similaires) sur les états d’énergie d’un système à l’équilibre thermodynamique. La distribution en question résulte d’une particularité des bosons : les particules de spin entier ne sont pas assujetties au principe d’exclusion de Pauli, à savoir que plusieurs bosons peuvent occuper simultanément un même état quantique.

Théories d’une vitesse de lumière variable.   Scénario de Roger Penrose dans Cycles of Time Une nouvelle vision extraordinaire de l’univers. (cosmologie cyclique conforme de Penroseproposées par Jean-Pierre Petit en 1988 puis John Moffat en 1992 et popularisées par le duo Andreas Albrecht et João Magueijo en 1998 pour expliquer le problème de l’horizon en cosmologie et proposer ainsi une alternative à l’inflation cosmiqueLaurent Sacco écrit dans Futura-sciences.com;: »Une nouvelle théorie, impliquant une vitesse de la lumière très élevée au moment du Big Bang, vient d’être proposée et elle conduit à une prédiction stricte testable

Autres concepts:

Le chapitre 10 liste les « nouveaux principes de cosmologie » que devrait satisfaire une nouvelle théorie cosmologique :

  1. Elle devrait contenir ce que nous savons déjà sur la nature. Le modèle standardla relativité générale et la mécanique quantique doivent « émerger en tant qu’approximations » de cette nouvelle théorie.
  2. Elle devrait être scientifique, c’est à dire produire des prédictions testables pour des expériences réalistes (J’ai adoré ça !)
  3. Elle devrait répondre à la question « Pourquoi ces lois ? »
  4. Elle devrait résoudre le problème des conditions initiales
  5. Elle ne devrait contenir ni symétries ni lois de conservation. Là je sens certains lecteurs bondir !
    L’argument de Smolin est basé sur le théorème de Noether qu’il considère extrêmement important, et sur l’idée que les symétries ne sont valables que « dans une boîte », et parfois imparfaites. Donc il ne dit pas que les symétries ou les lois de conservation sont fausses, mais plutôt qu’elles devraient résulter de la théorie (selon le point 1) au lieu d’en être le fondement comme dans les théories basées sur la supersymétrie par exemple.
  6. Elle devrait être fermée causalement et au plan explicatif : rien hors de l’Univers ne devrait être requis pour expliquer quoi que ce soit à l’intérieur de l’Univers
  7. Elle devrait satisfaire le principe de raison suffisante, le principe d’absence d’actions sans réciproque, ainsi que le principe d’identité des indiscernables. Ces principes « philosophiques » m’ont semblé les plus contestables, et je n’ai pas vraiment compris pourquoi Smolin les introduit si ce n’est pour favoriser sa propre théorie…
  8. Ses variables physiques ne devraient décrire que des relations évolutives entre des entités dynamiques. Elle devrait être purement dynamique, indépendante du fond, ce qui implique que les lois de la nature évoluent, impliquant que le temps est réel.

La nouvelle théorie à laquelle aspire Lee Smolin devrait satisfaire le principe de raison suffisante,  de la quadruple raison du principe de raison suffisante (par  Arthur Schopenhauer), au Principe d’absence d’actions sans réciproque,au principe de relativité du mouvement et au principe d’identité des indiscernables*Ses variables physiques devraient décrire des relations évolutives entre entités dynamiques. On ne devrait y trouver aucune référence à une structure de fond fixe avec des lois figées de la nature (la nouvelle théorie doit être « indépendantes du fond)  voir philosophie du « relationalisme« , Une conséquence du relationalisme est l’identité des indiscernables ( l’identité des indiscernables), voir la mécanique quantique comme théorie essentiellement relationnelle

Les lois de la nature évoluent et impliquent que le temps est réel. l’univers doit être fermé sur les plans explicatif et causal  principe de causalité   « principe de complétude »         

Au chapitre 8, Lee Smolin revient sur ce qu’il appelle l’”erreur cosmologique” (voir mon article 1: appliquer à l’Univers entier des lois établies et vérifiées sur des sous-systèmes.)      mort thermique de l’univers  notre univers est-il irréversible?   La direction du temps     l‘irréversibilité du temps  problème de la mesure en cosmologie     La singularité initiale   l’origine de l’univers l’Univers-bloc  la physique de Newron et le paradigme newtonien     le principe de précédence (article 6)   la sélection naturelle cosmologique   Le théorème du libre-arbitre  ou doublecause.net; le théorème du libre-arbitre (ou théorème du libre-arbitre)            Une véritable interprétation de la mécanique quantique par Lee Smolin     le big bang    Big bang, un début sans commencement ne suffit plus      Big bang ou pas big bang?         CMB     constante cosmologique et énergie noire         forme et destin de l’univers    l’expansion de l’univers et a(t)     constante cosmologique et énergie noire     le rayonnement cosmologique Ondes gravitationnelles ? Inflation ? Ou les deux ? et bicep 

les cerveaux de Boltzmann   sur les cerveaux de Boltzmann     que sont les cerveaux de Boltzmann?      la conscience et la physique de linformation P. de Guillemant

Modèles cosmologiques– 

Liste de modèles cosmologiques et présentation rapide

pré-big bang      

https://www.amazon.fr/Endless-Universe-Beyond-Big-Bang/dp/0385509642)

Autres liens:

https://monblogdereflexions.blogspot.com/2017/03/la-physique-quantique-version-variables.html#.XX-q3Cgzb4Z: La physique quantique version variables cachées et le dialogue Bohm et Krishnamurti

https://monblogdereflexions.blogspot.com/2018/12/carlo-rovelli-par-dela-le-visible-mon.html#.XX-q3ygzb4a: Carlo Rovelli par-delà le visible Mon article 7 Le mystère suivi de: Pour terminer: le mystère et l’information avec ma lecture du livre des frères Bogdanov « au commencement du temps »

https://physicsworld.com/a/the-unique-universe/ : L’univers unique. De nombreuses théories cosmologiques considèrent non seulement notre univers comme l’un des nombreux, mais prétendent également que le temps n’existe pas. Lee Smolin se bat contre le multivers intemporel

http://www.cpt.univ-mrs.fr/~rovelli/NSCours1.pdf: rovelli, la naissance de la science

https://books.openedition.org/iheid/3947?lang=fr: Science et développement esquisse d’une approche socio-épistémologique Jacques Grinevald (https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Grinevald)

https://blogs.mediapart.fr/jean-paul-baquiast/blog/280619/lunivers-selon-lee-smolin: l’univers selon Smolin et la monadologie leibnizienne

https://www.persee.fr/doc/phlou_0035-3841_2008_num_106_2_7779Lee Smolin, les lois issues de l »évolution

http://philoscience.over-blog.com/article-32779571.htmlLee Smolin contre le multivers

https://blogs.mediapart.fr/jean-paul-baquiast/blog/081214/sciences-lunivers-est-il-unique-ou-nonIl n’y a plus lieu de parler de multivers. Il n’y a plus qu’un univers, celui dont nous observons l’existence, s’étendant à celui que nous ne pouvons pas observer directement mais dont nous pouvons légitimement supposer la présence. Mais cet univers évolue tout au long du temps. Les lois fondamentales de la physiques évoluent elles-aussi, parallèlement à l’univers dont elles déterminent les propriétés. Si l’univers est unique et si l’on admet le concept non de Big bang (provenant de rien) mais de début de notre univers, éventuellement suivi d’inflation, il faut admettre qu’une version antérieure de cet univers existait dans un temps précédent, dotée éventuellement de lois fondamentales différentes. On admettra également que notre univers se poursuivra dans un temps futur donné (et non pas dans un temps infini) par une nouvelle version, obéissant à son tour aux lois du moment, lesquelles auront évolué parallèlement. Comment se font les passages d’une version à l’autre, contractions suivies de réexpansions ou autrement ? La cosmologie ne permet pas de répondre à cette question, mais au moins des hypothèse en ce sens pourraient être simulées en laboratoire. La question des Singularités disparaît aussi.

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article4372: Pourquoi le vide quantique est la base de toute formation et de toute compréhension de la matière ?

https://fr.wikibooks.org/wiki/Cosmologie/Thermodynamique_de_l%27expansion: Cosmologie/Thermodynamique de l’expansion, découplage des photons…

https://arxiv.org/pdf/hep-th/9203041.pdf: Variété (diversité) extrême comme fondement d’une cosmologie quantique par Julian Barbour et Lee Smolin

https://arxiv.org/pdf/1712.04799.pdf:  Lee Smolin la dynamique de la différence inspirée de la Monadologie de leibniz.

https://philosciences.com/philosophie-generale/la-philosophie-et-sa-critique/17-edgar-morin-complexite: Edgar Morin et la complexité

https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Chemical_Basis_of_MorphogenesisThe Chemical Basis of Morphogenesis (Les Fondements chimiques de la morphogénèse) est un article écrit par Alan Turing en 1952 qui propose un modèle quant au processus naturel d’apparition de non-uniformité au sein d’un milieu de distribution spatiale uniforme et homogène à l’état initial1. Sa théorie, que l’on peut voir comme une théorie de la morphogénèse par réaction-diffusion, a servi de modèle de base en biologiethéorique2 et est considérée par certains comme un tout premier pas dans la théorie du chaos3

http://www.dna.caltech.edu/courses/cs191/paperscs191/turing.pdf: The Chemical Basis of Morphogenesis A. M. Turing

http://philoscience.over-blog.com/article-7053208.html: Le problème de la mesure en cosmologie concerne la manière de calculer des fractions d’ univers de types différents dans un multivers . Il survient généralement dans le contexte de l’ inflation éternelle . Le problème se pose parce que différentes méthodes de calcul de ces fractions donnent des résultats différents, et il n’est pas clair quelle approche est correcte (le cas échéant). Les mesures peuvent être évaluées en fonction de leur capacité à prévoir les constantes physiques observées et à éviter des implications contre-intuitives, telles que le paradoxe de la jeunesse ou le cerveau de Boltzmann . Alors que les dizaines de mesures ont été proposées, peu de physiciens considèrent que le problème est résolu. 

Le livre « rien ne va plus en physique (l’échec de la théorie des cordes)« : La partie I du livre explique pourquoi depuis la naissance de la science moderne, avec l’effet Copernic et Galilée, le paradigme newtonien sous-tend toutes les théories y compris les théories quantiques et la relativité (le « paradigme newtonien » et ce qu’il a impliqué, dont l’hypothèse des multivers, est utile pour décrire l’évolution d’un système dans un laboratoire, mais il perd tout sens appliqué à l’univers entier. Il n’explique pas pourquoi telles ou telles lois sont choisies parmi l’infinité de lois possibles.Selon celui-ci, un système, quel qu’il soit, pourrait être décrit par un ensemble d’états initiaux qui lui sont attribués, puis par les lois présidant à son évolution en fonction du temps. Mais si ces données sont utilisées initialement pour décrire le système, il n’est pas possible de considérer qu’elles pourraient aussi être le résultat de son évolution. Il faut rechercher d’autres lois, l’illusion de la flèche du temps https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-fleche-du-temps-expliquee-du-163219 : La flèche du temps expliquée. Du « Temps quantique » au temps macroscopique

https://trustmyscience.com/inversion-fleche-du-temps-avec-ordinateur-quantique/: Des physiciens ont réussi à “inverser” la flèche du temps grâce à un ordinateur quantique

liens:: 

http://users.polytech.unice.fr/~leroux/transmission/courstransmission.htmlNotions de communication numériqueJoël Le Roux

http://boningal.dardel.info/Electronisme/Complements/Entrees/2014/10/18_Le_temps,_Lee_Smolin_et_le_temps,_lillusion_du_temps,_la_fleche_du_temps.htmlLe temps, Lee Smolin et le temps, l’illusion du temps, la flèche du temps

https://journals.openedition.org/dossiersgrihl/3664l’athéisme de Richard Dawkins Note critique à propos de l’ouvrage de Richard Dawkins, Pour en finir avec Dieu,

https://www.levif.be/actualite/magazine/pourquoi-ils-veulent-en-finir-avec-dieu/article-normal-895261.html?cookie_check=1560788775: Richard Dawkins entend démontrer que  » Dieu est très peu probable, inutile et nuisible « . Au passage, le biologiste britannique et chef de file des Nouveaux athées tort le cou aux créationnistes. Voici 20 raisons qui plaident pour l’athéisme. A vous de juger.

https://studylibfr.com/doc/3188620/gravitation-quantique: La gravitation quantique, le manuscrit de carlo rovelli

http://www-cosmosafap.fr/gravitation%20quantique.htmGravitation quantique à boucles VS théorie des cordes !

http://chaours.rv.pagesperso-orange.fr/physique/Quant/qgrav.htmLa démarche suivie par les tenants de la gravitation quantique à boucles est complètement différente de celle des cordistes. Elle part de l’hypothèse que la géométrie de l’espace-temps s’identifie au champ gravitationnel. La géométrie peut donc être assimilée à un champ. Or, la physique quantique est une théorie des champs. Que se passe-t-il si on cherche à quantifier le champ représentatif de la géométrie de l’espace-temps ? variables d’ashtekar 
https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582:

2 La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information 

https://arxiv.org/pdf/gr-qc/ INTRODUCTION TO LOOP QUANTUM GRAVITY AND SPIN FOAMS par ALEJANDRO PEREZ ∗ 

http://www.ens-lyon.fr/DSM/SDMsite/M2/stages_M2/Dupuis.pdf: Mousses de spin en gravit´e quantique https://arxiv.org/pdf/1705.01597.pdf: Testing different approaches to quantum gravity with cosmology: An overview Aurélien Barrau – Among the available quantum gravity proposals, string theory, loop quantum gravity, noncommutative geometry, group field theory, causal sets, asymptotic safety, causal dynamical triangulation (voir VIII. CAUSAL DYNAMICAL TRIANGULATION), emergent gravity are among the best motivated models. 

https://actualite.housseniawriting.com/science/physique/physique-quantique/2015/11/18/la-source-quantique-de-lespace-temps/10611/: De nombreux physiciens pensent que l’intrication est l’essence de l’étrangeté quantique et certains d’entre eux suggèrent désormais que l’intrication pourrait être aussi la source de la géométrie de l’espace-temps.

http://www.philipmaulion.com/2017/05/emergence-pourquoi-les-physiciens-recourent-ils-a-cette-notion.html: Emergence : pourquoi les physiciens recourent-ils à cette notion ?

http://michel.bitbol.pagesperso-orange.fr/Quantique_Connaissance.pdf: LA STRUCTURE QUANTIQUE DE LA CONNAISSANCE INDIVIDUELLE ET SOCIALE par Michel Bitbol, 

http://fabien.besnard.pagesperso-orange.fr/articles/temps.pdf: CE QU’EN DISENT LES PHYSICIENS Le temps est devenu un casse-tête pour les physiciens. Il leur pose des problèmes à la fois formels, conceptuels et philosophiques dans des disciplines aussi diversifiées que la mécanique quantique, la thermodynamique et la théorie de la relativité.

http://fabien.besnard.pagesperso-orange.fr/articles/temps.pdf: Temps des philosophes, temps des physiciens, temps des mathématiciens Fabien Besnard 9 juin 2010 Résumé La question de la compatibilité du présentisme et du possibilisme avec la Relativité a fait couler beaucoup d’encre depuis l’argument initialement proposé par Rietdijk et Putnam….

http://ungraindesable.blogspot.com/2013/06/presentisme-et-theorie-de-la-relativite.html: I) Présentisme et théorie de la relatisité

http://ungraindesable.blogspot.com/2013/08/presentisme-et-mecanique-quantique.html: II) Présentisme et mécanique quantique https://laviedesidees.fr/Un-monde-sans-temps-ni-espace.html  Un monde sans temps ni espace À propos de deux ouvrages de Carlo Rovelli.

http://www.doublecause.net/index.php?page=Carlo_Rovelli.htm: Carlo Rovelli, Et si le temps n’existait pas ? Un peu de science subversive

http://interlivrehypertexte.over-blog.com/2018/04/le-temps-est-une-emotion-carlo-rovelli-l-ordre-du-temps.htm: le mystère du temps est lié à la nature de notre conscience, le temps est une émotion. Notre cerveau enregistre des changements qui se produisent dans le corps et dans sa perspective, et des sentiments (feelings, voire rasa) émergent de cette mise en mouvement cérébrale. Sentiments qui, à leur tour, propulsent toute une culture (A. Damasio, L’ordre étrange des choses,

https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Causalit%C3%A9_(physique): wikipedia, causalité et physique. Voir théories indépendantes du fond.

https://blogs.mediapart.fr/michel-pinault/blog/010318/crise-de-la-culture-scientifique-crise-de-la-scienceCrise de la culture scientifique, crise de « la science »

https://blogs.mediapart.fr/michel-pinault/blog/010318/crise-de-la-culture-scientifique-crise-de-la-scienceCrise de la culture scientifique, crise de « la science »

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582 : La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information

https://laviedesidees.fr/Un-monde-sans-temps-ni-espace.html: Un monde sans temps ni espace À propos de deux ouvrages de Carlo Rovelli.

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582 : La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information

http://michel.bitbol.pagesperso-orange.fr/Relations_Mauss.pdf: La mécanique quantique comme théorie essentiellement relationnelle1 Michel Bitbol 

https://arxiv.org/pdf/quant-ph/9609002.pdfRelational Quantum Mechanics Carlo Rovelli

http://opportunisme-cognitif.blogspot.com/2010/06/epistemologie-relationnelle-de-la.html: Épistémologie relationnelle de la physique quantique Kant, nouveau sage tibétain de la physique quantique ? par Hicham-Stéphane Afeissa

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-bataille-decisive-entre-172128: La «bataille décisive» entre physique quantique et relativité générale a déjà commencé

par Bernard Dugué (son site)

https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00220690/document: RÉFLEXIONS SUR LA PHILOSOPHIE DE BOHR, HEISENBERG ET SCHRÖDINGER A. Shimony

https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Principes_de_la_connaissance_humaine/IntroductionGeorge Berkeley Les Principes de la connaissance humaine Traduction par Charles Renouvier

http://www.blog-chaman-esoterisme.com/2018/09/l-incroyable-hypothese-de-rupert-sheldrak-la-resonance-morphique-une-theorie-holistique-de-la-realite.html: l’hypothèse holistique de Rupert Sheldrake, la raisonnance morphique

http://www.neotrouve.com/?p=348: Physique Quantique : entre Science et Conscience
http://guillemant.net/index.phpcate=articles&part=physique_information&page=Un_univers_dinformations.htm: P
hilippe Guillemant – L’idée selon laquelle notre univers serait un espace-temps composé d’informations a été considérablement popularisée par un film de science fiction : Matrix. La réalité pourrait rejoindre la fiction puisqu’il s’agit là d’une idée qui reçoit de plus en plus d’appuis scientifiques.

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2014/09/03/vers-une-physique-de-linformation/Vers une physique de l’information

http://www.pileface.com/sollers/pdf/Le%20temps.pdf: Le temps, ça n’existe pas : le physicien Carlo Rovelli nous explique pourquoi. « Seule la thermodynamique connaît la direction du temps »

https://www.rocq.inria.fr/secret/Nicolas.Sendrier/thinfo.pdf; École polytechnique Informatique Introduction à la théorie de l’information Nicolas Sendrier 

https://books.openedition.org/cdf/527?lang=fr: Physique quantique

Leçon inaugurale prononcée le jeudi 13 décembre 2001 par Serge Haroche

https://www.miniwebtool.com/log-base-2-calculator/: calcul des logarithmes à base 2

https://www.jp-petit.org/science/smolin/SmolinLivre.pdf: Sur le livre de Lee Smolin rien ne va plus en physique parMichel Mizony juillet 2007

http://www.philipmaulion.com/2019/09/trangressions-a-suivre.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail:  Transgressions : à suivre ! En physique théorique, il y a deux transgressions intellectuelles particulières qui méritent d’être analysées. L’une de ces transgressions est relative à la physique quantique et c’est l’hypothèse des ‘mondes multiples’ émise premièrement par H. Everett et l’autre est relative à la relativité générale et c’est l’hypothèse du ‘multivers’ (souvent commentée par A. Barrau sans qu’il en soit pour autant l’auteur). Chacune de ces hypothèses sont des échappatoires à des problèmes posés par ces deux théories fondamentales qui sont toujours aujourd’hui sans solutions satisfaisantes. Selon moi, ces deux hypothèses ne sont pas banales car elles révèlent, ce que j’ai déjà signifié dans l’article du 22/07 : ‘Ai-je fait si fort ?’, et celui qui le précède, la nécessité impérative, vitale sur le plan intellectuel, de concevoir un au-delà à l’obstacle sur lequel bute actuellement la pensée scientifique. L’enfermement intellectuel est la pire situation que puisse supporter Homo Sapiens. A propos de l’hypothèse des mondes multiples je m’appuie sur l’article récent du 02/09, dans ‘Nature’ qui a pour titre : ‘La logique bizarre de la théorie des mondes multiples’,

https://www.causamundi.com/2019/05/03/smolin-vs-susskind-et-la-selection-natuelle-cosmologique/  : Smolin Vs Susskind & et la “Sélection naturelle cosmologique”

https://www.thethirdwayofevolution.com/ La grande majorité des gens croient qu’il n’y a que deux manières alternatives d’expliquer les origines de la diversité biologique. Le créationnisme est un moyen qui dépend de l’intervention d’un créateur divin. Cela n’est manifestement pas scientifique car cela introduit une force surnaturelle arbitraire dans le processus d’évolution. L’alternative communément acceptée est le néo-darwinisme, qui est une science clairement naturaliste, mais ignore beaucoup de preuves moléculaires contemporaines et invoque un ensemble d’hypothèses non étayées sur la nature accidentelle de la variation héréditaire. Le néo-darwinisme ignore les processus évolutifs rapides importants tels que la symbiogenèse, le transfert horizontal d’ADN, l’action de l’ADN mobile et les modifications épigénétiques. De plus, Certains néo-darwinistes ont élevé la sélection naturelle dans une force créatrice unique qui résout tous les problèmes évolutifs difficiles sans véritable base empirique. Aujourd’hui, de nombreux scientifiques voient la nécessité d’une exploration plus profonde et plus complète de tous les aspects du processus évolutif.

https://www.amazon.fr/R%C3%A9inventer-sacr%C3%A9-nouvelle-science-religion/dp/2844549713/ref=sr_1_1?:qid=1568790466&refinements=p_27%3AStuart+Kauffman&s=books&sr=1-1 AU-DELÀ DU RÉDUCTIONNISME1. La genèse de ce livre ainsi que son titre même découlent de ce qui fut, pour moi, une petite conférence assez étonnante, et à même de transformer une vie, qui fut organisée en 1992, à Nambé, ville se trouvant juste au Nord de Santa Fe, au Nouveau-Mexique. La Fondation Gihon, dirigée par Michael Nesmith, s’était fixé pour tâche d’organiser de petites réunions semestrielles rassemblant trois à cinq «penseurs» dans le but de leur demander quelle était, pour eux, la question la plus importante concernant l’avenir de l’humanité. On peut, bien entendu, trouver assez amusante la présomption que seules trois à cinq personnes puissent exprimer quelque chose de vraiment utile à cet égard. Nous nous sommes réunis pendant deux jours et demi dans le magnifique ranch de Nesmith. Nous étions quatre : il y avait Lee Cullum et Walter Shapiro, d’excellents journalistes. Il y avait également Scott Momaday, poète kiowa et homme absolument magique, qui s’était vu décerner le prix Pulitzer. Scott, qui faisait peut-être 2 m de haut et environ 122 kg, nous fixa du regard et nous dit, d’une voix basse : «La tâche la plus importante à laquelle l’humanité est aujourd’hui confrontée est celle de réinventer le sacré.» Cela m’a stupéfait. En tant que quatrième participant, médecin et scientifique de formation – ayant, pourtant, également suivi des cours de philosophie -, le fait d’employer le mot «sacré» dépassait a priori totalement mes capacités d’entendement. Le sujet était absolument extérieur à la vision que je défendais à chaque fois que j’en avais l’occasion. Pourtant, je fus instantanément convaincu que Scott avait raison. À l’image de la drôle de façon dont nos vies s’entremêlent parfois de manière indicible, ce livre découle finalement entièrement de cette réunion. La fondation nous avait demandé d’écrire une déclaration de principe à quatre mains exposant notre vision du problème le plus important auquel l’humanité nous semblait confrontée. Nous avons écrit, dans les grandes lignes, qu’une civilisation mondiale était en train d’émerger; que nous nous engagions actuellement dans son âge «héroïque», moment auquel une nouvelle structure transnationale mythique peut être créée afin de soutenir et guider cette civilisation globale ; que nous pouvions nous attendre tant à de la peur, de la part des populations, qu’à un repli intégriste face à l’inévitable contestation des civilisations plus anciennes; et que réinventer le sacré permettrait, en partie, d’apaiser les craintes suscitées par l’émergence d’une civilisation mondiale. Malgré l’invraisemblance de cette réunion, je pense toutefois que nous avions raison


liens pour l’article 10

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article4372: Pourquoi le vide quantique est la base de toute formation et de toute compréhension de la matière ?

https://fr.wikibooks.org/wiki/Cosmologie/Thermodynamique_de_l%27expansion: Cosmologie/Thermodynamique de l’expansion, découplage des photons…

https://arxiv.org/pdf/hep-th/9203041.pdf: Variété (diversité) extrême comme fondement d’une cosmologie quantique par Julian Barbour et Lee Smolin

https://arxiv.org/pdf/1712.04799.pdf:  Lee Smolin la dynamique de la différence inspirée de la Monadologie de leibniz.

https://philosciences.com/philosophie-generale/la-philosophie-et-sa-critique/17-edgar-morin-complexite: Edgar Morin et la complexité

https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Chemical_Basis_of_MorphogenesisThe Chemical Basis of Morphogenesis (Les Fondements chimiques de la morphogénèse) est un article écrit par Alan Turing en 1952 qui propose un modèle quant au processus naturel d’apparition de non-uniformité au sein d’un milieu de distribution spatiale uniforme et homogène à l’état initial1. Sa théorie, que l’on peut voir comme une théorie de la morphogénèse par réaction-diffusion, a servi de modèle de base en biologiethéorique2 et est considérée par certains comme un tout premier pas dans la théorie du chaos3

http://www.dna.caltech.edu/courses/cs191/paperscs191/turing.pdf: The Chemical Basis of Morphogenesis A. M. Turing

http://philoscience.over-blog.com/article-7053208.html: Le problème de la mesure en cosmologie concerne la manière de calculer des fractions d’ univers de types différents dans un multivers . Il survient généralement dans le contexte de l’ inflation éternelle . Le problème se pose parce que différentes méthodes de calcul de ces fractions donnent des résultats différents, et il n’est pas clair quelle approche est correcte (le cas échéant). Les mesures peuvent être évaluées en fonction de leur capacité à prévoir les constantes physiques observées et à éviter des implications contre-intuitives, telles que le paradoxe de la jeunesse ou le cerveau de Boltzmann . Alors que les dizaines de mesures ont été proposées, peu de physiciens considèrent que le problème est résolu. 

Le livre « rien ne va plus en physique (l’échec de la théorie des cordes)« : La partie I du livre explique pourquoi depuis la naissance de la science moderne, avec l’effet Copernic et Galilée, le paradigme newtonien sous-tend toutes les théories y compris les théories quantiques et la relativité (le « paradigme newtonien » et ce qu’il a impliqué, dont l’hypothèse des multivers, est utile pour décrire l’évolution d’un système dans un laboratoire, mais il perd tout sens appliqué à l’univers entier. Il n’explique pas pourquoi telles ou telles lois sont choisies parmi l’infinité de lois possibles.Selon celui-ci, un système, quel qu’il soit, pourrait être décrit par un ensemble d’états initiaux qui lui sont attribués, puis par les lois présidant à son évolution en fonction du temps. Mais si ces données sont utilisées initialement pour décrire le système, il n’est pas possible de considérer qu’elles pourraient aussi être le résultat de son évolution. Il faut rechercher d’autres lois, l’illusion de la flèche du temps https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-fleche-du-temps-expliquee-du-163219 : La flèche du temps expliquée. Du « Temps quantique » au temps macroscopique

https://trustmyscience.com/inversion-fleche-du-temps-avec-ordinateur-quantique/: Des physiciens ont réussi à “inverser” la flèche du temps grâce à un ordinateur quantique

liens:: 

http://users.polytech.unice.fr/~leroux/transmission/courstransmission.htmlNotions de communication numériqueJoël Le Roux

http://boningal.dardel.info/Electronisme/Complements/Entrees/2014/10/18_Le_temps,_Lee_Smolin_et_le_temps,_lillusion_du_temps,_la_fleche_du_temps.htmlLe temps, Lee Smolin et le temps, l’illusion du temps, la flèche du temps

https://journals.openedition.org/dossiersgrihl/3664l’athéisme de Richard Dawkins Note critique à propos de l’ouvrage de Richard Dawkins, Pour en finir avec Dieu,

https://www.levif.be/actualite/magazine/pourquoi-ils-veulent-en-finir-avec-dieu/article-normal-895261.html?cookie_check=1560788775: Richard Dawkins entend démontrer que  » Dieu est très peu probable, inutile et nuisible « . Au passage, le biologiste britannique et chef de file des Nouveaux athées tort le cou aux créationnistes. Voici 20 raisons qui plaident pour l’athéisme. A vous de juger.

https://studylibfr.com/doc/3188620/gravitation-quantique: La gravitation quantique, le manuscrit de carlo rovelli

http://www-cosmosafap.fr/gravitation%20quantique.htmGravitation quantique à boucles VS théorie des cordes !

http://chaours.rv.pagesperso-orange.fr/physique/Quant/qgrav.htmLa démarche suivie par les tenants de la gravitation quantique à boucles est complètement différente de celle des cordistes. Elle part de l’hypothèse que la géométrie de l’espace-temps s’identifie au champ gravitationnel. La géométrie peut donc être assimilée à un champ. Or, la physique quantique est une théorie des champs. Que se passe-t-il si on cherche à quantifier le champ représentatif de la géométrie de l’espace-temps ? variables d’ashtekar 
https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582:

2 La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information 

https://arxiv.org/pdf/gr-qc/ INTRODUCTION TO LOOP QUANTUM GRAVITY AND SPIN FOAMS par ALEJANDRO PEREZ ∗ 

http://www.ens-lyon.fr/DSM/SDMsite/M2/stages_M2/Dupuis.pdf: Mousses de spin en gravit´e quantique https://arxiv.org/pdf/1705.01597.pdf: Testing different approaches to quantum gravity with cosmology: An overview Aurélien Barrau – Among the available quantum gravity proposals, string theory, loop quantum gravity, noncommutative geometry, group field theory, causal sets, asymptotic safety, causal dynamical triangulation (voir VIII. CAUSAL DYNAMICAL TRIANGULATION), emergent gravity are among the best motivated models. 

https://actualite.housseniawriting.com/science/physique/physique-quantique/2015/11/18/la-source-quantique-de-lespace-temps/10611/: De nombreux physiciens pensent que l’intrication est l’essence de l’étrangeté quantique et certains d’entre eux suggèrent désormais que l’intrication pourrait être aussi la source de la géométrie de l’espace-temps.

http://www.philipmaulion.com/2017/05/emergence-pourquoi-les-physiciens-recourent-ils-a-cette-notion.html: Emergence : pourquoi les physiciens recourent-ils à cette notion ?

http://michel.bitbol.pagesperso-orange.fr/Quantique_Connaissance.pdf: LA STRUCTURE QUANTIQUE DE LA CONNAISSANCE INDIVIDUELLE ET SOCIALE par Michel Bitbol, 

http://fabien.besnard.pagesperso-orange.fr/articles/temps.pdf: CE QU’EN DISENT LES PHYSICIENS Le temps est devenu un casse-tête pour les physiciens. Il leur pose des problèmes à la fois formels, conceptuels et philosophiques dans des disciplines aussi diversifiées que la mécanique quantique, la thermodynamique et la théorie de la relativité.

http://fabien.besnard.pagesperso-orange.fr/articles/temps.pdf: Temps des philosophes, temps des physiciens, temps des mathématiciens Fabien Besnard 9 juin 2010 Résumé La question de la compatibilité du présentisme et du possibilisme avec la Relativité a fait couler beaucoup d’encre depuis l’argument initialement proposé par Rietdijk et Putnam….

http://ungraindesable.blogspot.com/2013/06/presentisme-et-theorie-de-la-relativite.html: I) Présentisme et théorie de la relatisité

http://ungraindesable.blogspot.com/2013/08/presentisme-et-mecanique-quantique.html: II) Présentisme et mécanique quantique https://laviedesidees.fr/Un-monde-sans-temps-ni-espace.html  Un monde sans temps ni espace À propos de deux ouvrages de Carlo Rovelli.

http://www.doublecause.net/index.php?page=Carlo_Rovelli.htm: Carlo Rovelli, Et si le temps n’existait pas ? Un peu de science subversive

http://interlivrehypertexte.over-blog.com/2018/04/le-temps-est-une-emotion-carlo-rovelli-l-ordre-du-temps.htm: le mystère du temps est lié à la nature de notre conscience, le temps est une émotion. Notre cerveau enregistre des changements qui se produisent dans le corps et dans sa perspective, et des sentiments (feelings, voire rasa) émergent de cette mise en mouvement cérébrale. Sentiments qui, à leur tour, propulsent toute une culture (A. Damasio, L’ordre étrange des choses,

https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Causalit%C3%A9_(physique): wikipedia, causalité et physique. Voir théories indépendantes du fond.

https://blogs.mediapart.fr/michel-pinault/blog/010318/crise-de-la-culture-scientifique-crise-de-la-scienceCrise de la culture scientifique, crise de « la science »

https://blogs.mediapart.fr/michel-pinault/blog/010318/crise-de-la-culture-scientifique-crise-de-la-scienceCrise de la culture scientifique, crise de « la science »

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582 : La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information

https://laviedesidees.fr/Un-monde-sans-temps-ni-espace.html: Un monde sans temps ni espace À propos de deux ouvrages de Carlo Rovelli.

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582 : La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information

http://michel.bitbol.pagesperso-orange.fr/Relations_Mauss.pdf: La mécanique quantique comme théorie essentiellement relationnelle1 Michel Bitbol 

https://arxiv.org/pdf/quant-ph/9609002.pdfRelational Quantum Mechanics Carlo Rovelli

http://opportunisme-cognitif.blogspot.com/2010/06/epistemologie-relationnelle-de-la.html: Épistémologie relationnelle de la physique quantique Kant, nouveau sage tibétain de la physique quantique ? par Hicham-Stéphane Afeissa

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-bataille-decisive-entre-172128: La «bataille décisive» entre physique quantique et relativité générale a déjà commencé

par Bernard Dugué (son site)

https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00220690/document: RÉFLEXIONS SUR LA PHILOSOPHIE DE BOHR, HEISENBERG ET SCHRÖDINGER A. Shimony

https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Principes_de_la_connaissance_humaine/IntroductionGeorge Berkeley Les Principes de la connaissance humaine Traduction par Charles Renouvier

http://www.blog-chaman-esoterisme.com/2018/09/l-incroyable-hypothese-de-rupert-sheldrak-la-resonance-morphique-une-theorie-holistique-de-la-realite.html: l’hypothèse holistique de Rupert Sheldrake, la raisonnance morphique

http://www.neotrouve.com/?p=348: Physique Quantique : entre Science et Conscience
http://guillemant.net/index.phpcate=articles&part=physique_information&page=Un_univers_dinformations.htm: P
hilippe Guillemant – L’idée selon laquelle notre univers serait un espace-temps composé d’informations a été considérablement popularisée par un film de science fiction : Matrix. La réalité pourrait rejoindre la fiction puisqu’il s’agit là d’une idée qui reçoit de plus en plus d’appuis scientifiques.

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2014/09/03/vers-une-physique-de-linformation/Vers une physique de l’information

http://www.pileface.com/sollers/pdf/Le%20temps.pdf: Le temps, ça n’existe pas : le physicien Carlo Rovelli nous explique pourquoi. « Seule la thermodynamique connaît la direction du temps »

https://www.rocq.inria.fr/secret/Nicolas.Sendrier/thinfo.pdf; École polytechnique Informatique Introduction à la théorie de l’information Nicolas Sendrier 

https://books.openedition.org/cdf/527?lang=fr: Physique quantique

Leçon inaugurale prononcée le jeudi 13 décembre 2001 par Serge Haroche

https://www.miniwebtool.com/log-base-2-calculator/: calcul des logarithmes à base 2

https://www.jp-petit.org/science/smolin/SmolinLivre.pdf: Sur le livre de Lee Smolin rien ne va plus en physique parMichel Mizony juillet 2007

liens pour l’article 9

Liens: 

mort thermique de l’univers  notre univers est-il irréversible?   La direction du temps     l‘irréversibilité du temps  problème de la mesure en cosmologie     La singularité initiale   l’origine de l’univers

http://philoscience.over-blog.com/article-7053208.html: Le problème de la mesure en cosmologie concerne la manière de calculer des fractions d’ univers de types différents dans un multivers . Il survient généralement dans le contexte de l’ inflation éternelle . Le problème se pose parce que différentes méthodes de calcul de ces fractions donnent des résultats différents, et il n’est pas clair quelle approche est correcte (le cas échéant). Les mesures peuvent être évaluées en fonction de leur capacité à prévoir les constantes physiques observées et à éviter des implications contre-intuitives, telles que le paradoxe de la jeunesse ou le cerveau de Boltzmann . Alors que les dizaines de mesures ont été proposées, [peu de physiciens considèrent que le problème est résolu. 

Le livre « rien ne va plus en physique (l’échec de la théorie des cordes)« : La partie I du livre explique pourquoi depuis la naissance de la science moderne, avec l’effet Copernic et Galilée, le paradigme newtonien sous-tend toutes les théories y compris les théories quantiques et la relativité (le « paradigme newtonien » et ce qu’il a impliqué, dont l’hypothèse des multivers, est utile pour décrire l’évolution d’un système dans un laboratoire, mais il perd tout sens appliqué à l’univers entier. Il n’explique pas pourquoi telles ou telles lois sont choisies parmi l’infinité de lois possibles.Selon celui-ci, un système, quel qu’il soit, pourrait être décrit par un ensemble d’états initiaux qui lui sont attribués, puis par les lois présidant à son évolution en fonction du temps. Mais si ces données sont utilisées initialement pour décrire le système, il n’est pas possible de considérer qu’elles pourraient aussi être le résultat de son évolution. Il faut rechercher d’autres lois, l’illusion de la flèche du temps https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-fleche-du-temps-expliquee-du-163219 : La flèche du temps expliquée. Du « Temps quantique » au temps macroscopique

https://trustmyscience.com/inversion-fleche-du-temps-avec-ordinateur-quantique/: Des physiciens ont réussi à “inverser” la flèche du temps grâce à un ordinateur quantique

liens:: 

http://users.polytech.unice.fr/~leroux/transmission/courstransmission.htmlNotions de communication numériqueJoël Le Roux

http://boningal.dardel.info/Electronisme/Complements/Entrees/2014/10/18_Le_temps,_Lee_Smolin_et_le_temps,_lillusion_du_temps,_la_fleche_du_temps.htmlLe temps, Lee Smolin et le temps, l’illusion du temps, la flèche du temps

https://journals.openedition.org/dossiersgrihl/3664: l’athéisme de Richard Dawkins Note critique à propos de l’ouvrage de Richard Dawkins, Pour en finir avec Dieu,

https://www.levif.be/actualite/magazine/pourquoi-ils-veulent-en-finir-avec-dieu/article-normal-895261.html?cookie_check=1560788775: Richard Dawkins entend démontrer que  » Dieu est très peu probable, inutile et nuisible « . Au passage, le biologiste britannique et chef de file des Nouveaux athées tort le cou aux créationnistes. Voici 20 raisons qui plaident pour l’athéisme. A vous de juger.

https://studylibfr.com/doc/3188620/gravitation-quantique: La gravitation quantique, le manuscrit de carlo rovelli

http://www-cosmosafap.fr/gravitation%20quantique.htmGravitation quantique à boucles VS théorie des cordes !

http://chaours.rv.pagesperso-orange.fr/physique/Quant/qgrav.htmLa démarche suivie par les tenants de la gravitation quantique à boucles est complètement différente de celle des cordistes. Elle part de l’hypothèse que la géométrie de l’espace-temps s’identifie au champ gravitationnel. La géométrie peut donc être assimilée à un champ. Or, la physique quantique est une théorie des champs. Que se passe-t-il si on cherche à quantifier le champ représentatif de la géométrie de l’espace-temps ? variables d’ashtekar 
https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582:

2 La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information 

https://arxiv.org/pdf/gr-qc/ INTRODUCTION TO LOOP QUANTUM GRAVITY AND SPIN FOAMS par ALEJANDRO PEREZ ∗ 

http://www.ens-lyon.fr/DSM/SDMsite/M2/stages_M2/Dupuis.pdf: Mousses de spin en gravit´e quantique https://arxiv.org/pdf/1705.01597.pdf: Testing different approaches to quantum gravity with cosmology: An overview Aurélien Barrau – Among the available quantum gravity proposals, string theory, loop quantum gravity, noncommutative geometry, group field theory, causal sets, asymptotic safety, causal dynamical triangulation (voir VIII. CAUSAL DYNAMICAL TRIANGULATION), emergent gravity are among the best motivated models. 

https://actualite.housseniawriting.com/science/physique/physique-quantique/2015/11/18/la-source-quantique-de-lespace-temps/10611/: De nombreux physiciens pensent que l’intrication est l’essence de l’étrangeté quantique et certains d’entre eux suggèrent désormais que l’intrication pourrait être aussi la source de la géométrie de l’espace-temps.

http://www.philipmaulion.com/2017/05/emergence-pourquoi-les-physiciens-recourent-ils-a-cette-notion.html: Emergence : pourquoi les physiciens recourent-ils à cette notion ?

http://michel.bitbol.pagesperso-orange.fr/Quantique_Connaissance.pdf: LA STRUCTURE QUANTIQUE DE LA CONNAISSANCE INDIVIDUELLE ET SOCIALE par Michel Bitbol, 

http://fabien.besnard.pagesperso-orange.fr/articles/temps.pdf: CE QU’EN DISENT LES PHYSICIENS Le temps est devenu un casse-tête pour les physiciens. Il leur pose des problèmes à la fois formels, conceptuels et philosophiques dans des disciplines aussi diversifiées que la mécanique quantique, la thermodynamique et la théorie de la relativité.

http://fabien.besnard.pagesperso-orange.fr/articles/temps.pdf: Temps des philosophes, temps des physiciens, temps des mathématiciens Fabien Besnard 9 juin 2010 Résumé La question de la compatibilité du présentisme et du possibilisme avec la Relativité a fait couler beaucoup d’encre depuis l’argument initialement proposé par Rietdijk et Putnam….

http://ungraindesable.blogspot.com/2013/06/presentisme-et-theorie-de-la-relativite.html: I) Présentisme et théorie de la relatisité

http://ungraindesable.blogspot.com/2013/08/presentisme-et-mecanique-quantique.html: II) Présentisme et mécanique quantique https://laviedesidees.fr/Un-monde-sans-temps-ni-espace.html  Un monde sans temps ni espace À propos de deux ouvrages de Carlo Rovelli.

http://www.doublecause.net/index.php?page=Carlo_Rovelli.htm: Carlo Rovelli, Et si le temps n’existait pas ? Un peu de science subversive

http://interlivrehypertexte.over-blog.com/2018/04/le-temps-est-une-emotion-carlo-rovelli-l-ordre-du-temps.htm: le mystère du temps est lié à la nature de notre conscience, le temps est une émotion. Notre cerveau enregistre des changements qui se produisent dans le corps et dans sa perspective, et des sentiments (feelings, voire rasa) émergent de cette mise en mouvement cérébrale. Sentiments qui, à leur tour, propulsent toute une culture (A. Damasio, L’ordre étrange des choses,

https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Causalit%C3%A9_(physique): wikipedia, causalité et physique. Voir théories indépendantes du fond.

https://blogs.mediapart.fr/michel-pinault/blog/010318/crise-de-la-culture-scientifique-crise-de-la-scienceCrise de la culture scientifique, crise de « la science »

https://blogs.mediapart.fr/michel-pinault/blog/010318/crise-de-la-culture-scientifique-crise-de-la-scienceCrise de la culture scientifique, crise de « la science »

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582 : La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information

https://laviedesidees.fr/Un-monde-sans-temps-ni-espace.html: Un monde sans temps ni espace À propos de deux ouvrages de Carlo Rovelli.

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582 : La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information

http://michel.bitbol.pagesperso-orange.fr/Relations_Mauss.pdf: La mécanique quantique comme théorie essentiellement relationnelle1 Michel Bitbol 

https://arxiv.org/pdf/quant-ph/9609002.pdfRelational Quantum Mechanics Carlo Rovelli

http://opportunisme-cognitif.blogspot.com/2010/06/epistemologie-relationnelle-de-la.html: Épistémologie relationnelle de la physique quantique Kant, nouveau sage tibétain de la physique quantique ? par Hicham-Stéphane Afeissa

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-bataille-decisive-entre-172128: La «bataille décisive» entre physique quantique et relativité générale a déjà commencé

par Bernard Dugué (son site)

https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00220690/document: RÉFLEXIONS SUR LA PHILOSOPHIE DE BOHR, HEISENBERG ET SCHRÖDINGER A. Shimony

https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Principes_de_la_connaissance_humaine/IntroductionGeorge Berkeley Les Principes de la connaissance humaine Traduction par Charles Renouvier

http://www.blog-chaman-esoterisme.com/2018/09/l-incroyable-hypothese-de-rupert-sheldrak-la-resonance-morphique-une-theorie-holistique-de-la-realite.html: l’hypothèse holistique de Rupert Sheldrake, la raisonnance morphique

http://www.neotrouve.com/?p=348: Physique Quantique : entre Science et Conscience
http://guillemant.net/index.phpcate=articles&part=physique_information&page=Un_univers_dinformations.htm: P
hilippe Guillemant – L’idée selon laquelle notre univers serait un espace-temps composé d’informations a été considérablement popularisée par un film de science fiction : Matrix. La réalité pourrait rejoindre la fiction puisqu’il s’agit là d’une idée qui reçoit de plus en plus d’appuis scientifiques.

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2014/09/03/vers-une-physique-de-linformation/Vers une physique de l’information

http://www.pileface.com/sollers/pdf/Le%20temps.pdf: Le temps, ça n’existe pas : le physicien Carlo Rovelli nous explique pourquoi. « Seule la thermodynamique connaît la direction du temps »

https://www.rocq.inria.fr/secret/Nicolas.Sendrier/thinfo.pdf; École polytechnique Informatique Introduction à la théorie de l’information Nicolas Sendrier 

https://books.openedition.org/cdf/527?lang=fr: Physique quantique

Leçon inaugurale prononcée le jeudi 13 décembre 2001 par Serge Haroche

https://www.miniwebtool.com/log-base-2-calculator/: calcul des logarithmes à base 2

https://www.jp-petit.org/science/smolin/SmolinLivre.pdf: Sur le livre de Lee Smolin rien ne va plus en physique parMichel Mizony juillet 2007

liens pour l’article 8:     

l’espace chez Merleau Ponty

L’eidétique de l’espace chez Merleau-Ponty

recherche des plus proches voisins

Graphité quantique

https://scholar.google.com/citations?user=Z-EXYCkAAAAJ&hl=en Edgar Witten écrits
https://www.telerama.fr/idees/carlo-rovelli,-physicien-le-present-est-une-notion-locale,-pas-globale
Carlo Rovelli, physicien : “Le présent est une notion locale, pas globale”

https://actualite.housseniawriting.com/science/physique/physique-quantique/2015/11/18/la-source-quantique-de-lespace-temps/10611/: De nombreux physiciens pensent que l’intrication est l’essence de l’étrangeté quantique et certains d’entre eux suggèrent désormais que l’intrication pourrait être aussi la source de la géométrie de l’espace-temps.

http://www.sciences.ch/htmlfr/geometrie/ De manière générale, un graphe permet de représenter la structure, les connexions d’un ensemble complexe en exprimant les relations entre ses éléments: réseau de communication, réseaux routiers, interaction de diverses espèces animales, circuits électriques, …
https://perso.liris.cnrs.fr/samba-ndojh.ndiaye/fichiers/App_ : Quelques rappels sur la théorie des graphes
http://guillemant.net/pdf/ITV_PG_KAIZEN_HS10.pdf: philippe guillemand – l’espace un saut dans le vide? superposition quantique de tous les états possibles?

https://studylibfr.com/doc/3188620/gravitation-quantique: La gravitation quantique, le manuscrit de carlo rovelli

http://www-cosmosaf.iap.fr/gravitation%20quantique.htmGravitation quantique à boucles VS théorie des cordes !

http://chaours.rv.pagesperso-orange.fr/physique/Quant/qgrav.htmLa démarche suivie par les tenants de la gravitation quantique à boucles est complètement différente de celle des cordistes. Elle part de l’hypothèse que la géométrie de l’espace-temps s’identifie au champ gravitationnel. La géométrie peut donc être assimilée à un champ. Or, la physique quantique est une théorie des champs. Que se passe-t-il si on cherche à quantifier le champ représentatif de la géométrie de l’espace-temps ? variables d’ashtekar 
https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582:

2 La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information https://arxiv.org/pdf/gr-qc/ INTRODUCTION TO LOOP QUANTUM GRAVITY AND SPIN FOAMS par ALEJANDRO PEREZ ∗ 

http://www.ens-lyon.fr/DSM/SDMsite/M2/stages_M2/Dupuis.pdf: Mousses de spin en gravit´e quantique https://arxiv.org/pdf/1705.01597.pdf: Testing different approaches to quantum gravity with cosmology: An overview Aurélien Barrau – Among the available quantum gravity proposals, string theory, loop quantum gravity, noncommutative geometry, group field theory, causal sets, asymptotic safety, causal dynamical triangulation (voir VIII. CAUSAL DYNAMICAL TRIANGULATION), emergent gravity are among the best motivated models. https://actualite.housseniawriting.com/science/physique/physique-quantique/2015/11/18/la-source-quantique-de-lespace-temps/10611/De nombreux physiciens pensent que l’intrication est l’essence de l’étrangeté quantique et certains d’entre eux suggèrent désormais que l’intrication pourrait être aussi la source de la géométrie de l’espace-temps.

http://www.philipmaulion.com/2017/05/emergence-pourquoi-les-physiciens-recourent-ils-a-cette-notion.html: Emergence : pourquoi les physiciens recourent-ils à cette notion ?

http://michel.bitbol.pagesperso-orange.fr/Quantique_Connaissance.pdf: LA STRUCTURE QUANTIQUE DE LA CONNAISSANCE INDIVIDUELLE ET SOCIALE par Michel Bitbol, 

http://fabien.besnard.pagesperso-orange.fr/articles/temps.pdfCE QU’EN DISENT LES PHYSICIENS Le temps est devenu un casse-tête pour les physiciens. Il leur pose des problèmes à la fois formels, conceptuels et philosophiques dans des disciplines aussi diversifiées que la mécanique quantique, la thermodynamique et la théorie de la relativité.

http://fabien.besnard.pagesperso-orange.fr/articles/temps.pdf: Temps des philosophes, temps des physiciens, temps des mathématiciens Fabien Besnard 9 juin 2010 Résumé La question de la compatibilité du présentisme et du possibilisme avec la Relativité a fait couler beaucoup d’encre depuis l’argument initialement proposé par Rietdijk et Putnam….

http://ungraindesable.blogspot.com/2013/06/presentisme-et-theorie-de-la-relativite.html: I) Présentisme et théorie de la relatisité

http://ungraindesable.blogspot.com/2013/08/presentisme-et-mecanique-quantique.html: II) Présentisme et mécanique quantique https://laviedesidees.fr/Un-monde-sans-temps-ni-espace.html  Un monde sans temps ni espace À propos de deux ouvrages de Carlo Rovelli.

http://www.doublecause.net/index.php?page=Carlo_Rovelli.htm: Carlo Rovelli, Et si le temps n’existait pas ? Un peu de science subversive

http://interlivrehypertexte.over-blog.com/2018/04/le-temps-est-une-emotion-carlo-rovelli-l-ordre-du-temps.htm: le mystère du temps est lié à la nature de notre conscience, le temps est une émotion. Notre cerveau enregistre des changements qui se produisent dans le corps et dans sa perspective, et des sentiments (feelings, voire rasa) émergent de cette mise en mouvement cérébrale. Sentiments qui, à leur tour, propulsent toute une culture (A. Damasio, L’ordre étrange des choses,

https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Causalit%C3%A9_(physique): wikipedia, causalité et physique. Voir théories indépendantes du fond.

https://blogs.mediapart.fr/michel-pinault/blog/010318/crise-de-la-culture-scientifique-crise-de-la-scienceCrise de la culture scientifique, crise de « la science »

https://blogs.mediapart.fr/michel-pinault/blog/010318/crise-de-la-culture-scientifique-crise-de-la-scienceCrise de la culture scientifique, crise de « la science »

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582 : La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information

https://laviedesidees.fr/Un-monde-sans-temps-ni-espace.html: Un monde sans temps ni espace À propos de deux ouvrages de Carlo Rovelli.

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582 : La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information

http://michel.bitbol.pagesperso-orange.fr/Relations_Mauss.pdf: La mécanique quantique comme théorie essentiellement relationnelle1 Michel Bitbol 

https://arxiv.org/pdf/quant-ph/9609002.pdfRelational Quantum Mechanics Carlo Rovelli

http://opportunisme-cognitif.blogspot.com/2010/06/epistemologie-relationnelle-de-la.html: Épistémologie relationnelle de la physique quantique Kant, nouveau sage tibétain de la physique quantique ? par Hicham-Stéphane Afeissa

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-bataille-decisive-entre-172128: La «bataille décisive» entre physique quantique et relativité générale a déjà commencé

par Bernard Dugué (son site)

https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00220690/document: RÉFLEXIONS SUR LA PHILOSOPHIE DE BOHR, HEISENBERG ET SCHRÖDINGER A. Shimony

https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Principes_de_la_connaissance_humaine/IntroductionGeorge Berkeley Les Principes de la connaissance humaine Traduction par Charles Renouvier

http://www.blog-chaman-esoterisme.com/2018/09/l-incroyable-hypothese-de-rupert-sheldrak-la-resonance-morphique-une-theorie-holistique-de-la-realite.html: l’hypothèse holistique de Rupert Sheldrake, la raisonnance morphique

http://www.neotrouve.com/?p=348: Physique Quantique : entre Science et Conscience
http://guillemant.net/index.phpcate=articles&part=physique_information&page=Un_univers_dinformations.htm: P
hilippe Guillemant – L’idée selon laquelle notre univers serait un espace-temps composé d’informations a été considérablement popularisée par un film de science fiction : Matrix. La réalité pourrait rejoindre la fiction puisqu’il s’agit là d’une idée qui reçoit de plus en plus d’appuis scientifiques.

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2014/09/03/vers-une-physique-de-linformation/Vers une physique de l’information

http://www.pileface.com/sollers/pdf/Le%20temps.pdf: Le temps, ça n’existe pas : le physicien Carlo Rovelli nous explique pourquoi. « Seule la thermodynamique connaît la direction du temps »

https://www.rocq.inria.fr/secret/Nicolas.Sendrier/thinfo.pdf; École polytechnique Informatique Introduction à la théorie de l’information Nicolas Sendrier 

https://books.openedition.org/cdf/527?lang=fr: Physique quantique

Leçon inaugurale prononcée le jeudi 13 décembre 2001 par Serge Haroche

https://www.miniwebtool.com/log-base-2-calculator/: calcul des logarithmes à base 2

https://www.jp-petit.org/science/smolin/SmolinLivre.pdf: Sur le livre de Lee Smolin rien ne va plus en physique parMichel Mizony juillet 2007

liens pour l’article 7

Liens pour ce chapitre:

http://www.matierevolution.fr/spip.php?article606 (Qu’est-ce que la rupture de symétrie (ou brisure spontanée de symétrie) ?)

http://www.theo.phys.ulg.ac.be/oldhtml/PTF/THESES_files/Memoire_Ecker.pdf (brisures dynamiques de symétrie et mécanisme de brout-englers-higgs)

http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-dela-theorie-relativite-generale-big-bang-aurelien-barrau-45178/ (Au-delà de la théorie de la relativité générale et du Big Bang, avec Aurélien Barrau)

https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00872968/document (Relier la mécanique quantique et la relativité générale ? Réflexions et propositions par Bernard Guy)

http://itp.epfl.ch/webdav/site/itp/users/146951/public/QFT_main.pdf (Champs Quantiques Relativistes Notes du cours du Professeur Mikha¨ıl Shaposhnikov Sven Bachmann 2007)

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/einstein-bouscule-par-de-jeunes-152944 (par Bernard dugué: Einstein bousculé par de jeunes physiciens : la dynamique des configurations ou des formes)

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-relativite-et-les-sciences-en-165844 (La relativité et les sciences en crise. Quelle est cette révolution qui advient ?)

autres liens:

http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/univers-doutes-existence-energie-noire-2920/#xtor=EPR-17-%5BHEBDO%5D-20170410-%5BACTU-Des-doutes-sur-l-existence-de-l-energie-noire–%5D (Des astrophysiciens ont conduit des simulations numériques qui reproduisent l’accélération de l’expansion de l’univers sans invoquer de la nouvelle physique. Résultat : l’énergie noire pourrait ne pas exister. Toutefois, cela ne remettrait nullement en cause la théorie du Big Bang voir https://arxiv.org/abs/1607.08797)

http://www.philipmaulion.com/2017/02/fragilite-du-modele-standard-de-la-cosmologie.html? (fragilité du modèle standard de la cosmologie)

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-folie-quantique-117023 (la folie quantique par kali)

http://www.philamarmotte.com/histoire.htm (Comprendre la relativité et Histoire de la physique Quantique)

http://books.openedition.org/cdf/3662 (collège de france: leibniz et le principe de raison Mots clés :

BouveresseHeideggerPopperprincipe de raison)

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_de_Copenhague_(physique) (l’école de copenhague)

http://theopedie.com/L-argument-cosmologique-est-il-compatible-avec-la-mecanique-quantique.html(L’argument cosmologique est-il compatible avec la mécanique quantique? La mécanique quantique est parfois utilisée comme argument contre l’universalité de la causalité. En effet, la mécanique quantique soulève deux problèmes quant à la causalité : l’indéterminisme lors de l’effondrement d’une onde (dans l’interprétation de Copenhague), et le théorème de l’inégalité de Bell. L’indéterminisme observé lors des transitions quantiques ne contredit pas l’axiome 7 de l’argument cosmologique car nous ne faisons pas l’hypothèse que les causes nécessitent leurs effets)

http://theopedie.com/Quelle-est-la-meilleure-version-de-l-argument-cosmologique.html (Quelle est la meilleure version de l’argument cosmologique ?)

http://www.cornu.eu.org/news/a-la-recherche-de-l-indeterminisme (A la recherche de l’indéterminisme Notes sur  » la querelle du déterminisme « )

http://www.alterinfo.net/La-creation-de-l-univers-a-partir-du-neant_a10926.html (la création de l’univers à partir du néant -Les signes du Coran Mis à part une explication de l’univers, le modèle du Big-Bang a une autre implication importante. Comme Anthony Flex cité ci-dessus le dit, la science a prouvé une affirmation que seules les sources religieuses avaient soutenue jusqu’ici. La vérité défendue par les sources religieuses est celle de la création à partir du néant. En savoir plus sur http://www.alterinfo.net/La-creation-de-l-univers-a-partir-du-neant_a10926.html#bwhMx2p74Rakj4ZL.99 (la création de l’univers à partir du néant)

la relativité: http://www.matierevolution.fr/spip.php?article630 (qu’est-ce que la relativité d’einstein)

http://revolisation.blogspot.fr/2011/02/une-etude-critique-materialiste-de-la.html (Une étude critique (matérialiste) de « La Relativité » de Albert Einstein. Cet ouvrage est une escroquerie, rédigé par un charlatan dépourvu de cohérence et de pertinence. Un salmigondis antimatérialiste contre Isaac Newton, Friedrich Engels et VI. Lénine)

https://blogs.mediapart.fr/sans-faction/blog/200114/toutain-et-la-relativite-pourquoi-il-sest-plante-2-une-erreur-de-niveau-4eme (Toutain et la relativité – pourquoi il s’est planté. 2: une erreur de niveau 4ème)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Libre_arbitre (libre arbitre Le libre arbitre est la faculté qu’aurait l’être humain de se déterminer librement et par lui seul, à agir et à penser, par opposition au déterminisme ou au fatalisme)

https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00872968/document (Relier la mécanique quantique et la relativité générale ? Réflexions et propositions par Bernard Guy)

luminet et l’univers holographique:

http://www.dubigbangauvivant.com/index2.html

L’univers holographique vu par Jean-Pierre luminet (l’univers est t-il holographique?)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/07/27/lunivers-holographique-1/ (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (1) : LE PARADOXE DE L’INFORMATION)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/08/07/lunivers-holographique-2-gravite-quantique-facon-theorie-cordes/ (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (2) : LA GRAVITÉ QUANTIQUE FAÇON THÉORIE DES CORDES)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/08/20/lunivers-holographique-3-de-lentropie-a-lhypothese-holographique/ (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (3) : DE L’ENTROPIE À L’HYPOTHÈSE HOLOGRAPHIQUE)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/09/13/lunivers-holographique-4-conjecture-de-maldacena/ (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (4) : LA CONJECTURE DE MALDACENA)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/09/22/lunivers-holographique-5-quete-dualites/ (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (5) : LA QUÊTE DES DUALITÉS)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/10/18/lunivers-holographique-6-black-holism / (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (6) : BLACK HOLISM)

http://pranique.com/luniverolografic.html (l’univers holographique vu par alain aspect et david bohm)

http://www.gurumed.org/2015/04/29/vivons-nous-dans-un-hologramme-notre-univers-sy-prte/ (Vivons-nous dans un hologramme ? Notre univers s’y prête…)

liens pour l’article 6

liens pour ce chapitre: 

http://theopedie.com/Le-principe-de-raison-suffisante-est-il-fonde-451.html (le principe de raison suffisante est t-il fondé?)

http://www.lifl.fr/~jdelahay/dnalor/LibreArbitre.pdf (Libre arbitre et mécanique quantique John Conway et Simon Kochen démontrent un théorème qui signifie que si nous sommes libres, alors les particules élémentaires le sont aussi. Jean-Paul DELAHAYE)

http://www.doublecause.net/index.php?page=theoreme_libre_arbitre.htm (John Conway et Simon Kochen définissent tout d’abord le libre arbitre d’une entité quelle quelle soit (particule, être humain…) comme une propriété selon laquelle l’état de cette entité à un instant donné ne peut pas être décrit comme résultant d’une fonction (au sens mathématique) portant sur l’état de l’univers…)

http://sboisse.free.fr/science/physique/theoreme-du-libre-arbitre.php (Quelques réflexions sur le théorème du libre-arbitreLe théorème du libre-arbitre prouve que si nous avons un libre-arbitre (dans un sens très précis), alors les particules élémentaires aussi ! J’ai longuement réfléchi sur ce théorème, et je suis arrivé à la conclusion qu’il pourrait être faux si une certaine hypothèse, implicitement admise par Conway, était fausse : celle que l’information ne peut pas remonter le temps ! En d’autre termes, Conway a peut-être tort !)

http://guillemant.net/index.php?cate=articles&part=double_causalite&page=Intention_et_libre_arbitre.htm (La théorie de la double causalité est née de la rencontre entre l’hypothèse métaphysique du libre arbitre et l’enseignement de la physique moderne. Selon cet enseignement la réalité physique ne se contruirait pas dans le présent mais serait déjà déployée dans l’espace-temps et notamment dans le futur)

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/article-libre-arbitre-et-mecanique-quantique-23796.php (John Conway et Simon Kochen démontrent un théorème qui signifie que si nous sommes libres, alors les particules élémentaires le sont aussi. par Jean-Paul Delahaye)

http://www.danielmartin.eu/Philo/CausalitePPS.pdf (Ce texte pédagogique explique des principes de logique : causalité, identité, homogénéité, raison suffisante, abstraction, contradiction et tiers exclu)

(Voir https://www.researchgate.net/publication/308360594_Von_Neumann’s_Impossibility_Proof_Mathematics_in_the_Service_of_Rhetorics (Von Neumann’s Impossibility Proof: Mathematics in the Service of Rhetorics) et http://philsciarchive.pitt.edu/12443/1/VNProof.pdf (Von Neumann’s Impossibility Proof: Mathematics in the Service of Rhetorics Dennis Dieks History and Philosophy of Science Utrecht University) voir aussi:  http://mpseevinck.ruhosting.nl/seevinck/Aberdeen_Grete_Hermann2.pdf (Challenging the gospel: Grete Hermann on von Neumann’s no-hidden-variables proof ∞ M.P Seevinck ∞ Radboud University University, Nijmegen, The Netherlands May 2012)

liens pour ce chapitre: 

https://cours.espci.fr/site.php?id=200&fileid=750 (saut quantique)

http://la-source-des-sagesses.blogspot.fr/2015/03/quest-ce-qu-un-saut-quantique.html (Saut quantique: En physique, un saut quantique est un changement brusque de l’état d’un système quantique de manière pratiquement instantanée, Sauter d’une possibilité à une autre, tout en s’aimant ; vivre dans le Grand Tout tout en respectant le pouvoir créateur de chacun)

. https://www.matierevolution.fr/spip.php?article4285 (la philosophie réaliste d’einstein)

Albert Einstein et Louis de Broglie, ont résisté seuls contre tous. Jusqu’à la fin de leur vie ils ont défendu le déterminisme et l’existence d’une réalité physique indépendante de l’observateur. Ils ont été rejoint par David Bohm à partir de 1952 et par John Bell à partir de 1964. »  Einstein, on le sait, a combattu certaines conclusions scientifiques et philosophiques qu’il estimait être tirées abusivement par les premiers pas de la physique quantique : il leur a reproché de renoncer à la causalité, à la continuité, à la localité, au réalisme philosophique et au déterminisme en faveur d’un probabilisme fondamental et à la notion d’objectivité scientifique, de connaissance de la nature indépendante de l’observateur. Il a refusé de remplacer son concept de réalité par une onde de probabilité de présence…


https://www.matierevolution.fr/spip.php?article3814 (Si l’école de Copenhague de la physique (Bohr, Heisenberg, Born, Jordan, von Neuman, Dirac, Pauli, Fermi, Wigner, Weisskopf, Oppenheimer,…) avait donné le « la » en physique pendant de longues années, affirmant qu’on ne pourra jamais que calculer à partir des expériences sans pouvoir dire ce qui se passe dans la matière ni s’interroger là-dessus, il semble bien que cette affirmation péremptoire doive bientôt être battue en brèche et que l’on va pouvoir, à partir des quanta du vide, particules, antiparticules et bosons virtuels, décrire « ce qui se passe quand… ». On se souvient que la physique dite classique reposait sur de telles descriptions. Mais la découverte du niveau quantique a amené la découverte du quanta, l’impossibilité de descendre en dessous d’un quanta et, du coup, les inégalités d’Heisenberg et l’impossibilité décrétée par Bohr de faire autre chose qu’étudier des expériences, c’est-à-dire des interactions entre le niveau classique (macroscopique) et le niveau quantique (par exemple celui des particules). Cela semblait opposer un mur naturel à la connaissance. L’étude du vide quantique semble devoir donner tort à ce renoncement à la connaissance car nos théories du vide pourraient bien donner une description du niveau quantique sans faire appel au niveau classique, tout en unifiant toute la physique, du niveau le plus grand au niveau le plus petit. Elle pourrait expliquer aussi bien la dualité onde/corpuscule (par exemple dans l’expérience des fentes de Young) que le principe de Pauli (qui empêche la matière de se concentrer) ou la loi des bosons (comme le photon lumineux) qui les amène à se grouper et les empêche d’interagir entre eux. Le vide quantique y est appelé à apparaître pour ce qu’il est : le véritable fondement matériel et unitaire du monde, qui construit aussi bien la matière, que la lumière ainsi que l’espace et le temps. Le vide devrait être le fondement aussi bien de la gravitation que des autres forces, devenant ainsi le principe général unificateur, puisqu’il est source aussi bien des masses, des charges, des interactions, des énergies)


https://www.mathematik.uni-muenchen.de/~bohmmech/BohmHome/files/colloque_de_physique_3.pdf (jean Brickmont: peut-on penser autrement la mécanique quantique?)

http://www.sceptiques.qc.ca/assets/docs/Fortier_MQ.pdf (La physique quantique : un voyage au cœur de la réalité par Daniel Fortier)

http://www.implications-philosophiques.org/actualite/une/les-interpretations-de-la-mecanique-quantique/ (Les interprétations de la mécanique quantique : une vue d’ensemble introductive)

http://vincent.devictor.free.fr/Articles/Devictor_M1.pdf (objectivité, méthode scientifique et communauté scientifique)

http://www.persee.fr/doc/phlou_0035-3841_1966_num_64_84_5357 (objectivité et réalité en mathématiques)

http://les3chevaliers.com/apprendre-lart-la-realite-subjective-de-la-realite-objective/ (L’Art est un mélange de deux aspects : le passé et le présent, le subjectif e t l’objectif. L’ombre et la lumière.)

http://www.philocours.com/disse/diss-theorie.html  (Les théories scientifiques décrivent-elles la réalité I- Les théories scientifiques ne peuvent avoir pour objet de décrire la réalité : le positivisme II- Les théories scientifiques réfèrent-elles à quelque chose d’extérieur ? –Instrumentalisme et réalisme III- Mais, vraiment, les théories scientifiques ne renvoient-elles qu’à l’esprit humain ? –pour un l’instrumentalisme conséquent

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/objective-collapse-la-reduction-du-183100 (la réduction du paquet d’ondes est t-elle une réalité objective?)

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2014/09/03/vers-une-physique-de-linformation/ (vers une physique de l’information. un article du blog d’arxiv sur la théorie de Deusch et Marletto :« L’information est similaire à l’énergie sous cet aspect. Le début de Infinity: Explications qui transforment le monde est une science populaire livre par le physicien David Deutsch. Retour vers la dignité de l’être humain et révolution copernicienne « inversée?

http://www.doublecause.net/index.php?page=physique_de_demain.htm (la physique de l’information et la physique de demain. Dans cet univers le temps et l’espace pourraient finir par être considérées comme des illusions produites par la conscience, comme le suggère l’allégorie de la caverne de Platon ou sa version moderne incarnée par le film Matrix)

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582 (bernard dugué: 2) La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information)

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2011/09/30/big-data-est-ce-que-le-deluge-de-donnees-va-rendre-la-methode-scientifique-obsolete/ (Big Data : est-ce que le déluge de données va rendre la méthode scientifique obsolète? Bienvenue dans l’âge du Petaoctet. L’âge où les informations sont stockées dans les nuages, explique la revue The Edge, qui consacre un excellent dossier à la fin de la science. )

https://fr.wikipedia.org/wiki/Potentiel_quantique élaboré à partir des travaux de David Bohm et de Basil Hiley: C’est  la façon dont une particule quantique pourrait être guidée, dans sa trajectoire, par un « potentiel d’information ». Il permet de transformer la dynamique probabiliste de la particule quantique en une dynamique déterministe. Il est défini comme :{\displaystyle \quad Q=-{\frac {\hbar ^{2}}{2m}}{\frac {\nabla ^{2}R}{R}}}.

liens variables cachées:

https://www.asmp.fr/travaux/gpw/philosc/rapport2/5-Zwirn.pdf (Mécanique quantique et connaissance du réel par Hervé Zwirn)

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01348957/document (Mécanique Quantique : Deux interprétations ? Alexandre Gondran, Michel Gondran

http://automatesintelligent.blog.lemonde.fr/2009/12/04/a-propos-des-variables-cachees-en-physique/ (A propos des variables cachées en physique Entretien avec Michel Gondran Expériences EPR, interaction d’échange et non-localité propos recueillis par Jean-Paul Baquiast 03/12/2009)

https://cercle.institut-pandore.com/physique-quantique/comprendre-theorie-variables-cachees-quantique/  (comprendre la théorie des variables cachées « Dieu ne joue pas aux dés ». Cette phrase prononcée un jour par Albert Einstein est sûrement l’une de ses citations les plus connues… mais elle est pourtant bien mal comprise. Einstein parlait ici de la physique quantique, qui, selon les autres physiciens de l’époque, serait une physique probabiliste et non déterministe)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_De_Broglie-Bohm (L’interprétation de Bohm de la mécanique quantique (abrégée « deBB ») a été formulée en 1952 par le physicien David Bohm. Il s’agit d’un développement de la théorie de l’onde pilote imaginée par Louis de Broglie en 1927. Elle est aussi connue sous les noms d’interprétation ontologique et d’interprétation causale. La théorie de Bohm est souvent considérée comme la théorie quantique à variables cachées de référenceBitbol 1, même si cette description est rejetée par l’ensemble des physiciens bohmiens, dont John S. Bell et d’autres physiciens et philosophes. Elle entend donner une vision réaliste et déterministe de la mécanique quantique, en opposition à l’interprétation de Copenhague)

http://www.revue3emillenaire.com/blog/ma-rencontre-avec-krishnamurti-par-david-bohm/ (david bohm: le dialogue avec krisnamurti)

http://www.elishean.fr/la-conscience-sinscrit-dans-la-theorie-de-non-localite/ (La conscience s’inscrit dans la théorie de non-localité, c’est-à-dire qu’elle ne répond pas aux exigences et aux lois de la physique traditionnelle mais à des lois issues de la physique dite quantique)

http://newsoftomorrow.org/science/nouvellephysique/le-temps-aboli-entretien-de-bohm-avec-krishnamurti (le temps aboli: dialogue bohm krishnamurti. « L’intelligence n’est pas l’aptitude au maniement habile d’arguments, de concepts, d’opinions contradictoires – comme si les opinions pouvaient donner accès à la découverte de la vérité, ce qui est impossible – mais elle consiste à se rendre compte que la mise en actes de la pensée, en dépit de toutes ses capacités, de ses subtilités, et de l’activité prodigieuse qu’elle ne cesse de déployer, n’est pas l’intelligence. » Krishnamurti)

https://krishnamurti-teachings.info/ebooks/fr/pdf/Krishnamurti-1980-le-temps-aboli.pdf (Jiddu Krishnamurti LE TEMPS ABOLI)

http://feynman.phy.ulaval.ca/marleau/pp/03epr/epr_1/epr_1.html (LE PARADOXE EPR ET SES IMPLICATIONS
CONCERNANT LES VARIABLES CACHÉES  avec  
L’interprétation de Bohm 2.1. Présentation générale de l’expérience  2.2. Traitement mathématique 3. Introduction au concept de variables cachées 3.1. L’idée générale  3.2. La première opinion de Bohm4. La théorie des variables cachées de Bohm 4.1. Une critique de la mécanique quantique  4.2. Nouvelle interprétation physique de l’Équation de Schrödinger)

https://www.asmp.fr/travaux/gpw/philosc/rapport2/3-Bricmont.pdf (3- La non-localité et la théorie de Bohm Jean Bricmont)

http://www.krishnamurti-france.org/Le-dialogue-selon-David-Bohm (le dialogue selon David bohm)

http://www.automatesintelligents.com/echanges/2013/avr/conjecture_cordus.html (21 février 2013 par Jean-Paul Baquiast et Christohpe Jacquemin Les modèles théoriques de l’univers La conjecture Cordus)

https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00167125/document (Albert Einstein, David Bohm et Louis de Broglie sur les variables cachées de la mécanique quantique. Michel Paty)

http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/physique-mecanique-quantique-elle-fausse-test-inflation-15567/ (La mécanique quantique est-elle fausse ? Un test avec l’inflation: proposition de test d’une formulation alternative de la mécanique quantique : la théorie de Bohm-de Broglie. Selon un chercheur du Perimeter Institute, et si la théorie de l’inflation est exacte, il suffirait d’analyser en détails les fluctuations du rayonnement de fond diffus pour, peut-être, invalider l’interprétation orthodoxe de la mécanique quantique)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_l’onde_pilote (La théorie de l’onde pilote est une théorie développée par Louis de Broglie dans les années 1926-1927, visant à donner une interprétation à la dualité onde-corpuscule. Cette théorie découle des idées présentées dans sa célèbre thèse de 19241 (voir hypothèse de De Broglie) qui fut à l’origine de la mécanique ondulatoire, et a été présentée en 1927 sous le titre de « théorie de la double solution »2)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_De_Broglie-Bohm (L’interprétation de Bohm de la mécanique quantique (abrégée « deBB ») a été formulée en 1952 par le physicien David Bohm. Il s’agit d’un développement de la théorie de l’onde pilote imaginée par Louis de Broglie en 1927. Elle est aussi connue sous les noms d’interprétation ontologique et d’interprétation causale. La théorie de Bohm est souvent considérée comme la théorie quantique à variables cachées de référenceBitbol 1, même si cette description est rejetée par l’ensemble des physiciens bohmiens, dont John S. Bell et d’autres physiciens et philosophes. Elle entend donner une vision réaliste et déterministe de la mécanique quantique, en opposition à l’interprétation de Copenhague)

http://www.cphi2.org/Portals/4/CR%203%20Oct%202011.pdf  (Collège de physique et de philosophie Séance du 3 octobre 2011: LA THÉORIE DE L’ONDE PILOTE DE LOUIS DE BROGLIE ET DAVID BOHM Exposé de Franck Laloë)

https://www.initiationphilo.fr/articles.php?lng=fr&pg=664  (LE MESSAGE HOLOGRAMMIQUE DE DAVID BOHM I/ DE LA PARTICULE À L’INFORMATION EN PASSANT PAR LE CHAMP L’INFORMATION QUANTIQUE POTENTIELLE ET ACTIVE)

http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2014/oct/monde_quantique.html (Mécanique quantiqueEt si Einstein et de Broglie avaient aussi raison voir:  http://www.automatesintelligents.com/interviews/2009/gondran.html (Expériences EPR, interaction d’échange et non-localité)

http://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/Th%C3%A9orie%20de%20l’onde%20pilote/fr-fr/ (La théorie de l’onde pilote, dite également théorie de la double solution, repose sur une analogie hydro-dynamique de l’équation de propagation de la fonction d’onde, l’équation de Schrödinger)

https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00167125/document (Albert Einstein, David Bohm et Louis de Broglie sur les variables cachées de la mécanique quantique. Michel Paty) 

http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.800.4990&rep=rep1&type=pdf (AN ONTOLOGICAL BASIS FOR THE QUANTUM THEORY D. BOHM, B.J. HILEY and P.N. )KALOYEROU)

l’ordre implicite:

http://www.astrosurf.com/luxorion/bohm-ordreimplicite.htm (une théorie alternative à la physique des particules: l’ordre implicite de david bohm)

http://www.chaouqi.net/index.php?2005/03/13/12-david-bohm-et-lordre-implie (science et conscience: David Bohm, ordre implié et holomouvement)

http://spiralconnect.univ-lyon1.fr/spiral-files/download?mode=inline&data=2134252 (bohm: ordre imoliqué et holomouvement bohm, pibram, Lupasco – Spiral)

http://www.philosophie-spiritualite.com/cours/theorie14.htm (Recherches sur le modèle holographique de l’univers avec Karl Lashley Karl Pribam David Bohm)

http://www.sciences-energetiques.com/articles.php?RecordID=1 (Articles sur l’Énergétique Hologrammique)

https://www.initiationphilo.fr/articles.php?lng=fr&pg=515 (SCIENCE ET PHILOSOPHIE LE MODÈLE DE BOHM ET LA PRESCIENCE DE DESCARTES)

http://www.scientiaestudia.org.br/associac/paty/pdf/paty,m_2002g-phqcausbohm.pdf (Physique quantique et causalité selon Bohm – Analyse d’un cas d’accueil défavorable)

https://www.asmp.fr/travaux/gpw/philosc/rapport2/3-Bricmont.pdf (La non-localité et la théorie de Bohm Jean Bricmont)http://www.uclouvain.be/396951.html Colloque « Peut-on comprendre la mécanique quantique? »

Les 30 novembre, 7 et 14 décembre 2011, le professeur Jean Bricmont fera une série de conférences intitulée « Peut-on comprendre la mécanique quantique ? »

Premier cours:  Jean BRICMONT « La mécanique quantique pose-t-elle un problème ? » 

Second cours Jean BRICMONT « Ce que Bell (1964) et Einstein (1935) ont vraiment dit »  

Troisième cours Jean BRICMONT « Peut-on penser autrement la mécanique quantique? » 

https://thequantumphysics.wordpress.com/acheter-le-livre/ (Comment comprendre la mécanique quantique ?

et si Einsein et de Broglie avaient aussi raison)


livres de bohm:

http://www.gci.org.uk/Documents/DavidBohm-WholenessAndTheImplicateOrder.pdf (bohm: wholeness et ordre impliqué)

bohm livre « sur le dialogue » et https://en.wikipedia.org/wiki/Bohm_Dialogue (bohm: sur le dialogue)

https://www.amazon.fr/Science-Order-Creativity-Dramatic-Creative/dp/0553344498 (Science, Order, and Creativity: A Dramatic New Look at the Creative Roots of Science and Life:               https://en.wikipedia.org/wiki/Science,_Order,_and_Creativity

https://www.amazon.com/Undivided-Universe-Ontological-Interpretation-Quantum/dp/041512185X (The Undivided Universe: An Ontological Interpretation of Quantum Theory)

https://www.amazon.com/Essential-David-Bohm-Lee-Nichol/dp/0415261740 (the essential david bohm : http://cspeech.ucd.ie/Fred/docs/Bohm_2005_.pdf the essential DAVIDBOHM edited by lee nichol)

https://www.amazon.com/Causality-Chance-Modern-Physics-David/dp/0812210026 (Causalité et Chance en physique moderne)

https://www.amazon.com/Creativity-Routledge-Classics-75/dp/0415336406 (bohm: on crativity voir aussi:

https://www.brainpickings.org/2016/12/20/david-bohm-on-creativity/)

http://www.livredepoche.com/les-limites-de-la-pensee-jiddu-krishnamurti-9782253116028 (les limites de la pensée par krishnamurti et bohm)

https://www.amazon.com/Unfolding-Meaning-Weekend-Dialogue-David/dp/0415136385 (Signification « dépliagee de l’ordre implicite: Un week – end du dialogue avec David Bohm)

https://www.amazon.com/Quantum-Theory-Dover-Books-Physics/dp/0486659690 (théorie quantique part david bohm)

https://www.amazon.com/Special-Theory-Relativity-Routledge-Classics/dp/0415404258 (david bohm The Special Theory of Relativity)

https://www.amazon.com/Quantum-Implications-Essays-Honour-David/dp/0415069602 (implications quantiques, un essai de david bohm)

https://www.amazon.com/Bohm-Biederman-Correspondence-Vol-Creativity-Science/dp/0415162254  (Bohm-Biederman Correspondance, vol. 1: Créativité et de la Science)

http://www.hardrainproject.com/changing_consciousness (Changing consciousness David Bohm & Mark Edwards Introduction A consistent theme throughout Hard Rain is the need for a new spirit of co-operation if we are to solve the problems we face)

https://www.amazon.com/Fragmentation-Wholeness-David-Bohm/dp/B0000EE24A (david bohm: fragmentation et intégralité)

liens:

http://www.philipmaulion.com/2017/02/fragilite-du-modele-standard-de-la-cosmologie.html? (fragilité du modèle standard de la cosmologie)

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-folie-quantique-117023 (la folie quantique par kali)

http://www.philamarmotte.com/histoire.htm (Comprendre la relativité et Histoire de la physique Quantique)

http://books.openedition.org/cdf/3662 (collège de france: leibniz et le principe de raison Mots clés :

BouveresseHeideggerPopperprincipe de raison)

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_de_Copenhague_(physique) (l’école de copenhague)

http://theopedie.com/L-argument-cosmologique-est-il-compatible-avec-la-mecanique-quantique.html(L’argument cosmologique est-il compatible avec la mécanique quantique? La mécanique quantique est parfois utilisée comme argument contre l’universalité de la causalité. En effet, la mécanique quantique soulève deux problèmes quant à la causalité : l’indéterminisme lors de l’effondrement d’une onde (dans l’interprétation de Copenhague), et le théorème de l’inégalité de Bell. L’indéterminisme observé lors des transitions quantiques ne contredit pas l’axiome 7 de l’argument cosmologique car nous ne faisons pas l’hypothèse que les causes nécessitent leurs effets)

http://theopedie.com/Quelle-est-la-meilleure-version-de-l-argument-cosmologique.html (Quelle est la meilleure version de l’argument cosmologique ?)

http://www.cornu.eu.org/news/a-la-recherche-de-l-indeterminisme (A la recherche de l’indéterminisme Notes sur  » la querelle du déterminisme « )

http://www.alterinfo.net/La-creation-de-l-univers-a-partir-du-neant_a10926.html (la création de l’univers à partir du néant -Les signes du Coran Mis à part une explication de l’univers, le modèle du Big-Bang a une autre implication importante. Comme Anthony Flex cité ci-dessus le dit, la science a prouvé une affirmation que seules les sources religieuses avaient soutenue jusqu’ici. La vérité défendue par les sources religieuses est celle de la création à partir du néant. En savoir plus sur http://www.alterinfo.net/La-creation-de-l-univers-a-partir-du-neant_a10926.html#bwhMx2p74Rakj4ZL.99 (la création de l’univers à partir du néant)

la relativité: http://www.matierevolution.fr/spip.php?article630 (qu’est-ce que la relativité d’einstein)

http://revolisation.blogspot.fr/2011/02/une-etude-critique-materialiste-de-la.html (Une étude critique (matérialiste) de « La Relativité » de Albert Einstein. Cet ouvrage est une escroquerie, rédigé par un charlatan dépourvu de cohérence et de pertinence. Un salmigondis antimatérialiste contre Isaac Newton, Friedrich Engels et VI. Lénine)

https://blogs.mediapart.fr/sans-faction/blog/200114/toutain-et-la-relativite-pourquoi-il-sest-plante-2-une-erreur-de-niveau-4eme (Toutain et la relativité – pourquoi il s’est planté. 2: une erreur de niveau 4ème)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Libre_arbitre (libre arbitre Le libre arbitre est la faculté qu’aurait l’être humain de se déterminer librement et par lui seul, à agir et à penser, par opposition au déterminisme ou au fatalisme)

https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00872968/document (Relier la mécanique quantique et la relativité générale ? Réflexions et propositions par Bernard Guy)

luminet et l’univers holographique:

http://www.dubigbangauvivant.com/index2.html

L’univers holographique vu par Jean-Pierre luminet (l’univers est t-il holographique?)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/07/27/lunivers-holographique-1/ (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (1) : LE PARADOXE DE L’INFORMATION)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/08/07/lunivers-holographique-2-gravite-quantique-facon-theorie-cordes/ (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (2) : LA GRAVITÉ QUANTIQUE FAÇON THÉORIE DES CORDES)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/08/20/lunivers-holographique-3-de-lentropie-a-lhypothese-holographique/ (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (3) : DE L’ENTROPIE À L’HYPOTHÈSE HOLOGRAPHIQUE)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/09/13/lunivers-holographique-4-conjecture-de-maldacena/ (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (4) : LA CONJECTURE DE MALDACENA)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/09/22/lunivers-holographique-5-quete-dualites/ (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (5) : LA QUÊTE DES DUALITÉS)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/10/18/lunivers-holographique-6-black-holism / (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (6) : BLACK HOLISM)

http://pranique.com/luniverolografic.html (l’univers holographique vu par alain aspect et david bohm)

http://www.gurumed.org/2015/04/29/vivons-nous-dans-un-hologramme-notre-univers-sy-prte/ (Vivons-nous dans un hologramme ? Notre univers s’y prête…)

liens pour l’article 5

liens:

Une nouvelle classe de modèles d’espace-temps quantifiés basé sur des ensembles de causalité énergétiques: (l’Univers en tant que processus des événements uniques) par Marina Cortês , Lee Smolin  (https://arxiv.org/pdf/1307.6167v3.pdf)

http://www.matierevolution.fr/spip.php?article598 (qu’est-ce que le temps? voir comment Lee Smolin montre que le temps physique est la clef de la nouvelle révolution indispensable à la Physique moderne)

https://actualite.housseniawriting.com/science/2016/07/28/un-debat-sur-la-physique-du-temps/16984/ (Selon nos meilleures théories de la physique, l’univers est un bloc fixe où le temps ne fait que passer. Mais quelques physiciens, dont lee smolin veulent remplacer cet univers-bloc avec une théorie physique du temps)

liens:

Trois mots-clef: principe d’incertitude Intrication quantique Non-localité

Indéterminisme ou L’Univers irrésolu (Plaidoyer pour l’indéterminisme Autour de la lecture d’un livre de Karl Popper(1) par Lydia JAEGER)

http://education.francetv.fr/matiere/physique-chimie/cinquieme/video/les-nouvelles-perspectives-de-la-physique-moderne#xtor=SEC-191221-GOO-[physique-quantique]-[%2Bphysique%20%2Bquantique] (Les nouvelles perspectives de la physique moderne. Les grands entretiens – Etienne Klein : Einstein)

http://www.math.sciences.univ-nantes.fr/~robert/trcours_upn_08.pdf (quantique: physiique discrète!)

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/article-l-etrangete-quantique-juste-une-impression-32441.php (l’étrangeté quantique, juste une impression?)

http://www.astrosurf.com/luxorion/quantique-comprendre.htm (comprendrons-nous jamais la physique quantique et son étrangeté?)

http://www.rtflash.fr/physique-quantique-l-etrangete-theorique-nous-conduit-revolution-technologique/article (l’étrangeté théorique de la physique quantique)

https://www.phys.ens.fr/~dalibard/Notes_de_cours/X_MQ_2003.pdf (quantique: quelques outils mathématiques)

http://sboisse.free.fr/science/physique/physique-quantique-pour-les-nuls-1.php (la physique quantique pourles nuls.

https://www.phys.ens.fr/cours/notes-de-cours/fl-mq/mq.PDF (comprenons-nous vraiment la physique quanntique? par F. Laloe; écoles, difficultés, paradoxesn théorème de bell, où en sommes-nous, les difficultés, les failles, les alternatives, variables cachées, everett…)

http://villemin.gerard.free.fr/Scienmod/Quantiqu.htm (la physique quantique: De manière particulièrement précise, elle permet: de comprendre la chimie, la découverte du transistor, la mise au point des lasers, le développement de la physique nucléaire, d’expliquer l’univers de façon cohérente. Mais, elle échappe à l’entendement. Elle est très difficile à comprendre. Elle ne traite pas de notre univers quotidien. Aucune image possible. C’est une création de l’esprit humain: Avec utilisation de mathématiques sophistiquées; Sans relation directe avec la réalité; Théorie faite de symboles; et Utilisant une équation donnant des probabilités: l’équation de Schrödinger)

https://sciencetonnante.wordpress.com/2013/09/30/les-7-merveilles-de-la-mecanique-quantique/ (les 7 merveilles de la mécanique quantique: le principe de superposition, le l’indéterminisme de la mesure, la dualité onde-corpuscule, l’effet tunnel, l’intégrale de chemin, la quantification, le principe d’incertitude de Heisenberg)

http://www.rtflash.fr/physique-quantique-l-etrangete-theorique-nous-conduit-revolution-technologique/article (Physique quantique : L’étrangeté théorique nous conduit à la révolution technologique: simuler le cerveau humain 2024?)

http://bio.m2osw.com/gcartable/physique/mecquantique.htm (A voir: Brève histoire de la mécanique quantique 1900 : Max Planck montre que les échanges d’énergie entre matière et rayonnement sont quantifié.(ces échanges ne peuvent se faire de manière continue).Les valeurs de l’énergie transférée ne peuvent être que des multiples de hv ou h represente la constante de Planck1905 : Albert Einstein à partir de l’effet photo électrique repose l’aspect corpusculaire de la lumière. 1924 : Louis de Broglie généralise la dualité onde corpuscule et montre qu’ à chaque particule est associée une onde avec E = h1926 : Erwin Schrödinger pose son équation de la fonction d’onde1927 : Paul Adrien Dirac applique cette fonction d’onde aux particules relativist 1927 : Niels Borh, Werner Heisenberg et Max Born entre autre posent les fondements de la mécanique quantique.: Interprétation de Copenhague 1948 : Richard Feynman résout les difficiles calculs de l’électrodynamique quantiquee 1970 : Alain Aspect par son expérience sur le paradoxe E.P.R. confirme la non localité de la mécanique quantique)

http://villemin.gerard.free.fr/Scienmod/Quantiq1.htm (DIPTYQUE de la physique quantique La physique. C’est un modèle qui estime l’évolution des systèmes physiques isolés. Espace de dimension infinie (espace de Hilbert), Il obéit à une Équation déterministe, l’équation de Schrödinger. La physique quantique serait purement déterministe, s’il n’y avait pas d’observateur. Un tout global, holistique. Le vecteur d’état est la somme des divers états propres du système. Une somme des états propres de la grandeur que l’on va mesurer. Statistique de tous les états: L’aspect probabilistique se manifeste lors des opérations de mesure. On mesure les grandeurs: Position, vitesse, énergie …Projette le système dans l’un de ses états propres par une sorte de tirage au sort. La physique quantique serait purement déterministe, s’il n’y avait pas d’observateur. Mesurer, c’est tirer au sort. C’est observer le tout sous l’une de ses facettes. C’est faire un instantané photo d’un des états compris dans le tout. Faire la mesure, projette le système vers l’un de ses états propres. Une instance de ces états)^

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/seconde-revolution-quantique-les-141982 (bernard dugué:  Seconde révolution quantique : Les particules et les champs n’existent pas ! La « déchirure ontologique » dans la matière et la revanche de Platon [… ] La théorie quantique des champs (QFT) a abouti au modèle standard et peut se prévaloir d’une efficacité inouïe pour prédire certains résultats avec une précision qui la place au sommet des théories scientifiques sur ce point. Un golfeur aussi précis pourrait mettre la balle dans un trou situé sur la planète mars. D’où une situation assez étrange car malgré cette théorie qui n’a fait qu’accumuler des succès expérimentaux et qui est d’une précision incroyable, les physiciens ne savent toujours pas quelle est la réalité qu’elle décrit. Ils savent l’utiliser mais sans comprendre ce qui se trame derrière, autrement dit ce qu’elle révèle de la nature [. .]  Cette physique triomphe en laissant derrière elle une métaphysique très incertaine, pour ne pas dire absente… Le principal enseignement à retenir, c’est que la représentation et la compréhension de l’univers acquises depuis les débuts de la science moderne au 17ème siècle sont sur le point de basculer. Le monde avec ses objets basiques, ses interactions, ses forces, perd son statut ontologique. Le champ matériel et l’étendue ne sont que des propriétés dérivées et non plus fondamentales, même en les considérant sous l’angle des théories quantiques conventionnelles. L’illusion scientifique moderne s’effondre Elle a consisté pendant quatre siècles à faire comme si le monde physique étendu de Descartes, Newton puis Einstein, avec l’espace-temps et la matière, était le monde fondamental, un peu comme si on observait l’écume au dessus des océans pour en conclure que les fonds marins sont fait de cette même écume. Nous ne sommes qu’au début d’une immense révolution des connaissances)

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-grande-enigme-de-la-physique-154655 (bernard dugué pense que la grande énigme de la physique quantique va être résolue prochainement, mais pour le moment il n’en dit pas plus)

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article3850 (lee smolin et la physique contemporaine…dans la renaissance du temps: …Einstein mit en lumière il y a longtemps que la mécanique quantique est incomplète parce qu’elle échoue à donner une description de ce qui se passe dans une expérience individuelle. Que fait au juste l’électron lorsqu’il saute d’un état d’énergie à un autre ? Comment des particules trop éloignées l’une de l’autre parviennent-elles à communiquer instantanément ? Comment semblent-elles apparaître en deux endroits à la fois ? La mécanique quantique ne fournit pas de réponse… La mécanique quantique est une théorie problématique pour trois raisons étroitement liées. La première est son échec à donner une image physique de ce qui se passe dans un processus ou une expérience individuels : contrairement aux théories physiques précédentes, le formalisme que nous utilisons en mécanique quantique ne peut pas être lu comme nous montrant ce qui se passe à chaque instant. Deuxièmement, dans la plupart des cas elle échoue à prédire le résultat précis d’une expérience ; plutôt que de nous dire ce qui va se passer, elle ne nous donne que des probabilités pour les différentes choses susceptibles de se produire. La troisième et plus problématique caractéristique de la mécanique quantique est que les notions de mesure, d’observation ou d’information sont nécessaires pour exprimer la théorie. Elles peuvent être vues comme des notions primitives ; elles ne peuvent pas être expliquées en termes de processus quantiques fondamentaux… Si vous voulez décrire complètement un système en physique classique, vous répondez à toutes les questions, et ceci vous donne toutes les propriétés. Mais en physique quantique, le dispositif dont vous avez besoin pour poser une question peut vous empêcher de répondre aux autres questions. Par exemple, vous pouvez demander ce qu’est la position d’une particule, ou vous pouvez demander ce qu’est le moment, mais vous ne pouvez pas poser ces deux questions à la fois. C’est ce que Niels Bohr a appelé la complémentarité, et c’est aussi ce que les physiciens signifient lorsqu’ils parlent de « variables non-commutatives »… En embrassant la réalité du temps, nous ouvrons un chemin pour comprendre la théorie quantique qui éclaire ses mystères et pourrait bien les résoudre. Je crois que la réalité du temps rend possible une nouvelle formulation de la mécanique quantique… Nous sommes habitués à l’idée de lois intemporelles de la nature agissant à l’intérieur du temps, et nous ne trouvons plus cela étrange. Mais prenez suffisamment de recul, et vous verrez que cela repose sur de grandes suppositions métaphysiques qui sont loin d’être évidentes… Il est une tradition – commençant avec Niels Bohr – d’affirmer que l’échec de la théorie quantique à donner une image de ce qui se passe au cours d’une expérience individuelle est l’une de ses vertus et non pas un défaut. Bohr a argumenté avec talent que le but de la physique n’est pas de fournir une telle image mais plutôt de créer un langage grâce auquel nous pouvons parler entre nous de notre préparation des expériences sur des systèmes atomiques et de ce que les résultats nous ont donné. Je trouve les écrits de Bohr fascinants mais peu convaincants. Je ressens la même chose à propos de certains théoriciens contemporains, qui disent que la mécanique quantique ne porte pas « sur » le monde physique, mais sur l’ « information » que nous avons sur le monde physique. Ces théoriciens avancent que l’état quantique ne correspond à aucune réalité physique ; il ne fait que coder l’information que nous, observateurs, avons sur un système… Après tout, quelque chose se passe lors d’une expérience individuelle. Quelque chose, et seulement ce quelque chose, est la réalité que nous dénommons électron ou photon. Ne devrions-nous pas être capables de saisir l’essence de l’électron individuel dans un langage conceptuel et un cadre mathématique ? … Alors je me range aux côtés d’Einstein. Je crois qu’il existe une réalité physique objective et que quelque chose qu’on peut décrire se produit quand un électron saute d’un état d’énergie dans un autre. Et je cherche une théorie qui en donne cette description ».

http://www.actu-philosophia.com/spip.php?article697 (Henry P. Stapp: Le monde quantique et la conscience)

http://www.astrosurf.com/luxorion/ordinateur-quantique.htm (de l’ordinateur quantique et sa fabrication, des thèses de church et turing aux problèmes de la conscience)

http://www.chm.ulaval.ca/~chm13212/Notes05/Notes.pdf (chimie quantique théorie)

https://www.phys.ens.fr/~dalibard/Notes_de_cours/X_MQ_2003.pdf (Mécanique quantique Cours de l’Ecole polytechnique par Jean-Louis Basdevant et Jean Dalibard Février 2002) http://www.astrosurf.com/luxorion/menu-quantique.htm (autour de la théorie quantique, conjectures et démonstrations, théories unitaires, histoire et taxonomie, interprétations)

https://arxiv.org/vc/arxiv/papers/1310/1310.1728v1.pdf  (Mioara Mugur-Schächter: PRINCIPES D’UNE 2 ÈME MÉCANIQUE QUANTIQUE Construction des fondements d’une formulation Hilbert-Dirac intelligible) 

liens:

https://en.wikipedia.org/wiki/Free_will_theorem (Le théorème du libre-arbitre de John H. Conway et Simon B. Kochen déclare que, si nous avons un libre-arbitre en ce sens que nos choix ne sont pas en fonction du passé, alors, sous réserve de certaines hypothèses, il doit en être des particules élémentaires) 

http://scientia.blog.lemonde.fr/2010/02/19/a-propos-de-rien-ne-va-plus-en-physique-de-lee-smolin-i/ (A propos de « Rien ne va plus en physique ! », de Lee Smolin (I) Je découvre par un site qui parle de mon travail : http://grit-transversales.org/article.php3?id_article=210 un livre de Lee Smolin que je n’avais pas lu, mais qui peut être téléchargé en français chez Scribd (tous les articles de Luis Gonzalez-Mestres: https://arxiv.org/)

http://www.doublecause.net/index.php?page=theoreme_libre_arbitre.htm (Deux mathématiciens, John Conway et Simon Kochen, ont démontré en 2006 un théorème appelé « Théorème du Libre Arbitre ») voir aussi:

http://www.actu-philosophia.com/spip.php?article697 (Henry P. Stapp: Le monde quantique et la conscience Sommes-nous des robots ou des acteurs de notre propre vie ? 15/2016, par Thibaut Gress)

http://automatesintelligent.blog.lemonde.fr/2009/12/04/a-propos-des-variables-cachees-en-physique (A propos des variables cachées en physique Entretien avec Michel Gondran Expériences EPR, interaction d’échange et non-localité  propos recueillis par Jean-Paul Baquiast 03/12/2009)

liens:

http://www.persee.fr/doc/phlou_0035-3841_1997_num_95_4_7062 (par Michel Ghins –Bas van Fraassen: les lois et la symétrie. Les tentatives de fonder philosophiquement les lois de la nature se sont soldées par un échec)

 http://www.matierevolution.fr/spip.php?article3814 (Comment la physique se prépare à une nouvelle révolution conceptuelle fondamentale -17 septembre 2015, par Robert Paris) (La relativité d’Einstein n’est pas la bonne théorie pour décrire le cosmos et la gravité par Bernard Dugué)

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-relativite-d-einstein-n-est-pas-162829

http://automatesintelligent.blog.lemonde.fr/2007/07/11/pourquoi-les-lois-fondamentales-de-la-physique-paraissent-elles-ajustees-pour-permettre-la-vie-et-la-conscience/ (Pourquoi les lois fondamentales de la physique paraissent-elles ajustées pour permettre la vie et la conscience ? Jean Paul Baquiast 11/07/07 Mots clefs : lois fondamentales bio-friendly, principe anthropique, multivers, quantum post-selection, flexi-laws, darwinisme quantique, décohérence)

http://www.cnrs.fr/inp/IMG/pdf/reflets_43_machefert.pdf (Recherche d’une physique au-delà du modèle standard et étude de la violation de symétrie CP avec l’expérience LHCb au CERN)

http://www.unige.ch/communication/communiques/2012/CdP121027.html (Université de Genève: Les chercheurs vont au-delà du temps et de l’espace pour expliquer la mécanique quantique)

http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2015/154/rovelli.htm (Par delà le visible La réalité du monde physique et la gravité quantique Carlo Rovelli)

http://bdugue.typepad.com/ (bernard dugué: AU COMMENCEMENT ETAIT LE QUANTUM ! IL FAUT RECOMMENCER L’AVENTURE SCIENTIFIQUE !)http://guillemant.net/index.php?cate=articles&part=synchronicite&page=Esprit_et_conscience.htm (esprit et conscience…et le théorème de gödel)

http://www.philosciences.com/Pss/philosophie-et-science/methode-scientifique-paradigme-scientifique/116-le-reductionnisme-dogmatique (le réductionnisme dogmatique)

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9ductionnisme (Selon l’analyse classique de Ernest Nagel, le développement des sciences obéit à un programme de réductions interthéoriques consistant à traduire une théorie dans les termes d’une autre théorie plus générale ou plus fondamentale. La réduction d’une théorie à une autre est réussie si on peut expliquer la première à partir de la seconde par un ensemble de lois de correspondance entre les entités des deux domaines théoriques. La théorie réduite doit alors être logiquement déductible de la théorie réductrice et des lois de connexion entre elles)

http://djaphil.fr/sujets/les-reductionnismes-scientifiques-399 (Les réductionnismes scientifiques)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_raison_suffisante (principe de raison suffisante)

http://www.persee.fr/doc/phlou_0776-5541_1902_num_9_35_1755 (Le principe de raison suffisante en Logique et en Métaphysique G. Simons) Revue néo-scolastique

https://www.cairn.info/revue-les-etudes-philosophiques-2003-3-page-389.htm (Du nouveau sur le principe de raison suffisante (G. W. Leibniz, Sämtliche Schriften, VI, 4) par André ROBINET)


Liens sur la philosophie et l’épistémologie:

http://sos.philosophie.free.fr/presocra.php (les présocratiques précèdent Socrate dans la chronologie philosophique et sont donc les vrais premiers philosophes. S’ils relèvent d’une sorte de préhistoire de la philosophie, c’est surtout parce que de leurs œuvres ne nous restent souvent que très peu de choses)

http://www.philo5.com/Penser%20par%20soi-meme/Les%20grandes%20questions%20des%20philosophes.htm: (Penser par soi-même, les grandes questions des philosophes1. De quoi le monde est-il fait ? 2. Nos sens peuvent-ils nous indiquer de quoi le monde est réellement fait ? 3. Sommes-nous libres ?  4. Existe-t-il une façon de vivre correcte ? 5. Dieu existe-t-il ? 6. Qu’est-ce que le temps ? 7. Qu’est-ce que l’espace ? 8. Que suis-je ? 9. Comment vivre ensemble ? 10. Qu’en pensez-vous ? — Dressez votre portrait philosophique)

http://www.lemonde.fr/revision-du-bac/annales-bac/philosophie-terminale/une-connaissance-scientifique-du-vivant-est-elle-possible_t-irde74.html Une connaissance scientifique du vivant est-elle possible ? Question de annales bac philo sophie terminale: Conclusion : l y a sans doute une contradiction indépassable entre l’essence de la science et la nature du vivant. Cela ne signifie pas que le biologiste se trompe, ou que le savoir accumulé par la science biologique doive être réputé nul et non avenu. Mais ce savoir, parce qu’il est théorique, objectif et détaché de la vie elle-même, n’est justement pas une connaissance du vivant en tant que vivant. Si une telle connaissance doit être trouvée, c’est bien plutôt dans l’acte du médecin qui redonne la santé au patient, que dans le laboratoire du généticien qui détruit la vie à mesure qu’il l’explique, puisque pour l’expliquer il doit nécessairement l’objectiver et la changer en un mécanisme sans vie)

http://www.unisson06.org/dossiers/science/physique_science.htm (la physique est t-elle une science? …Et les débats continuent, et l’ignorance s’accentue, et ceux qui ont un vrai coeur et une vraie intuition se rendent de plus en plus compte que tant les physiciens quantiques, que les physiciens « holistiques », sont dans la même impasse, dans le même refus de comprendre et de se rendre à l’évidence : la Physique est depuis longtemps disqualifiée, inadaptée à l’étude de l’esprit, et son illégitimité dans ce domaine ne peut déboucher que sur la charlatannerie, comme c’est également toujours le cas pour ce qui est de l’étude de l’univers dans son ensemble….l’UNIVERS N’EST PAS UN OBJET DU DOMAINE PHYSIQUE, et que donc l’épistémologie physicienne ne peut en aucun cas s’appliquer à lui..l.e physicien fait partie de l’univers, et que donc en aucun cas il ne peut considérer l’univers comme un objet physique…)

http://coursphilosophie.free.fr/philosophes/spinoza.php (ontologie et philosophie de spinoza)

https://fr.wikisource.org/wiki/La_Contingence_dans_les_lois_de_la_nature_et_la_libert%C3%A9_dans_l%E2%80%99homme_selon_%C3%89picure (LA CONTINGENCE DANS LA NATURE ET LA LIBERTÉ DANS L’HOMME SELON ÉPICURE)

http://www.societe-voltaire.org/phil-ig.php  (Voltaire, Le Philosophe ignorant, 1766)

https://leportique.revues.org/593(La notion de loi a tout pour déplaire, en théorie de la connaissance comme en philosophie des sciences : une origine cartésienne-médiévale, que l’on pressent théologique et obscure, accompagnée de connotations juridiques, que l’on imagine idéologiques et répressives)

http://www.matierevolution.fr/spip.php?article7 (faut t-il une philosophie en sciences?)

http://www.automatesintelligents.com/interviews/2004/juil/bitbol.html (Michel Bitbol: Des « phénomènes » de Kant à la théorie quantique de l’information Le rôle de la philosophie des sciences)

https://indecise.hypotheses.org/358  (Physique quantique et Vedanta : une mise en perspective avec le « réel voilé » de B.d’Espagnat)

http://michel.bitbol.pagesperso-orange.fr/Physique_quantique_et_cognition.pdf (Physique quantique et cognition Michel Bitbol)

http://michel.bitbol.pagesperso-orange.fr/Relations_Mauss.pdf (La mécanique quantique comme théorie essentiellement relationnelle1 Michel Bitbol)
http://automatesintelligent.blog.lemonde.fr/2009/12/04/a-propos-des-variables-cachees-en-physique/  (A propos des variables cachées en physique Entretien avec Michel Gondran Expériences EPR, interaction d’échange et non-localité  propos recueillis par Jean-Paul Baquiast 03/12/2009)

Conscience.

http://intellectica.org/fr/system/files/pdf/55_9_uzan.pdf (Conscience et physique quantique Pierre UZAN voir B.III.1. La théorie de l’ordre implié  )

http://www.implications-philosophiques.org/implications-epistemologiques/une-approche-quantique-du-probleme-corps-esprit-1/ (pierre uzan: Une approche quantique du problème corps-esprit (1)

http://www.theses.fr/2010PA040153 (Conscience et physique quantique par Pierre Uzan

http://www.implications-philosophiques.org/implications-epistemologiques/une-approche-quantique-du-probleme-corps-esprit-2/  (Une approche quantique du problème corps-esprit (2)

Liens en rapport avec l’article de mon blog « réenchanter le monde » que j’ai trouvés en écrivant cet article sur le sujet: décroissance et resacralisation: 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicholas_Georgescu-Roegen (mathématicien et économiste hétérodoxe américain d’origine roumaine dont les travaux ont servi d’inspiration au mouvement de la décroissance)

http://www.alternatives-economiques.fr/nicholas-georgescu-roegen_fr_art_633_36953.html – mathématicien en rupture avec la théorie économique orthodoxe et incompris par ses pairs, a attiré l’attention, vingt ans avant tout le monde, sur les dégâts de la croissance sur l’environnement.

http://www.iri.centrepompidou.fr/evenement/entretiens-du-nouveau-monde-industriel-2016-penser-lexosomatisation/ (Penser l’exosomatisation pour défendre la société)

http://www.humanite.fr/puissance-impuissance-pensee-et-avenir-586852 (puissance, impuissance, pensée et avenir- Un texte de Bernard Stiegler, philosophe et président du groupe de réflexion Ars Industriali)

http://www.lesinrocks.com/2016/06/14/idees/bernard-stiegler-gens-lucides-honnetes-eux-memes-ont-aujourdhui-moral-a-zero-11845663/ (Dans la disruption », le philosophe Bernard Stiegler diagnostique la démoralisation d’un monde fondé sur le data et la calculabilité. Il appelle à renouer avec ce qui fait l’humain : la capacité à échapper à l’ »entropie » en inventant de nouvelles formes d’existence)

https://economierurale.revues.org/4413 (Antoine Missemer – Nicholas Georgescu-Roegen, pour une révolution bioéconomique suivi de De la science économique à la bioéconomie de Nicholas Georgescu-Roegen)

http://classiques.uqac.ca/contemporains/georgescu_roegen_nicolas/decroissance/decroissance_intro_2e_ed.html (livre de Nicholas Georgescu-Roegen (1906-1994). La décroissance. Entropie – Écologie – Économie)

http://www.arsindustrialis.org/

https://enmi-conf.org/wp/enmi16/argumentaire/ (arsindustrialis: penser l’exsomisation: André Leroi-Gourhan décrivit comme un processus d’extériorisation, et Alfred Lotka comme un processus d’exosomatisation – au cours duquel l’organique se dote d’organes inorganiques, poursuivant sa différenciation par d’autres moyens que la vie)

A voir aussi: méthode wittoz (thérapie)

http://www.vittoz-irdc.net/-Mme-Caroline-Chapelle-.html (Formation Vittoz IRDC)

http://galerie-carolinechapelle.blogspot.fr/

http://www.methodevittoz.ch/index.php?pg=presentation.php (rééducation du « contrôle cérébral« . Cette thérapie s’adresse à la personne entière, physique, morale, intellectuelle et spirituelle. Il ne s’agit pas d’une autocensure rigide, du genre : « Je-me-contrôle ». Il s’agit, tout au contraire, d’une faculté destinée à équilibrer le cerveau inconscient et le cerveau conscient. On comprend alors que cette rééducation agit non sur l’idée mais sur l’organe lui-même : le cerveau.

La rééducation du contrôle cérébral est une méthode de synthèse et de restructuration: entre les deux principales fonctions du cerveau: la réceptivité et l’émissivité, au moyen d’exercices simples et pratiques, que l’on intègre dans la vie courante. Elle est fonctionnelle: elle redonne au cerveau sa souplesse, réactive les fonctions naturelles et ainsi permet de retrouver l’équilibre psychique.

Cette méthode est basée sur le fait que le cerveau ne peut en même temps recevoir et émettre. Il suffit alors d’être dans la réceptivité pour mettre au repos l’autre fonction du cerveau: l’émissivité. Une des particularités de la méthode a été la découverte de « vibration cérébrale » ou « onde cérébrale« .

Le contrôle cérébral : « Le contrôle cérébral est une faculté inhérente à l’homme, destinée à équilibrer le cerveau inconscient et le cerveau conscient. L’équilibre cérébral normal est atteint lorsque chaque idée, impression ou sensation peut être contrôlée par la raison, le jugement, la volonté, c’est-à-dire qu’elle peut être jugée, modifiée ou écartée. »L’émissivité :

L’émissivité, c’est la pensée, le raisonnement. La concentration fait partie de l’émissivité, de même que l’énergie de la volonté.La qualité de l’émissivité est inhérente à celle de la réceptivité : vous aurez plus d’émissivité quand vous aurez plus de réceptivité.La mémoire :

La mémoire n’est pas une faculté, c’est la façon d’enregistrer et elle dépend de l’état de calme et de l’ordre dans le cerveau.

Lire la chroniqueLa réceptivité :La réceptivité est la faculté que nous avons de recevoir par les cinq sens les vibrations du monde extérieur, sans interprétation intellectuelle ou réaction personnelle. Nous sentons au lieu de penser. Dans la réceptivité le cerveau reçoit, accueille consciemment; le mental est au repos.La vibration cérébrale, (ou « onde cérébrale ») :

Le Dr Vittoz avait découvert que le cerveau émet une « onde », ou « vibration », perceptible dans la main du thérapeute. Ses caractéristiques correspondent à la nature de l’activité cérébrale. C’est grâce à cette découverte qu’il put mettre au point sa Méthode. C’est en utilisant cette perception de la vibration cérébrale que le thérapeute va suivre le patient tout au long de la cure.

Un article en préparation sur Informatique, calculabilité, décidabilité, machines

https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9terminisme_(calculabilit%C3%A9) (Le déterminisme comme notion mathématique vit le jour avec la formalisation des mathématiques à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle et devint une notion centrale de la calculabilité avec l’apparition de la théorie des automates au milieu du xxe siècle. L’apparition de l’informatique quantique à la fin du xxe siècle et celle de la conception forte de la thèse de Church-Turing, baptiséethèse de Church–Turing–Deutsch (en), permet de concevoir une synthèse entre le déterminisme calculatoire et le déterminisme physique promus par l’école de la physique numérique dont la proposition « it from bit » est devenu l’emblème)

https://hal.inria.fr/inria-00549416/file/Chapitre_DecidabiliteComplexite.pdf (Décidabilité et Complexité Olivier Bournez, Gilles Dowek, R´emi Gilleron, Serge Grigorieff, Jean-Yves Marion, Simon Perdrix, Sophie Tison)

http://www-irma.u-strasbg.fr/~belaga/CoursED.html (Initiation à l’Algorithmique Avancée : Calculabilité, Complexité, Décidabilité par Édouard BELAGA (publications))

https://philosophiascientiae.revues.org/347  (Physique, information statistique et complexité algorithmique

Pierre Uzan)

http://www.implications-philosophiques.org/implications-epistemologiques/une-approche-quantique-du-probleme-corps-esprit-1/ (par pierre uzan: Une approche quantique du problème corps-esprit)

http://www.anciens-amis-cnrs.com/bulletin/b68/DELAHAYE.pdf (Jean-Paul Delahaye: L’informatique et les mathématiques : une relation passionnée)

ftp://www-bsg.univ-paris1.fr/pub/mse/cahiers2003/B03119.pdf (Machines de Turing et complexité algorithmique Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications)

http://www.mountvernon.fr/Complexite_emergence_systeme_informatiques/Complexite_emergence_systemes_informatiques.pdf (Complexité, émergence, hasard, chaos, irréversibilité, … dans les systèmes informatisés Groupe Émergence, le 10 janvier 2011 J.Printz, Professeur Émérite du Cnam)

http://pierrelaurent.borel.free.fr/accueil/sciences/Kolmogorov/KOLMO.pdf (DEA informatique -physique et calcul, l’exemple du temps par Pierre Laurent BOREL):  Information et physique  Matière Energie Information (shannon, kolmogoroc, chaitin….zurek distance informatique) lien information/hasard temps, flèches (temps, statistique, thermodynamique, radiative, informatique, cosmologique, quantique, microscopique..)

http://wordpress.belhamissi.com/entre-le-certain-et-lincertain-un-siecle-de-controverses-sur-la-fondation-des-mathematiques-et-de-la-physique-ou-une-petite-histoire-un-peu-philosophique-de-lordinateur-2/ (entre le certain et l’incertain, un siècle de controverses sur la fondation des Mathématiques (et de la physique) ou une petite histoire (un peu ) philosophique de l’ordinateur)

http://fr.unionpedia.org/Th%C3%A9orie_de_la_complexit%C3%A9_(informatique_th%C3%A9orique) (La théorie de la complexité est un domaine des mathématiques, et plus précisément de l’informatique théorique, qui étudie formellement la quantité de ressources (en temps et en espace) nécessaire pour la résolution de problèmes au moyen de l’exécution d’un algorithme)

http://intellectica.org/SiteArchives/archives/n35/35_6_Commentaire%20Longo%20MMS.pdf (En marge de l’article de Giuseppe Longo sur Laplace, Turing et la géométrie impossible du « jeu de l’imitation » Mioara Mugur-Schächter)

http://excerpts.numilog.com/books/9782705667269.pdf (Complexité et algorithmique avancée une introduction Ivan Lavallée)

http://olivier.teytaud.pagesperso-orange.fr/publis/serpilliere.pdf (Thèse de Olivier TEYTAUD le 18 décembre 2001 Apprentissage, Réseaux de Neurones et Applications Directeur de thèse : H. Paugam-Moisy)

http://www.automatesintelligents.com/echanges/2005/nov/prob.pdf (PROBABILITES, RELATIVISATIONS DESCRIPTIONNELLES, ET REPRESENTATION DES COMPLEXITES ET DE LEURS MESURES SANS AMPUTATION DU SENS Mioara Mugur-Schächter)

http://www.mathrix.org/zenil/thesisphilo.pdf (Thèse de Hector ZENIL L’APPROCHE ALGORITHMIQUE DE L’ALÉATOIRE Peut-elle expliquer la nature organisée du monde ? Directeur de thèse : M. Jean MOSCONI)

http://www.lmm.jussieu.fr/~sagaut/epistemologie-v14.pdf (Introduction à la pensée scientifique moderne Pierre Sagaut Institut Jean Le Rond d’Alembert Université Pierre et Marie Curie – Paris 6)

liens pour l’article 5: 

https://cours.espci.fr/site.php?id=200&fileid=750 (saut quantique)

http://la-source-des-sagesses.blogspot.fr/2015/03/quest-ce-qu-un-saut-quantique.html (Saut quantique: En physique, un saut quantique est un changement brusque de l’état d’un système quantique de manière pratiquement instantanée, Sauter d’une possibilité à une autre, tout en s’aimant ; vivre dans le Grand Tout tout en respectant le pouvoir créateur de chacun)

. https://www.matierevolution.fr/spip.php?article4285 (la philosophie réaliste d’einstein)

Albert Einstein et Louis de Broglie, ont résisté seuls contre tous. Jusqu’à la fin de leur vie ils ont défendu le déterminisme et l’existence d’une réalité physique indépendante de l’observateur. Ils ont été rejoint par David Bohm à partir de 1952 et par John Bell à partir de 1964. »  Einstein, on le sait, a combattu certaines conclusions scientifiques et philosophiques qu’il estimait être tirées abusivement par les premiers pas de la physique quantique : il leur a reproché de renoncer à la causalité, à la continuité, à la localité, au réalisme philosophique et au déterminisme en faveur d’un probabilisme fondamental et à la notion d’objectivité scientifique, de connaissance de la nature indépendante de l’observateur. Il a refusé de remplacer son concept de réalité par une onde de probabilité de présence…


https://www.matierevolution.fr/spip.php?article3814 (Si l’école de Copenhague de la physique (Bohr, Heisenberg, Born, Jordan, von Neuman, Dirac, Pauli, Fermi, Wigner, Weisskopf, Oppenheimer,…) avait donné le « la » en physique pendant de longues années, affirmant qu’on ne pourra jamais que calculer à partir des expériences sans pouvoir dire ce qui se passe dans la matière ni s’interroger là-dessus, il semble bien que cette affirmation péremptoire doive bientôt être battue en brèche et que l’on va pouvoir, à partir des quanta du vide, particules, antiparticules et bosons virtuels, décrire « ce qui se passe quand… ». On se souvient que la physique dite classique reposait sur de telles descriptions. Mais la découverte du niveau quantique a amené la découverte du quanta, l’impossibilité de descendre en dessous d’un quanta et, du coup, les inégalités d’Heisenberg et l’impossibilité décrétée par Bohr de faire autre chose qu’étudier des expériences, c’est-à-dire des interactions entre le niveau classique (macroscopique) et le niveau quantique (par exemple celui des particules). Cela semblait opposer un mur naturel à la connaissance. L’étude du vide quantique semble devoir donner tort à ce renoncement à la connaissance car nos théories du vide pourraient bien donner une description du niveau quantique sans faire appel au niveau classique, tout en unifiant toute la physique, du niveau le plus grand au niveau le plus petit. Elle pourrait expliquer aussi bien la dualité onde/corpuscule (par exemple dans l’expérience des fentes de Young) que le principe de Pauli (qui empêche la matière de se concentrer) ou la loi des bosons (comme le photon lumineux) qui les amène à se grouper et les empêche d’interagir entre eux. Le vide quantique y est appelé à apparaître pour ce qu’il est : le véritable fondement matériel et unitaire du monde, qui construit aussi bien la matière, que la lumière ainsi que l’espace et le temps. Le vide devrait être le fondement aussi bien de la gravitation que des autres forces, devenant ainsi le principe général unificateur, puisqu’il est source aussi bien des masses, des charges, des interactions, des énergies)

https://www.mathematik.uni-muenchen.de/~bohmmech/BohmHome/files/colloque_de_physique_3.pdf (jean Brickmont: peut-on penser autrement la mécanique quantique?)

http://www.sceptiques.qc.ca/assets/docs/Fortier_MQ.pdf (La physique quantique : un voyage au cœur de la réalité par Daniel Fortier)

http://www.implications-philosophiques.org/actualite/une/les-interpretations-de-la-mecanique-quantique/ (Les interprétations de la mécanique quantique : une vue d’ensemble introductive)

http://vincent.devictor.free.fr/Articles/Devictor_M1.pdf (objectivité, méthode scientifique et communauté scientifique)

http://www.persee.fr/doc/phlou_0035-3841_1966_num_64_84_5357 (objectivité et réalité en mathématiques)

http://les3chevaliers.com/apprendre-lart-la-realite-subjective-de-la-realite-objective/ (L’Art est un mélange de deux aspects : le passé et le présent, le subjectif e t l’objectif. L’ombre et la lumière.)

http://www.philocours.com/disse/diss-theorie.html  (Les théories scientifiques décrivent-elles la réalité I- Les théories scientifiques ne peuvent avoir pour objet de décrire la réalité : le positivisme II- Les théories scientifiques réfèrent-elles à quelque chose d’extérieur ? –Instrumentalisme et réalisme III- Mais, vraiment, les théories scientifiques ne renvoient-elles qu’à l’esprit humain ? –pour un l’instrumentalisme conséquent

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/objective-collapse-la-reduction-du-183100 (la réduction du paquet d’ondes est t-elle une réalité objective?)

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2014/09/03/vers-une-physique-de-linformation/ (vers une physique de l’information. un article du blog d’arxiv sur la théorie de Deusch et Marletto :« L’information est similaire à l’énergie sous cet aspect. Le début de Infinity: Explications qui transforment le monde est une science populaire livre par le physicien David Deutsch. Retour vers la dignité de l’être humain et révolution copernicienne « inversée?

http://www.doublecause.net/index.php?page=physique_de_demain.htm (la physique de l’information et la physique de demain. Dans cet univers le temps et l’espace pourraient finir par être considérées comme des illusions produites par la conscience, comme le suggère l’allégorie de la caverne de Platon ou sa version moderne incarnée par le film Matrix)

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582 (bernard dugué: 2) La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information)

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2011/09/30/big-data-est-ce-que-le-deluge-de-donnees-va-rendre-la-methode-scientifique-obsolete/ (Big Data : est-ce que le déluge de données va rendre la méthode scientifique obsolète? Bienvenue dans l’âge du Petaoctet. L’âge où les informations sont stockées dans les nuages, explique la revue The Edge, qui consacre un excellent dossier à la fin de la science. )

https://fr.wikipedia.org/wiki/Potentiel_quantique élaboré à partir des travaux de David Bohm et de Basil Hiley: C’est  la façon dont une particule quantique pourrait être guidée, dans sa trajectoire, par un « potentiel d’information ». Il permet de transformer la dynamique probabiliste de la particule quantique en une dynamique déterministe. Il est défini comme :{\displaystyle \quad Q=-{\frac {\hbar ^{2}}{2m}}{\frac {\nabla ^{2}R}{R}}}.

liens variables cachées:

https://www.asmp.fr/travaux/gpw/philosc/rapport2/5-Zwirn.pdf (Mécanique quantique et connaissance du réel par Hervé Zwirn)

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01348957/document (Mécanique Quantique : Deux interprétations ? Alexandre Gondran, Michel Gondran

http://automatesintelligent.blog.lemonde.fr/2009/12/04/a-propos-des-variables-cachees-en-physique/ (A propos des variables cachées en physique Entretien avec Michel Gondran Expériences EPR, interaction d’échange et non-localité propos recueillis par Jean-Paul Baquiast 03/12/2009)

https://cercle.institut-pandore.com/physique-quantique/comprendre-theorie-variables-cachees-quantique/  (comprendre la théorie des variables cachées « Dieu ne joue pas aux dés ». Cette phrase prononcée un jour par Albert Einstein est sûrement l’une de ses citations les plus connues… mais elle est pourtant bien mal comprise. Einstein parlait ici de la physique quantique, qui, selon les autres physiciens de l’époque, serait une physique probabiliste et non déterministe)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_De_Broglie-Bohm (L’interprétation de Bohm de la mécanique quantique (abrégée « deBB ») a été formulée en 1952 par le physicien David Bohm. Il s’agit d’un développement de la théorie de l’onde pilote imaginée par Louis de Broglie en 1927. Elle est aussi connue sous les noms d’interprétation ontologique et d’interprétation causale. La théorie de Bohm est souvent considérée comme la théorie quantique à variables cachées de référenceBitbol 1, même si cette description est rejetée par l’ensemble des physiciens bohmiens, dont John S. Bell et d’autres physiciens et philosophes. Elle entend donner une vision réaliste et déterministe de la mécanique quantique, en opposition à l’interprétation de Copenhague)

http://www.revue3emillenaire.com/blog/ma-rencontre-avec-krishnamurti-par-david-bohm/ (david bohm: le dialogue avec krisnamurti)

http://www.elishean.fr/la-conscience-sinscrit-dans-la-theorie-de-non-localite/ (La conscience s’inscrit dans la théorie de non-localité, c’est-à-dire qu’elle ne répond pas aux exigences et aux lois de la physique traditionnelle mais à des lois issues de la physique dite quantique)

http://newsoftomorrow.org/science/nouvellephysique/le-temps-aboli-entretien-de-bohm-avec-krishnamurti (le temps aboli: dialogue bohm krishnamurti. « L’intelligence n’est pas l’aptitude au maniement habile d’arguments, de concepts, d’opinions contradictoires – comme si les opinions pouvaient donner accès à la découverte de la vérité, ce qui est impossible – mais elle consiste à se rendre compte que la mise en actes de la pensée, en dépit de toutes ses capacités, de ses subtilités, et de l’activité prodigieuse qu’elle ne cesse de déployer, n’est pas l’intelligence. » Krishnamurti)

https://krishnamurti-teachings.info/ebooks/fr/pdf/Krishnamurti-1980-le-temps-aboli.pdf (Jiddu Krishnamurti LE TEMPS ABOLI)

http://feynman.phy.ulaval.ca/marleau/pp/03epr/epr_1/epr_1.html (LE PARADOXE EPR ET SES IMPLICATIONS
CONCERNANT LES VARIABLES CACHÉES  avec  
L’interprétation de Bohm 2.1. Présentation générale de l’expérience  2.2. Traitement mathématique 3. Introduction au concept de variables cachées 3.1. L’idée générale  3.2. La première opinion de Bohm4. La théorie des variables cachées de Bohm 4.1. Une critique de la mécanique quantique  4.2. Nouvelle interprétation physique de l’Équation de Schrödinger)

https://www.asmp.fr/travaux/gpw/philosc/rapport2/3-Bricmont.pdf (3- La non-localité et la théorie de Bohm Jean Bricmont)

http://www.krishnamurti-france.org/Le-dialogue-selon-David-Bohm (le dialogue selon David bohm)

http://www.automatesintelligents.com/echanges/2013/avr/conjecture_cordus.html (21 février 2013 par Jean-Paul Baquiast et Christohpe Jacquemin Les modèles théoriques de l’univers La conjecture Cordus)

https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00167125/document (Albert Einstein, David Bohm et Louis de Broglie sur les variables cachées de la mécanique quantique. Michel Paty)

http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/physique-mecanique-quantique-elle-fausse-test-inflation-15567/ (La mécanique quantique est-elle fausse ? Un test avec l’inflation: proposition de test d’une formulation alternative de la mécanique quantique : la théorie de Bohm-de Broglie. Selon un chercheur du Perimeter Institute, et si la théorie de l’inflation est exacte, il suffirait d’analyser en détails les fluctuations du rayonnement de fond diffus pour, peut-être, invalider l’interprétation orthodoxe de la mécanique quantique)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_l’onde_pilote (La théorie de l’onde pilote est une théorie développée par Louis de Broglie dans les années 1926-1927, visant à donner une interprétation à la dualité onde-corpuscule. Cette théorie découle des idées présentées dans sa célèbre thèse de 19241 (voir hypothèse de De Broglie) qui fut à l’origine de la mécanique ondulatoire, et a été présentée en 1927 sous le titre de « théorie de la double solution »2)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_De_Broglie-Bohm (L’interprétation de Bohm de la mécanique quantique (abrégée « deBB ») a été formulée en 1952 par le physicien David Bohm. Il s’agit d’un développement de la théorie de l’onde pilote imaginée par Louis de Broglie en 1927. Elle est aussi connue sous les noms d’interprétation ontologique et d’interprétation causale. La théorie de Bohm est souvent considérée comme la théorie quantique à variables cachées de référenceBitbol 1, même si cette description est rejetée par l’ensemble des physiciens bohmiens, dont John S. Bell et d’autres physiciens et philosophes. Elle entend donner une vision réaliste et déterministe de la mécanique quantique, en opposition à l’interprétation de Copenhague)

http://www.cphi2.org/Portals/4/CR%203%20Oct%202011.pdf  (Collège de physique et de philosophie Séance du 3 octobre 2011: LA THÉORIE DE L’ONDE PILOTE DE LOUIS DE BROGLIE ET DAVID BOHM Exposé de Franck Laloë)

https://www.initiationphilo.fr/articles.php?lng=fr&pg=664  (LE MESSAGE HOLOGRAMMIQUE DE DAVID BOHM I/ DE LA PARTICULE À L’INFORMATION EN PASSANT PAR LE CHAMP L’INFORMATION QUANTIQUE POTENTIELLE ET ACTIVE)

http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2014/oct/monde_quantique.html (Mécanique quantiqueEt si Einstein et de Broglie avaient aussi raison voir:  http://www.automatesintelligents.com/interviews/2009/gondran.html (Expériences EPR, interaction d’échange et non-localité)

http://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/Th%C3%A9orie%20de%20l’onde%20pilote/fr-fr/ (La théorie de l’onde pilote, dite également théorie de la double solution, repose sur une analogie hydro-dynamique de l’équation de propagation de la fonction d’onde, l’équation de Schrödinger)

https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00167125/document (Albert Einstein, David Bohm et Louis de Broglie sur les variables cachées de la mécanique quantique. Michel Paty) 

http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.800.4990&rep=rep1&type=pdf (AN ONTOLOGICAL BASIS FOR THE QUANTUM THEORY D. BOHM, B.J. HILEY and P.N. )KALOYEROU)

l’ordre implicite:

http://www.astrosurf.com/luxorion/bohm-ordreimplicite.htm (une théorie alternative à la physique des particules: l’ordre implicite de david bohm)

http://www.chaouqi.net/index.php?2005/03/13/12-david-bohm-et-lordre-implie (science et conscience: David Bohm, ordre implié et holomouvement)

http://spiralconnect.univ-lyon1.fr/spiral-files/download?mode=inline&data=2134252 (bohm: ordre imoliqué et holomouvement bohm, pibram, Lupasco – Spiral)

http://www.philosophie-spiritualite.com/cours/theorie14.htm (Recherches sur le modèle holographique de l’univers avec Karl Lashley Karl Pribam David Bohm)

http://www.sciences-energetiques.com/articles.php?RecordID=1 (Articles sur l’Énergétique Hologrammique)

https://www.initiationphilo.fr/articles.php?lng=fr&pg=515 (SCIENCE ET PHILOSOPHIE LE MODÈLE DE BOHM ET LA PRESCIENCE DE DESCARTES)

http://www.scientiaestudia.org.br/associac/paty/pdf/paty,m_2002g-phqcausbohm.pdf (Physique quantique et causalité selon Bohm – Analyse d’un cas d’accueil défavorable)

https://www.asmp.fr/travaux/gpw/philosc/rapport2/3-Bricmont.pdf (La non-localité et la théorie de Bohm Jean Bricmont)http://www.uclouvain.be/396951.html Colloque « Peut-on comprendre la mécanique quantique? »

Les 30 novembre, 7 et 14 décembre 2011, le professeur Jean Bricmont fera une série de conférences intitulée « Peut-on comprendre la mécanique quantique ? »

Premier cours:  Jean BRICMONT « La mécanique quantique pose-t-elle un problème ? » 

Second cours Jean BRICMONT « Ce que Bell (1964) et Einstein (1935) ont vraiment dit »  

Troisième cours Jean BRICMONT « Peut-on penser autrement la mécanique quantique? » 

https://thequantumphysics.wordpress.com/acheter-le-livre/ (Comment comprendre la mécanique quantique ?

et si Einsein et de Broglie avaient aussi raison)

livres de bohm:

http://www.gci.org.uk/Documents/DavidBohm-WholenessAndTheImplicateOrder.pdf (bohm: wholeness et ordre impliqué)

bohm livre « sur le dialogue » et https://en.wikipedia.org/wiki/Bohm_Dialogue (bohm: sur le dialogue)

https://www.amazon.fr/Science-Order-Creativity-Dramatic-Creative/dp/0553344498 (Science, Order, and Creativity: A Dramatic New Look at the Creative Roots of Science and Life:               https://en.wikipedia.org/wiki/Science,_Order,_and_Creativity

https://www.amazon.com/Undivided-Universe-Ontological-Interpretation-Quantum/dp/041512185X (The Undivided Universe: An Ontological Interpretation of Quantum Theory)

https://www.amazon.com/Essential-David-Bohm-Lee-Nichol/dp/0415261740 (the essential david bohm : http://cspeech.ucd.ie/Fred/docs/Bohm_2005_.pdf the essential DAVIDBOHM edited by lee nichol)

https://www.amazon.com/Causality-Chance-Modern-Physics-David/dp/0812210026 (Causalité et Chance en physique moderne)

https://www.amazon.com/Creativity-Routledge-Classics-75/dp/0415336406 (bohm: on crativity voir aussi:

https://www.brainpickings.org/2016/12/20/david-bohm-on-creativity/)

http://www.livredepoche.com/les-limites-de-la-pensee-jiddu-krishnamurti-9782253116028 (les limites de la pensée par krishnamurti et bohm)

https://www.amazon.com/Unfolding-Meaning-Weekend-Dialogue-David/dp/0415136385 (Signification « dépliagee de l’ordre implicite: Un week – end du dialogue avec David Bohm)

https://www.amazon.com/Quantum-Theory-Dover-Books-Physics/dp/0486659690 (théorie quantique part david bohm)

https://www.amazon.com/Special-Theory-Relativity-Routledge-Classics/dp/0415404258 (david bohm The Special Theory of Relativity)

https://www.amazon.com/Quantum-Implications-Essays-Honour-David/dp/0415069602 (implications quantiques, un essai de david bohm)

https://www.amazon.com/Bohm-Biederman-Correspondence-Vol-Creativity-Science/dp/0415162254  (Bohm-Biederman Correspondance, vol. 1: Créativité et de la Science)

http://www.hardrainproject.com/changing_consciousness (Changing consciousness David Bohm & Mark Edwards Introduction A consistent theme throughout Hard Rain is the need for a new spirit of co-operation if we are to solve the problems we face)

https://www.amazon.com/Fragmentation-Wholeness-David-Bohm/dp/B0000EE24A (david bohm: fragmentation et intégralité)

liens:

http://www.philipmaulion.com/2017/02/fragilite-du-modele-standard-de-la-cosmologie.html? (fragilité du modèle standard de la cosmologie)

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-folie-quantique-117023 (la folie quantique par kali)

http://www.philamarmotte.com/histoire.htm (Comprendre la relativité et Histoire de la physique Quantique)

http://books.openedition.org/cdf/3662 (collège de france: leibniz et le principe de raison Mots clés :

BouveresseHeideggerPopperprincipe de raison)

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_de_Copenhague_(physique) (l’école de copenhague)

http://theopedie.com/L-argument-cosmologique-est-il-compatible-avec-la-mecanique-quantique.html(L’argument cosmologique est-il compatible avec la mécanique quantique? La mécanique quantique est parfois utilisée comme argument contre l’universalité de la causalité. En effet, la mécanique quantique soulève deux problèmes quant à la causalité : l’indéterminisme lors de l’effondrement d’une onde (dans l’interprétation de Copenhague), et le théorème de l’inégalité de Bell. L’indéterminisme observé lors des transitions quantiques ne contredit pas l’axiome 7 de l’argument cosmologique car nous ne faisons pas l’hypothèse que les causes nécessitent leurs effets)

http://theopedie.com/Quelle-est-la-meilleure-version-de-l-argument-cosmologique.html (Quelle est la meilleure version de l’argument cosmologique ?)

http://www.cornu.eu.org/news/a-la-recherche-de-l-indeterminisme (A la recherche de l’indéterminisme Notes sur  » la querelle du déterminisme « )

http://www.alterinfo.net/La-creation-de-l-univers-a-partir-du-neant_a10926.html (la création de l’univers à partir du néant -Les signes du Coran Mis à part une explication de l’univers, le modèle du Big-Bang a une autre implication importante. Comme Anthony Flex cité ci-dessus le dit, la science a prouvé une affirmation que seules les sources religieuses avaient soutenue jusqu’ici. La vérité défendue par les sources religieuses est celle de la création à partir du néant. En savoir plus sur http://www.alterinfo.net/La-creation-de-l-univers-a-partir-du-neant_a10926.html#bwhMx2p74Rakj4ZL.99 (la création de l’univers à partir du néant)

la relativité: http://www.matierevolution.fr/spip.php?article630 (qu’est-ce que la relativité d’einstein)

http://revolisation.blogspot.fr/2011/02/une-etude-critique-materialiste-de-la.html (Une étude critique (matérialiste) de « La Relativité » de Albert Einstein. Cet ouvrage est une escroquerie, rédigé par un charlatan dépourvu de cohérence et de pertinence. Un salmigondis antimatérialiste contre Isaac Newton, Friedrich Engels et VI. Lénine)

https://blogs.mediapart.fr/sans-faction/blog/200114/toutain-et-la-relativite-pourquoi-il-sest-plante-2-une-erreur-de-niveau-4eme (Toutain et la relativité – pourquoi il s’est planté. 2: une erreur de niveau 4ème)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Libre_arbitre (libre arbitre Le libre arbitre est la faculté qu’aurait l’être humain de se déterminer librement et par lui seul, à agir et à penser, par opposition au déterminisme ou au fatalisme)

https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00872968/document (Relier la mécanique quantique et la relativité générale ? Réflexions et propositions par Bernard Guy)

luminet et l’univers holographique:

http://www.dubigbangauvivant.com/index2.html

L’univers holographique vu par Jean-Pierre luminet (l’univers est t-il holographique?)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/07/27/lunivers-holographique-1/ (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (1) : LE PARADOXE DE L’INFORMATION)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/08/07/lunivers-holographique-2-gravite-quantique-facon-theorie-cordes/ (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (2) : LA GRAVITÉ QUANTIQUE FAÇON THÉORIE DES CORDES)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/08/20/lunivers-holographique-3-de-lentropie-a-lhypothese-holographique/ (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (3) : DE L’ENTROPIE À L’HYPOTHÈSE HOLOGRAPHIQUE)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/09/13/lunivers-holographique-4-conjecture-de-maldacena/ (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (4) : LA CONJECTURE DE MALDACENA)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/09/22/lunivers-holographique-5-quete-dualites/ (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (5) : LA QUÊTE DES DUALITÉS)

http://blogs.futura-sciences.com/luminet/2016/10/18/lunivers-holographique-6-black-holism / (L’UNIVERS HOLOGRAPHIQUE (6) : BLACK HOLISM)

http://pranique.com/luniverolografic.html (l’univers holographique vu par alain aspect et david bohm)

http://www.gurumed.org/2015/04/29/vivons-nous-dans-un-hologramme-notre-univers-sy-prte/ (Vivons-nous dans un hologramme ? Notre univers s’y prête…)

liens pour l’article 4:

La sélection naturelle cosmologique    sélection naturelle cosmologique (cosmogate .free.fr)

S N C     http://ljaeger.ibnogent.org/uploads/articles/0803.smolin.pdf (la sélection naturelle cosmologique)

http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2015/153/multivers.htm (lee smolin et l’hypothèse du multivers) http://www.drgoulu.com/2015/01/28/la-renaissance-du-temps/#.WDVRZ9ThA_6 (dr goulu: la renaissance du temps 1/2)

http://www.drgoulu.com/2015/12/31/la-renaissance-du-temps-22/ (la renaissance du temps 2/2)

http://medias.dunod.com/document/9782100706679/Feuilletage.pdf (la renaissance du temps Dunod: feuilletage)

http://www.drgoulu.com/2008/12/24/la-nature-du-temps-2/#.WDV7KdThA_4 (dr goulu la nature du temps et l’univers-bloc)

http://guillemant.net/index.php?cate=articles&part=physique_temps&page=Le_temps_existe-t-il.htm#deb(philippe guillement: Le temps existe-t-il ? Ce qu’en disent les physiciens Le futur influence-t-il le présent ? Peut-on changer le passé ? Peut-on changer le passé ?)

http://www.doublecause.net/index.php?page=Thibault_Damour.htm (double causalité, thibaud damour , le temps et l’univers-bloc)

http://www.danielmartin.eu/Physique/Inflation.pdf (Inflation, Big Bang et Multivers L’Univers selon nos connaissances début 2014 Mise à jour : 19/08/2016)

http://ipag.osug.fr/~desertf/cosmologie/cours/coursv2.pdf (cours de cosmologie)

http://www.apc.univ-paris7.fr/APC_CS/fr/la-cosmologie (laboratoies astroparticules & cosmologie: la cosmologie)

https://amis-univ-reunion.fr/wp-content/uploads/2015/02/Univers-origine-et-%C3%A9volution.pdf (Univers : origine et évolution Les récents développements autour de la cosmologie et de la gravité quantique par Laurent Gautret , docteur en astrophysique. Transposons cela à la théorie de Sélection naturelle cosmique :  Ce qu’on appellera l’espèce dominante (on l’espère), c’est la famille des univers porteurs de vie, c’est-à-dire ayant une Energie noire viable (valeur faible positive, proche de 0, comme la nôtre). La capacité à se reproduire en de nouveaux univers c’est la présence de Trous noirs, dans l’hypothèse Big-Bounce vue précédemment : effectivement des Univers tels que le nôtre possèdent des trous noirs.  L’abondance de progéniture et donc de géniteurs dans notre type d’Univers, relativement à des Univers non viables : pour cela il nous faudrait avoir des indices comme quoi les Univers à faible Λ génèrent plus de trous noirs que les Univers autres. A ce sujet il est clair que dans l’immense gamme des valeurs de Λ de 0 à 10120, c’est la gamme des faibles valeurs de Λ qui sont capables de produire des trous-noirs. Néanmoins il n’y a pas encore consensus sur le faite que notre valeur précise de Λ serait un optimum. Il y a donc a minima une réduction drastique de la gamme des Univers possibles dans le cadre de la CNS.  Transmission de caractères héréditaires (en ce qui concerne les Univers, les caractères héréditaires ne sont pas l’ADN mais la valeur des constantes universelles, en particulier Λ). On ne sait rien de ce que peuvent être ces mécanismes : en quoi un Trou noir connaissant un Big-Bounce ferait-il varier Λ dans l’Univers qu’il génère ? Cette hérédité doit être suffisamment stable pour que la filiation d’Univers viables soit efficace, mais elle ne doit pas être trop stricte, sinon comment expliquer une convergence progressive vers les bonnes valeurs de Λ, au cours de l’Evolution du Multivers ?)

lien inflation cosmique:

http://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/Inflation%20cosmique/fr-fr/ (L’inflation cosmique est un modèle cosmologique s’insérant dans le paradigme du Big Bang lors duquel une région de l’universcomprenant l’univers observable a connu une phase d’expansion très violente qui lui aurait permis de grossir d’un facteur considérable : au moins 1026 et probablement immensément plus (de l’ordre de 101000000, voire plus encore dans certains modèles). Ce modèle cosmologique offre, à la fois, une solution au problème de l’horizon ainsi qu’au problème de la platitude. Cette phase d’expansion se serait produite très tôt dans l’histoire de l’univers, à l’issue de l’ère de Planck, ou relativement peu après (de l’ordre de 10-35 seconde) l’ère de Planck. À l’issue de l’inflation, l’univers était encore extrêmement dense et chaud. On pense que sa masse volumique devait être de l’ordre de 1086, voire 1094 kilogrammes par mètre cube, et sa température de 1026, voire 1028 degrés)

liens sélection naturelle cosmologique ( S.N.C. ):

https://tkececi.files.wordpress.com/2009/12/the-life-of-the-cosmos.pdf (the life of the cosmos lee smolin, texte)

http://www.crm.umontreal.ca/~durand/carnetsinsolites_extrait5a208.pdf (1. La sélection naturelle de Darwin s’appliquerait à l’échelle du cosmos 2. Notre société pourrait s’effondrer du jour au lendemain 3. Le libre arbitre est une illusion 4. Nous pourrons augmenter notre créativité sur commande 5. L’Univers semble ajusté pour que la vie y apparaisse 6.La réalité est-elle bien réelle ? 7. Les ordinateurs du futur seront prodigieux. 8. Vous pourriez avoir un cerveau de rechange 9. Votre vieillissement pourrait être ralenti 10. Vous disposerez d’un album de tous vos rêves 11. Vous pourriez bientôt sauvegarder tous vos souvenirs 12. Il existerait des milliards d’univers 13. Les sauts dans le futur seront possibles 14. Pourra-t-on un jour se téléporter? 15. Les ordinateurs vont devenir plus intelligents que nous 16. Il sera possible de créer un univers en laboratoire 17. Notre Univers pourrait avoir dix dimensions 18. Il sera possible d’augmenter son intelligence sur commande 19. Toute notre mémoire tiendrait sur une clé USB. Le monde matériel n’est qu’une chimère)

http://ljaeger.ibnogent.org/uploads/articles/0803.smolin.pdf (lee smolin: les lois issues de l’évolution)

http://www.gurumed.org/2013/05/09/thorie-et-si-lunivers-tait-fait-pour-crer-des-trous-noirs/ (et si l’univers était fait pour créer des trous noirs?

https://arxiv.org/ftp/gr-qc/papers/0205/0205119.pdf (Is there a Darwinian Evolution of the Cosmos? Some Comments on Lee Smolinüs Theory of the Origin of Universes by Means of Natural Selection par Ru diger Vaas)

http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/univers-visitez-multivers-max-tegmark-inflation-eternelle-54426/ (max tegmark; l’inflation éternelle)http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/espace-planck-t-il-vu-traces-multivers-eternel-48904/ (planck a t-il vu des traces du multivers éternel?)

http://automatesintelligent.blog.lemonde.fr/2009/06/17/lee-smolin-contre-le-multivers-le-temps-retrouve/ (Lee Smolin. Contre le multivers. Le temps retrouvé (Article. Contre l’hypothèse du multivers.

Lee Smolin ou le temps retrouvé) par Jean-Paul Baquiast 17/06/2009)

http://www.automatesintelligents.com/echanges/2014/avr/vide_cosmologique.html (par Jean-Paul Baquiast: Du vide cosmologique aux mythes sur l’éternité)

https://blogs.mediapart.fr/jean-paul-baquiast/blog/120414/du-vide-cosmologique-aux-mythes-sur-leternite (Du vide cosmologique aux mythes sur l’éternité 12 AVR. 2014 PAR JEAN-PAUL BAQUIAST)

http://www.lacosmo.com/anthro.html (REMARQUES SUR LE PRINCIPE ANTHROPIQUE par Christian Magnan Collège de France, Paris Université de Montpellier II)

http://www.editions-bayol.com/PMF/anthropique.php (le rejet du principe anthropique par christian magnan)

http://wasdarwinwrong.com/kortho17.htm (le principe anthropique, un examen par Gert Korthof

http://www.astrosurf.com/luxorion/principe-anthropique.htm (le principe anthropique par astrosurf.com)

http://luth2.obspm.fr/~luthier/carter/trav/CielEspace.pdf (brandon carter et le principe anthropique)

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2266 (le principe anthropique (rem. Steven Weinberg avait d’ailleurs estimé il y a plus de trente ans que la constante cosmologique devait avoir une valeur très petite car si elle était plus grande, l’Univers n’aurait pas pu produire d’étoiles ou de galaxies. Il déduisait une valeur très proche de celle que l’on a observée quinze ans plus tard ! On peut donc considérer que c’était une véritable « prédiction anthropique »))

http://www.lps.ens.fr/~santolin/Publications_files/rapportLOPHISS.pdf (Le Principe Anthropique La place de l’homme dans l’Univers – It is not only that man is adapted to the universe. The universe is adapted to man. John Archibald Wheeler)

http://oncle-dom.fr/idees/anthropique/anthropique.htm (le principe anthropique – La « contrainte anthropique », elle, permet d’éviter les fausses questions, du genre « par quel miracle sommes nous là ». Des questions qui relèvent de la confusion entre probabilités a priori et a postériori. Nous allons en examiner quelques exemples)

http://protostarmonsite.blogspot.fr/2013/05/lunivers-pourrait-avoir-ete-porte.html#.WIC6t9ThA_4 (l’univers pourrait avoir été porté à l’intérieur d’un trou noir)

http://www.academia.edu/20848579/Le_Principe_Anthropique_-_La_place_de_lhomme_dans_lunivers (marc santolini sous la direction de marc lachièze rey: le principe anthropique et des considérations épistémologiques et philosophiques)

http://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/anthropic.html (Le principe anthropique est une croyance 3 selon laquelle il est presque impossible que certains facteurs, qui étaient présents lors des premiers instants de l’univers et qui semblent avoir été réglés de façon à produire un univers pouvant soutenir des formes de vie avancées, puissent être le fruit du hasard. Cette croyance constitue pour certains une preuve que l’univers fut créé par un être puissant et intelligent (probablement nommé Dieu). Si la masse de l’univers et les intensités relatives des quatre forces fondamentales (électromagnétique, gravitationnelle et forces nucléaires forte et faible) étaient différentes ou n’étaient pas « réglées » aussi « précisément » pour leur permettre d’interagir comme elles le font présentement, l’univers tel qu’on le connait n’existerait pas. Un équilibre fragile entre les constantes physiques est « requis afin que le carbone et les autres éléments chimiques au-delà du lithium dans le tableau périodique puissent subir des réactions dans les étoiles ».* En résumé, beaucoup de choses différentes ont dû se passer afin que nous existions (les soi-disant « coïncidences anthropiques »). Certains physiciens trouvent étrange, apparemment, que nous n’existions qu’à l’instant même de l’histoire où nous puissions exister)

http://www.asmp.fr/travaux/gpw/philosc/rapport1/anthropique.pdf (Le principe anthropique – Débat Intervenants : Bernard d’Espagnat, Jean-Michel Alimi, Trinh Xuan Thuan, Jean Bricmont, Jacques Vauthier, Bassarab Nicolescu, Pierre Perrier, Lucien Israël, Hervé Zwirn, Bruno Guiderdoni, Jean Staune, Jean-François Lambert et Éric Bois)

https://inspirehep.net/record/1089144/references (liste de références: A Perspective on the landscape problem – Smolin, Lee Found.Phys. 43 (2013) 21 arXiv:1202.3373 [physics.hist-ph] )
http://lpsc.in2p3.fr/barrau/aurelien/multivers_lpsc.pdf (Quelques éléments de physique et de philosophie des multivers) 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Densit%C3%A9_critique (La densité critique {\displaystyle \rho _{\rm {c}}\equiv {\frac {3c^{2}H^{2}}{8\pi G}}}  ,{\displaystyle \rho _{\mathrm {c} }={\frac {3H^{2}}{8\pi {G}}}}Equations de la relativité géhérale: équations de Friedmann-Lemaître.{\displaystyle \left({H^{2}}+{\frac {Kc^{2}}{a^{2}}}\right)={\frac {8\pi G}{3c^{2}}}\rho } H est le taux d’expansion (dont la dimension est l’inverse d’un temps), K/a2 la courbure spatiale, \rho  la densité d’énergie, c la vitesse de la lumière et G la constante de Newton.

http://www.counterbalance.org/cq-jpsw/index-frame.html (Stephen Weinberg et John Polkinghorne . Engagés dans une discussion sur les questions de la science et de la religion et de la conception)

http://law2.umkc.edu/faculty/projects/ftrials/conlaw/weinberg.html (S. Weinberg à propos de la science et de la religion)

https://arxiv.org/pdf/hep-th/0407213.pdf (Scientific alternatives to the anthropic principle Lee Smolin)

Abhay Ashtekar: New variables for classical quantum gravity

Ted Jacobson et Lee Smolin: Nonperturbative quantum geometries par Daniel Krefl

Non perturbative quantum geometries par Daniel Krefl

Carlo Rovelli et Lee Smolin: Knot Theory and Quantum Gravity

Thomas Tiemann: Quantum Spin Dynamics (QSD): II The Kernel of the Wheeler-DeWitt Constraint Operator.

les équations de strominger: https://en.wikipedia.org/wiki/Strominger’s_equationshttps://sciencetonnante.wordpress.com/2015/07/06/cosmologie-3-la-constante-cosmologique/ (la constante cosmologique)
http://www.cpt.univ-mrs.fr/~cosmo/EcoleCosmologie/DossierCours9/Bernardeau.pdf(de la constante cosmologique à l’énergie noire)
http://www.matierevolution.fr/spip.php?article3650 
(L’Histoire à l’envers – Le « Principe Anthropique », celui d’un monde conçu d’avance pour produire la matière des galaxies de façon à rendre possibles la vie, l’homme et sa conscience…Lee Smolin dans « Rien ne va plus en physique » )

Autres liens: 

Liens mon article 3:

liens symétrie:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sym%C3%A9trie_(physique) (symétrie)

https://philosophiascientiae.revues.org/787 (Principes d’invariance et lois de la nature d’après Weyl et Wigner par Christophe Eckes)

http://feynman.phy.ulaval.ca/marleau/pp/10cpt/sym_fondamentales.html (symétries P C T)
http://www.phys.ens.fr/cours/notes-de-cours/fl-dea/chap-1.pdf (les transformations de symétrie en mécaniques classique et quantique)

http://webinet.blogspot.fr/2009/09/le-theoreme-de-noether-couteau-suisse.html (Le théorème de Noether: couteau suisse de la physique)

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article1635 Quel rôle joue la symétrie dans la nature ? par Robert Paris: La symétrie dévoile l’existence de lois au sein de l’apparent désordre général de la nature)

http://www.matierevolutioner/Cours/M1_09/chap3.pdf (brisure spontanée de symétrie)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9or%C3%A8me_de_Noether_(physique) (Le théorème de Noether exprime l’équivalence qui existe entre les lois de conservation et l’invariance des lois physiques en ce qui concerne certaines transformations (typiquement appeléessymétries)

http://physiquepcsimoreggia.hautetfort.com/media/02/01/3951904845.pdf (symétries et invariance, théorème de gauss)

https://www.phys.ens.fr/~dbernard/Publications/PolyGroupSym2012.pdf (D. BERNARD, Y. LASZLO et D. RENARD ELÉMENTS DE THÉORIE DES GROUPES ET SYMÉTRIES QUANTIQUES)

http://www.fsr.ac.ma/cours/chimie/jouhari/ELJouhariTheorieGroupes.pdf (théorie des groupes)

https://etudesplatoniciennes.revues.org/269 (Un univers excessivement mathématique : Platon et la cosmologie moderne Les leçons de l’histoire Les défis de la cosmologie scientifique Une cosmologie purement mathématique ? Sauver les phénomènes, ou se sauver ? Une sensibilité cosmique Les leçons de la cosmologie spéculative)

http://blog.rechercheshumanistes.org/tag/jean-francois-robredo/(Le Big Bang, mythe? : écoutez l’entrevue!

par Mario)

.fr/spip.php?article606  (La rupture de symétrie est devenue une image reconnue depuis qu’elle décrit l’évolution de la matière et de l’univers. En fait, elle est aussi une constatation de notre vie de tous les jours)

http://www.implications-philosophiques.org/actualite/une/face-a-face-avec-la-symetrie-12/ (face à face avec la symétrie 1/2)

http://www.implications-philosophiques.org/actualite/une/face-a-face-avec-la-symetrie-22/ (face à face avec la symétrie 2/2)

http://lewebpedagogique.com/physique/quest-ce-que-la-brisure-de-symetrie/ (La symétrie des objets naturels (les flocons de neige, certaines fleurs) a quelque chose de fascinant car relativement rare. Lorsqu’on parle de symétrie en physique, il ne s’agit pas de celles des objets naturels. Il s’agit en fait de la symétrie des lois de la physique. Mais que vient faire la symétrie dans ces lois ?)

http://www.lpthe.jussieu.fr/~zubhttp://lastethese.free.fr/node1.html (la physique des particules)

Autres liens:

https://www.contrepoints.org/2015/01/30/196215-la-renaissance-du-temps (Une recension du dernier ouvrage de vulgarisation du spécialiste de physique théorique Lee Smolin par Philippe Guglielmetti (Le site de l’auteur))

http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2013/136/smolin.htm (par Jean-Paul Baquiast: Time Reborn: From the Crisis in Physics to the Future of the Universe)http://bdugue.typepad.com/a/2015/04/la-relativit%C3%A9-et-les-sciences-en-crise-quelle-est-cette-r%C3%A9volution-qui-advient.html  (La relativité et les sciences en crise. Quelle est cette révolution qui advient ? par bernard dugué)

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/en-finir-avec-la-relativite-181663 (En finir avec la relativité générale ! Du séisme scientifique aux enjeux politiques et religieux avec la nouvelle théorie de la Matière par bernard dugué)

https://www.unil.ch/philo/files/live/sites/philo/files/shared/philosophie_des_sciences/enseignement/bachelor_unil/Cours-nature-ch6.pdf (La théorie de la relativité générale et le statut ontologique de l’espacetemps ch. 6)

http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-nature-de-l-espace-temps-une-decouverte-qui-pourrait-bouleverser-la-physique-moderne-78576061.html (Nature de l’Espace-Temps : Une découverte qui pourrait bouleverser la physique moderne. Des théories suggèrent que la nature quantique de l’espace-temps devrait se manifester à l’échelle de Planck Des théories suggèrent que la nature quantique de l’espace-temps devrait se manifester à l’échelle de Planck (10-35m). Cependant, les observations de Integral qui sont environ 10 000 fois plus précises que les précédentes montrent que la granularité de l’Espace-temps devrait se situer à une échelle de 10-48m ou moins.« C’est un résultat très important en physique fondamentale et il exclura certaines théories des cordes et théories de gravitation quantique à boucles » a déclaré le Philippe Laurent)

http://www.philipmaulion.com/article-bouts-de-chemin-124135271.html (trois exemples sont illustrés par des rencontres avec les positions de Max Tegmark qui sont exprimées dans une interview dans ‘La Recherche’ de juillet-aout 2014 : « La Réalité n’existe pas », ensuite avec Lee Smolin dont son livre « La Renaissance du Temps » vient d’être publié en français chez Dunod, enfin avec Jean-François Robredo (philosophe et historien des sciences) qui vient de publier un livre : « Le Big Bang est-il un Mythe ? »)

http://densite-zero.e-monsite.com/blog/articles/la-theorie-du-dedoublement-jean-pierre-garnier-malet.html   (La théorie du dédoublement – Jean-Pierre Garnier Malet)

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/en-finir-avec-la-relativite-181663 (bernard dugué: en finir avec la relativité générale! Du séisme scientifique aux enjeux politiques et religieux avec la nouvelle théorie de la matière)

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/einstein-bouscule-par-de-jeunes-152944 (bernard dugué: Einstein bousculé par de jeunes physiciens : la dynamique des configurations, interprétation du principe de Mach (ni espace ni temps absolu ; tout est relation) par Julian Barbour selon lequel la gravité pourrait être reformulée comme une théorie dynamique des formes géométriques tridimensionnelles, la relativité du temps a été remplacée par la relativité d’échelle)

http://lepaysoeuvredart.ca/index.php/2016/11/03/wow-t2-7k-dans-la-foulee-des-recherches-cosmologiques-et-quantiques-du-physicien-britannique-julien-barbour/ («WOW-T=2.7K?»… DANS LA FOULÉE DES RECHERCHES COSMOLOGIQUES ET QUANTIQUES DU PHYSICIEN BRITANNIQUE JULIEN BARBOUR)

http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2015/153/multivers.htm (Lee Smolin postule que l’Univers est unique et qu’il existe un Temps, également unique, dans lequel s’inscrivent les lois fondamentales de la physique et les phénomènes ayant donné naissance à notre univers)

http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2014/oct/univers_est_il_unique.html (L’Univers est-il unique ? Ou non ?Et notre cerveau, quel est-il ? Présentation de 3 ouvrages: Aurélien Barrau Des univers multiples. A l’aube d’une nouvelle cosmologie, Carlo Rovelli Et si le Temps n’existait pas, Roberto Mangabeira Unger et Lee Smolin, The Singular Universe and the Reality of Time)

http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2006/fev/bioscom.html (bioscom, la nouvelle théorie scientifique de l’évolution. L’hypothèse anthropique: Mais pourquoi l’univers s’est-il construit ainsi, bien avant que la vie et que l’homme soient possibles ? Etait-il déjà programmé, dès le Big Bang ou même avant, pour pouvoir héberger la vie ? Les lois et constantes de la nature sont constamment rebattues à cette occasion, comme un jeu de cartes. En termes de probabilités, si l’on raisonne sur des séries de tailles presque illimitées, il n’y a aucune raison de penser qu’un univers, même aussi complexe que le nôtre, n’aurait pas pu émerger. Il n’y aurait, selon les calculs de Leonard Susskind, un des pères de la théorie des cordes, qu’une chance sur 10 puissance 500 pour qu’un tel événement se produise. Des explications qui n’expliquent rien Or pour James Gardner, ces deux façons d’expliquer pourquoi les constantes de l’univers paraissent miraculeusement adaptées à l’apparition de la vie et de l’intelligence n’expliquent rien. Les biocosmos Il se place ainsi dans une perspective darwinienne en l’appliquant à un méta-cosmos comportant des univers en évolution soumis à une compétition darwinienne pour la survie du plus apte. Il ne s’agirait plus alors de décrire l’apparition de formes de vie de plus en plus complexes  Des bébés-univers plus intelligents que leurs géniteurs)

Dans le site,philipmaulion.com: avec trois exemples je vais montrer qu’il peut arriver de partager le point de vue de physiciens sur un sujet spécifique alors que sur tout le reste on peut être en complet désaccord. rencontres avec les positions de Max Tegmark qui sont exprimées dans une interview dans ‘La Recherche’ de juillet-aout 2014 : « La Réalité n’existe pas », ensuite avec Lee Smolin dont son livre « La Renaissance du Temps » vient d’être publié en français chez Dunod, enfin avec Jean-François Robredo (philosophe et historien des sciences) qui vient de publier un livre : « Le Big Bang est-il un Mythe ? »

liens « la renaissance du temps.

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-renaissance-du-temps-pour-en-151868 (par Bernard Dugué (La renaissance du temps : pour en finir avec la crise de la physique ?)

http://oiapmm.neowordpress.fr/2015/08/10/la-renaissance-du-temps/ (Claude Hespel, métaphysicien dans la revue Espace et Astrophysique de Juillet 2015)
https://sciencetonnante.wordpress.com/2012/05/14/la-plus-grosse-erreur-de-toute-lhistoire-de-la-physique/ (la plus grosse erreur de toute l’histoire de toute la physique. l’énergie du vide, si on compare le calcul fait en physique quantique à la valeur mesurée en astrophysique, on se rend compte que les deux diffèrent d’un facteur « 10 puissance 120 ». pourquoi est-elle si petite (en pratique), alors qu’elle devrait être si grosse (en théorie) ?)

http://www.revue-klesis.org/pdf/Loth-Klesis.pdf (POURQUOI LA PHILOSOPHIE DE L’ESPRIT ? François Loth (Université de Rennes I))

http://www.francoisloth.com/ (françois loth: métaphysique, ontologie, esprit) 
http://www.les-philosophes.fr/kant-critique-de-la-raison-pure/Page-10.html (Voici comment est définie la sensibilité : la capacité de recevoir (réceptivité) des représentations par la manière dont nous sommes affectés par des objets s’appelle sensibilité. Tandis que l’intuition qui se rapporte à l’objet à travers une sensation s’appelle empirique.)

http://www.les-philosophes.fr/kant-critique-de-la-raison-pure/Page-2.html (Sans ces concepts purs de l’entendement, aucune expérience ne serait possible. Aucun objet ne nous apparaîtrait. Ce sont les conditions de toute expérience possible. Ils ne sont donc pas formés grâce à l’expérience, c’est bien au contraire grâce à eux qu’une expérience se forme. C’est pourquoi ce sont des concepts a priori. Il y a donc un ensemble de concepts a priori, qui constituent la forme de notre entendement, et c’est ce que n’ont pas vu les empiristes).
http://seulsdanslecosmos.hautetfort.com/tag/seau+de+newton (expérience de pensée, le seau de newton) 

http://www.astrosurf.com/luxorion/cosmos-quantique.htm(la cosmologie quantique -l’univers à l’échelle de planck)

http://www.astrosurf.com/luxorion/cosmos-quantique2.htm (la cosmologie quantique -l’instabilité du vide)

http://www.astrosurf.com/luxorion/cosmos-quantique3.htm (la cosmologie quantique et les multivers)
http://www.astrosurf.com/luxorion/cosmos-quantique4.htm (la cosmologiq quantique -les classes d’équivalence d’histoires)

http://www.astrosurf.com/luxorion/cosmos-quantique5.htm (la cosmologie quantique -de l’utilité du temps imaginaire) http://physique.quantique.free.fr/chapitre%2012.htm (les 4 interactions fondamentales tentative d’unification)  

https://actualite.housseniawriting.com/science/2016/07/28/un-debat-sur-la-physique-du-temps/16984/ (débat sur la physique du temps: Selon nos meilleures théories de la physique, l’univers est un bloc fixe où le temps ne fait que passer. Mais quelques physiciens veulent remplacer cet univers-bloc avec une théorie physique du temps)

http://www.einstein-online.info/spotlights/causal_sets (Géométrie de l’ordre: des ensembles de causalité)

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-univers-est-il-unique-ou-non-et-160727 (L’Univers est-il unique ? Ou non ? Et notre cerveau, quel est-il ? par Automates Intelligents (JP Baquiast))

liens mon article 2: 

https://www.jp-petit.org/science/smolin/SmolinLivre.pdf (Sur le livre de Lee Smolin Michel Mizony juillet 2007) https://www.unil.ch/files/live/sites/philo/files/shared/philosophie_des_sciences/Lam/Aspects_structuraux_de_l_espace-temps.pdf (Aspects structuraux de l’espace-temps dans la théorie de la relativité générale par Vincent Lam Université de Lausanne) 
http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/histoire-gravite-1-Aristote-Descartes.xml (Pourquoi les corps tombent-ils ? Une histoire de la gravité d’Aristote à Einstein (1/3))

http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/histoire-gravite-2-Hooke-Newton.xml  (Pourquoi les corps tombent-ils ? Une histoire de la gravité d’Aristote à Einstein (2/3))

http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/histoire-gravite-3-Huygens-Einstein.xml (Pourquoi les corps tombent-ils ? Une histoire de la gravité d’Aristote à Einstein (3/3))

http://www.lesaviezvous.net/nature/animaux/de-nombreuses-cultures-croient-que-la-terre-repose-sur-le-dos-dune-tortue-geante.html (de nombreuses cultures croient que nous vivons sur le dos d’une tortue géante)

http://www.sartoretti.org/display.php?id1=1786 (Les premiers maîtres de la gravitation D’Aristote à Poincaré, il a fallu des siècles pour tirer de l’observation des pommes qui tombent une description mathématique de leur chute. Et parvenir enfin à une théorie scientifique)

http://www.aim.ufr-physique.univ-paris7.fr/CHARNOZ/homepage/GRAVITATION/gravitation.html   (L’HISTOIRE DU CONCEPT DE GRAVITATION Par Sébastien Charnoz )
http://www.la-bible-sur-le-net.org/etudes/La_bible/labible13.htm (Les hindous se figuraient que la terre reposait sur plusieurs fondements successifs : D’abord sur quatre éléphants, les éléphants sur une tortue géante, et la tortue sur un gigantesque serpent enroulé qui flottait sur les eaux de l’univers)
https://www.cairn.info/revue-de-metaphysique-et-de-morale-2004-3-page-399.htm (marc lachièze-rey: cosmologie scientifique)

http://www2.iap.fr/users/pitrou/publi/tapuscrit.pdf (Thèse Cyril PITROU: Dynamique non-linéaire et anisotropie primordiale en cosmologie)

http://lptms.u-psud.fr/nicolas_pavloff/files/2010/03/cours_cmplx.pdf (champ moyen et théories effectives)

http://itp.epfl.ch/webdav/site/itp/users/114207/public/RelGen-v3.pdf (Prof. Hervé Kunz Institut de Théorie des Phénomènes Physiques Faculté des Sciences de Base, Physique CH-1015 Lausanne)


relativité générale:

http://etienneklein.fr/wp-content/uploads/2016/05/coursRG-version-10-mai-2016.pdf (dans etienneklein.frINTRODUCTION A LA RELATIVITE GENERALE Luc BLANCHET GRεCO, Institut d’Astrophysique de Paris, UMR 7095 du CNRS, Université Pierre & Marie Curie)

https://hal.archives-ouvertes.fr/cel-00092961/document (relativité générale pour débutants)

http://www-cosmosaf.iap.fr/MIT-RG1F.pdf (Cours de Relativité Générale D’après “ lecture notes on General relativity ” De Sean M. Carroll http://preposterousuniverse.com/grnotes)

http://itp.epfl.ch/webdav/site/itp/users/114207/public/RelGen-v3.pdf (Relativité Générale Prof. Hervé Kunz Institut de Théorie des Phénomènes Physiques)

http://www.bourbaphy.fr/damour4.pdf (séminaire poincaré: La Relativité générale aujourd’hui Thibault Damour Institut des Hautes Etudes Scientifiques)

http://homepages.ulb.ac.be/~gbarnich/Relatgene.pdf (Introduction à la relativité générale par Christiane Schomblond et Glenn Barnich Universit´e Libre de Bruxelles)


autres liens: https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01165379/document (Géométrie des espaces de tenseurs Une approche effective appliquée à la mécanique des milieux continus par Marc Olive)

problème des neutrinos solaires: Le problème des neutrinos solaires est apparu récemment avec la création de structures permettant la détection des neutrinos, et en particulier Super-Kamiokande dans les années 1990 au Japon.

Résolution du problème:  Il provient d’une quantité trop faible de neutrinos détectés par rapport à la valeur théorique

Le problème du manque de neutrinos solaires détectés est à présent attribué à des oscillations des neutrinos. La physique quantique prédit en effet la possibilité que les neutrinos puissent changer de nature (‘osciller’), si leur masse n’est pas rigoureusement nulle, c’est-à-dire qu’un neutrino électronique puisse spontanément au bout d’un certain temps se transformer en neutrino muonique ou tauique, et vice-versa, ceci même dans le vide. Le déficit en neutrinos électroniques détectés serait donc dû selon cette hypothèse au fait que parmi les neutrinos émis par le soleil, tous de type électronique, un certain nombre se transformerait pendant le trajet Soleil-Terre en neutrinos muoniques ou tauiques, que les détecteurs actuels ne perçoivent pas.

Accessoirement la validation de ce phénomène dit d’oscillation a par ailleurs conduit à déduire que le neutrino a bien une masse non nulle.

https://www-fourier.ujf-grenoble.fr/~faure/enseignement/meca_q/cours_chap8.pdf (méthodes d’approximation, résolution approchée)

La renaissance du temps article 11 (chapitre 18: infinité de l’espace ou infinité du temps?)


La renaissance du temps article 11 (chapitre 18: infinité de l’espace ou infinité du temps?)

J’écris mon blog pour partager ma soif de connaissances, mes réflexions et mes passions et mes lectures. Dans ces articles, je voudrais partager « ma lecture » du livre de Carlo Rovelli « par-delà le visible ». Ecrire ce que je retiens de mes lectures me permet de réfléchir à la compréhension que j’en ai. je mets entre guillemets les passages qui me semblent importants ou qui me frappent. Et par dessus tout je fais des recherches sur internet pour compléter ma lecture avec le maximum de liens que souhaite responsables, qui permettent aux lecteurs d’approfondir la connaissance du sujet.   

 https://fr.artquid.com/artwork/432029/ruban-du-temps-infini-inter-galactique.html

The singular universe and the reality of time

Autres liens:

 http://www.philipmaulion.com/article-bienvenu-au-moment-present-de-lee-smolin-117515126.html: Bienvenue au ‘Moment Présent’ de Lee Smolin.

http://www.philipmaulion.com/2017/05/emergence-pourquoi-les-physiciens-recourent-ils-a-cette-notion.htm:l Emergence : pourquoi les physiciens recourent-ils à cette notion ?


Lee Smolin et Roberto Mangabeira Unger ont construit un ensemble d’hypothèses constituant une philosophie de la nature 1 :

  1. Il n’y a qu’un seul Univers. Il n’y en a pas d’autre ni quoi que ce soit qui lui soit isomorphe.
  2. Tout ce qui est réel est réel à un instant donné, qui est une succession d’instants. Tout ce qui est vrai est vrai à l’instant présent.
  3. Tout ce qui est réel à un instant est un processus de modification menant à l’instant suivant ou au futur. Tout ce qui est réel est donc le résultat d’un processus à l’intérieur duquel il est la cause, ou il implique, les instants futurs.
  4. Les mathématiques sont déduites de l’expérience comme une généralisation de régularités observées où le temps et les particularités sont supprimées.

« La gravitation quantique à boucles décrit l’espace comme un réseau dynamique de relations »2.

Grosso modo, l’espace-temps ne serait pas continu et uniforme, mais granulaire et discontinu. Il existerait un espace et un temps indivisibles. Cette théorie simple à se représenter et élégante a fait ses preuves sur plusieurs points de vue, comme l’explication des aires et des volumes en géométrie, mais laisse à désirer encore sur la dynamique

Dans son livre The Life of the Cosmos, Smolin propose d’appliquer la sélection naturelle à la cosmologie, de sorte que l’univers que nous connaissons serait le résultat de l’évolution par mutation d’univers plus anciens. C’est la théorie des univers féconds.

Smolin avance qu’un univers pourrait en engendrer un autre lors de la formation d’un trou noir. Les constantes fondamentales de la physique, comme la célérité de la lumière dans le vide, seraient différentes d’un univers à l’autre.

boucles.html#.XBQYhVxKj4YLa gravitation quantique à boucles

Pour commencer à connaître avec quelques sites internet regroupés sur une même page pour une lecture plus aisée et des liens supplémentaires.

http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2013/136/smolin.htm

(Time Reborn: From the Crisis in Physics to the Future of the Universe)

Lee Smolin et la physique contemporaine par matierevolution.fr
http://www.drgoulu.com/2015/01/28/la-renaissance-du-temps/#.WEuqNNThA_7 (la renaissance du temps 1/2)
http://www.drgoulu.com/2015/12/31/la-renaissance-du-temps-22/ (la renaissance du temps 2/2)
http://medias.dunod.com/document/9782100706679/Feuilletage.pdf (la renaissance du temps Dunod: quelques pages à feuilleter)
https://monblogdereflexions.blogspot.com/2018/12/la-gravitation-quantique-
La gravitation quantique à boucles avec Carlo Rovelli: Pour s’initier avec quelques sites

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-mecanique-quantique-est-en-171058 (la mécanique quantique est en crise par Bernard Dugué)

http://www.paris8philo.com/article-33714241.html: à propos de rien ne va plus en physique:« billet de Jean Zin, pour une physique pluraliste, qui nous paraît essentiel pour comprendre les enjeux des théories physiques actuelles qui souvent tendent vers l’impossible, hors toute avancée, toute brèche se fait par dissymétrie, sans souci du qu’en-dira-t-on il suffit de voir l’attitude de Grigori Perelman, si non-chalante vis-à-vis de la communauté scientifique, ou devrait-on dire l’etablishment. Jean Zin reste un grand guetteur de ce qui se passe en science, nous vous recommandons ses articles. »

articles que j’ai écrit sur l’information au cours de ma lecture du livre des frères Bogdanov « au commencement du temps« :
Avec les frères Bogdanov: Au commencement du temps 4-9 partie 2) L’Univers information deuxième partie
Avec les frères Bogdanov: Au commencement du temps 4-9 partie 1) L’Univers information première partie
monblogdereflexions.blogspot.com: équation du tout et… information
avec les frères Boddanov: Au commencement 4-8) au fond d’un trou noir

1) Préambule:

Ceci est la suite des articles de mon blog à propos des univers multiples d’Aurélien Barrau pour les quels je retiens ici les commentaires utiles: 

-Mon article 1: D’après Aurélien Barrau, Univers multiples Chap 1): les propositions nouvelles face aux problèmes:et paradoxes de la physique « peuvent constituer une « pulsion inchoactive » qui poussera vers une découverte sans précédent ou bien vers un réenchantement de ce que l’on savait déjà sans en avoir pris la « dé-mesure » et finalement vers une nouvelle sacralisation du « monde ».

-Mon article 2: D’après Aurélien Barrau, Univers multiples. La gravitation quantique chap. 9 L) Voir la Conclusion: […] aujourd’hui, la physique est en crise, le monde est en crise. Avec Lee Smolin et son « rien ne va plus en physique« , Carlo rovelli Parle de la schizophrénie bipolaire des physiciens (voir une révolution inachevée). La vision anthropique de Trin Xhuan Thuan et la vision biblique du monde, qui s’origine dans les mythes de l’Un et de l’ordre, émergeant du Chaos initial, semblent exclus de la vision de bien des physiciens et cosmologues qui découvrent, comme l’a fait Jean Pierre Luminet, que l’Univers ne peut avoir été infiniment dense et donc que le big bang ne peut avoir été tel qu’on se l’imaginait depuis de nombreuses décennies. La possibilité d’un avant big bang a été mise en évidence avec un (ou des?) univers précédent qui se serait condensé jusqu’à une taille extrêmement petite mais non nulle et qui aurait « rebondi » en un big bounce pour donner notre Univers actuel en expansion après le phénomène d’inflation cosmique. Un des derniers rebondissements de ces recherches, avec Lee Smolin, pourrait bien aboutir avec sa « renaissance du temps » à une solution de la contradiction entre la physique quantique et la théorie de la relativité. A priori, ce serait une théorie unifiée des interactions fondamentales.


2) La renaissance du temps, mes précédents articles – résumé. 
Nous avons vu dans -à propos d’Aurélien Barrau chap.9 (mon article 2)- que de nombreuses théories nouvelles ou hypothèses proposent l’unification de la physique ou tout au moins des explications aux dilemmes et paradoxes que la cosmologie moderne a mis en évidence.
Puis, dans mes articles sur « la renaissance du temps » (voir l’article 1 chapitre 8), nous avons vu que Lee Smolin prévient: Le paradigme newtonien ne peut même pas apporter un embryon de réponse à ces questions et dilemmes: Pourquoi ces lois? Pourquoi ces conditions initiales de l’univers? Quel mécanisme les a t-il sélectionnées parmi une multitude infinie de possibilités? etc. Il appelle « erreur cosmologique » (voir mon article 1 chapitre 2), le fait d’appliquer à l’Univers entier dans sa globalité des lois établies et vérifiées sur des sous-systèmes. Dans le paradigme newtonien, ce que nous appelons une loi doit s’appliquer dans tous les cas. Mais l’application d’une loi à n’importe quel morceau d’univers implique une approximation, parce que nous devons négliger toutes les interactions entre ce morceau et le reste de l’univers. Donc les applications vérifiables d’une loi sont toutes des approximations. Lee Smolin fait remarquer en particulier que les lois se vérifient sur beaucoup de sous-systèmes. Mais si on veut appliquer une loi de la nature sans approximation, c’est à l’univers entier qu’il faudrait l’appliquer, alors que nous n’avons qu’un seul Univers sous la main. Et un seul cas n’apporte pas suffisamment d’indices pour justifier l’affirmation qu’une loi particulière de la nature s’applique. C’est ce que Lee Smolin appelle le dilemme cosmologique (faire de la physique dans une boite: on considère un petit sous-système isolé du reste de l’univers dans lequel on néglige certains effets pour ne s’intéresser qu’à certaines variables qui définissent un espace de configuration, atemporel. . Et pourquoi cette loi et pas une autre? De plus, beaucoup de théories cosmologiques (théorie des cordeséquation d’Einstein …) admettent en réalité une infinité de solutions, parmi lesquelles une seule correspond à notre univers. Doit-on se résoudre à admettre l’existence d’une infinité d’Univers inaccessibles pour pouvoir justifier le notre par un principe anthropique?
Nous pensions, dit Lee Smolin, savoir comment répondre à ces questions. Une théorie unique mathématiquement cohérente pourrait incorporer les 4 lois fondamentales de la nature. Mais cet espoir a été anéanti. On se trouve face à ce qu’il appelle « le défi cosmologique ». On vient de voir qu’il faudrait étendre la science à une théorie de l’Univers entier. Le défi est qu’il ne peut pas exister de composante statique qui puisse servir de cadre de référence, car tout dans l’Univers change et il n’existe aucun extérieur., rien qui puisse être qualifié de fond par rapport auquel les mouvements du reste de l’Univers (que nous négligeons). Or, toutes les théories physiques divisent le monde en deux parties, une partie « dynamique », qui change, et une statique, qui contient un « fond » de choses immuables, comme les constantes fondamentales. Le « défi cosmologique » consiste à formuler une théorie de l’univers « indépendante du fond », purement dynamique afin de ne rien supposer d’extérieur à l’Univers: « Lorsqu’on fait de la « physique dans une boite », le « fond » comprend notamment les conditions initiales, et la méthode expérimentale permet de contrôler les conditions initiales afin de s’assurer que les lois sont indépendantes de ces conditions. En cosmologie, cette distinction entre « lois » et «conditions initiales » aggrave le problème qu’elle résout « dans une boite » : si nos observations du fond diffus cosmologique ne correspondent pas bien à la théorie de l’inflation cosmologique, faut-il corriger la loi ou les conditions initiales? Smolin critique aussi les théories effectives qui décrivent bien ce qui se passe à une certaine échelle de grandeur, mais en négligeant l’influence de ce qui est beaucoup plus grand ou plus petit. » Pour Smolin, la théorie issue du défi cosmologique doit tenir compte de tout, sans rien négliger. »
J’ai poursuivi « ma lecture » avec l’article 2 (le défi cosmologique chapitre 9)l’article 3 (Nouveaux principes de cosmologie chapitre 10)l’article 4 (les lois évolutives chapitre 11)l’article 5 (la mécanique quantique et le libération de l’atome chapitre 12)l’article 6 (le combat de la relativité et du quantum chapitre 13). Puis j’ai fait une pause pour approfondir l’interprétation non dominante de la mécanique quantique de Bohm dans La physique quantique version variables cachées et le dialogue Bohm et Krishnamurti.
-L’article 7 (La renaissance du temps par la relativité chapitre 14) conclut par: « La notion globale de temps que nous venons de voir implique qu’en chaque événement il existe un observateur privilégié dont l’horloge mesure la passage du temps. Mais il n’y a aucun moyen de le choisir par une mesure qu’on pourrait faire dans une petite région, ce qui confirme le principe de relativité à des échelles plus petites que celle l’univers. Ce choix d’un temps global particulier est déterminé par la façon dont est distribuée la matière dans l’univers. La dynamique des formes constitue donc « un pont » entre le principe de relativité et le temps global qu’exigent les théories telles que celle à laquelle aspire Lee Smolin avec des lois évolutives ou celles qui expliquent les phénomènes individuels au moyen de variables cachées. Il y a une grandeur par contre qui n’a pas le droit de changer lorsqu’on agrandit ou qu’on rapetisse les échelles, c’est le volume de l’univers à chaque instant, même s’in évolue au cours du temps. Ceci donne donc un sens à la taille totale de l’univers et à son expansion et nous fournit une horloge physique universelle. LE TEMPS VIENT D’ÊTRE REDECOUVERT ».
-Dans l’article 8 (l’émergence de l’espace chapitre 15), nous avons abandonné provisoirement le temps pour examiner l’espace. Le Dr Goulu nous le présente ainsi: « Ce long chapitre est le plat de résistance du livre. C’est là que ça passe où ça casse, et j’ai mis plus de deux semaines à le digérer avec peine. Il commence très fort: L’aspect le plus mystérieux du monde est juste sous nos yeux. Rien n’est plus banal que l’espace, et pourtant lorsque nous l’examinons de près, rien n’est plus mystérieux. Je crois que le temps est réel et essentiel à une description fondamentale de la nature. Mais je crois probable que l’espace va s’avérer n’être qu’une illusion. […] Selon Smolin, l’existence d’un temps réel est indispensable pour réconcilier les deux pans de la physique, mais l’espace ne l’est pas. Parmi les théories ayant exploré l’idée que l’espace émerge d’une structure de graphe plus fondamentale, la première est la “triangulation dynamique causale” […].
-L’article 9 a débuté avec une synthèse (chapitre 3) effectuée par le DrGoulu du chapitre 16 (vie et mort de l’univers) du livre de Lee Smolin: « La vision intemporelle de la physique basée sur le paradigme de Newton a montré son impuissance face aux questions les plus basiques de l’univers : pourquoi est-il intéressant (…) au point que des créatures comme nous puissions y être et nous en émerveiller ? Mais si nous adoptons la réalité du temps, nous rendons possible une physique asymétrique par rapport au temps dans laquelle l’univers peut naturellement faire évoluer de la complexité et de la structure. Et ainsi nous évitons le paradoxe d’un univers improbable ».
Après avoir étudié au chapitre 3-2 (de cet article) La physique moderne et la thermodynamique, s’est posée (au chapitres 3-3) la question: « notre univers est-il en équilibre« ? La réponse étant négative nous avons examiné au chapitre 3-4 la question de la flèche du temps et le problème qu’elle pose (son illusion?). Puis nous avons effectué au chapitre 3-5) un retour à la question qui a été à l’origine de la réflexion de Lee Smolin: le temps est-il fondamental? Est-il asymétrique? En effet, si nous avons besoin de conditions initiales asymétriques pour expliquer notre univers alors que les lois de la nature sont temporellement symétriques, cela n’affaiblit-il pas l’argument en faveur d’un temps irréel, qui n’existe pas, comme le présente la cosmologie moderne (Carlo Rovelli dit: « il faut oublier le temps« )? Au chapitre 5 nous avons réexaminé une réflexion qui est présente dans notre questionnement depuis le début du livre de Lee Smolin (et donc dans mes articles): Pouvons-nous dire de notre univers qu’il est improbable (en raison de l’ajustement fin qui réfère à l’étonnante précision des constantes physiques de la nature et de l’état premier de l’Univers)? En effet, pour expliquer l’état présent de l’univers, même la meilleure théorie scientifique suppose que les constantes physiques de la nature et l’état premier de l’Univers aient des valeurs extrêmement précises. Pour Lee Smolin, la seule façon d’échapper à l’erreur cosmologique et au paradoxe d’un univers improbable est de baser l’explication de la complexité et du fait que l’univers a un richesse intéressante sur une physique qui soit temporellement asymétrique, qui rend de fait l’univers inévitable plutôt qu’improbable et d’adopter la réalité du temps.
-Dans l’article 10 « La renaissance du temps par la chaleur et la lumière » (chapitre 17) » Lee Smolin conclut ce chapitre par: Cela ne contredit pas la deuxième loi de la thermodynamique, mais seulement son interprétation naïve.
*La loi disant que l’entropie devrait normalement augmenter traduit juste le fait que plus il y a de façons de que quelque chose se produise, plus cette chose sera probable. Les systèmes thermodynamiques normaux finissent dans l’état unique et ennuyeux de l’équilibre uniforme; les systèmes gravitationnels finissent dans un état parmi de nombreux états possibles hautement hétérogènes.
*Ainsi, le fait que notre univers soit intéressant a une explication triple.
-Le principe d’auto-organisation pilotée agit sur une myriade de sous-systèmes et d’échelles, du moléculaire au galactique évoluant vers des états de complexité toujours croissante.
-Les moteurs qui pilotent ce processus sont les étoiles, qui existent en raison d’une combinaison d’un réglage fin des lois fondamentales et de la nature anti-thermodynamique de la gravitation (comme on l’a vu dans cet article).
-Mais ces forces peuvent produire un univers rempli d’étoiles et galaxies seulement si les conditions initiales de l’univers sont fortement asymétriques par rapport au temps.
*Tout ceci peut être mis en contexte et dans une certaine mesure compris à l’intérieur du paradigme newtonien. Même si nous continuons à penser dans ce paradigme, l’organisation du monde semble reposer sur de colossales improbabilités (la particularité extrême du choix des conditions initiales). La triste conclusion est que la seule sorte d’univers qui paraisse naturel de la perspective intemporel du paradigme newtonien est un univers mort en équilibre qui n’est évidemment pas celui dans lequel nous vivons. Mais depuis la perspective de la réalité du temps, il est parfaitement naturel que l’univers et ses lois fondamentales soient asymétriques dans le temps, avec une flèche du temps importante qui englobe l’accroissement de l’entropie pour les systèmes isolés ainsi que la croissance continuelle de structure et de complexité ».
Après ces rappels, examinons maintenant le chapitre 
18 du livre! 


3) Infinité de l’espace ou infinité du temps (chapitre 18)?

Le Dr Goulu conclut son résumé du chapitre 17 en confirmant lui-aussi que « ceci ne contredit pas la seconde loi de la thermodynamique, mais juste son interprétation naïve qui considère que l’augmentation de l’entropie produit des structures uniformes, prévisibles. Selon Smolin, la seconde loi amène au contraire les systèmes gravitationnels vers une multitude d’états possibles, très hétérogènes. Et c’est grâce à ceci que notre Univers est encore très loin de sa mort thermique, 13.7 milliards d’années après ses origines« . 

Ainsi en adoptant la réalité du temps, nous dit Smolin, nous pouvons comprendre pourquoi l’univers que nous connaissons est structuré et complexe. Mais combien de temps peut-il le rester sans atteindre l’équilibre? Ne sommes-nous pas juste dans une bulle de complexité immergée dans un univers à l’équilibre beaucoup plus vaste? Cela amène à examiner le sujet très spéculatif de ce qu’est le très lointain (dans l’espace) et lointain futur. 

     3-1) La vision du modèle boltzmannien infini spatialement semble aberrante selon Lee Smolin.

Imaginons un univers infini spatialement, avec les mêmes lois valides partout, mais avec des conditions initiales choisies au hasard, c’est à dire l’image de l’univers boltzmannien ultime (voir mon article 10 chapitre 3-2). « Presque tout » dans cet univers infini est à l’équilibre thermodynamique et toute chose intéressante y survenant y est la conséquence d’une fluctuation, et ce qui peut se produire dans une fluctuation se produira quelque part, car s’il y a une quantité infinie de « quelque parts » disponible, chaque fluctuation, quelque soit son degré d’improbabilité, se réalisera un nombre infini de fois! Notre univers observable pourrait ainsi n’être qu’une grosse fluctuation statistique de 93 milliards de milliards de d’années-lumière de diamètre dans un univers infini, qui se répétera un nombre infini de fois à travers l’infinité de l’espace. En conséquence, si l’univers est infini et boltzmannien nous existons et agissons un nombre infini de fois, exactement comme nous sommes ici et là. Cela semble contredire le principe de Leibniz que nous avons vu dans l’article 10 au chapitre 3: le principe de l’identité des indiscernables de Leibniz, qui a été décrit aussi dans l’article 3. Ce principe a été vu comme une conséquence du principe de raison suffisante de Leibniz et comme l’essence de la philosophie du « relationalisme« . Il affirme qu’il ne peut y avoir 2 objets dans l’univers qui soient distincts s’ils sont indiscernables. En particulier si des objets se distinguent l’un de l’autre seulement par leurs propriétés observables, il ne peut y avoir deux objets discernables ayant exactement les mêmes propriétés. Mais ce n’est pas tout. Tous ce qu’on observe aujourd’hui aurait pu être différent… par exemple, je pourrais ne pas être né et tout ce que nous voyons autour de nous et dans l’univers aurait pu ne pas être  ou être différent, nous amenant à une configuration de l’univers différente. Chacune de ces configurations du présent est une façon possible d’être organisés pour les atomes de notre voisinage, et donc chacune se produit une infinité de fois dans l’infinité de l’espace (pour ce modèle boltzmannien). Pour Lee Smolin, C’est un effroyable scénario qui soulève des questions éthiques du genre: pourquoi devrais-je me préoccuper des conséquences des choix que je fais, si tous les autres choix possibles sont faits par d’autres versions de « moi » dans d’autres régions de l’univers, qui est infini? Et si je prends soin de mes enfants dans ce monde, ne devrais-je pas m’inquiéter du sort des enfants des autres mondes qui souffrent suite aux décisions mauvaises prises par mes autres « moi »? En plus de ces questions étiques, on peut se demander ce que devient la science.Si le fait réel du monde est que tout ce qui est susceptible de se produire se produit, alors, le champ d’explication se réduit vraiment. En effet, le principe de raison suffisante exige que qu’il y ait une raison rationnelle derrière chaque cas où l’univers est d’une façon, mais aurait pu être d’une autre (dans sa formulation originelle, par Leibniz, il affirme que « jamais rien n’arrive sans qu’il y ait une cause ou du moins une raison déterminante, c’est-à-dire qui puisse servir à rendre raison a priori pourquoi cela est existant plutôt que non existant et pourquoi cela est ainsi plutôt que de toute autre façon » (Théodicée, I, 44)). 

Mais, si l’univers est de toutes les façons possibles (univers boltzmannien), il n’y a plus rien à expliquer. La science peut donner un aperçu des conditions locales mais que signifient des explications? En effet, tout ce qui pourrait se produire est en train de se produire un nombre infini de fois, maintenant! Cette forme de reductio ad absurdum ( « argument à l’absurdité ») du paradigme newtonien étendu à la cosmologie, est selon Lee Smolin, un autre exemple de l’erreur cosmologique, qu’il appelle la tragédie de l’infini boltzmannien. C’est une tragédie, car cela réduit considérablement le pouvoir prédictif de la physique, en particulier sur la signification des probabilités quantiques. En effet, prenons une expérience dont les probabilités de réalisation sont de 99% pour obtenir le résultat A et de 1 %.pour le résultat B.Supposons que je répète l’expérience 1000 fois. On pourrait attendre que pour environ 990 fois, le résultat soit A. Je serais confiant en pariant sur A, car je pourrais raisonnablement attendre environ 99 résultats A pour chaque résultat B et ainsi, on aurait une bonne chance de confirmer la prédiction de la mécanique quantique. Mais dans un monde infini, il existe une infinité de copies de « moi » en train d’observer le résultat B. Donc, la prédiction de la mécanique quantique d’observer que le résultat A est 99 fois plus fréquent que l’autre est invérifiable dans un univers infini. C’est le problème de la mesure en cosmologie quantique, qui apparaît dans toute son ampleur, si l’univers est infini. Je partage l’avis de Lee Smolin qui pense que ce problème n’est pas soluble et qui préfère considérer la mécanique quantique comme « la preuve que nous vivons dans un univers ne contenant qu’une seule copie de moi ». Nous ne pouvons certes pas voir au-delà d’une certaine distance (horizon de notre univers visible et observable), mais il semble plausible et raisonnable à Lee Smolin de faire l’hypothèse que notre univers est fini dans son extension spatiale, mais sans limite, un univers courbe fermé, comme le propose Einstein, ou l’univers fini de Friedmann. Il aurait donc une topologie globale de surface fermée, comme une sphère ou un beignet en forme de tore. Il y a trois cas pour un univers fini sans limite. Si la courbure est positive, il n’y a qu’une possibilité, l’analogue tridimensionnel de la topologie bidimensionnelle d’une sphère. Si la courbure moyenne de l’espace est plate, comme un plan, la seule possibilité pour un univers fini est l’analogue tridimensionnel de la topologie bidimensionnelle d’un beignet. Si la courbure est négative, comme celle d’une selle, alors il existe un nombre infini de possibilités pour sa topologie. Elles sont très complexes et compilées dans un catalogue. L’hypothèse d’Einstein pourrait être confirmée, si l’univers est fermé et assez petit. La lumière pourrait alors en faire le tour complet et nous devrions voir des galaxies lointaines en plusieurs images. Ceci a été recherché comme dans l’univers chiffoné de Jean-Pierre Luminet, mais n’a pas été détecté pour l’instant. 

Si l’univers n’est pas spatialement fermé, alors il doit être infini et en expansion spatiale. Cela veut dire que l’espace y est délimité par une frontière, frontière qui est indéfiniment loin de nous, mais que l’information pourrait traverser. Lorsqu’on énonce les équations de la relativité générale, on doit spécifier l’informations sur ce qui se passe à la frontière et ce qui traverse cette frontière, pour y entrer comme pour en sortir. Le besoin de spécifier l’information sur ce qui se passe à la frontière infinie (dans le cas d’un univers non fermé), n’est pas optionnel; il est requis par la théorie [les équations d’Einstein pour un univers spatialement infini ne peuvent être dérivées d’un principe variationnel (ou: exprimé en  physique quantique), que s’il existe des termes aux limites ajoutés à l’action et des conditions aux limites spécifiées à l’infinité spatiale. Donc, on ne peut pas décrire ce qui se trouve dans l’univers sans dire ce qui pénètre dans cet univers et ce qui en sort depuis la frontière, même si la frontière est infiniment éloignée. Si la frontière était à une distance finie, on pourrait imaginer qu’il y ait encore plus d’espace à l’extérieur. L’information sur la frontière serait explicable en termes de ce qui est en provenance de « ce » qui est au-delà de la frontière (voir note 3 page 322 du livre)  Dans la pratique de la relativité générale, on utilise souvent des espaces avec des frontières infinies pour modéliser de façon commode des systèmes isolés, comme une galaxie. Mais il y a des difficultés techniques lorsque l’on gère l’information à spécifier à une frontière qui, pour idéaliser la situation et par commodité technique a été repoussée à l’infini. Cela simplifie la description parce qu’on peut imposer la conditions que toute la matière dans le modèle est contenue dans la galaxie. Rien n’entre ni ne sort sauf les ondes gravitationnelles et les ondes que nous utilisons pour observer la galaxie. Pour Lee Smolin, cette idéalisation dans laquelle nous découpons une partie de l’univers et nous la décrivons comme s’il n’y avait que cela avec une frontière externe nécessitant de spécifier l’information qui arrive de l’extérieur d’un univers infini est une aberration. Pourtant, c’est ce qu’on est obligé de faire si on utilise la relativité générale comme notre théorie cosmologique et considérons l’univers comme spatialement infini. Mais la frontière à l’infini ne nous permet d’imaginer un monde au-delà. Nous devons certes spécifier l’information qui entre et qui sort, mais le choix est entièrement arbitraire. Ainsi, on doit concéder que rien ne peut être expliqué dans aucun modèle d’univers ayant une frontière infinie. Le principe de fermeture explicative (voir mon article 3 au chapitre 2) est transgressé et avec lui le principe de raison suffisanteLee Smollin me rassure plutôt dans mes convictions lorsqu’il affirme qu’il ne voit aucune raison d’échapper à la conclusion que l’univers est spatialement fermé, sans frontière. La vision du modèle boltzmannien semble donc aberrante. Rien n’est infiniment éloigné et il n’y a pas d’espaces infinis à affronter.  

     3-2) L’infinité du temps?

Mais qu’en est-il du futur? Si comme Lee  Smolin le suggère, l’univers est plus leibnizien que boltzmannien (voir mon article 10 chapitre 3 univers leibnizien/vs boltzmannien:  Les univers hypothétiques dans lesquels chaque instant et chaque événement sont absolument uniques et qui satisfont le principe d’identité des indiscernables sont appelés par Lee Smolin univers Leibniziens), cela pourrait-il être temporaire et l’univers pourrait-il mourir? Mais en se restreignant, aux univers spatialement finis, cela épargne nombre de paradoxes d’un univers boltzmannien infini, mais pas tous. Un univers spatialement fermé et fini peut durer un temps infini et s’il ne se contracte jamais, il sera en expansion pour toujours. Il dispose alors d’un temps infini pour atteindre l’équilibre thermique et s’il le fait, il restera une quantité de temps infinie avec un espace en augmentation continue, rendant possible des fluctuations pouvant créer des structures improbables, et ceci pouvant se produire un nombre infini de fois. Cela conduit de nouveau au paradoxe du cerveau de Boltzmann.que nous avons décrit dans l’article 10, chapitre 3-1. Mais les principes de raison suffisante et de l’identité des indiscernables peuvent permettre à l’univers d’éviter de finir dans un état aussi paradoxal en limitant les options pour son destin possible. Cependant, pour raisonner sur un futur lointain, on doit faire un certain nombre de suppositions. En particulier, les lois de la nature ne doivent jamais changer, sans quoi faire des prédictions serait problématique et il ne doit exister aucun phénomène non découvert qui puisse changer le cours de l’histoire de l’univers, comme par exemple une force si faible non encore détectée qui agisse sur des distances et des durées bien plus longues que l’âge actuel de l’univers. C’est possible et cela a été envisagé, tout comme l’existence de bulles cosmiques fonçant sur nous à la vitesse de la lumière pour l’instant cachées par notre horizon, mais cela interdit toute prédiction à partir du savoir actuel. Faisons donc avec Lee Smolin l’hypothèse que les lois et et les phénomènes bien établis sont tout ce qui est, alors, on peut en déduire en toute confiance les deux points suivants.:

Viendra un moment où les galaxies cesseront de fabriquer des étoiles grâce à leur réserves d’hydrogène et mourront. Mais ce n’est qu’une limite supérieure et plus probablement les processus hors équilibre qui pilotent la formation d’étoiles se seront essoufflés bien avant que la totalité de l’hydrogène ait pu être transformée en étoiles. 

Les dernières étoiles s’éteindront. En effet, elles ont une durée de vie limitée, de quelques millions d’années pour les plus massives, qui meurent de façon dramatique sous forme de supernovas, à de nombreux milliards d’années pour la plupart d’entre elles, qui finissent abruptement sous forme de naines blanches. Dans un avenir lointain; il existera une époque où la dernière étoile aura cessé de briller. 

-Et après? Lee Smolin présente un des scénario du lointain futur, qui aboutit… à un univers de Bolrzmann: On sait que l’univers est rempli de matière, de matière noire, de rayonnement et d’énergie noire [Voir wikipedia: l’énergie noire est une forme d’énergie hypothétique emplissant uniformément tout l’Univers et dotée d’une pression négative, qui la fait se comporter comme  une force gravitationnelle répulsive. L’existence de l’énergie noire est nécessaire pour expliquer diverses observations astrophysiques, notamment l’accélération de l’expansion de l’Univers détectée au tournant du xxie siècle. Malgré une densité très faiblea (de l’ordre de 10−29 g/cm3)b, l’énergie noire est une composante majeure de l’Univers, représentant environ 68 % de la densité d’énergie totale de l’Univers. Sa nature reste aujourd’hui encore inconnue. Il peut s’agir simplement de la constante cosmologique induite par la relativité générale qui aurait une valeur non nulle. Il existe d’autres hypothèses, menant soit à une modélisation différente de la matière (quintessence, k-essence, modèles unifiés de matière et d’énergie noire), soit à une modélisation différente de la gravitation (gravité f(R), champs scalaires, cosmologie branaire). Le choix entre ces différentes hypothèses dépend essentiellement des contraintes apportées par l’observation, notamment des supernovas de type Ia, du fond diffus cosmologique ou des oscillations acoustiques des baryons]. Bien que la densité de l’énergie noire semble à peu près constante; les scientifiques ne savent pas si c’est réellement le cas ou si c’est parce qu’elle change plus lentement que ce que les observations ont détecté jusqu’ici. C’est crucial pour le futur de l’univers qui sera très différent selon qu’elle reste constante ou non. Un scénario simple est celui dans lequel l’énergie noire conserve une densité constante alors que l’univers grossit. C’est le cas de la constante cosmologique d’Einstein, qui ne diminue pas lorsque l’univers poursuit sa dilatation. La matière et le rayonnement sont dilués et la densité d’énergie totale décroît de façon continue et après quelques dizaines de milliards d’année tout deviendra négligeable sauf la densité d’énergie associée à la constante cosmologique. Une des conséquences de cette expansion exponentielle est que les amas de galaxies se séparent si rapidement qu’ils ne peuvent plus se voir mutuellement (les photons quittant un amas ne vont pas assez vite pour rattraper les autre amas). Dans chaque amas, les observateurs sont entourés d’un horizon derrière lequel leurs voisins ont disparu; et les amas deviennent des systèmes isolés, des sortes de boites délimitant ces sous-systèmes du reste de l’univers. Les méthodes de la physique dans une boite (voir mes article 1 et 2) s’appliquent donc à chaque amas et en particulier on peut y appliquer les méthodes de la thermodynamique. C’est alors qu’un nouvel effet quantique oblige l’intérieur de chaque horizon à se remplir d’un gaz de photons en équilibre thermique, créé par des processus analogues à ceux qui créent le rayonnement des trous noirs de Hawking. On l’appelle le rayonnement d’horizon. Sa température et sa densité sont extrêmement basses mais restent constantes alors que l’univers grossit de plus en plus alors que tout, y compris la matière et le CMB devient de plus en plus dilué. Au bout d’un temps suffisant, l’univers arrivé à l’équilibre, qui perdurera pour toujours et ce qui le remplit est le rayonnement d’horizon. Il y aura des fluctuations et des récurrences et une des configurations dont celle du paradoxe du cerveau de Boltzmann se reproduira occasionnellement exactement, comme cela a été décrit dans l’article 9, un résultat du raisonnement par l’absurde ultime du paradigme newtonien. Selon ce scénario décrit par Lee Smolin, la complexité apparente de notre univers jusqu’à aujourd’hui correspond juste au flash le plus court avant que l’univers ne se stabilise dans un équilibre éternel. Or comme nous l’avons aussi vu dans l’article 9, selon Lee Smolin, nous sommes quasiment certains que nous ne sommes pas des cerveaux de Boltzmann, et si nous l’étions, nous ne verrions probablement pas univers gigantesque autour de nous. Cela signifie que ce scénario est faux, ce qu’imposent aussi le principe de raison suffisante et celui de l’identité des indiscernables

– Mais une question se pose: comment pouvons éviter un univers éternellement mort si on arrivait à ce stade d’équilibre? Pour cela il faudrait qu’il ait assez de densité de matière pour attirer la matière et pour stopper son expansion. Dans ce cas; l’univers pourra s’effondrer dans une singularité finale, dans un big crunch. Mais peut-être les effets quantiques stopperont l’effondrement et feront « rebondir » l’univers, transformant la contraction en expansion en créant un nouvel univers. Cependant, selon Lee Smolin, il semble qu’il n’y ait pas assez de matière pour renverser la marche de l’expansion et contrebalancer la tendance de l’énergie noire à l’accélérer. Pour éviter la mort infinie, il faudrait que la constante cosmologique ne soit pas une constante. Mais, si le faisceau de preuves actuel indique que l’énergie noire, qui est (?) la constante cosmologique, ne change pas à l’échelle de l’âge actuel de l’univers, rien ne permet d’affirmer qu’elle ne changera pas dans le long terme. Et ce changement pourrait être dû à une loi plus profonde dont les effets ne sont perceptibles qu’à de grandes échelles de temps, ou même être un effet de la tendance générale des lois à évoluer. En effet, le principe d’absence d’actions sans réciproque suggère que la constante cosmologique devrait être influencée par l’univers lui-même étant donné qu’elle agit sur lui de façon si décisive. Elle pourrait même devenir nulle mais il est peut probable qu’elle s’inverse. Ainsi, l’univers pourrait devenir éternel, mais statique. Ceci permettrait au moins de contourner le paradoxe du cerveau de Boltzmann. Alors conclut Lee Smolin, au final, l’univers sans constante cosmologique se dilatera pour toujours ou s’effondrera, selon les conditions initiales. Si l’énergie de l’expansion est suffisante, il ne s’effondrera jamais, il est alors éternel; mais même dans ce cas, il y a de nombreuses possibilités de renaissances, puisque chaque trou noir par sa fin peut conduire à la naissance d’un bébé univers par l’élimination de sa singularité ([..] Dans les deux cas, quand un état limite de haute densité de matière et de courbure de l’espace-temps est atteint, l’effondrement est stoppé par l’apparition d’une force répulsive et un autre Univers en expansion se crée à partir du nôtre par bourgeonnement, un peu comme une petite bulle qui gonflerait à la surface d’un ballon pour finir par créer deux Univers distincts, connectés par un petit raccord)..Il est fascinant de penser que si c’est la cas, alors notre univers, qui est loin d’être mort, a déjà conçu des un ou des milliards de milliards de bébés, qui donneront naissance à une nouvelle progéniture. 

-Les modèles d’univers cycliques. Cette catégorie de modèles impliquent l’univers entier et non juste ses trous noirs. Inventé par Paul Steinhard et Neil Turok, le modèle accomplit ceci en supposant que la constante cosmologie décroît à zéro, puis vers des valeurs fortement négatives (Endless Universe: Beyond the Big Bang). Le résultat est un effondrement dramatique de l’univers entier, mais les auteurs avancent que cet effondrement est suivi par un rebond et une nouvelle expansion. Cette théorie cyclique  des univers ektopyriques semble présenter un regain d’intérêt car il ignore la singularité et l’idée de création de l’univers qui traverserait une succession sans fin de « big bangs » et de « big crunches », séparés par des périodes d’expansion et de contraction. Le rebond pourrait être dû aux effets de la gravitation quantique (voir le site pourlascience.fr); Lee Smolin pense qu’il serait possible d’échapper à la singularité ultime grâce à la valeur extrême de l’énergie noire. Les indices théoriques que les singularités cosmologiques finales rebondissent par effet quantique et menant à une re-expansion sont mêmes plus fortes que dans le cas des singularités de trous noirs (voir note 5 page 322, Martin .Bojowaldhttps://arxiv.org/abs/gr-qc/0202077),   https://arxiv.org/abs/gr-qc/0206054https://arxiv.org/pdf/gr-qc/0105113.pdfhttps://arxiv.org/abs/gr-qc/0104072,  https://arxiv.org/abs/astro-ph/0311015)Ce phénomène semble universel dans la gravitation quantique à boucles. Il ne faut pas oublier que ce ne sont que des modèles, mais il est quasiment certain que les régions très uniformes de l’univers, sans ondes gravitationnelles, rebondissent pour donner lieu à de nouveaux univers. Par contre, des régions hautement inhomogènes ne rebondissent pas et s’effondrent en singularités où le temps s’arrête, ce qui a un en fin de compte un bon côté, car cela fournit un principe de sélection qui peut permettre de déterminer quelles sont de l’univers qui rebondissent et se reproduisent, et si seules les régions les plus homogènes rebondissent, alors les premiers instants des nouveaux univers seront aussi hautement homogènes peu après le rebond (Voir la note 6 page 323 à propos de la diversité dans l’univers de Phoenix exprimée dans l’article de Jean-Luc Lehners (https://arxiv.org/abs/1107.4551 ou en .pdf: https://arxiv.org/pdf/1107.4551.pdf). Selon Lee Smolin il en résulte un point positif, car il en découle une prédiction: « aux premiers instants, juste après le rebond, l’univers est hautement homogène, il n’y a ni trous noirs, ni trous blancs, ni ondes gravitationnelles, précisément comme nous l’observons dans notre univers ». Mais pour que ce scénario devienne de la science, il doit y avoir au moins une prédictions de plus pour le rendre l’hypothèse testable. L’une d’entre elles pourrait concerner le spectre des fluctuations dans le CMB pour lequel le scénario cyclique offre une explication qui ne requiert pas la brève période d’inflation extrême souvent invoquée pour les expliquer. Le spectre des fluctuations qui a pu observé jusqu’à présent est bien reproduit par les deux scénarios (cyclique et inflation) mais il y a deux différences entre les prédictions qui peuvent être testées dans des expériences réalisables dès aujourd’hui et dans un futur proche. Un test est de détecter les ondes gravitationnelles dans le CMB  Alors, l’inflation dit que OUI, mais les modèles cycliques disent que NON! Les modèles cycliques prédisent aussi que le rayonnement du CMB n’est pas complètement aléatoire, mais non-gaussien. Dans ces modèles, on peut considérer que le temps, qui n’a pas commencé avec le big bang est  fondamental comme le pense Lee Smolin. Cela conduit, dit ce dernier, à une cosmologie plus prédictive. 

-Autres scénarios. 

     Théories à vitesse de la lumière variableLa vitesse de la lumière y est supposée avoir été différente (en fait beaucoup plus grande) dans l’univers très jeune. Ces théories choisissent une notion de temps privilégié qui viole les principes de la relativité. Elle ont été proposées par Jean-Pierre Petit en 1988 puis John Moffat en 1992 et popularisées par le duo Andreas Albrecht et João Magueijo en 1998 pour expliquer le problème de l’horizon en cosmologie et proposer ainsi une alternative à l’inflation cosmiqueLaurent Sacco écrit dans Futura-sciences.com;: »Une nouvelle théorie, impliquant une vitesse de la lumière très élevée au moment du Big Bang, vient d’être proposée et elle conduit à une prédiction stricte testable (ce qui est un atout important) ».

     Scénario de Roger Penrose dans Cycles of Time Une nouvelle vision extraordinaire de l’univers. (cosmologie cyclique conforme de Penrose)

[Voir aussi: https://guydoyen.fr/2010/11/20/roger-penrose-a-decouvert-des-preuves-d-un-univers-cyclique/ (Roger Penrose a découvert des preuves d’un Univers cyclique (voir https://arxiv.org/abs/1011.3706)]


Dans ce livre, résume Lee smolin pour rendre accessible son contenu, Penrose accepte le scénario d’un univers boltzmannien éternel avec une constante cosmologique fixée, puis se demande ce qui se passe au bout d’un temps infini. Il spécule qu’après un certain stade, toutes les particules élémentaires ayant une masse se désintégreraient et seuls les photons et les autres particules sans masse resteraient. Si cela se passe ainsi, rien ne pourra permettre de détecter l’écoulement infini de l’éternité car les photons, voyageant à la vitesse de la lumière, ne font aucune expérience du temps (?). Ce n’est pas facile à concevoir, le site matièrevolution.fr le présente admirablement: « Comment un observateur se déplaçant à la vitesse de la lumière (aux côtés du photon lumineux) voit-il le monde ? » ou le paradoxe de la relativité restreinte

Pour un photon, l’éternité d’un univers très âgé serait indiscernable de l’univers nouveau-né, la seule différence étant la température. Cette différence est énorme, mais pour Penrose, il ns s’agit là que d’une échelle unique et cela ne compte pas. Car ce monde de photons, décrit de manière relationnelle, seules comptent les comparaisons ou les rapports entre les choses qui existent à un certain moment. L’échelle, dans sa globalité ne peut pas être détectée. Donc, l’univers âgé, rempli d’un gaz de photons (ou autres particules sans masse), devient indiscernable du gaz extrêmement chaud constitué des mêmes particules de l’univers balbutiant. Cet univers âgé est aussi la naissance d’un nouvel univers selon le principe d’identité des indiscernablesMais ce scénario, qui ne se déroule qu’au bout d’un temps infini, ne résout pas le paradoxe des cerveaux de Boltzmann. Par contre, il prédit qu’il pourrait exister des traces fossiles de l’univers précédent dans les reliques du big bang. De même, les informations portées par les ondes gravitationnelles survit aussi aux rebonds des modèles cycliques et parvient dans le nouvel univers. Les signaux les plus puissants portés par les ondes gravitationnelles, sont des images de collisions entre les grands trous noirs qui étaient un jour tapis aux coeurs de galaxies depuis longtemps disparues. Penrose pense qu’ils provoquent des remous qui se propagent en grands cercles dans le ciel en voyageant pour toujours et en ayant survécu à la transition vers le nouvel univers. De plus, il prédit que ces grands cercles devraient être visibles dans le CMBdont la structure a été verrouillée très tôt dans notre univers. Ce sont les ombres d’événements de l’univers précédent. Il prédit qu’il devrait y avoir de nombreux cercles qui viendraient d’amas de galaxies dans lesquels, au gré du temps, plus qu’une paire de trous noirs galactiques sont entrés. Ces dernières possibilités de tests sont singulières et si elles se confirmaient, ce serait un indice en faveur de ce scénario. 

Lee Smolin rapporte qu’il y a controverse sur le fait que les cercles concentriques de Penrose puissent être vue dans le CMB, ce qu’affirment  VG Gurzadyan et R.Penrose le 16 /11/2010 dans  https://arxiv.org/abs/1011.3706 (en.pdf: https://arxiv.org/ftp/arxiv/papers/1011/1011.3706.pdf):  « […] L’analyse des cartes de fond de 7 ans à fond de micro-ondes cosmiques de la sonde Wilkinson Microwave Background Probe (WMAP) révèle en effet de tels cercles concentriques, d’une signification pouvant aller jusqu’à 6 {sigma}. Ceci est confirmé lorsque la même analyse est appliquée aux données BOOMERanG98, éliminant ainsi la possibilité d’une cause instrumentale pour les effets. Ces prévisions d’observation de CCC ne seraient pas facilement expliquées par la cosmologie inflationniste standard ». Le 7/12 2010, dans https://arxiv.org/abs/1012.1486 les deuc ghercheurs précisent: « Deux groupes [3, 3] ont confirmé les résultats de notre article concernant l’existence réelle de cercles à faible variance dans le ciel de fond diffus cosmologique (CMB). Ils soulignent également que l’effet ne contredit pas le modèle LCDM – une question non contestée […]. 

Une nouvelle étude a été faite le 29/04/2011: https://arxiv.org/abs/1104.5675: « […] (elle) confirme notre affirmation antérieure[…] ». Puis, le 21/02/2013 les deux chercheurs ont présenté une nouvelle étude: https://arxiv.org/abs/1302.5162 « Une nouvelle analyse du CMB, utilisant les données WMAP, prend en charge les indications antérieures des caractéristiques non gaussiennes des cercles concentriques à faible variance de température. La cosmologie cyclique conforme (CCC) prédit de telles caractéristiques à partir de rencontres de trous noirs supermassifs au cours d’une période précédant notre Big Bang. L’importance des cercles de faible variance individuels dans les vraies données a été contestée; Pourtant, une analyse indépendante récente a confirmé l’attente de la CCC selon laquelle les cercles de CMB ont une distribution de température non gaussienne. Nous examinons ici les ensembles concentriques d’anneaux circulaires à faible variance dans les données WMAP, en trouvant une distribution hautement non isotrope […]« .

Plusieurs articles précisent que tout ceci est cohérent avec du bruit, en particulier IK Wehus et HK Eriksen dans https://iopscience.iop.org/article/10.1088/2041-8205/733/2/L29/meta.

Toutefois, il s’avère bien que les scénarios cosmologiques (voir liens ci-dessous) où notre univers a évolué à partir d’un pré-big bang font des prévisions qui peuvent être (ou non) vérifiées ou falsifiées par l’observation. Alors que les scénarios où l’univers est l’un parmi une pluralité de mondes simultanés ne le font pas et sans doute ne pourront jamais faire la moindre vraie prédiction. 


 4) Conclusion de cet article et de ma lecture du chapitre 18.

Cet article a été introduit avec le blog du Dr Goulu qui a conclu son résumé du chapitre 17 en confirmant lui-aussi que « ceci ne contredit pas la seconde loi de la thermodynamique, mais juste son interprétation naïve qui considère que l’augmentation de l’entropie produit des structures uniformes, prévisibles. Selon Smolin, la seconde loi amène au contraire les systèmes gravitationnels vers une multitude d’états possibles, très hétérogènes. Et c’est grâce à ceci que notre Univers est encore très loin de sa mort thermique, 13.7 milliards d’années après ses origines« . 

Ainsi en adoptant la réalité du temps, nous dit Smolin, nous pouvons comprendre pourquoi l’univers que nous connaissons est structuré et complexe. Mais combien de temps peut-il le rester sans atteindre l’équilibre? Ne sommes-nous pas juste dans une bulle de complexité immergée dans un univers à l’équilibre beaucoup plus vaste? Cela amène à examiner le sujet très spéculatif de ce qu’est le très lointain (dans l’espace) et lointain futur.

-Nous avons vu au chapitre 3-1 que la vision du modèle boltzmannien infini spatialement semble aberrante selon Lee Smolin. Il me rassure plutôt dans mes convictions lorsqu’il affirme qu’il ne voit aucune raison d’échapper à la conclusion que l’univers est spatialement fermé, sans frontière. Rien n’est infiniment éloigné et il n’y a pas d’espaces infinis à affronter. Christian Magnan, adopte une attitude encore plus catégorique. Pour lui, l’infini est une imposture. Il écrit: « Si nous fabriquons des univers infinis, c’est que notre mode de production est vicieux« . Une constatation s’impose: la cosmologie standard est « bousculée sur ses limites » et un nouvel Einstein serait sans doute le bienvenu! Restons pour le moment sur la position de Lee Smolin en acceptant un univers fermé sans frontière,car seul un univers spatialement fermé et fini obéit au principe de fermeture explicative (aucune chaîne d’explication ne doit déboucher hors de l’univers) et au principe de raison suffisante..

Au chapitre 3-2) S’est posée la question: mais qu’en est-il du futur? Quid alors de l’infinité du temps? Selon Smolin, l’univers est plus leibnizien que boltzmannien (voir mon article 10 chapitre 3 univers leibnizien/vs univers bolrzmannien), c’est à dire un univers dans lesquels chaque instant et chaque événement sont absolument uniques et qui satisfont le principe d’identité des indiscernables). S’il est spatialement fini, cela épargne nombre de paradoxes d’un univers boltzmannien infini, mais pas tous. peut durer un temps infini et s’il ne se contracte jamais, il sera en expansion pour toujours. Et si le temps est infini, alors une fois que notre univers aura atteint sa mort thermique il restera une infinité de temps pour que des fluctuations aléatoires produisent une infinité de structures hautement improbables : on retombe sur le paradoxe du cerveau de BoltzmannAnsi que l’a dit Lee Smolin,,la plus grande inconnue concernant ce futur très très lointain est le rôle qu’y jouera l’énergie sombreElle semble accélérer l’expansion de l’univers, mais tant qu’on n’aura pas compris sa nature et son lien avec la constante cosmologique on ne peut exclure l’hypothèse du modèle cyclique de l’Univers dans lequel l’espace se recompacte en Big Crunch. Nous avons vu aussi qu’il s’ensuit un Big Bounce  produisant un nouvel univers comme lors du Big BangUn tel événement doit théoriquement laisser des traces dans le fond diffus cosmologiqueLe spectre des fluctuations qui a pu être observé jusqu’à présent est bien reproduit par les deux scénarios (cyclique et inflation

mais il y a deux différences entre les prédictions qui peuvent être testées dans des expériences réalisables dès aujourd’hui et dans un futur proche. Un des test est de détecter les ondes gravitationnelles dans le CMB. Les modèles cycliques prédisent que le rayonnement du CMB n’est pas complètement aléatoire, mais non-gaussienDans ces modèles, on peut considérer que le temps, qui n’a pas commencé avec le big bang est  fondamental comme le pense Lee Smolin. Cela conduit, dit ce dernier, à une cosmologie plus prédictive. Mais cela s’avère délicat comme l’a montré la récente “affaire” BICEP2. 

Parmi les autre théories, nous avons cité au chapitre 3-2 les théories à vitesse de la lumière variable proposées initialement par Jean-Pierre Petit en 1988 comme alternative à l’inflation cosmique, dont Laurent Sacco écrit dans Futura-sciences.com;: »[…]quelle conduit à une prédiction stricte testable ». Il ne faut pas oublier Roger Penrose; qui propose dans l’ouvrage Cycles of Time (Une nouvelle vision extraordinaire de l’universavec la cosmologie cyclique conforme de Penrose (Conformal cyclic cosmology). Selon lui, le gaz de photons qui remplira l’univers en mort thermique est indiscernable de celui qui existait au moment du Big Bang, donc selon le principe de l’identité des indiscernables, c’est la même chose, et un nouvel univers naît automatiquement. Dans ce cas on devrait identifier des motifs circulaires décrits par Penrose dans le CMB. Ce dernier croyait les avoir trouvés en 2010 mais c’est fortement contesté.

Pour Lee Smolin cependant, l’idée d’une succession d’Univers est indispensable pour permettre l’ajustement des lois par évolution, comme il l’a écrit au chapitre 10 (voir article 3 au chapitre 2-4). Nous y avons vu que toute théorie qui aura l’ambition de répondre à la question « pourquoi ces lois« ? et pour laquelle elles doivent être expliquées, ces lois devront évoluer. Lee Smolin s’appuie sur la philosophie de Charles Sanders Peirce (1839-1914), qui amorce son raisonnement: « Supposer que les lois universelles de la nature puissent être appréhendées par l’esprit et cependant ne disposer d’aucune explication pour leur forme, autre qu’inexplicable et irrationnelle, est une position difficile à justifier ». Le principe de raison suffisante de Leibniz implique que la science devrait être capable de répondre à la question pourquoi ces lois plutôt que d’autres? Pierce le souligne bien en écrivant: « Les uniformités font précisément partie de de ces faits ayant besoin de d’être expliqués…La loi est par excellence la chose qui exige une raison« . D’où la nécessité de répondre à la question: pourquoi ces lois? Puis il affirme que « la seule manière possible de rendre compte des lois de la nature et de l’uniformité en général est de supposer qu’elles sont le fruit de l’évolution« . Donc le fruit de leur rapport au temps. « Une explication rationnelle des lois et des conditions initiales particulières obtenues dans notre univers nécessite que la sélection se soit produite plus d’une fois, sans quoi nous ne pourrions rien expliquer du choix spécifique qui a été fait alors que si les mêmes conditions initiales et lois ont existé à de nombreuses reprises il pourrait y avoir des raisons à cela. » Nous avons dit aussi dans ce chapitre 2-4 que, selon Lee Smolin, entre deux manières dont les nombreux big bang pourraient être organisés (simultanément ou séquentiellement), « c’est seulement dans le second cas que nous pouvons espérer développer une cosmologie capable de répondre à la question du pourquoi ces lois? en restant scientifique , dans le sens que nous serons en mesure d’élaborer des prédictions falsifiables ». En effet, si le big bang n’a aucun passé, le choix des lois et des conditions initiales est arbitraire et il n’y a aucun test possible, de même que pour les scénarios dans lesquels existeraient une population vaste, voire infinie d’univers dont les big- bangs seraient déconnectés du notre. Ce postulat d’univers parallèles qui seraient causalement déconnectés du notre ne peut en rien, dit Lee Smolin, nous aider à expliquer les propriétés de notre univers. Pour avoir une prédiction qui soit falsifiable (au sens de Popper, c’est à dire que l’on peut contredire au moyen d’une expérience réalisable), il faut que les lois évoluent avec le temps. Ainsi, en réponse à la question « Qu’aura à dire la nouvelle théorie sur la nature du temps? », on peut résumer par la formulation de Roberto Mangabeira Unger (voir l’univers singulier et la réalité du temps, écrit avec Lee Smolin): ou bien le temps est réel, ou bien il ne l’est pas! S’il ne l’est pas, alors les lois sont intemporelles, mais le choix de ces lois est inexplicable. Mais si le temps est réel, rien ne dure toujours, pas même les lois. Si les lois agissent pour toujours, on est dans le paradigme newtonien et on peut réduire toute propriété du monde d’un moment ultérieur à celle d’un moment antérieur (principe de causalité). Cela signifie de manière équivalente qu’on peut remplacer n’importe quelle relation causale par une relation logique.Donc le fait que le temps soir réel signifie bien que les lois ne durent pas pour l’éternité, et donc qu’elles doivent évoluer. La notion de loi intemporelle telle que la physique l’a envisagée depuis Newton jusqu’à présent viole le principe du « relationnel » que nous avons examiné au chapitre 2-2 dans l’article 3, principe qui devrait contraindre la nouvelle théorie cosmologique que Smolin appelle de ses voeux. Il résulte du principe d’absence d’actions sans réciproque selon lequel rien dans l’univers n’agit sans qu’on puisse agir dessus. Si on fait le choix que les lois dérogent à ce principe, en les voyant comme « extérieures à l’univers », on les place alors hors du domaine de l’explication rationnelle. Pour rendre ces lois explicables, il faut les considérer comme faisant partie du monde comme tout objet sur lesquelles elles agissent. Elles deviennent alors du ressort de la causalité en participant du changement et de l’influence mutuelle qui font du monde un tout. 

Ainsi, conclut Lee smolin dans le chapitre 18 de son livre: « nous voyons que la cosmologie devient plus scientifique et nos idées plus vulnérables au test, si nous travaillons dans un cadre où le temps est réel et fondamental, et où l’histoire de l’univers est un élément nécessaire à notre compréhension de son état actuel (principe se causalité). Ceux qu’encombrent des présupposés métaphysiques comme quoi le but de la science est de découvrir des vérités représentées par des objets mathématiques intemporels (platonisme), pourraient croire que qu’éliminer le temps, rendant ainsi l’univers semblable à un objet mathématique, est la voie vers une cosmologie scientifique. Mais il s’avère que c’est tout l’opposé. Comme l’a compris Charles Sanders Pierce il y a plus d’un siècle, les lois doivent évoluer pour être explicables« .Dans le prochain et dernier article à propos « ma lecture » du livre de Lee Smolin nous examinerons sa conclusion avec le chapitre 19 « le futur du temps et l’épilogue « penser dans le temps ». 


liens: 

Théories d’une vitesse de lumière variable.   Scénario de Roger Penrose dans Cycles of Time Une nouvelle vision extraordinaire de l’univers. (cosmologie cyclique conforme de Penroseproposées par Jean-Pierre Petit en 1988 puis John Moffat en 1992 et popularisées par le duo Andreas Albrecht et João Magueijo en 1998 pour expliquer le problème de l’horizon en cosmologie et proposer ainsi une alternative à l’inflation cosmiqueLaurent Sacco écrit dans Futura-sciences.com;: »Une nouvelle théorie, impliquant une vitesse de la lumière très élevée au moment du Big Bang, vient d’être proposée et elle conduit à une prédiction stricte testable 

https://blogs.mediapart.fr/jean-paul-baquiast/blog/280619/lunivers-selon-lee-smolin: l’univers selon Smolin et la monadologie leibnizienne

https://www.persee.fr/doc/phlou_0035-3841_2008_num_106_2_7779: Lee Smolin, les lois issues de l »évolution

http://philoscience.over-blog.com/article-32779571.html: Lee Smolin contre le multivers

https://blogs.mediapart.fr/jean-paul-baquiast/blog/081214/sciences-lunivers-est-il-unique-ou-nonIl n’y a plus lieu de parler de multivers. Il n’y a plus qu’un univers, celui dont nous observons l’existence, s’étendant à celui que nous ne pouvons pas observer directement mais dont nous pouvons légitimement supposer la présence. Mais cet univers évolue tout au long du temps. Les lois fondamentales de la physiques évoluent elles-aussi, parallèlement à l’univers dont elles déterminent les propriétés. Si l’univers est unique et si l’on admet le concept non de Big bang (provenant de rien) mais de début de notre univers, éventuellement suivi d’inflation, il faut admettre qu’une version antérieure de cet univers existait dans un temps précédent, dotée éventuellement de lois fondamentales différentes. On admettra également que notre univers se poursuivra dans un temps futur donné (et non pas dans un temps infini) par une nouvelle version, obéissant à son tour aux lois du moment, lesquelles auront évolué parallèlement. Comment se font les passages d’une version à l’autre, contractions suivies de réexpansions ou autrement ? La cosmologie ne permet pas de répondre à cette question, mais au moins des hypothèse en ce sens pourraient être simulées en laboratoire. La question des Singularités disparaît aussi.


https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-fin-trous-noirs-selon-hawking-avis-jean-pierre-luminet-52134/ :Fin des trous noirs selon Hawking : l’avis de Jean-Pierre Luminet


Autres liens et concepts:

La nouvelle théorie à laquelle aspire Lee Smolin devrait satisfaire le principe de raison suffisante,   Principe d’absence d’actions sans réciproque        le principe d’absence d’actions sans réciproque et le principe d’identité des indiscernables*Ses variables physiques devraient décrire des relations évolutives entre entités dynamiques. On ne devrait y trouver aucune référence à une structure de fond fixe avec des lois figées de la nature (la nouvelle théorie doit être « indépendantes du fond)   philosophie du « relationalisme »     Une conséquences du relationalisme est l’identité des indiscernables ( l’identité des indiscernables)       la mécanique quantique comme théorie essentiellement relationnelle  Les lois de la nature évoluent et impliquent que le temps est réel.

l’univers doit être fermé sur les plans explicatif et causal  principe de causalité   « principe de complétude »         

Au chapitre 8, Lee Smolin revient sur ce qu’il appelle l’”erreur cosmologique” (voir mon article 1: appliquer à l’Univers entier des lois établies et vérifiées sur des sous-systèmes.)      mort thermique de l’univers  notre univers est-il irréversible?   La direction du temps     l‘irréversibilité du temps  problème de la mesure en cosmologie     La singularité initiale   l’origine de l’univers l’Univers-bloc  la physique de Newron et le paradigme newtonien     le principe de précédence (article 6)      Le théorème du libre-arbitre  ou doublecause.net; le théorème du libre-arbitre (ou théorème du libre-arbitre)            Une véritable interprétation de la mécanique quantique par Lee Smolin     le big bang    Big bang, un début sans commencement ne suffit plus      Big bang ou pas big bang?         CMB     constante cosmologique et énergie noire         forme et destin de l’univers    l’expansion de l’univers et a(t)     constante cosmologique et énergie noire     le rayonnement cosmologique Ondes gravitationnelles ? Inflation ? Ou les deux ? et bicep 

les cerveaux de Boltzmann   sur les cerveaux de Boltzmann     que sont les cerveaux de Boltzmann?      la conscience et la physique de linformation P. de Guillemant

Modèles cosmologiques– 

Liste de modèles cosmologiques et présentation rapide

pré-big bang      

https://www.amazon.fr/Endless-Universe-Beyond-Big-Bang/dp/0385509642)

La renaissance du temps article 10 ( La renaissance du temps par la chaleur et la lumière -chapitre 17)


La renaissance du temps article 10 ( La renaissance du temps par la chaleur et la lumière -chapitre 17 du livre)

J’écris mon blog pour partager ma soif de connaissances, mes réflexions et mes passions et mes lectures. Dans ces articles, je voudrais partager « ma lecture » du livre de Carlo Rovelli « par-delà le visible ». Ecrire ce que je retiens de mes lectures me permet de réfléchir à la compréhension que j’en ai. je mets entre guillemets les passages qui me semblent importants ou qui me frappent. Et par dessus tout je fais des recherches sur internet pour compléter ma lecture avec le maximum de liens que souhaite responsables, qui permettent aux lecteurs d’approfondir la connaissance du sujet.   

The singular universe and the reality of time

Autres liens: http://www.philipmaulion.com/article-bienvenu-au-moment-present-de-lee-smolin-117515126.html: Bienvenue au ‘Moment Présent’ de Lee Smolin.

http://www.philipmaulion.com/2017/05/emergence-pourquoi-les-physiciens-recourent-ils-a-cette-notion.htm:l Emergence : pourquoi les physiciens recourent-ils à cette notion ?

  1. Il n’y a qu’un seul Univers. Il n’y en a pas d’autre ni quoi que ce soit qui lui soit isomorphe.
  2. Tout ce qui est réel est réel à un instant donné, qui est une succession d’instants. Tout ce qui est vrai est vrai à l’instant présent.
  3. Tout ce qui est réel à un instant est un processus de modification menant à l’instant suivant ou au futur. Tout ce qui est réel est donc le résultat d’un processus à l’intérieur duquel il est la cause, ou il implique, les instants futurs.
  4. Les mathématiques sont déduites de l’expérience comme une généralisation de régularités observées où le temps et les particularités sont supprimées.

« La gravitation quantique à boucles décrit l’espace comme un réseau dynamique de relations »2.

Grosso modo, l’espace-temps ne serait pas continu et uniforme, mais granulaire et discontinu. Il existerait un espace et un temps indivisibles. Cette théorie simple à se représenter et élégante a fait ses preuves sur plusieurs points de vue, comme l’explication des aires et des volumes en géométrie, mais laisse à désirer encore sur la dynamique

Dans son livre The Life of the Cosmos, Smolin propose d’appliquer la sélection naturelle à la cosmologie, de sorte que l’univers que nous connaissons serait le résultat de l’évolution par mutation d’univers plus anciens. C’est la théorie des univers féconds.

Smolin avance qu’un univers pourrait en engendrer un autre lors de la formation d’un trou noir. Les constantes fondamentales de la physique, comme la célérité de la lumière dans le vide, seraient différentes d’un univers à l’autre.

boucles.html#.XBQYhVxKj4YLa gravitation quantique à boucles

Pour commencer à connaître avec quelques sites internet regroupés sur une même page pour une lecture plus aisée et des liens supplémentaires.

http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2013/136/smolin.htm

(Time Reborn: From the Crisis in Physics to the Future of the Universe)

http://medias.dunod.com/document/9782100706679/Feuilletage.pdf (la renaissance du temps Dunod: quelques pages à feuilleter)

https://monblogdereflexions.blogspot.com/2018/12/la-gravitation-quantique- La gravitation quantique à boucles avec Carlo Rovelli: Pour s’initier avec quelques sites

http://www.paris8philo.com/article-33714241.html: à propos de rien ne va plus en physique: « billet de Jean Zin, pour une physique pluraliste, qui nous paraît essentiel pour comprendre les enjeux des théories physiques actuelles qui souvent tendent vers l’impossible, hors toute avancée, toute brèche se fait par dissymétrie, sans souci du qu’en-dira-t-on il suffit de voir l’attitude de Grigori Perelman, si non-chalante vis-à-vis de la communauté scientifique, ou devrait-on dire l’etablishment. Jean Zin reste un grand guetteur de ce qui se passe en science, nous vous recommandons ses articles. »

1) Préambule: Ceci est la suite des articles de mon blog à propos des univers multiples  d’Aurélien Barrau pour les quels je retiens ici les commentaires utiles: 

     -Mon article 1; D’après Aurélien Barrau, Univers multiples Chap 1): les propositions nouvelles face aux problèmes:et paradoxes de la physique « peuvent constituer une « pulsion inchoactive » qui poussera vers une découverte sans précédent ou bien vers un réenchantement de ce que l’on savait déjà sans en avoir pris la « dé-mesure » et finalement vers une nouvelle sacralisation du « monde ».
-Mon article 2: D’après Aurélien Barrau, Univers multiples. La gravitation quantique chap. 9 L) Voir la Conclusion:  […] aujourd’hui, la physique est en crise, le monde est en crise. Avec Lee Smolin et son « rien ne va plus en physique« , Carlo rovelli Parle de la schizophrénie bipolaire des physiciens (voir une révolution inachevée). La vision anthropique de Trin Xhuan Thuan et la vision biblique du monde, qui s’origine dans les mythes de l’Un et de l’ordre, émergeant du Chaos initial, semblent exclus de la vision de bien des physiciens et cosmologues qui découvrent, comme l’a fait Jean Pierre Luminet, que l’Univers ne peut avoir été infiniment dense et donc que le big bang ne peut avoir été tel qu’on se l’imaginait depuis de nombreuses décennies. La possibilité d’un avant big bang a été mise en évidence avec un (ou des?) univers précédent qui se serait condensé jusqu’à une taille extrêmement petite mais non nulle et qui aurait « rebondi » en un big bounce pour donner notre Univers actuel en expansion après le phénomène d’inflation cosmique. Un des derniers rebondissements de ces recherches, avec Lee Smolin, pourrait bien aboutir avec sa « renaissance du temps » à une solution de la contradiction entre la physique quantique et la théorie de la relativité. A priori, ce serait une théorie unifiée des interactions fondamentales. 


2) La renaissance du temps, mes précédents articles – résumé. 

Nous avons vu dans -à propos d’Aurélien Barrau chap.9 (mon article 2)- que de nombreuses théories nouvelles ou hypothèses proposent l’unification de la physique ou tout au moins des explications aux dilemmes et paradoxes que la cosmologie moderne a mis en évidence. 

Mais, dans mes articles sur « la renaissance du temps« , voir l’article 1 chapitre 8 Lee Smolin prévient: Le paradigme newtonien ne peut même pas apporter un embryon de réponse à ces questions et dilemmes: Pourquoi ces lois? Pourquoi ces conditions initiales de l’univers? Quel mécanisme les a t-il sélectionnées parmi une multitude infinie de possibilités? etc. Il appelle « erreur cosmologique » (voir mon article 1 chapitre 2), le fait d’appliquer à l’Univers entier dans sa globalité des lois établies et vérifiées sur des sous-systèmes. Dans le paradigme newtonien, ce que nous appelons une loi doit s’appliquer dans tous les cas. Mais l’application d’une loi à n’importe quel morceau d’univers implique une approximation, parce que nous devons négliger toutes les interactions entre ce morceau et le reste de l’univers. Donc les applications vérifiables d’une loi sont toutes des approximations. Lee Smolin fait remarquer en particulier que les lois se vérifient sur beaucoup de sous-systèmes. Mais si on veut appliquer une loi de la nature sans approximation, c’est à l’univers entier qu’il faudrait l’appliquer, alors que nous n’avons qu’un seul Univers sous la main. Et un seul cas n’apporte pas suffisamment d’indices pour justifier l’affirmation qu’une loi particulière de la nature s’applique. C’est ce que Lee Smolin appelle le dilemme cosmologique (faire de la physique dans une boite: on considère un petit sous-système isolé du reste de l’univers dans lequel on néglige certains effets pour ne s’intéresser qu’à certaines variables qui définissent un espace de configuration, atemporel. ). Et pourquoi cette loi et pas une autre? De plus, beaucoup de théories cosmologiques (théorie des cordeséquation d’Einstein …) admettent en réalité une infinité de solutions, parmi lesquelles une seule correspond à notre univers. Doit-on se résoudre à admettre l’existence d’une infinité d’Univers inaccessibles pour pouvoir justifier le notre par un principe anthropique

Nous pensions, dit Lee Smolin, savoir comment répondre à ces questions. Une théorie unique mathématiquement cohérente pourrait incorporer les 4 lois fondamentales de la nature. Mais cet espoir a été anéanti. On se trouve face à ce qu’il appelle « le défi cosmologique ». On vient de voir qu’il faudrait étendre la science à une théorie de l’Univers entier. Le défi est qu’il ne peut pas exister de composante statique qui puisse servir de cadre de référence, car tout dans l’Univers change et il n’existe aucun extérieur., rien qui puisse être qualifié de fond par rapport auquel les mouvements du reste de l’Univers (que nous négligeons). Or, toutes les théories physiques divisent le monde en deux parties, une partie « dynamique », qui change, et une statique, qui contient un « fond » de choses immuables, comme les constantes fondamentales.  Le « défi cosmologique » consiste à formuler une théorie de l’univers « indépendante du fond », purement dynamique afin de ne rien supposer d’extérieur à l’Univers: « Lorsqu’on fait de la « physique dans une boite », le « fond » comprend notamment les conditions initiales, et la méthode expérimentale permet de contrôler les conditions initiales afin de s’assurer que les lois sont indépendantes de ces conditions. En cosmologie, cette distinction entre « lois » et « conditions initiales » aggrave le problème qu’elle résout « dans une boite » : si nos observations du fond diffus cosmologique ne correspondent pas bien à la théorie de l’inflation cosmologique, faut-il corriger la loi ou les conditions initiales? Smolin critique aussi les théories effectives qui décrivent bien ce qui se passe à une certaine échelle de grandeur, mais en négligeant l’influence de ce qui est beaucoup plus grand ou plus petit. » Pour Smolin, la théorie issue du défi cosmologique doit tenir compte de tout, sans rien négliger. »

L’article 7 (La renaissance du temps par la relativité chapitre 14) conclut par: « La notion globale de temps que nous venons de voir implique qu’en chaque événement il existe un observateur privilégié dont l’horloge mesure la passage du temps. Mais il n’y a aucun moyen de le choisir par une mesure qu’on pourrait faire dans une petite région, ce qui confirme le principe de relativité à des échelles plus petites que celle l’univers. Ce choix d’un temps global particulier est déterminé par la façon dont est distribuée la matière dans l’univers. La dynamique des formes constitue donc « un pont » entre le principe de relativité et le temps global qu’exigent les théories telles que celle à laquelle aspire Lee Smolin avec des lois évolutives ou celles qui expliquent les phénomènes individuels au moyen de variables cachées. Il y a une grandeur par contre qui n’a pas le droit de changer lorsqu’on agrandit ou qu’on rapetisse les échelles, c’est le volume de l’univers à chaque instant, même s’in évolue au cours du temps. Ceci donne donc un sens à la taille totale de l’univers et à son expansion et nous fournit une horloge physique universelle. LE TEMPS VIENT D’ÊTRE REDECOUVERT« .

Dans l’article 8 (l’émergence de l’espace chapitre 15), nous avons abandonné provisoirement le temps pour examiner l’espace. Le Dr Goulu nous le présente ainsi: « Ce long chapitre est le plat de résistance du livre. C’est là que ça passe où ça casse, et j’ai mis plus de deux semaines à le digérer avec peine. Il commence très fort: L’aspect le plus mystérieux du monde est juste sous nos yeux. Rien n’est plus banal que l’espace, et pourtant lorsque nous l’examinons de près, rien n’est plus mystérieux. Je crois que le temps est réel et essentiel à une description fondamentale de la nature. Mais je crois probable que l’espace va s’avérer n’être qu’une illusion. […] Selon Smolin, l’existence d’un temps réel est indispensable pour réconcilier les deux pans de la physique, mais l’espace ne l’est pas. Parmi les théories ayant exploré l’idée que l’espace émerge d’une structure de graphe plus fondamentale, la première est la “triangulation dynamique causale” […].

L’article 9 a débuté avec une synthèse (chapitre 3) effectuée par le DrGoulu du chapitre 16 (vie et mort de l’univers) du livre de Lee Smolin: « La vision intemporelle de la physique basée sur le paradigme de Newton a montré son impuissance face aux questions les plus basiques de l’univers : pourquoi est-il intéressant (…) au point que des créatures comme nous puissions y être et nous en émerveiller ? Mais si nous adoptons la réalité du temps, nous rendons possible une physique asymétrique par rapport au temps dans laquelle l’univers peut naturellement faire évoluer de la complexité et de la structure. Et ainsi nous évitons le paradoxe d’un univers improbable ».  

Après avoir étudié au chapitre 3-2 (de cet article) La physique moderne et la thermodynamiques’est posée (au chapitres 3-3) la question : « notre univers est-il en équilibre« ? La réponse étant négative nous avons examiné au chapitre 3-4 la question de la flèche du temps et le problème qu’elle pose (son illusion?). Puis nous avons effectué au chapitre 3-5) un retour à la question qui a été à l’origine de la réflexion de Lee Smolin: le temps est-il fondamental? Est-il asymétrique? En effet, si nous avons besoin de conditions initiales asymétriques pour expliquer notre univers alors que les lois de la nature sont temporellement symétriques, cela n’affaiblit-il pas l’argument en faveur d’un temps irréel, qui n’existe pas, comme le présente la cosmologie moderne (Carlo Rovelli dit: « il faut oublier le temps« )? Au chapitre 5 nous avons réexaminé  une réflexion qui est présente dans notre questionnement depuis le début du livre de Lee Smolin (et donc dans mes articles): Pouvons-nous dire de notre univers qu’il est improbable (en raison de l’ajustement fin qui réfère à l’étonnante précision des constantes physiques de la nature et de l’état premier de l’Univers)? En effet, pour expliquer l’état présent de l’univers, même la meilleure théorie scientifique suppose que les constantes physiques de la nature et l’état premier de l’Univers aient des valeurs extrêmement précises. Pour Lee Smolin, la seule façon d’échapper à l’erreur cosmologique et au paradoxe d’un univers improbable est de baser l’explication de la complexité et du fait que l’univers a un richesse intéressante sur une physique qui soit temporellement asymétrique, qui rend de fait l’univers inévitable plutôt qu’improbable et d’adopter la réalité du temps. 

Nous pouvons aborder maintenant « ma lecture du chapitre 17:  « La renaissance du temps par la chaleur et la lumière ».


3) « La renaissance du temps par la chaleur et la lumière » (chapitre 17).

    3-1) L’univers « leibnizien ».

Dans l’article 9, nous venons de considérer l’une des plus grandes énigmes cosmologiques : Pourquoi l’univers est intéressant et paraît devenir de plus intéressant au cours du temps. Les tentatives de s’attaquer à cela, basées sur la vision intemporelle qu’implique le paradigme newtonien se sont avérées infructueuses et conduisent à des paradoxes: l’affirmation que l’univers unique est improbable conduit au paradoxe du cerveau de Boltzmann. Dans le chapitre 17, Lee Smolin va expliquer comment les principes d’une nouvelle théorie cosmologique, tels que ceux énoncés dans le chapitre 10 (voir mon article 3 au chapitre 2: les nouveaux principes de cosmologie). Ils peuvent mener à une compréhension de pourquoi l’univers est intéressant, sans buter sur les paradoxes que nous avons rencontrés dans l’article 9 (chapitre 16 du livre).

Commençons par la question: l’univers peut-il contenir deux instants identiques? Chaque instant est unique nous répond la flèche du temps et jusqu’ici, l’univers est différent à différents instants. La question est de savoir si la progression des instants est accidentelle ou reflète un principe plus profond. Dans les théories qui procèdent du paradigme newtonien, la flèche du temps semble accidentelle alors que dans un univers éternel on doit s’attendre à de nombreuses paires d’instants identiques. Mais il y a un principe plus profond qui dit que deux instants ne peuvent être identiques: c’est le principe de l’identité des indiscernables de Leibniz qui a été décrit dans l »article 3 (ma lecture du chapitre 10 du livre) au chapitre 2-2. Ce principe a été vu comme une conséquence du principe de raison suffisante de Leibniz et comme l’essence de la philosophie du « relationalisme« . Ce principe affirme qu’il ne peut y avoir 2 objets dans l’univers qui soient distincts s’ils sont indiscernables. En particulier si des objets se distinguent l’un de l’autre seulement par leurs propriétés observables, il ne peut y avoir deux objets discernables ayant exactement les mêmes propriétés. Le principe de Leibniz découle de l’idée fondamentale que les propriétés des corps obéissent au « relationalisme« : « La notion de relationalisme s’oppose à celle de substantialisme et s’est introduite historiquement à propos de la conception de l’espace et du temps. La conception substantialiste de l’espace et du temps considère qu’ils existent comme entités indépendantes au même titre que la matière et constituent un cadre pour l’existence des objets et des phénomènes. L’espace c’est l’étendue et le temps c’est la durée où sont plongés les objets matériels. Une conception qui remonte à Démocrite où les atomes et le vide ont même statut, mais qui a pris corps chez Newton avec son espace et son temps absolus et a envahit toute la physique classique La conception relation listé de l’espace et du temps considère que ce sont les formes d’existence des objets matériels, l’espace exprimant l’existence même des objets et le temps exprimant la succession des états. L’espace traduit les relations entre objets, leur disposition mutuelle, et le temps les relations entre les états et les événements. La conception relationaliste considère que l’espace et le temps sont l’expression de la coordination de ce qui existe dans l’universCette conception a été essentiellement développée par Leibniz. Citons le : « Je ne dis pas du tout que la matière et l’espace sont la même chose, j’affirme seulement que sans matière il n’y a pas d’espace et que l’espace en lui même ne constitue pas une réalité absolue ». Ce n’est pas pour autant que le relationalisme constitue une doctrine idéaliste opposée au matérialisme. Car le relationalisme reconnaît l’objectivité de l’espace et du temps et son universalité, car rien ne peut exister en dehors de l’espace et du temps« .

Qu’en est-il de deux particules comme deux électrons dont l’un est dans un des atomes de mon PC et l’autre sur la lune? Ce ne sont pas des particules identiques, car leur position est l’une de leurs propriétés. Du point de vue relationnel, on peut dire qu’ils sont discernables car ils ont des environnements distincts. Mais l’espace absolu n’existe pas et il n’y a aucun moyen de demander ce qui se passe en un point précis à moins d’avoir un moyen de spécifier cet endroit, par exemple en notant ce qui est unique dans la vue depuis cet endroit. Mais si on affirme que deux objets dans l’espace ont exactement les mêmes propriétés et le même environnement, cela veut dire que quelle que soit la distance depuis laquelle on les observe, on découvrira la même organisation dans l’espace pour tout le reste. Et dans ce cas, il serait impossible d’expliquer à un observateur comment distinguer un objet de l’autre. En conséquence, il est impossible que le monde contienne deux objets identiques. Plus de détails, voir le chapitre 10 du livre pages 126 et 127 ([…] si les propriétés d’un corps, les propriétés par lesquelles nous l’identifions et le distinguons des autres corps, sont des relations avec d’autres corps, alors il ne peut pas y avoir deux corps ayant exactement le même ensemble de relations au reste de l’univers. Si deux choses ont exactement les mêmes relations avec tout le reste dans l’univers, c’est qu’elles sont une seule et même chose. C’est là le principe de Leibniz, l’identité des indiscernables, une conséquence du principe de raison suffisante). Ainsi affirme Lee Smolin, dans ces pages, il n’y a aucune symétrie fondamentale dans l’univers dans son ensemble.

Il en est de même des événements dans l’espace-temps. Il ne peut y avoir non plus deux instants identiques, car le principe d’identité des indiscernables nécessite qu’il ne puisse y avoir dans l’espace-temps deux événements avec exactement les mêmes propriétés observables. Ce que j’observe, un ciel étoilé par exemple, est un panorama de l’univers depuis un lieu particulier à un instant particulier. Si; comme nous l’avons supposé pour la nouvelle physique à construire (nouvelle théorie à laquelle aspire lee Smolin) est relationnelle, alors les photons qui nous arrivent du ciel étoilé constituent la réalité intrinsèque de cet événement particulier (moi, en train de lever la tête vers le ciel, à cet endroit et à cet instant particuliers). Le principe de l’identité des indiscernables nous dit que le panorama que ce que chaque observateur peut voir depuis chaque événement dans l’histoire de l’univers est unique. Cela implique que notre univers ne peut avoir de symétries exactes comme nous l’avons vu au chapitre 10 du livre. Les symétries que la science postule et qui sont présentes dans toutes nos théories physiques avec le concept de groupe sont utiles pour l’analyse de petites parties de l’univers s’avèrent approchées ou bien rompues. 

Dans un tel univers où chaque instant est unique et ne se répète jamais, il n’y a jamais de réalisation complète des conditions pouvant donner du sens au paradigme newtonien. Cette méthode demande la répétition de nombreuses expériences pour vérifier leur reproductibilité et pour distinguer l’effet d’une loi générale des effets des modifications des conditions initiales. Cela peut être obtenu approximativement, mais jamais exactement car plus allons dans les détails, plus il apparaît qu’aucune expérience ni événement ne peut être la copie exacte d’un autre. Les univers hypothétiques dans lesquels chaque instant et chaque événement sont absolument uniques et qui satisfont le principe d’identité des indiscernables sont appelés par Lee Smolin univers Leibniziens. 

     3-2 Univers BoltzmannienCeci est en contraste avec l’univers conçu par Ludwig Boltzmann, vision de la cosmologie dans laquelle l’essentiel de l’histoire de l’univers est dominé par des périodes d’équilibre thermique où l’entropie évolue vers un maximum et où il n’y a ni structure ni organisation. Ces longues périodes aux allures de mort thermique sont ponctuées d’épisodes relativement courts durant lesquels on peut voir émerger de la structure et de l’organisation dues à une fluctuation statistique, qui se dissipent suite à la tendance à la croissance de l’entropie. 

     3-3 Vivons-nous dans un univers de type boltzannien, ou bien leibnizien?

C’est la question dont le futur dépend. Dans un univers leibnizien, le temps est réel; aucun instant n’est pareil à un autre. Dans un univers boltzmannien, il y a une multitude d’instants qui se répètent, exactement ou à n’importe quel degré de précision. Cela signifie que tous les instants de cet univers sont comme tous les autres parce qu’à l’équilibre, ils sont grosso modo les mêmes dit Lee Smolin. Les quantités globales qui les mesurent, comme la température ou la densité sont uniformes et même si elles fluctuent autour de ces moyennes, elles ne le font jamais assez pour influencer les niveaux macroscopiques de structure et d’organisation. Si on attend assez longtemps, l’univers s’approchera de la répétition de n’importe quelle configuration, autant que l’on voudra. Ces quasi-récurrences sont séparées par un temps appelé temps de récurrence de Poincaré, qu’on a vu dans l’article 9 au chapitre 3-2 (Les gaz et seconde loi de la thermodynamique) [le théorème de Poincaré dit que, pour presque toutes les « conditions initiales », un système dynamique conservatif dont l’espace des phases est de « volume » fini va repasser au cours du temps aussi près que l’on veut de sa condition initiale, et ce de façon répétée.].Mais si le temps de cet univers de Boltzmann est éternel, chaque instant se répète un nombre infini de fois.

Dans un univers leibnizien, c’est tout l’inverse: par définition, aucun instant ne se répète jamais. 

Un univers ne peut être à la fois boltzannien et leibnizien, alors, de quelle sorte est le notre? Si le temps est réel, il devrait être impossible que deux instants soient distincts et identiques, donc le temps ne peut être pleinement réel que dans un univers leibnizien. Ce dernier sera complexe, générant une large palette de motifs et de structures et en changement perpétuel pour s’assurer que chaque instant peut être distingué de tout autre par les structures et les motifs qu’il contient. C’est bien le cas de qui apparaît de notre univers, qui doit donc être de type leibnizien.

     3-4) Complexité, auto-organisation, diversité…

Le fait que notre univers semble satisfaire le principe de l’identité des indiscernables n’enlève pas la totalité du mystère. En effet, ce ne sont pas les principes qui agissent sur la matière, mais les lois. Ce que nous avons besoin de savoir, c’est comment un principe est satisfait en agissant par le biais des lois. La relation « tortueuse » entre la gravitation et la thermodynamique donne un élément de réflexion sinon une réponse. Une composante de notre univers leibnizien actuel est presque à l’équilibre thermique avec le rayonnement micro-ondes cosmologique (CMB). C’est une relique de l’univers primordial qui a surgi environ 380 000 ans après le big bang. L’équilibre règne dans de très vastes régions de l’espace intergalactique et interstellaire, mais une grande partie de l’univers est loin de l’équilibre. C’est le cas des étoiles avec leurs environnements. Elles sont en équilibre dynamique entre l’énergie générée par les réactions nucléaires dans leurs noyaux, qui tendent à les faire exploser, et la gravitation, qui voudrait les faire s’effondrer. Une étoile attendra l’équilibre seulement quand elle sera à court de combustible nucléaire en se stabilisant sous forme d’une naine blanche, d’une étoile à neutrons ou d’un trou noir selon sa masse (le trou noir peut devenir le moteur d’un système qui engloutit de la matière puis la recrache en l’accélérant). Tous ces systèmes ne sont toutefois pas à l’équilibre, ce sont des états stationnaires dynamiques d’équilibre. Une étoile est donc, dans l’espace-temps, un système amené loin de l’équilibre par un flux continu d’énergie qui le traverse. Celle-ci provient à la fois de l’énergie nucléaire et de l’énergie potentielle gravitationnelle lentement convertie en lumière stellaire. Cette lumière illumine alors la surface d’éventuelles planètes, les amenant aussi dans leurs propres états loin de l’équilibre. Ceci est un autre principe général, le principe d’auto-organisation pilotée: « Les flux d’énergie à travers des systèmes ouverts (systèmes ayant des limites et pouvant échanger de l’énergie avec leur milieu) tendent à les conduire vers des états de plus grande organisation. »  Après le principe de raison suffisante et le principe d’identité des indiscernables, le principe d’auto-organisation pilotée est le troisième principe qui, ainsi que le dit Lee Smolin est « l’ange gardien sur le terrain, fait le boulot dans les myriades d’étoiles et de galaxies pour garantir un univers diversifié et complexe ». Le flux d’énergie à travers un système peut conduire à des motifs et des structures complexes, preuves que ces systèmes sont loin de l’équilibre thermodynamique, comme l’avait mis en évidence Ilya Prigogine avec l’auto-organisation des structures dissipatives, qu’on peut mettre en évidence simplement en observant les cellules de Bénard formées par un liquide qui bout dans une casserole.  Un autre exemple est la structure ridée crée par les vents dans les dunes de sable (et rides). La vie est à l’autre bout du spectre. Entre ces deux extrêmes se trouvent de nombreuses choses, écosystèmes qui résultent toutes d’un flux stationnaire d’énergie à travers le système. Cela implique que tous les systèmes complexes auto-organisés ne sont jamais des systèmes isolés. Ces flux produisent des systèmes leibniziens. Les êtres vivants, en particulier, tendent à exister en nombreuses copies, mais chacune d’entre elles est distinguable des autres et plus on grimpe dans l’échelle de la complexité, plus les individus sont différentiables les uns des autres. 

Or, nous avons vu dans l’article 9 en particulier que la deuxième loi de la thermodynamique ne peut être appliquée que pour un système isolé (ou fermé comme le précise le site), circonscrit dans une boite, qui empêche matière et énergie d’être échangées avec l’extérieur. Mais aucun être vivant n’est un système isolé. Aristote, nous dit Lee Smolin, avait raison lorsqu’il disait avoir compris que notre monde terrestre est maintenu loin de l’équilibre par le flux d’énergie qui le traverse. C’est pour ne pas avoir su apprécier cette idée que de nombreux scientifiques ont été conduits à voir un conflit entre la deuxième loi de la thermodynamique et le fait que  la sélection naturelle ait produit des structures de plus en plus improbables. En fait, il n’y a aucune contradiction. La biosphère n’est pas un système isolé et la deuxième loi qui dit que l’entropie est croissante ne s’y applique pas. La sélection naturelle doit être vue comme un mécanisme d’auto-organisation qui peut être spontanément générée suite à la tendance qu’ont les systèmes à s’auto-organiser en étant pilotés de manière externe (au système). Les systèmes hautement complexes ne peuvent pas être à l’équilibre parce que l’ordre n’y est pas aléatoire; une grande entropie et une grande complexité ne peuvent pas coexister. Cependant, un système de faible entropie n’est pas forcément un système complexe, comme le serait une rangée d’atomes disposée en ligne. . 

Pour caractériser la complexité, Lee Smolin et Julian Barbour ont inventé la notion de diversité d’un système: « Un système possède une grande diversité si on peut distinguer les deux composantes  de toutes les paires des ses sous-systèmes au moyen d’une quantité d’information minimale sur la manière dont elles sont connectées ou reliées au tout » voir Extremal variety as the foundation of a cosmological quantum theory: https://arxiv.org/abs/hep-th/9203041    (https://arxiv.org/pdf/hep-th/9203041.pdf) et aussi: the dynamics of difference;   https://arxiv.org/pdf/1712.04799.pdf. Par exemple, dans une cité, la diversité fait que je peux dire, d’un simple coup d’oeil à quel angle de rue je me situe. Lee Smolin évoque en pages 240 et 241 comment de tels systèmes sont auto-organisés par des mécanismes de rétro-action (positive en accélérant un phénomène, ou négative en atténuant le signal) et ont donné les structures qui caractérisent notre univers actuel sur une aussi large gamme d’échelles, depuis depuis l’organisation des molécules en cellules vivantes jusqu’à l’organisation des galaxies en amas et en feuillets séparés par d’immenses vides et dont les motifs pourraient être formés par la matière noire et maintenus par ses interactions. 

     3-5) Complexité et entropie.Lorsque nous regardons en arrière, nous voyons un univers qui évolue d’un état moins structuré vers un état plus structuré. Il y a de bonnes raisons de penser que dans l’univers primordial la matière et le rayonnement étaient presque à l’équilibre comme le suggère le CMB qui à l’époque du découplage (ou recombinaison) avait environ 380 000 ans. Le découplage désigne la formation des atomes neutres par association des électrons et des noyaux atomiques, précédemment indépendants les uns des autres quand le libre parcours moyen des photons était très faible; ils étaient alors diffusés par la « brume d’électrons » Ce rayonnement fossile, émis environ 380 000 ans après le Big Bang, lorsque l’Univers observable était à la fois beaucoup plus petit, dense et chaud (le CMB était à une température d’environ 3 000 degrés Kelvin). Dilué et refroidi par l’expansion de l’Univers, il possède désormais une température moyenne très basse, de l’ordre de 3 kelvins (K). Avant le découplage, la matière était en équilibre avec le rayonnement, équilibre, autant que la science moderne la sache, équilibre uniquement perturbé par des fluctuations aléatoires de densité. De la première seconde, le site astropolis.fr nous apprend: « Dans cet univers minuscule, où règne une température quasi infinie, toute l’énergie de l’univers est concentrée (comprenez toute l’énergie des futures milliers de milliards de galaxies, comprenant chacune des centaines de milliards d’étoiles, de quoi donner le vertige !!) … mais pourtant la matière à proprement parler n’existe pas encore. Ce qui pose un problème : Nous associons à cet univers une idée de temps et d’espace, aussi infimes soient-elles … Or c’est l’énergie et la matière qui impriment sa forme à l’espace et détermine comment le temps s’écoule. Sans matière, il semble que les notions de temps et d’espace soient difficiles à caractériser, sur des distances et des durées de l’ordre du mur de Planck. Il n’empêche que, si la matière n’existe pas encore comme nous la connaissons, il règne dans l’univers un vide dit quantique, soumis à de nombreuses fluctuations. Des fluctuations qu’on pourrait se représenter comme une sorte de bouillonnement, où des pseudo particules (virtuelles ou fantômes) de matière et d’antimatière apparaîtraient et disparaîtraient, telles des bulles de savon, en s’entrechoquant. Le principe d’incertitude d’Heisenberg nous dit que plus la durée de vie d’une particule élémentaire est brève et plus son énergie sera incertaine. C’est grâce à cette incertitude que la nature prête de l’énergie pour engendrer des particules élémentaires, étant donné que masse et énergie sont équivalentes (E = mc²). La nature, récupère alors son énergie afin d’équilibrer ses comptes et les particules fantômes disparaissent. Nous verrons plus tard que la matière prendra le pas sur l’antimatière … Le monde que nous connaissons serait donc le résultat de ces fluctuations quantiques du vide. » Puis après le découplage du rayonnement (celui-ci n’interagissant plus avec ou n’étant plus couplé à la matière), dans l’espace-temps qui est devenu le notre, les structures initiales ont germé à partir de petites fluctuations de densité aléatoires, et ces structures ont grossi alors que l’univers croissait. Les galaxies se sont formées, puis les étoiles, puis … la vie! Ce n’est pas là ce que que suggère une application naïve de la deuxième loi de la thermodynamique: à mesure que le temps passe, les systèmes doivent devenir de plus en plus désordonnés, moins complexes et moins structurés. C’est le contraire que nous voyons se passer dans notre univers où la complexité augmente avec le temps et les structures les plus complexes sont les plus récentes. Ainsi, l’univers ne se contente pas d’être boltzmannien, il le devient de moins en moins avec le temps qui passe. Mais cela n’abroge pas la seconde loi, car elle s’applique aux systèmes isolés et ceux-là viennent à l’équilibre avec le temps. De plus, la formation de complexité est compatible avec un accroissement d’entropie lorsque cet accroissement et la croissance de complexité se produisent en des lieux différents. Prenons l’exemple de la biosphère terrestre qui s’est organisée pendant environ 4 milliards d’années, depuis l’origine de la vie. Son organisation croissante est pilotée par le flux d’énergie du soleil arrivant sur terre sous forme de photons visibles pour l’essentiel, énergie captée par la photosynthèse dans les plantes. Celle-ci capture l’énergie des photons via des liaisons chimiques. En catalysant des réactions chimiques, celles-ci ont pu créer des molécules qui ont enclenché les processus qui ont abouti à la vie telle qu’on la connait. L’énergie des photons dont il vient d’être question circule alors dans la biosphère et s’échappe sous forme de chaleur et finalement est rayonnée vers le ciel et au-delà (vers le soleil peut-être?) sous forme de photons infrarouge, d’énergie moindre. Ces quantum d’énergie, en catalysant des molécules complexes, ont fait baisser l’entropie de notre biosphère. Mais une fois rayonnés en lumière infrarouge vers l’espace, ces photons accroissent l’entropie du système solaire dans son ensemble. « Tant que l’augmentation d’entropie causée par le chauffage d’un grain quelque part dans l’espace est plus grande que la diminution d’entropie causée par la création moléculaire, le résultat à long terme est en accord avec la seconde loi » dit lee Smolin. Donc, si on peut considérer que le système solaire est un système isolé, le fait que certaines de ses parties connaissent l’auto-organisation n’est pas incompatible avec une augmentation (globale) de son entropie. Le système complet tend à parvenir à l’équilibre, mais tant que notre étoile-soleil émettra des photons chauds vers l’espace glacé, l’équilibre est remis à plus tard. Le fait que les étoiles existent est relié à la raison pour laquelle notre univers est loin de l’équilibre depuis environ 14 milliards d’années. 


     3-6) Epilogue: l’approche de Lee Smolin, pourquoi notre univers est-il intéressant?

La question devient maintenant: pourquoi existe-il des étoiles? Si comme le dit la deuxième loi, l’univers doit tendre vers l’entropie et le désordre, comment se fait-il que les étoiles qui entraînent l’univers loin de l’équilibre, soient partout? Mais si l’univers est leibnizien, alors quelque chose comme les étoiles doit exister. Qu’est ce qui dans les caractéristiques des lois la nature garantit leur apparition? Une première caractéristique est un ajustement incroyablement précis des paramètres qui gouvernent la physique. Ces réglages, qui incluent les masses des particules élémentaires (d’abord le proton et le neutron) et les 4 forces fondamentales (les interactions nucléaire forteélectromagnétiquenucléaire faiblegravitationnelle), rendent la fusion nucléaire possible. La différence de masse entre proton et neutron est cruciale: « Le moindre écart à cette différence aurait profondément changé le contenu de l’Univers. Si la différence de masse avait été inférieure à 0,05 %, les atomes d’hydrogène se seraient transformé en un neutron et un neutrino suivant un processus de capture électronique. Entre 0,05 et 0,14 %, beaucoup plus de noyaux d’hélium auraient été produit pendant les premières minutes de l’Univers. Et au-delà de 0,14 %, les neutrons se seraient désintégrés très vite en protons : la synthèse d’éléments plus lourds que l’hydrogène aurait été alors presque impossible. La différence de masse du proton et du neutron revêt ainsi une importance cruciale ». La fusion nucléaire a été ainsi rendue possible, car les atomes d’hydrogène, au lieu de se mouvoir de façon chaotique, écrasés les uns contre les autres au coeur de l’étoile, ont pu réagir de manière nouvelle: ils fusionnent pour devenir de l’hélium et une poignée d’éléments légers. Ceci est l’origine de l’atome génétique et de l’aventure qui a mené à la vie, ce que les lois de la thermodynamique ne peuvent pas prédire. La seconde caractéristique est en rapport avec la comportement des systèmes tenus ensemble par les forces de gravitation que Lee Smolin qualifie de systèmes « anti-thermodynamiques« . La plupart des systèmes que l’on observe obéissent à la deuxième loi de la thermodynamique: la chaleur s’écoule des corps les plus chauds vers les plus froids vers un état d’équilibre dans lequel les deux corps ont lors la même température. Ce comportement rend le système à l’équilibre stable vis à vis de petites perturbations. Mais tous les systèmes ne fonctionnent pas ainsi. On peut imaginer un gaz qui se refroidit lorsqu’on ajoute de l’énergie. C’est contre intuitif, mais de tels gaz existent, qui sont nécessairement instables. Supposons qu’on commence avec tout ce type de gaz dans une pièce à une même température. Une petite fluctuation déplace une quantité d’énergie d’un côté (le gauche par exemple) vers le côté droit. Alors le côté gauche alors que le côté droit se refroidit. Ceci pousse plus d’énergie à s’écouler du côté gauche (chaud), vers la droite (côté froid). Le côté gauche deviendra de plus en plus chaud et le côte droit, vers lequel va l’énergie, deviendra de plus en plus froid. Il y a alors un emballement, causant une instabilité. Répétons alors le scénario dans le côté chaud en supposant qu’une nouvelle fluctuation apparaisse, refroidissant un peu la région centrale de ce côté chaud. Le même phénomène produit une contre-réaction positive qui va refroidir plus le centre et réchauffer la région qui l’entoure. La petite fluctuation grossit pour devenir une structure et… on obtient un motif complexes de régions chaudes et de régions froides. Un tel système élabore naturellement des motifs complexes, mais il est difficile de prévoir vers quoi il va s’acheminer, parce qu’il y a un nombre énorme de configurations de motifs vers lesquels il pourrait évoluer. Les systèmes qui se tiennent par la gravitation sont eux-aussi à l’instar des ces derniers systèmes, anti-thermodynamiques, et se comportent de cette manière bizarre: les étoiles, les galaxies, les trous noirs se refroidissent lorsqu’on y injecte de l’énergie. Cela veut dire qu’ils sont instables. Les instabilités les conduisent loin de l’équilibre et stimulent la formation des structures dans l’espace et le temps. Pourquoi en est-il ainsi? Ce qui distingue la gravitation des autres forces, c’est qu’elle est de longue portée et universellement attractive. Considérons une planète du système solaire. Si on y « met » de l’énergie, elle ira plus loin de l’étoile, mais là, elle se déplacera plus lentement sur cette orbite plus éloignée. Ainsi, injecter de l’énergie dans le système décroît la vitesse de la planète, ce qui abaisse la température du système, car la température est reliée à la vitesses moyenne des éléments composant le système, c’est une mesure de l’agitation des particules, plus précisément de leur énergie cinétique. A l’inverse, si on prélève de l’énergie au système solaire, la planète doit réagir en tombant plus près de l’étoile (le soleil) où elle se déplacera plus vite. Ainsi, prélever de l’énergie au système revient à le chauffer. Ce comportement anti-thermodynamique se manifeste aussi dans les amas d’étoiles. Si un amas devait agir thermodynamiquement, il atteindrait l’équilibre. Dans ce cas, toutes les étoiles auraient la même vitesse moyenne et resteraient groupées pour toujours. Au lieu de cela, on observe que que l’amas se dissipe lentement. Pourquoi? Régulièrement, une étoile passe au voisinage d’une étoile double, deux étoiles qui orbitent l’une autour de l’autre. Un passage rapproché peut conduire à les deux étoiles à resserrer leur orbite (se rapprocher l’une de l’autre). Cette réduction orbitale relâche de l’énergie qui est transférée à la troisième étoile. Celle-ci peut avoir maintenant assez d’énergie pour s’échapper de l’amas et commencer son voyage dans l’espace. Au bout d’une longue période, il ne reste de l’amas que quelques étoiles doubles très rapprochées  et des nuages d’étoiles rapides filant loin de l’amas. Et Lee Smolin conclut ce chapitre par:

« Cela ne contredit pas la deuxième loi de la thermodynamique, mais seulement son interprétation naïve. La loi disant que l’entropie devrait normalement augmenter traduit juste le fait que plus il y a de façons de que quelque chose se produise, plus cette chose sera probable. Les systèmes thermodynamiques normaux finissent dans l’état unique et ennuyeux de l’équilibre uniforme; les systèmes gravitationnels finissent dans un état parmi de nombreux états possibles hautement hétérogènes. 


Ainsi, le fait que notre univers soit intéressant a une explication triple. 

     -Le principe d’auto-organisation pilotée agit sur une myriade de sous-systèmes et d’échelles, du moléculaire au galactique évoluant vers des états de complexité toujours croissante. 

     -Les moteurs qui pilotent ce processus sont les étoiles, qui existent en raison d’une combinaison d’un réglage fin des lois fondamentales  et de la nature anti-thermodynamique de la gravitation (comme on l’a vu dans cet article). 

     -Mais ces forces peuvent produire un univers rempli d’étoiles et galaxies seulement si les conditions initiales de l’univers sont fortement asymétriques par rapport au temps.


Tout ceci peut être mis en contexte et dans une certaine mesure compris à l’intérieur du paradigme newtonien. Même si nous continuons à penser dans ce paradigme, l’organisation du monde semble reposer sur semble reposer sur de colossales improbabilités (la particularité extrême du choix des conditions initiales). La triste conclusion est que la seule sorte d’univers qui paraisse naturel de la perspective intemporel du paradigme newtonien est un univers mort en équilibre  qui n’est évidemment pas celui dans lequel nous vivons. Mais depuis la perspective de la réalité du temps, il est parfaitement naturel que l’univers et ses lois fondamentales soient asymétriques dans le temps, avec une flèche du temps importante qui englobe l’accroissement de l’entropie pour les systèmes isolés ainsi que la croissance continuelle de structure et de complexité ». 


L’article suivant (article 11) donnera « ma lecture » du chapitre 18 du livre de Lee Smolin (infinité de l’espace ou infinité du temps?) et le chapitre 19 (le futur du temps)..

Liens: 

erreur cosmologique      équilibre thermique  principe de l’identité des indiscernables  2è principe de la thermodynamique

le paradigme newtonien      univers bloc     paradoxe des hallucinants cerveaux de Boltzmann

mort thermique de l’univers   notre univers est-il irréversible?   La direction du temps     l‘irréversibilité du temps  problème de la mesure en cosmologie     La singularité initiale   l’origine de l’univers

système auto-organisé  système isolé     système dynamique  système thermodynamique (portion de l’univers que l’on isole par la pensée du reste de l’univers que l’on baptise alors milieu extérieur)

la première seconde  l’ajustement fin de l’univers  l’univers: du big bang au réglage fin   les bogdanov et le réglage fin de l’univers     l’histoire de l’univers    cours de cosmologie par F.-Xavier Désert OBSERVATOIRE DE GRENOBLE

particules indiscernablesLes particules indiscernables ou particules identiques sont des particules qui ne peuvent être différenciées l’une de l’autre, même en principe. Ce concept prend tout son sens en mécanique quantique, où les particules n’ont pas de trajectoire bien définie qui permettrait de les distinguer l’une de l’autre. Les particules indiscernables peuvent être soit des particules élémentaires telles que l’électron ou le photon, ou des particules composites – neutronproton – ayant le même état interne.

statistique de bose-einsteinla distribution statistique de bosons indiscernables (tous similaires) sur les états d’énergie d’un système à l’équilibre thermodynamique. La distribution en question résulte d’une particularité des bosons : les particules de spin entier ne sont pas assujetties au principe d’exclusion de Pauli, à savoir que plusieurs bosons peuvent occuper simultanément un même état quantique.

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article4372: Pourquoi le vide quantique est la base de toute formation et de toute compréhension de la matière ?

https://fr.wikibooks.org/wiki/Cosmologie/Thermodynamique_de_l%27expansion: Cosmologie/Thermodynamique de l’expansion, découplage des photons…

https://arxiv.org/pdf/hep-th/9203041.pdf: Variété (diversité) extrême comme fondement d’une cosmologie quantique par Julian Barbour et Lee Smolin

https://arxiv.org/pdf/1712.04799.pdf:  Lee Smolin la dynamique de la différence inspirée de la Monadologie de leibniz.

https://philosciences.com/philosophie-generale/la-philosophie-et-sa-critique/17-edgar-morin-complexite: Edgar Morin et la complexité

https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Chemical_Basis_of_MorphogenesisThe Chemical Basis of Morphogenesis (Les Fondements chimiques de la morphogénèse) est un article écrit par Alan Turing en 1952 qui propose un modèle quant au processus naturel d’apparition de non-uniformité au sein d’un milieu de distribution spatiale uniforme et homogène à l’état initial1. Sa théorie, que l’on peut voir comme une théorie de la morphogénèse par réaction-diffusion, a servi de modèle de base en biologiethéorique2 et est considérée par certains comme un tout premier pas dans la théorie du chaos3

http://www.dna.caltech.edu/courses/cs191/paperscs191/turing.pdf: The Chemical Basis of Morphogenesis A. M. Turing

http://philoscience.over-blog.com/article-7053208.html: Le problème de la mesure en cosmologie concerne la manière de calculer des fractions d’ univers de types différents dans un multivers . Il survient généralement dans le contexte de l’ inflation éternelle . Le problème se pose parce que différentes méthodes de calcul de ces fractions donnent des résultats différents, et il n’est pas clair quelle approche est correcte (le cas échéant). Les mesures peuvent être évaluées en fonction de leur capacité à prévoir les constantes physiques observées et à éviter des implications contre-intuitives, telles que le paradoxe de la jeunesse ou le cerveau de Boltzmann . Alors que les dizaines de mesures ont été proposées, peu de physiciens considèrent que le problème est résolu. 

Le livre « rien ne va plus en physique (l’échec de la théorie des cordes)« : La partie I du livre explique pourquoi depuis la naissance de la science moderne, avec l’effet Copernic et Galilée, le paradigme newtonien sous-tend toutes les théories y compris les théories quantiques et la relativité (le « paradigme newtonien » et ce qu’il a impliqué, dont l’hypothèse des multivers, est utile pour décrire l’évolution d’un système dans un laboratoire, mais il perd tout sens appliqué à l’univers entier. Il n’explique pas pourquoi telles ou telles lois sont choisies parmi l’infinité de lois possibles.Selon celui-ci, un système, quel qu’il soit, pourrait être décrit par un ensemble d’états initiaux qui lui sont attribués, puis par les lois présidant à son évolution en fonction du temps. Mais si ces données sont utilisées initialement pour décrire le système, il n’est pas possible de considérer qu’elles pourraient aussi être le résultat de son évolution. Il faut rechercher d’autres lois, l’illusion de la flèche du temps https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-fleche-du-temps-expliquee-du-163219 : La flèche du temps expliquée. Du « Temps quantique » au temps macroscopique

https://trustmyscience.com/inversion-fleche-du-temps-avec-ordinateur-quantique/: Des physiciens ont réussi à “inverser” la flèche du temps grâce à un ordinateur quantique

liens:: 

http://users.polytech.unice.fr/~leroux/transmission/courstransmission.htmlNotions de communication numériqueJoël Le Roux

http://boningal.dardel.info/Electronisme/Complements/Entrees/2014/10/18_Le_temps,_Lee_Smolin_et_le_temps,_lillusion_du_temps,_la_fleche_du_temps.htmlLe temps, Lee Smolin et le temps, l’illusion du temps, la flèche du temps

https://journals.openedition.org/dossiersgrihl/3664l’athéisme de Richard Dawkins Note critique à propos de l’ouvrage de Richard Dawkins, Pour en finir avec Dieu,

https://www.levif.be/actualite/magazine/pourquoi-ils-veulent-en-finir-avec-dieu/article-normal-895261.html?cookie_check=1560788775: Richard Dawkins entend démontrer que  » Dieu est très peu probable, inutile et nuisible « . Au passage, le biologiste britannique et chef de file des Nouveaux athées tort le cou aux créationnistes. Voici 20 raisons qui plaident pour l’athéisme. A vous de juger.

https://studylibfr.com/doc/3188620/gravitation-quantique: La gravitation quantique, le manuscrit de carlo rovelli

http://www-cosmosafap.fr/gravitation%20quantique.htmGravitation quantique à boucles VS théorie des cordes !

http://chaours.rv.pagesperso-orange.fr/physique/Quant/qgrav.htmLa démarche suivie par les tenants de la gravitation quantique à boucles est complètement différente de celle des cordistes. Elle part de l’hypothèse que la géométrie de l’espace-temps s’identifie au champ gravitationnel. La géométrie peut donc être assimilée à un champ. Or, la physique quantique est une théorie des champs. Que se passe-t-il si on cherche à quantifier le champ représentatif de la géométrie de l’espace-temps ? variables d’ashtekar 
https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582:

2 La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information 

https://arxiv.org/pdf/gr-qc/ INTRODUCTION TO LOOP QUANTUM GRAVITY AND SPIN FOAMS par ALEJANDRO PEREZ ∗ 

http://www.ens-lyon.fr/DSM/SDMsite/M2/stages_M2/Dupuis.pdf: Mousses de spin en gravit´e quantique https://arxiv.org/pdf/1705.01597.pdf: Testing different approaches to quantum gravity with cosmology: An overview Aurélien Barrau – Among the available quantum gravity proposals, string theory, loop quantum gravity, noncommutative geometry, group field theory, causal sets, asymptotic safety, causal dynamical triangulation (voir VIII. CAUSAL DYNAMICAL TRIANGULATION), emergent gravity are among the best motivated models. 

https://actualite.housseniawriting.com/science/physique/physique-quantique/2015/11/18/la-source-quantique-de-lespace-temps/10611/: De nombreux physiciens pensent que l’intrication est l’essence de l’étrangeté quantique et certains d’entre eux suggèrent désormais que l’intrication pourrait être aussi la source de la géométrie de l’espace-temps.

http://www.philipmaulion.com/2017/05/emergence-pourquoi-les-physiciens-recourent-ils-a-cette-notion.html: Emergence : pourquoi les physiciens recourent-ils à cette notion ?

http://michel.bitbol.pagesperso-orange.fr/Quantique_Connaissance.pdf: LA STRUCTURE QUANTIQUE DE LA CONNAISSANCE INDIVIDUELLE ET SOCIALE par Michel Bitbol, 

http://fabien.besnard.pagesperso-orange.fr/articles/temps.pdf: CE QU’EN DISENT LES PHYSICIENS Le temps est devenu un casse-tête pour les physiciens. Il leur pose des problèmes à la fois formels, conceptuels et philosophiques dans des disciplines aussi diversifiées que la mécanique quantique, la thermodynamique et la théorie de la relativité.

http://fabien.besnard.pagesperso-orange.fr/articles/temps.pdf: Temps des philosophes, temps des physiciens, temps des mathématiciens Fabien Besnard 9 juin 2010 Résumé La question de la compatibilité du présentisme et du possibilisme avec la Relativité a fait couler beaucoup d’encre depuis l’argument initialement proposé par Rietdijk et Putnam….

http://ungraindesable.blogspot.com/2013/06/presentisme-et-theorie-de-la-relativite.html: I) Présentisme et théorie de la relatisité

http://ungraindesable.blogspot.com/2013/08/presentisme-et-mecanique-quantique.html: II) Présentisme et mécanique quantique https://laviedesidees.fr/Un-monde-sans-temps-ni-espace.html  Un monde sans temps ni espace À propos de deux ouvrages de Carlo Rovelli.

http://www.doublecause.net/index.php?page=Carlo_Rovelli.htm: Carlo Rovelli, Et si le temps n’existait pas ? Un peu de science subversive

http://interlivrehypertexte.over-blog.com/2018/04/le-temps-est-une-emotion-carlo-rovelli-l-ordre-du-temps.htm: le mystère du temps est lié à la nature de notre conscience, le temps est une émotion. Notre cerveau enregistre des changements qui se produisent dans le corps et dans sa perspective, et des sentiments (feelings, voire rasa) émergent de cette mise en mouvement cérébrale. Sentiments qui, à leur tour, propulsent toute une culture (A. Damasio, L’ordre étrange des choses,

https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Causalit%C3%A9_(physique): wikipedia, causalité et physique. Voir théories indépendantes du fond.

https://blogs.mediapart.fr/michel-pinault/blog/010318/crise-de-la-culture-scientifique-crise-de-la-scienceCrise de la culture scientifique, crise de « la science »

https://blogs.mediapart.fr/michel-pinault/blog/010318/crise-de-la-culture-scientifique-crise-de-la-scienceCrise de la culture scientifique, crise de « la science »

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582 : La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information

https://laviedesidees.fr/Un-monde-sans-temps-ni-espace.html: Un monde sans temps ni espace À propos de deux ouvrages de Carlo Rovelli.

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582 : La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information

http://michel.bitbol.pagesperso-orange.fr/Relations_Mauss.pdf: La mécanique quantique comme théorie essentiellement relationnelle1 Michel Bitbol 

https://arxiv.org/pdf/quant-ph/9609002.pdfRelational Quantum Mechanics Carlo Rovelli

http://opportunisme-cognitif.blogspot.com/2010/06/epistemologie-relationnelle-de-la.html: Épistémologie relationnelle de la physique quantique Kant, nouveau sage tibétain de la physique quantique ? par Hicham-Stéphane Afeissa

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-bataille-decisive-entre-172128: La «bataille décisive» entre physique quantique et relativité générale a déjà commencé

par Bernard Dugué (son site)

https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00220690/document: RÉFLEXIONS SUR LA PHILOSOPHIE DE BOHR, HEISENBERG ET SCHRÖDINGER A. Shimony

https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Principes_de_la_connaissance_humaine/IntroductionGeorge Berkeley Les Principes de la connaissance humaine Traduction par Charles Renouvier

http://www.blog-chaman-esoterisme.com/2018/09/l-incroyable-hypothese-de-rupert-sheldrak-la-resonance-morphique-une-theorie-holistique-de-la-realite.html: l’hypothèse holistique de Rupert Sheldrake, la raisonnance morphique

http://www.neotrouve.com/?p=348: Physique Quantique : entre Science et Conscience
http://guillemant.net/index.phpcate=articles&part=physique_information&page=Un_univers_dinformations.htm: P
hilippe Guillemant – L’idée selon laquelle notre univers serait un espace-temps composé d’informations a été considérablement popularisée par un film de science fiction : Matrix. La réalité pourrait rejoindre la fiction puisqu’il s’agit là d’une idée qui reçoit de plus en plus d’appuis scientifiques.

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2014/09/03/vers-une-physique-de-linformation/Vers une physique de l’information

http://www.pileface.com/sollers/pdf/Le%20temps.pdf: Le temps, ça n’existe pas : le physicien Carlo Rovelli nous explique pourquoi. « Seule la thermodynamique connaît la direction du temps »

https://www.rocq.inria.fr/secret/Nicolas.Sendrier/thinfo.pdf; École polytechnique Informatique Introduction à la théorie de l’information Nicolas Sendrier 

https://books.openedition.org/cdf/527?lang=fr: Physique quantique

Leçon inaugurale prononcée le jeudi 13 décembre 2001 par Serge Haroche

https://www.miniwebtool.com/log-base-2-calculator/: calcul des logarithmes à base 2

https://www.jp-petit.org/science/smolin/SmolinLivre.pdf: Sur le livre de Lee Smolin rien ne va plus en physique parMichel Mizony juillet 2007

La renaissance du temps article 9 (vie et mort de l’univers)


 

La renaissance du temps article 9 (vie et mort de l’univers)

https://www.lepoint.fr/invites-du-point/hubert-reeves/reeves-mort-thermique-de-l-univers-quand-la-science-regresse-11-09-2014-1862173_1914.ph

Reeves – Mort thermique de l’Univers : quand la science régresse

J’écris mon blog pour partager ma soif de connaissances, mes réflexions et mes passions et mes lectures. Dans ces articles, je voudrais partager « ma lecture » du livre de Carlo Rovelli « par-delà le visible ». Ecrire ce que je retiens de mes lectures me permet de réfléchir à la compréhension que j’en ai. je mets entre guillemets les passages qui me semblent importants ou qui me frappent. Et par dessus tout je fais des recherches sur internet pour compléter ma lecture avec le maximum de liens que souhaite responsables, qui permettent aux lecteurs d’approfondir la connaissance du sujet.   

The singular universe and the reality of time

Autres liens: http://www.philipmaulion.com/article-bienvenu-au-moment-present-de-lee-smolin-117515126.html: Bienvenue au ‘Moment Présent’ de Lee Smolin.

http://www.philipmaulion.com/2017/05/emergence-pourquoi-les-physiciens-recourent-ils-a-cette-notion.htm:l Emergence : pourquoi les physiciens recourent-ils à cette notion ?
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lee_Smolin:

Lee Smolin et Roberto Mangabeira Unger ont construit un ensemble d’hypothèses constituant une philosophie de la nature1 :

  1. Il n’y a qu’un seul Univers. Il n’y en a pas d’autre ni quoi que ce soit qui lui soit isomorphe.
  2. Tout ce qui est réel est réel à un instant donné, qui est une succession d’instants. Tout ce qui est vrai est vrai à l’instant présent.
  3. Tout ce qui est réel à un instant est un processus de modification menant à l’instant suivant ou au futur. Tout ce qui est réel est donc le résultat d’un processus à l’intérieur duquel il est la cause, ou il implique, les instants futurs.
  4. Les mathématiques sont déduites de l’expérience comme une généralisation de régularités observées où le temps et les particularités sont supprimées.

« La gravitation quantique à boucles décrit l’espace comme un réseau dynamique de relations »2.

Grosso modo, l’espace-temps ne serait pas continu et uniforme, mais granulaire et discontinu. Il existerait un espace et un temps indivisibles. Cette théorie simple à se représenter et élégante a fait ses preuves sur plusieurs points de vue, comme l’explication des aires et des volumes en géométrie, mais laisse à désirer encore sur la dynamique

Dans son livre The Life of the Cosmos, Smolin propose d’appliquer la sélection naturelle à la cosmologie, de sorte que l’univers que nous connaissons serait le résultat de l’évolution par mutation d’univers plus anciens. C’est la théorie des univers féconds.

Smolin avance qu’un univers pourrait en engendrer un autre lors de la formation d’un trou noir. Les constantes fondamentales de la physique, comme la célérité de la lumière dans le vide, seraient différentes d’un univers à l’autre.

boucles.html#.XBQYhVxKj4YLa gravitation quantique à boucles

Pour commencer à connaître avec quelques sites internet regroupés sur une même page pour une lecture plus aisée et des liens supplémentaires.

http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2013/136/smolin.htm

(Time Reborn: From the Crisis in Physics to the Future of the Universe)

http://medias.dunod.com/document/9782100706679/Feuilletage.pdf (la renaissance du temps Dunod: quelques pages à feuilleter)

https://monblogdereflexions.blogspot.com/2018/12/la-gravitation-quantique- La gravitation quantique à boucles avec Carlo Rovelli: Pour s’initier avec quelques sites

http://www.paris8philo.com/article-33714241.html: à propos de rien ne va plus en physique: « billet de Jean Zin, pour une physique pluraliste, qui nous paraît essentiel pour comprendre les enjeux des théories physiques actuelles qui souvent tendent vers l’impossible, hors toute avancée, toute brèche se fait par dissymétrie, sans souci du qu’en-dira-t-on il suffit de voir l’attitude de Grigori Perelman, si non-chalante vis-à-vis de la communauté scientifique, ou devrait-on dire l’etablishment. Jean Zin reste un grand guetteur de ce qui se passe en science, nous vous recommandons ses articles. »

 

1) Préambule: Ceci est la suite des articles de mon blog à propos des univers multiples  d’Aurélien Barrau pour les quels je retiens ici les commentaires utiles: 

     -Mon article 1; D’après Aurélien Barrau, Univers multiples Chap 1)les propositions nouvelles face aux problèmes:et paradoxes de la physique « peuvent constituer une « pulsion inchoactive » qui poussera vers une découverte sans précédent ou bien vers un réenchantement de ce que l’on savait déjà sans en avoir pris la « dé-mesure » et finalement vers une nouvelle sacralisation du « monde ».
-Mon article 2: D’après Aurélien Barrau, Univers multiples. La gravitation quantique chap. 9 L) Voir la Conclusion:  […] aujourd’hui, la physique est en crise, le monde est en crise. Avec Lee Smolin et son « rien ne va plus en physique« , Carlo rovelli Parle de la schizophrénie bipolaire des physiciens (voir une révolution inachevée). La vision anthropique de Trin Xhuan Thuan et la vision biblique du monde, qui s’origine dans les mythes de l’Un et de l’ordre, émergeant du Chaos initial, semblent exclus de la vision de bien des physiciens et cosmologues qui découvrent, comme l’a fait Jean Pierre Luminet, que l’Univers ne peut avoir été infiniment dense et donc que le big bang ne peut avoir été tel qu’on se l’imaginait depuis de nombreuses décennies. La possibilité d’un avant big bang a été mise en évidence avec un (ou des?) univers précédent qui se serait condensé jusqu’à une taille extrêmement petite mais non nulle et qui aurait « rebondi » en un big bounce pour donner notre Univers actuel en expansion après le phénomène d’inflation cosmique. Un des derniers rebondissements de ces recherches, avec Lee Smolin, pourrait bien aboutir avec sa « renaissance du temps » à une solution de la contradiction entre la physique quantique et la théorie de la relativité. A priori, ce serait une théorie unifiée des interactions fondamentales. 


2) La renaissance du temps, mes précédents articles – résumé. 

Nous avons vu dans mon article 1 à propos d’Aurélien Barrau chap.9, que de nombreuses théories nouvelles ou hypothèses proposent l’unification de la physique ou tout au moins des explications aux dilemmes et paradoxes que la cosmologie moderne a mis en évidence. 

Mais, dans mes articles sur « la renaissance du temps« , voir l’article 1 chapitre 8 Lee Smolin prévient: Le paradigme newtonien ne peut même pas apporter un embryon de réponse à ces questions et dilemmes: Pourquoi ces lois? Pourquoi ces conditions initiales de l’univers? Quel mécanisme les a t-il sélectionnées parmi une multitude infinie de possibilités? etc. Il appelle « erreur cosmologique » (voir mon article 1 chapitre 2), le fait d’appliquer à l’Univers entier dans sa globalité des lois établies et vérifiées sur des sous-systèmes. Dans le paradigme newtonien, ce que nous appelons une loi doit s’appliquer dans tous les cas. Mais l’application d’une loi à n’importe quel morceau d’univers implique une approximation, parce que nous devons négliger toutes les interactions entre ce morceau et le reste de l’univers. Donc les applications vérifiables d’une loi sont toutes des approximations. Lee Smolin fait remarquer en particulier que les lois se vérifient sur beaucoup de sous-systèmes. Mais si on veut appliquer une loi de la nature sans approximation, c’est à l’univers entier qu’il faudrait l’appliquer, alors que nous n’avons qu’un seul Univers sous la main. Et un seul cas n’apporte pas suffisamment d’indices pour justifier l’affirmation qu’une loi particulière de la nature s’applique. C’est ce que Lee Smolin appelle le dilemme cosmologique (faire de la physique dans une boite: on considère un petit sous-système isolé du reste de l’univers dans lequel on néglige certains effets pour ne s’intéresser qu’à certaines variables qui définissent un espace de configuration, atemporel. ). Et pourquoi cette loi et pas une autre? De plus, beaucoup de théories cosmologiques (théorie des cordeséquation d’Einstein …) admettent en réalité une infinité de solutions, parmi lesquelles une seule correspond à notre univers. Doit-on se résoudre à admettre l’existence d’une infinité d’Univers inaccessibles pour pouvoir justifier le notre par un principe anthropique

Nous pensions, dit Lee Smolin, savoir comment répondre à ces questions. Une théorie unique mathématiquement cohérente pourrait incorporer les 4 lois fondamentales de la nature. Mais cet espoir a été anéanti. On se trouve face à ce qu’il appelle « le défi cosmologique ». On vient de voir qu’il faudrait étendre la science à une théorie de l’Univers entier. Le défi est qu’il ne peut pas exister de composante statique qui puisse servir de cadre de référence, car tout dans l’Univers change et il n’existe aucun extérieur., rien qui puisse être qualifié de fond par rapport auquel les mouvements du reste de l’Univers (que nous négligeons). Or, toutes les théories physiques divisent le monde en deux parties, une partie « dynamique », qui change, et une statique, qui contient un « fond » de choses immuables, comme les constantes fondamentales.  Le « défi cosmologique » consiste à formuler une théorie de l’univers « indépendante du fond », purement dynamique afin de ne rien supposer d’extérieur à l’Univers: « Lorsqu’on fait de la « physique dans une boite », le « fond » comprend notamment les conditions initiales, et la méthode expérimentale permet de contrôler les conditions initiales afin de s’assurer que les lois sont indépendantes de ces conditions. En cosmologie, cette distinction entre « lois » et « conditions initiales » aggrave le problème qu’elle résout « dans une boite » : si nos observations du fond diffus cosmologique ne correspondent pas bien à la théorie de l’inflation cosmologique, faut-il corriger la loi ou les conditions initiales? Smolin critique aussi les théories effectives qui décrivent bien ce qui se passe à une certaine échelle de grandeur, mais en négligeant l’influence de ce qui est beaucoup plus grand ou plus petit. » Pour Smolin, la théorie issue du défi cosmologique doit tenir compte de tout, sans rien négliger. »

J’ai poursuivi « ma lecture » avec l’article 2 (le défi cosmologique chapitre 9)l’article 3 (Nouveaux principes de cosmologie chapitre 10)l’article 4 (les lois évolutives chapitre 11)l’article 5 (la mécanique quantique et le libération de l’atome chapitre 12)l’article 6 (le combat de la relativité et du quantum chapitre 13)Puis j’ai fait une pause pour approfondir l’interprétation non dominante de la mécanique quantique de Bohm dans La physique quantique version variables cachées et le dialogue Bohm et Krishnamurti

L’article 7 (La renaissance du temps par la relativité chapitre 14) conclut par: « La notion globale de temps que nous venons de voir implique qu’en chaque événement il existe un observateur privilégié dont l’horloge mesure la passage du temps. Mais il n’y a aucun moyen de le choisir par une mesure qu’on pourrait faire dans une petite région, ce qui confirme le principe de relativité à des échelles plus petites que celle l’univers. Ce choix d’un temps global particulier est déterminé par la façon dont est distribuée la matière dans l’univers. La dynamique des formes constitue donc « un pont » entre le principe de relativité et le temps global qu’exigent les théories telles que celle à laquelle aspire Lee Smolin avec des lois évolutives ou celles qui expliquent les phénomènes individuels au moyen de variables cachées. Il y a une grandeur par contre qui n’a pas le droit de changer lorsqu’on agrandit ou qu’on rapetisse les échelles, c’est le volume de l’univers à chaque instant, même s’in évolue au cours du temps. Ceci donne donc un sens à la taille totale de l’univers et à son expansion et nous fournit une horloge physique universelle. LE TEMPS VIENT D’ÊTRE REDECOUVERT« .

Dans l’article 8 (l’émergence de l’espace chapitre 15), nous avons abandonné provisoirement le temps pour examiner l’espace. Le Dr Goulu nous le présente ainsi: « Ce long chapitre est le plat de résistance du livre. C’est là que ça passe où ça casse, et j’ai mis plus de deux semaines à le digérer avec peine. Il commence très fort: L’aspect le plus mystérieux du monde est juste sous nos yeux. Rien n’est plus banal que l’espace, et pourtant lorsque nous l’examinons de près, rien n’est plus mystérieux. Je crois que le temps est réel et essentiel à une description fondamentale de la nature. Mais je crois probable que l’espace va s’avérer n’être qu’une illusion. […] Selon Smolin, l’existence d’un temps réel est indispensable pour réconcilier les deux pans de la physique, mais l’espace ne l’est pas. Parmi les théories ayant exploré l’idée que l’espace émerge d’une structure de graphe plus fondamentale, la première est la “triangulation dynamique causale” […].


3) Vie et mort de l’univers (chapitre 16 de « la renaissance du temps »).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fl%C3%A8che_du_temps

La flèche du temps


Gravir le Mont Improbable Growing Up in the Universe – Richard Dawkins

 

     3-1) La complexité est-elle probable?.

Nous venons de voir dans L’article 7 (La renaissance du temps par la relativité chapitre 14)

que « LE TEMPS VIENT D’ÊTRE REDECOUVERT« . Il faut maintenant aborder la question la plus importante et la plus énigmatique concernant l’univers: pourquoi l’univers est-il hospitalier à la vie? Le Dr Goulu écrit en synthèse du chapitre 16 (vie et mort de l’univers): « La vision intemporelle de la physique basée sur le paradigme de Newton a montré son impuissance face aux questions les plus basiques de l’univers : pourquoi est-il intéressant (…) au point que des créatures comme nous puissions y être et nous en émerveiller ? Mais si nous adoptons la réalité du temps, nous rendons possible une physique asymétrique par rapport au temps dans laquelle l’univers peut naturellement faire évoluer de la complexité et de la structure. Et ainsi nous évitons le paradoxe d’un univers improbable ».

Mais voyons cela plus en détail. Si le temps est vraiment réel, alors il devrait y avoir des propriétés qui sont explicables seulement si nous supposons que le temps est fondamental alors qu’elles devraient sembler accidentelles et mystérieuses si on fait l’hypothèse opposée (un temps émergeant). De telles propriétés existent et sont perçues en observant que notre univers a une histoire d’évolution du simple vers le complexe. Cela confère une forte directionnalité au temps: nous disons que l’univers a une flèche du temps, flèche qui serait très improbable dans un monde où le temps est non essentiel et émergeant. 

La complexité est improbable, rien ne peut sauter immédiatement d’une organisation simple à une organisation complexe. La complexité nécessite une série de petites étapes, qui se produisent en séquence en impliquant un fort ordonnancement des événements dans le temps. C’est Gravir le Mont Improbable de Richard Dawkins (Le livre est relatif à la probabilité et à ses applications dans la théorie de l’évolution, et spécifiquement dirigé contre le créationnisme. Il y détaille notamment les probabilités pour la sélection naturelle de mener à des organismes complexes). L’univers doit donc avoir avoir une histoire, qui s’est déroulée dans le temps et un ordre causal est nécessaire pour expliquer comment l’univers en est arrivé à son instant présent. Mais Dawkins, qui voulait en finir avec dieu, avait-il une vision foncièrement différente de celle des physiciens du XIXè siècle et de certains cosmologistes contemporains  qui adoptent une vision intemporelle et pour qui la complexité est accidentelle et nécessairement temporaire. De ce point de vue, le destin de l’univers est de s’achever dans un état d’équilibre, la mort thermique de l’univers: « L’idée de mort thermique découle de la seconde loi de la thermodynamique, qui postule que l’entropie tend à s’accroître dans un système isolé. Si l’univers a une durée suffisamment longue, il se rapprochera asymptotiquement d’un état où toute l’énergie sera uniformément distribuée. Elle provient des idées de William Thomson, en 1850. » Mais, dans ce cas, la matière et l’énergie sont alors uniformément distribuées et rien ne se passe à l’exception de quelques fluctuations aléatoires qui se dissipent sitôt apparues. mais Lee Smolin va nous expliquer plus loin que les principes écrits dans l’article chapitre 10 pour une nouvelle théorie cosmologique vont aider à comprendre pourquoi un univers d’une complexité croissante est inéluctable. Alors est-il raisonnable  de dire avec Dawkins et beaucoup d’autres que l’univers est la complexité sont accidentels et le résultat du hasard (?)  Affirmer que dieu n’ a pas créé l’univers n’est-il pas une manifestation de rejet athéiste de l’idée d’un créateur en fermant la porte à la possibilité d’inéluctabilité de la complexité?

Ainsi, deux routes différentes s’offrent pour décrire le future de l’univers:

     -Dans la première, il n’y a pas de futur parce qu’il n’y a pas de temps. Le temps est une illusion qui est au mieux une mesure du changement. Etienne Klein qui tourne autour de ces mystères depuis plus de 25 ans, « prend l’image de la bobine d’un film de cinéma. Rangée sur une étagère, elle contient «en même temps» toutes les images du film, sans temporalité propre. Mais dès qu’on installe la bobine sur un projecteur, elle acquiert une temporalité par le défilement successif des images sur un écran ». Cette vision pourrait-elle être un pont entre celle qui précède (le temps n’existe pas) et celle  de Lee Smolin qui va être évoquée maintenant?

     -Dans la vision du temps que propose Lee Smolin, l’univers est un processus permettant de générer de nouveaux phénomènes et états d’organisation qui se renouvellent en permanence tandis qu’il évolue vers des états d’organisation supérieurs et de plus en plus complexes. Au tout début, l’univers était un plasma en équilibre dont il « créa » une complexité énorme sur une large gamme d’échelles, depuis les amas de galaxies jusqu’aux molécules organiques. Lee Smolin nous affirme que la persistance et la croissance de toute cette structure et cette complexité élimine l’explication la plus simple, que ce serait un arrangement accidentel. Un accident ne « résulterait » pas en structures qui ont persisté pendant des milliards d’années et dont la complexité s’accroît continuellement avec le temps. Si elle était accidentelle, elle diminuerait presque certainement avec le temps et non l’inverse. 

La prédiction de la mort thermique de l’univers, étape de plus dans « l’extraction » du temps de la physique et de la cosmologie s’accorde avec les idées antiques d’un état de l’univers exempt de changement. Pour Aristote, l’état naturel du monde est un équilibre où, puisque tout est à sa place naturelle, il n’ y a aucune poussée vers l’organisation. Chaque essence possède un mouvement naturel, la terre veut aller vers le centre, tandis que le mouvement naturel de l’air est vers le haut. Toutefois, pour qu’il y ait des changements dans le domaine terrestre, il faut qu’il y ait d’autres causes, des mouvements imposés capables de déplacer quelque chose hors de son état naturel. Les humains et les animaux sont sources de mouvements imposés, L’eau chaude en est une autre; elle intègre l’air en elle et; de ce fait, adopte en partie le mouvement naturel de l’air vers le haut, s’élève jusqu’à ce qu’elle refroidisse. A ce stade, elle expulse l’air et retombe sous forme de pluie. La source ultime de ce mouvement imposé est la chaleurs du soleil, qui fait partie du domaine céleste et d’une manière ou d’une autre tout est imposé par le soleil. Si la sphère terrestre était déconnectée des cieux et laissée à elle-même, tout reviendrait à l’équilibre, immobile dans son état naturel, et tout changement cesserait. 


     3-2 La physique moderne et la thermodynamique.

Arles : la tour Ghery

La physique moderne a une notion d’équilibre dont les lois s’appliquent à « la physique dans une boite » dont nous avons aussi vu les limites dans l‘article 2. Le contexte pour les lois de la thermodynamique est un système isolé, qui n’échange ni énergie ni matière avec son environnement. Il faut, cependant, ne pas confondre les notions d’équilibre que nous avons vues chez Aristote ou Newton (qui provient d’équilibre entre des forces qui se compensent), avec la notion moderne d’équilibre. Celle-ci est totalement différente en thermodynamique. Elle s’applique aux systèmes contenant un très grand nombre de particules et fait appel d’une façon essentielle aux notions de probabilités et d’information

La clef pour comprendre (?) la themodynamique est qu’elle implique deux niveaux de description. Le niveau microscopique est la description précise des positions et des mouvements de tous les atomes dans n’importe quel système particulier; celle des micro-états. Le niveau macroscopique définit le macro-état du système, qui est une description approchée, au moyen d’un petit nombre de variables, comme la température et la pression d’un gaz. Etudier la thermodynamique du système implique d’établir un lien entre ces deux niveaux de description. 
Pour expliquer cela, Lee Smolin prend l’exemple d’un immeuble en briques dont le macro-état est l’immeuble de l’architecte. Le micro-état est celui où chaque brique se loge exactement. L’architecte a seulement besoin de spécifier les dimensions des murs et celle des ouvertures (portes et fenêtres). Il n’a pas besoin de spécifier l’emplacement de chaque brique. La plupart des briques sont identiques et deux d’entre elles peuvent être échangées sans impact sur la structure. Ainsi, de nombreux micro-états donnent le même macro-état. Alors vint Frank Gehry,  l’architecte du pli ou l’angoisse de la ligne droite dont les constructions sont, comme le musée de Bilbao, qui a une surface externe constituée de matériaux individuellement élaborées. Chaque « tôle » de pierre, de verre ou de titane doit être différente et l’endroit où chacune d’elle sera placée a de l’importance. La destination de chaque « tôle » est le micro-état. Mais ici, contrairement à l’immeuble en briques, on ne peut s’amuser avec le micro-état: un seul micro-état correspond au macro-état voulu. Ce concept de « combien de micro-états » peut nous permettre d’expliquer en quoi les immeubles de Ghery sont révolutionnaires avec le concept d’entropie. L’entropie sera ici une mesure du nombre de manières différentes d’assembler ses éléments pour réaliser le dessin de l’architecte.Un immeuble standard en briques aura une entropie élevée. Par contre, un immeuble de Gehry pourra avoir une entropie de zéro, correspondant à un unique micro-état. Référons-nous à la définition de entropie thermodynamique: « Ludwig Boltzmann a exprimé l’entropie statistique en fonction du nombre \Omega  d’états microscopiques, ou nombre de configurations, définissant l’état d’équilibre d’un système donné au niveau macroscopique : {\displaystyle S=k_{\mathrm {B} }\ln \Omega } (formule de Boltzmann). On voit que pour un unique micro-état l’entropie est égale à 0 puisque ln 1 = 0. .

===>> Entropie = inverse de l’information. C’est ce qu’on voit à partir de cet exemple. Il faut beaucoup plus d’information pour spécifier le design d’un immeuble de Gehry, car on doit décrire exactement comment fabriquer chaque constituant et où l’installer. Pour un bâtiment en briques standard, on n’a besoin de connaître que les dimensions des murs (et les ouvertures).  

Comment ça marche dans le cas d’un gaz? Un gaz est composé d’un nombre immense de molécules comme le précise le nombre d’Avogadro (par exemple, le nombre d’atomes de carbone dans 12 grammes (10−3 kg) de carbone 12NA = 6,022 140 76 × 1023 par mole). La description fondamentale est microscopique; elle nous dit l’endroit où chaque molécule se trouve et comment elle se déplace, ce qui représente une quantité phénoménale d’informations. Par contre, dans la description macroscopique, le gaz est décrit en termes de densité, température et pression, ce qui nécessite beaucoup moins d’informations que de préciser où se trouve chaque atome. On peut donc traduire (relativement) facilement la description microscopique en position macroscopique (densité, température), mais non l’inverse, car il y a trop de manières d’arranger les atomes individuels au niveau microscopique pour obtenir la même densité et la même température. Pour convertir les micro-états en macro-états, on peut compter les micro-états cohérents avec un macro-état donné. Comme dans l’exemple des immeubles et leurs briques, on obtient un nombre, l’entropie. Ainsi définie, c’est une propriété macroscopique uniquement. C’est une propriété émergente qui n’aurait aucun sens si on l’attribuait à un micro-état particulier. 

L’étape suivante est de relier l’entropie aux probabilités. Pour cela il nous faut quelques notions de thermodynamique statistique. Nous resterons dans la domaine classique n’aborderons pas encore la PHYSIQUE STATISTIQUE QUANTIQUE et pour simplifier, nous partirons d’un Résumé de thermodynamique statistique.:Le micro-état est une “photographie instantanée” du système. Il correspond à la description microscopique de ce système, c’est-à-dire à la connaissance de l’état de toutes les particules. Ce micro-état peut être caractérisé : – par sa fonction d’onde si le système est décrit par la mécanique quantique, c’est  dire par la connaissance de la valeur de tous les nombres quantiques décrivant ce système. – par la connaissance de toutes les coordonnées (q1, …, qs) et impulsions (p1, …, ps) des particules si le système est décrit par la mécanique classique (soit 2s = 6N variables pour N particules atomiques)

Le macro-état est défini par un jeu de variables très réduit, les variables d’état (nombre de particules, le volume V, l’énergie interne U, la température T, les quantités de matières Ni, la pression P ..) dont la connaissance permet de définir le système thermodynamique à l’équilibre. C’est une observation moyenne des micro-états correspondant aux contraintes imposées au système.

Le postulat fondamental de la physique statistique d’équilibre (aussi connu comme le postulat des probabilités a priori égales) est: Étant donné un système isolé en équilibre, il se trouve avec probabilités égales dans chacun de ses micro-états accessibles. C’est un postulat physique, justifié par le fait que, dans un gaz, les atomes ou molécules sont en mouvement chaotique, qui tend à brasser les trajectoires et les rendre aléatoires. Plus il y a de façons de fabriquer un macro-état à partir de micro-états, c’est à dire pus grande est l’entropie du macro-état (comme on l’a vu précédemment, celle-ci est fonction du nombre  \Omega  d’états microscopiques, d’égale probabilité), macro-état définissant l’état d’équilibre d’un système donné au niveau macroscopique: {\displaystyle S=k_{\mathrm {B} }\ln \Omega }  k_{B} est la constante de Boltzmann. Cette définition correspond à l’entropie de Shannon S\ =\ -\ k_{B}\sum _{{i}}p_{i}\ \ln p_{i} (avecp_{i}\ =\ {\frac  {1}{\Omega }}d’une configuration de \Omega  micro-états équiprobables, qui correspond à l’information. Le macro-état le plus probable, si on suppose le micro-état aléatoire, s’appelle l’état d’équilibre. C’est aussi celui qui a la plus grande entropie. Imaginons un chat que l’on dissocie en atomes qui le constituent et mélangeons au hasard avec l’air de la pièce qui nous entoure. Il y aura beaucoup plus de micro-états dans lequel les atomes du chat sont mélangés aléatoirement à l’air que de micro-états dans lesquels le chat est rassemblé. Le chat qu’on voit sur le canapé correspond à un arrangement des atomes hautement improbable et de ce fait il a une entropie très faible et une grande quantité d’information comparé à une mélange de ces mêmes atomes dans l’air. 

Les gaz et seconde loi de la thermodynamique. Les atomes (ou molécules) d’un gaz se déplacent de façon chaotique, entrant souvent en collision et envoyant les autre dans des directions plus ou moins aléatoires. Si le micro-état n’était pas aléatoire au début, il va le devenir avec la temps. Si nous commençons pas un autre état que celui d’équilibre, de basse entropie; il est vraisemblable que ce dernier deviendra plus désordonné, accroissant l’entropie. C’est ce qu’affirme la seconde loi de la thermodynamique:    [« Toute transformation d’un système thermodynamique s’effectue avec augmentation de l’entropie globale incluant l’entropie du système et du milieu extérieur. On dit alors qu’il y a création d’entropie.La fonction d’état entropie : S, a été considérée comme une mesure du désordre.

{\displaystyle \Delta S_{\text{global}}=S_{\text{création}}=\Delta S_{\text{syst}}+\Delta S_{\text{ext}}\geq 0}

Dans le cas d’une transformation réversible, la création globale d’entropie est nulle »

  • L’entropie d’un système isolé ne peut qu’augmenter ou rester constante puisqu’il n’y a pas d’échange de chaleur avec le milieu extérieur.
  • L’entropie d’un système peut diminuer mais cela signifie que l’entropie du milieu extérieur augmente de façon plus importante ; le bilan entropique étant positif, ou nul si la transformation est réversible.].

On voit donc que l’entropie n’augmente pas toujours. Lee Smolin illustre ce aspect par une expérience faite avec un jeu de cartes à l’aide d’un mélangeur. Lorsque l’expérience commence, les cartes sont rangées dans l’ordre (entropie minimum). En suite, la seule chose qui se produit, c’est que les cartes seront battues par le mélangeur. Les cartes ont commencé dans l’ordre, mais chaque mélange a rendu cet ordre de plus en plus aléatoire et donc l’entropie tend à augmenter.Au bout d’un nombre suffisant de battements, il devient impossible de distinguer l’ordre des cartes obtenu d’un ordre dû entièrement au hasard. Par conséquent, tout souvenir de l’ordre initial a été essentiellement perdu avec l’augmentation d’entropie. Mais de temps à autre, un mélangeur abaissera l’entropie, en faisant revenir les cartes à leur état d’origine, mais il est beaucoup probable que le mélangeur, agissant sue le jeu de cartes ordonné provoque l’augmentation de l’entropie que la diminution. Plus il y a des cartes, moins il est probable qu’un mélange parvienne à reproduire totalement l’ordre de départ. Et de ce fait; les intervalles entre les mélanges qui ordonnent parfaitement le jeu seront plus longs. Néanmoins, tant que le nombre de cartes dans le jeu reste fini, il existe une durée à l’issue de laquelle, les battements, au rythme de 1 par seconde par exemple, auront produit une remise en ordre parfaite. Cette durée est appelée le temps de Poincaré –>> voir le théorème de récurrence de Poincaré[Ce théorème dit que, pour presque toutes les « conditions initiales », un système dynamique conservatif dont l’espace des phases est de « volume » fini va repasser au cours du temps aussi près que l’on veut de sa condition initiale, et ce de façon répétée.]. Si on observe le système pendant une durée plus courte, on verra probablement toujours l’entropie augmenter, mais sur une durée plus longue, on aura des chances de voir l’entropie diminuer. 

Le rôle du hasard dans le jeu de cartes peut être transféré à un gaz. Un exemple de configuration ordonnée d’atomes pourrait être lorsque l’on a tous les atomes du gaz dans une une boite d’un même côté et se déplaçant dans la même direction. Ce serait l’analogue d’une configuration où toutes les cartes sont dans l’ordre. Mais pour un gaz, elles sont infiniment plus rares que celles dans lesquelles les atomes sont positionnés au hasard dans la boite et se déplacent dans des directions quelconques. Si nous commençons par un e configuration dans laquelle les atomes sont regroupés dans un coin de la boite et bougent de la même façon,  et si on attend, alors ils ricochent les uns sur les autres et se dispersent à travers la boite en la remplissant. Les atomes sont brassés et la densité dans la boite s’uniformise. Les énergies et les directions du mouvement des atomes seront rendues aléatoires au gré des collisions. Au final, la plupart des atomes auront des énergies proches de la valeur moyenne, qui représente la température. Peu importe le degré d’ordre et d’originalité d’où on est parti, après un moment, la densité des atomes et la température seront uniformes et randomisés. C’est cela l’état d’équilibre et la plus probable est qu’il en reste là. Mais si on observe sur une très longue période de temps, des fluctuations conduiront à trouver un état plus ordonné. Certaines, assez probables, produisent juste un peu plus de densité à un endroit et un peu moins ailleurs. Celles qui regrouperont tous les atomes dans un coin de la boite; même si elles sont très improbables, demanderont beaucoup de temps, mais elles se produiront. Tant que le nombre d’atomes est fini, il y aura des fluctuations conduisant à n’importe quelle fluctuation, quel que soit son degré de rareté. C’est Einstein qui l’un des premiers vit l’importance des fluctuations: la prédiction de phénomènes dus aux fluctuations des grandeurs physiques était l’un des grands thèmes qu’il explora en 1905 en mettant en évidence le mouvement brownien (qualifié de “divers et ondoyant”), ce qui prouve que ces fluctuations sont bien réelles. Pourtant, il critiqua plus tard le rôle de l’aléatoire en physique quantique.

Les fluctuations résolvent un paradoxe qui a « empoisonné » les études les plus anciennes. A l’origine, les lois de la thermodynamique furent introduites sans la notion d’atomes ou de probabilités. Les lois étaient plus « qualitatives ». Ce n’est qu’au milieu du XIXè siècle que Maxwell et Boltzmann firent l’hypothèse que la matière était composée d’atomes.se déplaçant de manière erratique.et posèrent les fondements de la physique statistique et de la thermodynamique. Mais la plupart des physiciens ne croyaient pas aux atomes et rejetèrent ces efforts d’explication par le mouvement des atomes. Ils inventèrent de puissants arguments pour prouver qu’on ne pouvait pas y arriver. Un des principaux arguments était basé sur la réversibilité des lois du mouvement de Newton qui (?paradoxalement?), affirme Loup Verlet,  avait une foi atomiste[Réversibilité: Voir pourlascience.fr    […] Les équations  de Newton restent identiques lorsque l’on inverse le sens du temps, elles sont dites réversibles]. Si les lois de la thermodynamique sont expliquées par le mouvement des atomes, qui obéissent aux lois de Newton, cela n’est pas compatible avec le fait que l’entropie croît toujours comme l’affirme la deuxième loi de la thermodynamique. Ce sont les fluctuations qui ont permis de réconcilier  la thermodynamique avec l’existence d’atomes obéissant à des lois fondamentales réversibles dans le temps. La bonne réponse fut fournie par Tatiana et Paul Ehrenfest, jeune couple protégé de Boltzmann et qui devinrent amis d’Einstein. Ils montrèrent que la seconde loi, telle qu’elle était alors formulée, était fausse et vinrent en aide à Boltzmann avec notamment le modèle des urnes (voir aussi les urnes d’Ehrenfest). On peut voir comment le modèle d’Ehrenfest répond à la question  dans le site « notre univers est-il réversible? »  

Quelques liens info: 

probabilité et quantité d’information    physique statistique     physique statistique quantique

résumé de thermodynamique statistique   thermodynamique

deuxième principe de la thermodynamique           qu’est-ce que l’entropie?

Gehry l’architecte du pli ou l’angoisse de la ligne droite 

qu’est ce que la thermodynamique   le paradigme newtonien   

violation du 2è principe dans le nano-monde   

Rudolf Clausius   James Clerk Maxwell   Ludwig Boltzmann     Isaac Newton  


     3-3) Notre univers est-il en équilibre? Réponse non!

D’après la vision thermodynamique qui précède, il semble qu’un univers en équilibre ne peut pas être complexe puisque les processus aléatoires qui l’amènent à l’équilibre détruisent toute organisation, ce qui amène à se reposer la question posée au départ, au début du chapitre 3-1) sur la probabilité pour qu’il y ait de la complexité (la question la plus importante et la plus énigmatique concernant l’univers: pourquoi l’univers est-il hospitalier à la vie?). En fait, cela ne veut pas dire que la complexité elle-même puisse être mesurée par l’absence d’entropie. Elle nécessite des notions qui dépassent la thermodynamique des systèmes à l’équilibre et seront examinées dans mon article 10 qui résumera ma lecture du chapitre 17 de « la renaissance du temps« (l’émergence de structures organisées, apparemment en contradiction avec le second principe de la thermodynamique).

Continuons d’abord de regarder l’univers depuis cette perspective thermodynamique en nous demandant pourquoi l’univers est intéressant! Dans le cadre du paradigme scientifique depuis Newton, l’univers est gouverné par les solutions aux équations d’une certaine loi de la nature. pour le moment, cette loi peut être approchée par une combinaison de la relativité générale et du modèle standard de la physique des particules. La solution qui gouverne l’univers se trouve parmi une offre (infinie) de solutions et peut être spécifiée en sélectionnant les conditions initiales à l’instant (ou au voisinage) du big bang. Ce qui est intéressant; c’est que la thermodynamique nous apprend que presque toutes solution des lois décrit un univers en équilibre, car, par définition, l’équilibre est composé des configurations les plus probables. De plus, une telle solution typique est symétrique par rapport au temps (des fluctuations locales vers un état plus ordonné sont aussi probables que des fluctuations locales vers un état moins ordonné). Cela signifie que, globalement, il n’y aurait pas de flèche du temps. 

Or notre univers ne ressemble pas du tout à ces solutions typiques des lois. Même aujourd’hui, après plus de 13 milliards d’années, notre univers n’est pas en équilibre. 

Et de plus, la solution qui décrit notre univers est asymétrique par rapport au temps. Si la solution qui décrit notre univers a été choisie au hasard, ces propriétés sont extraordinairement improbables. La question de savoir pourquoi l’univers est intéressant et pourquoi la seconde loi de la thermodynamique n’a pas encore réussi à « randomiser » l’univers en un équilibre thermique au bout de plus de 13 milliards d’années devient de plus en plus intrigante.

      3-4) La flèche du temps

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fl%C3%A8che_du_temps
trustmyscience.com/inversion-fleche-du-temps-avec-ordinateur-quantique/

3-4-1) Il y a une flèche du temps. C’est le signe le plus évident que notre univers n’est pas en équilibre thermique. Même si des physiciens ont réussi à inverser le flèche du temps, c’est grâce à un ordinateur quantique, c’est « en modifiant certaines conditions de la configuration de l’ordinateur, que ces possibilités ont été limitées de manière à rembobiner délibérément l’équation de Schrödinger, qui est réversible. Il est expliqué, « qu’en gros, c’est comme si votre boule blanche ne se “répandait” plus dans une plage de positions possibles infinie sur la table de billard se trouvant dans l’obscurité, mais qu’elle revenait dans votre main. En théorie, rien n’empêche que cela se produise de manière spontanée. Cependant, il faudrait regarder 10 milliards de tables de billard à l’échelle des électrons, et ce à chaque seconde pendant la durée de vie de notre Univers, pour que cela se produise de sûr une seule fois ». Cette expérience à propos de l’incertitude quantique ([trustmyscience.com...]:  L’équation de Schrödinger vous indique que la balle se trouve quelque part sur la table de billard et se déplace à une certaine vitesse. En termes quantiques, la balle est partout sur la table, et possède un certain nombre de vitesses différentes), montre qu’à l’échelle quantique, le temps est réversible mais macroscopiquement et jusqu’à l’échelle de l’univers le temps reste intrigant. Le fait qu’il soit orienté et possède une flèche rend pertinente la question de sa réalitéle thème du livre de Lee Smolin. Répétons qu’à l’équilibre il n’y a pas de telle flèche du temps. L’ordre peut y augmenter seulement temporairement par des fluctuations aléatoires.Ces excursions hors de l’équilibre, qui sont à l’échelle quantique; se ressemblent qu’on aille dans un sens du temps ou dans l’autre (si on filme les mouvements des atomes dans ce gaz à l’équilibre, et qu’on fasse passer le film dans un sens ou dans l’autre, on sera incapable de dire quel le film et quelle est la version à l’envers). Mais notre univers n’est pas comme ça. On l’a déjà dit, ça réclame une explication car les lois de la physique sont temporellement  symétriques,[en mécanique newtonienne,Le temps est un paramètre dont le signe n’a pas d’importance. L’évolution d’un système mécanique sans frottements est symétrique par rapport au renversement du temps]. Notons cependant quelques « viols » de cette symétrie Temporelle: « (Alors que la symétrie T semble naturelle en mécanique quantique, elle est néanmoins violée dans le cadre du modèle standard car la symétrie CP est violée alors que par la symétrie CPT obtenue par application simultanée du renversement du temps, de la conjugaison de charge et de la transformation de parité doit être respectée pour être compatible avec l’invariance de Lorentz« ).Toute solution aux équations de ces lois possède son « double », une solution qui se comporte juste comme la première mais avec « le film monté à l’envers » (t –>> -t) et de plus, la droite et la gauche doivent être échangées et un particule devient une anti-particule). Ainsi, si des personnes rajeunissaient alors que nous vieillissons, ou si des tasses brisées se reconstituaient instantanément, les lois fondamentales ne seraient plus violées.

          3-4-2 Le problème de la flèche du temps.

Alors, pourquoi ces choses-là ne se produisent-elles jamais? Et pourquoi ces asymétries temporelles sont-elles toutes orientées dans le même sens? C’est ce qui est appelé le problème, parfois le paradoxe (illusion?) de la flèche du temps. Même s’il est considéré comme illusion, ce paradoxe pose question et en fait il existe plusieurs flèches du temps dans notre univers. 

     -La flèche du temps cosmologiqueElle traduit que l’univers est en expansion et non en contraction. Wikipedia précise: « C’est le nom donné à l’application de la flèche thermodynamique ou statistique du temps à l’échelle de l’Univers. En effet, la deuxième loi de la thermodynamique ne fonctionne que pour un système fermé. Un niveau d’entropie qui diminue localement signifie simplement que l’entropie augmente de manière globale à l’intérieur du système. Cependant, il n’est pas déterminé si l’Univers est un système fermé ou non. Si l’Univers est un système fermé, le temps peut être déterminé par une différence de niveau d’entropie. Cette hypothèse s’appelle l’« hypothèse du passé —>voir ce chapitre dans ce site), car elle implique que l’état initial de l’Univers soit un cas particulièrement bas d’entropie. En croissant, l’entropie de l’univers atteindrait son maximum après une période de temps d’environ 10200 années 8. Le temps perdra progressivement son sens jusqu’à disparaître ».

          Flèche gravitationnelle du temps: C’est une théorie alternative à la flèche cosmologique du temps. Elle est basée sur l’idée que l’Univers ne se dirige pas vers un niveau d’entropie de plus en plus élevé, mais vers un niveau structurel de complexité croissante. Elle s’oppose par conséquent à l’entropie qui détermine qu’un système fermé ne peut se diriger que vers un niveau de désordre de plus en plus élevé. Le sens du temps, du passé vers le futur, serait alors défini par la croissance irréversible de la complexité 9.

     La flèche du temps thermodynamique: de petits morceaux d’univers, laissés à eux-mêmes tendent à devenir de plus en plus désordonnés avec le temps. « C’est le sens donné au temps par la loi de l’entropie. Cette dernière dispose que le niveau d’entropie d’un système fermé doit augmenter. Par conséquent, il suffit de mesurer le niveau d’entropie d’un système fermé à deux instants différents pour savoir lequel précède l’autre. Si cette mesure est répétée à chaque instant, il apparaît une suite infinie d’états orientée dans une seule direction, c’est ce qui crée le sens du temps. Par conséquent, tout système fermé voit la direction de sa flèche temporelle déterminée par la différence d’entropie entre ses états 6« .     

     -La flèche du temps biologique (liée à l’auto-organisation). Les gens, les animaux, les plantes sont nés bébés, puis ils vieillissent et enfin meurent. 

     -Flèche du temps de l’expérience liée à la flèche psychologique. La flèche de l’expérience; c’est l’expérience du temps qui s’écoule du passé vers le futur; nous nous rappelons le passé, mais pas le futur. On peut lui apporter une nuance avec la flèche psychologique, qui « représente le sens donné au temps par les limites de la perception humaine. En effet, l’être humain détermine le temps par la différence entre un état 1 initial et un état 2 observé instantanément. Si aucun changement n’est constaté, un être humain ne saurait distinguer si le temps avance, recule ou même existe. L’être humain ne peut se remémorer que les événements qu’il a vécus, le passé, et le comparer au présent qui deviendra à son tour passé dès qu’un changement aura été enregistré par l’individu. Ce mouvement apparent (7) crée le passage du temps du passé, soit ce que l’on peut comparer au présent, vers le futur  .
 -La flèche électromagnétique, flèche radiative: La lumière voyage du passé vers le futur. La lumière qui atteint nos yeux nous donne à voir le monde dans son passé jamais dans son futur. Ceci semble s’appliquer aux ondes gravitationnelles. Wikipédia nous dit: « La flèche radiative est décrite par le sens dans lequel un rayonnement quelconque est émis. Il est observable qu’une source n’émet pas dans des directions aléatoires, mais plutôt dans toutes les directions à la fois qui pointent vers l’extérieur de la source. Ce phénomène est exprimable par une sphère d’influence de la source ponctuelle. Cette sphère s’agrandit si le temps pointe vers l’avant, et diminue s’il pointe vers le passé. Cette schématisation est souvent utilisée en physique via le cône de lumière. Celui-ci ne présente un cercle s’agrandissant au lieu d’une sphère puisque la troisième dimension du graphique illustre la direction du temps
10. 

     -La flèche conséquentielle« Elle fait référence au principe de causalité à l’échelle macroscopique. Ce principe stipule que si un phénomène A produit un effet B, alors il en est la cause et l’effet ne peut jamais précéder sa cause. Ainsi, un sens est donné au temps de la cause vers la conséquence. Cette flèche du temps est fondamentale en sciences. En effet, la méthode scientifique est basée sur le fait que les mêmes causes produisent les mêmes conséquences ».


-cas des Trous noirs et trous blancs

Cas des trous noirs: Notre univers semble contenir de nombreux trous noirs. Un trou noir est très asymétrique par rapport au temps. C’est un objet céleste si compact que l’intensité de son champ gravitationnel est tel que si tout objet peut tomber à l’intérieur, il empêche toute forme de matière ou de rayonnement de s’en échapper si ce n’est le rayonnement de Hawking (vu par Aurélien Barrau). Ce processus est irréversible et produit beaucoup d’entropie.

Mais quid des trous blancs? Ces objets hypothétiques sont des solutions de la relativité générale en renversant le direction du temps dans les trous noirs. Ils se comportent comme l’inverse des trous noirs: rien ne peut y tomber, mais n’importe quoi pourrait en sortir.

Interrogation?: Selon la relativité générale,notre univers aurait très bien pu commencer rempli de trous noirs primordiaux: »la pression et la température étaient si élevées que de simples fluctuations de densité de la matière suffisaient pour amorcer un effondrement gravitationnel très rapide. Alors que la plupart des régions de hautes densités furent dispersées dans l’expansion qui suivit, les trous noirs primordiaux restèrent stables, et devraient être encore présents aujourd’hui. Aucun à ce jour (mars 2019) n’a été cependant clairement observé ou détecté ». Tous les trous noirs que l’on observe semblent avoir été formés longtemps après le big bang, suit à l’effondrement d’étoiles massives. Et pourquoi n’y aurait-il que des trous noirs et aucun trou blanc? Il semble que cette absence de trous noirs primordiaux soit le signe d’une « flèche du temps des trous noirs« . Une autre question concerne la possibilité d’existence de galaxies à l’autre bout de l’univers où certaines des flèches du temps iraient dans le sens inverse de celui constaté dans notre monde ou bien la possibilité que nous vivions dans un univers où certaines flèches du temps sont retournées à certains endroits. Mais ceci ne semble pas le cas, pourquoi?
L’existence de toutes ces flèches distinctes et toutes dans le même sens nécessite une explication. Elles reposent toutes sur la nature du temps et sont différentes si on croit que le temps émerge d’un monde intemporel ou si on croit que le temps est fondamental et réel. D’autre part, le fait que les lois de la nature soient temporellement réversibles lorsque t —> -t peut être pris comme un indice en faveur de la vision que le temps n’est pas fondamental, mais alors, comment expliquer ces flèches du temps qui représentent une asymétrie dans le temps? Comment ces asymétries peuvent-elles naître de lois symétriques dans le temps?
3-4-3 Quelques explications concernant le problème de la flèche du temps.
Selon Lee Smolin, la réponse à la question précédente réside dans le fait que les lois (qui elles, n’ont pas à être symétriques), agissent sur les conditions initiales (
?) et les constantes ultimes. Les conditions initiales semblent avoir été finement ajustées pour produire un univers qui est asymétrique dans le temps. Un autre exemple est le taux d’expansion de  l’univers initial, qui est fixé par les conditions initiales et semble avoir maximisé la production de galaxies et d’étoiles. Plus élevé, l’univers se serait dilué rapidement sans laisser la possibilité de formation d’étoiles et galaxies. Plus faible, l’univers aurait pu s’effondrer en une singularité finale avant que des étoiles aient pu se former. Le taux d’expansion initial fut extraordinairement réglé pour produire l’univers actuel. Les conditions initiales temporellement asymétriques peuvent expliquer aussi la flèche du temps électromagnétique. Dans l’article [https://arxiv.org/abs/1004.1346  (soit en .pdf:     https://arxiv.org/pdf/1004.1346.pdf)] Steven Weinsten « montre que la théorie relativiste de l’électromagnétisme de Maxwell, considérée comme la plus confirmée, ne l’est pas du tout, en l’absence d’une hypothèse supplémentaire, à savoir que tous les champs ont leur source dans le passé. Il conclut qu’il existe une asymétrie temporelle « I conclude that we have reason to believe that there is a lawlike time-asymmetry in the world«  (qui pourrait être une asymétrie fondamentale? »). Aux débuts de l’univers, il n’y avait pas d’ondes électromagnétiques, la lumière ne fut produite que plus tard, grâce au mouvement de la matière comme le suggère le site ourimvetumim.over-blog.com: « Avant 1043 seconde : la Superforce.Tout ce qui se passe avant cette date chronologique est un mystère. il comprenait de nombreuses particules virtuelles de matière et d’antimatière qui apparaissaient et disparaissaient comme des bulles de savon ». C’est ce qui peut expliquer que lorsque nous regardons autour de nous, les images que la lumière apporte renseignent sur la matière. Mais il aurait pu en être autrement. En effet, les équations de l’électromagnétisme permettent que l’univers ait commencé avec de la lumière qui se déplace librement et se former directement lors du big bang plutôt que d’avoir été émise par la matière ultérieurement, 380 000 ans après le big bang: « Nous sommes 380 000 ans après le Big Bang, il y 13 milliards 819 millions d’années. La lumière parvient enfin à se libérer de la soupe primordiale des particules. Elle peut inonder de son rayonnement l’univers jusqu’alors opaque et nous fournir le tout premier portrait de son enfance ». Si nous vivions dans un univers où la lumière s’était déplacée librement depuis le big bang, toutes les images des objets que la lumière nous a apportées seraient noyées dans la lumière nous arrivant directement depuis le big bang. Nous ne verrions ni étoiles ni galaxies. Nous ne pourrions voir qu’un chaos lumineux. Dans un tel univers (sans flèche du temps), nous pourrions voir des images qui n’ont jamais été là (des licornes par exemple…). C’est à cela que l’univers ressemblerait si nous repassions à l’envers un film d’un futur lointain. Dans ce futur lointain, il y aura de nombreuses images voyageant de tous côtés, images de choses qui ont un jour existé. C’est ce que nous pourrions voir de l »univers, si nous passons le film à l’envers, un univers rempli d’images de choses qui ne se sont pas encore produites. Nous ne vivons pas dans un tel univers, mais cela devrait pouvoir être le cas parmi les univers possibles correspondant aux solutions des lois de la physique.

Explication selon Lee Smolin? Pourquoi nous ne voyons que des choses déjà survenues ou en train de se produire, et jamais rien en attente de se produire ou que nous ne verrons jamais? Cela vient du fait que nous devons imposer des conditions initiales strictes, qui interdisent que l’univers puisse commencer avec de la lumière se propageant partout et transportant des images. C’est une condition d’asymétrie sévère, mais elle est nécessaire pour expliquer la flèche du temps électromagnétique. Il en est de même pour les flèches du temps des ondes gravitationnelles et celle des trous noirs. Donc, si les lois fondamentales de la nature sont temporellement symétriques, alors l’explication du fait que notre univers est asymétrique dans le temps, repose donc, dit Lee Smolin, sur le choix des conditions initiales. Celles-ci ne doivent contenir aucune onde en propagations libre, qu’elles soient électromagnétiques ou gravitationnelles ni de trous noirs. Roger Penrose a évoqué ce point en proposant un principe pour l’expliquer: l’hypothèse de la courbure de Weyl—>> (essai de traduction): « C’est une application de la relativité générale qui a été proposé dans un article de 1979 [1] par le mathématicien et physicien britannique Sir Roger Penrosedans le but de formuler une explication à deux questions fondamentales de la physique. D’une part, « nous voudrions » expliquer pourquoi notre univers apparaît de plus en plus homogène et isotrope  (par) l’augmentation de l’échelle d’observation (et donc peut être décrit par une simple modèle Friedmann-Lemaître). D’autre part, il y a la question fondamentale de l’origine de la deuxième loi de la thermodynamique.

Penrose spécule que la réponse à ces questions se posent à partir du concept d »entropie de champs gravitationnels. Penrose suggère que, au voisinage de singularité gravitationnelle, la Big Bang, l’entropie d’un champ gravitationnel cosmologique était extrêmement faible (par rapport aux valeurs qui auraient été théoriquement possible), puis elle a commencé à croître de façon monotone. Ce processus se produit par exemple dans la formation de structures au moyen de l’agrégation de la matière, avec la formation de galaxies et amas de galaxies. Penrose exprime que le tenseur Weyl disparaît à proximité du big bang, à très basse entropie.  Après cela, selon lui, son influence est dynamique et augmente constamment, étant due à une augmentation globale de l’entropie dans l’univers, ce qui provoque un flèche du temps cosmologique.

La courbure Weyl représente les effets gravitationnels tels que forces de marée et ondes gravitationnelles. Le traitement mathématique des idées de Penrose sur l’hypothèse de courbure Weyl ont été décrites dans le contexte de la singularité cosmologique initiale isotrope, dans des articles spécialisés[2][3][4][5]. Penrose croit que l’hypothèse de courbure Weyl alternative de physique est crédible » .L’inflation cosmique (Une phase hypothétique d’expansion accélérée au cours des premières années de l’univers), peut expliquer l’isotropie et proche de l’homogénéité de l’espace actuellement observée de notre univers[6]. (voir Roger Penrose, Singularités et Time-Asymétrie, en Relativité générale: Un centenaire Einstein enquête, Editeur: S. W. Hawking et W. Israël, Cambridge, Cambridge University Press, 1979)

Résumé. En relativité générale, le .tenseur de Ricci est lié à la présence de matière ; en l’absence de matière, le tenseur de Ricci est nul. Par conséquent, le tenseur de Weyl s’identifie au tenseur de Riemann. Cette propriété donne toute son importance au tenseur de Weyl : sa structure donne la totalité de la structure du champ gravitationnel dans les régions vides de matière. Par exemple, une région de l’espace traversée par une onde gravitationnelle a un tenseur de Weyl non nul. Ce que le principe de Penrose dit, c’est que cette quantité (le tenseur de Weyl), disparaît  à la singularité initiale pour laquelle le tenseur de Weyl = 0 . Il remarque que ceci est en accord avec ce que nous savons de l’univers primordial. Mais cette condition n’est plus vraie plus tard dans l’univers, elle est donc asymétrique. Ce n’est que lorsque la matière apparaît que le tenseur de Weyl devient non nul et que l’univers contient beaucoup d’ondes gravitationnelle et de nombreux trous noirs.  

  Penrose, comme Lee Smolin, dit que pour expliquer l’univers que nous voyons, cette condition temporellement asymétrique doit être imposée sur le choix de solutions des lois (temporellement symétriques) de la relativité générale. 

     3-5) Retour à la question le temps est-il fondamental? Est-il asymétrique?

Si nous avons besoin de conditions initiales asymétriques pour expliquer notre univers alors que les lois de la nature sont temporellement symétriques, cela n’affaiblit-il pas l’argument en faveur d’un temps irréel, qui n’existe pas, comme le présente la cosmologie moderne (Carlo Rovelli dit: « il faut oublier le temps« )? Ces conditions initiales et leurs conséquences sont difficiles à cerner, ce qui amène le questionnement de Lee Smolin (pages note 10 page 227 et pages 319 et 320). L’explication repose alors sur la question: comment les conditions initiales sont-elles choisies? Ce à quoi Lee Smolin répond: « Mais nous n’avons aucune explication rationnelle pou cela, si bien que nous aboutissons à une impasse, laissant sans réponse une question critique à propos de notre univers« . Il propose alors une option bien plus simple: « Nous croyons que nos lois sont des approximations d’une loi plus profonde. Et si cette loi plus profonde était asymétrique dans le temps? » 

Alors, si elle est asymétrique par rapport au temps, il en sera de même pour la plupart de ses solutions. Mais elle conduirait à des lois symétriques lorsqu’elle est approximée par une théorie effective aux basses énergies et loin des régions de forte courbure de l’espace-temps. L’asymétrie serait très prononcée dans l’univers très jeune ce qui expliquerait le besoin de conditions initiales temporellement asymétriques. 

Le mystère qui consiste à voir des images venues du passé et jamais du futur est alors résolu et ce n’est plus un problème d’expliquer pourquoi nous n’observons pas les choses « dingues » qui devraient survenir si les processus naturels se déroulaient en sens inverse … parce que l’inversion temporelle d’une solution de la loi (qui est alors asymétrique dans le temps), n’est plus une solution. Le fait que l’univers est hautement asymétrique dans le temps serait ainsi directement expliqué par l’asymétrie temporelle de la loi fondamentale. Un tel univers ne serait plus improbable, il serait alors nécessaire. 

Il est probable que c’est ce que Penrose avait à l’esprit quand il a proposé l’hypothèse de la courbure de Weyl pour expliquer le fait que notre univers est asymétrique dans le temps, et que les conditions initiales ne doivent contenir aucune onde en propagations libre, qu’elles soient électromagnétiques ou gravitationnelles ni de trous noirs. La différence entre une physique proche de la singularité initiale et une physique qui en serait éloignée nous serait imposée par une théorie quantique de la gravitation, qui dans le perspective de Penrose devait être fortement asymétrique dans le temps. Mais, le pense Lee Smolin, une théorie asymétrique dans le temps n’est pas naturelle si le temps est émergeant (voir cette discussion entre Lee Smolin et Carlo Rovelli). Si la théorie fondamentale ne contient aucune notion du temps, nous n’avons aucun moyen de distinguer le passé du futur. L’extrême improbabilité de notre univers exigerait toujours une explication. Par contre, une théorie temporellement asymétrique est plus naturelle si le temps est fondamental, car qu’est-il de plus naturel qu’une théorie fondamentale qui distingue le passé et le futur qui sont de fait très différents. 

Ainsi lee Smolin peut dire que la réalité du temps gagne en crédibilité avec ces considérations, parce qu’elle nous dispense d’avoir à laisser sans explication une immense improbabilité, la forte asymétrie temporelle de notre univers avec les flèches du temps.


4) Pouvons-nous dire de notre univers qu’il est improbable?

-Nous avons commencé cet article en évoquant au chapitre 3-1), la probabilité pour qu’il y ait de la complexité. Il a été dit que notre univers et ses conditions initiales étaient improbables (par exemple, il est improbable qu »un univers gouverné par des lois symétriques ait une flèche du temps). Mais que signifie improbable pour un univers? En effet, il est unique et ne s’est produit qu’une fois, c’est le seul en son genre. Mais est-ce que toute propriété le concernant ne doit pas avoir de la probabilité? Il faut alors se demander ce qu’on entend par système se trouvant dans une situation improbable.

Dans le paradigme newtonien, cela a du sens parce que la description se réfère à un sous-système de l’univers, qui peut peut être l’un d’un grand nombre de sous-systèmes semblables; mais cela ne s’applique plus à l’univers dans son ensemble (voir à ce sujet mes articles (1)– Einstein insatisfait – L’erreur et le dilemme cosmologique). et (2) Le défi cosmologique. C’est ce qui est exprimé dans l’article (2) au chapitre 1: 

 « […] Rien dans la  chair des théories existantes ne peut nourrir une théorie vraiment fondamentale affirme donc Lee Smolin avec force. C’est une idée bien audacieuse quand on sait les succès des théories dominantes, que soit la physique quantique ou la relativité générale. Rappelons une caractéristique que partagent toutes ces théories bien établies qui rend délicate leur extension à l’univers dans son entier: elles divisent toutes le monde en 2 parties, l’une qui est changeante et dont les degrés de liberté évoluent dans le temps, le système étudié, et l’autre qui est supposée immobile, le reste de l’univers, le « fond ».  Cette partie, qui ne nécessite pas qu’on la décrive explicitement, se trouve de manière implicite dans ce qui donne sa signification au mouvement décrit dans la première partie qu’on observe: la distance entre les objets mesurés fait implicitement appel à des points fixes (le cadre de référence qui permet la description du système, le référentiel) et le temps par rapport auquel on décrit le mouvement implique l’existence d’une horloge extérieure au système […] Cette partition du monde en deux parties, l’une dynamique et l’autre statique, est une fiction, mais elle est précieuse quand il s’agit de décrire de petites portions d’espace. La deuxième partie, supposée statique, est en réalité elle aussi constituée de parties dynamiques, et en faisant fi de la dynamique de leur évolution, nous fixons une cadre à l’intérieur duquel nous avons des lois simples. A l’exception de la relativité générale, la géométrie de l’espace-temps est incluse dans le fond de toutes les théories. Le fond inclue aussi le choix des lois puisque celles-ci sont supposées immuables. Et même la relativité générale, qui décrit une géométrie dynamique, considère d’autres structures fixes comme la topologie et la dimension de l’espace. (voir note 1 page 305: D’autres structures à fond fixe incluent la géométrie des espaces  où vivent les états quantiques, dans lesquels est définie une notion de distance. Les structures de fond en relativité générale incluent la structure différentielle de l’espace-temps et, souvent, la géométrie des frontières asymptotiques).
Ce partage du monde en ses composantes dynamiques et un fond qui « le cerne » est comme on vient de la voir la caractéristique géniale du paradigme newtonien. C’est elle qui a contribué au succès fulgurants des modèles scientifiques relativiste et quantique. Mais c’est paradoxalement ce qui rend ce paradigme inapplicable dans sa globalité. En effet, il ne peut pas exister de composante statique car tout dans l’univers change et il n’existe aucun extérieur, rien par rapport à quoi les mouvements du reste puissent être mesurés si l’univers est ce qui contient TOUT. Surmonter ce obstacle est ce que Lee Smolin appelle le défi cosmologique […] »

Examinons une propriété. On pourrait essayer de définir la probabilité que notre univers possède cette propriété en supposant que les conditions initiales sont choisies au hasard dans un espace de configurations. Mais cette hypothèse est fausse: notre univers n’a pas été produit par un choix fortuit parce que de très nombreuses propriétés seraient très improbables avec un tel choix. Pour éviter ce dilemme, il a été imaginé qu’il existe un très grand nombre d’autres univers, question que nous avons évoqué dans mon article 4 partie II (chapitre 11 -lois évolutives). Nous y avons vu qu’il y a deux sortes de théories des multivers: celles où notre univers est atypique, comme ceux générés par l’inflation éternelle, et de ce fait, improbable, et les théories qu’illustre la sélection naturelle cosmologique (SNC), qui génère un ensemble d’univers où ceux qui ressemblent au notre sont probables. Retenons le chapitre 3) de cet article 4[3) Puissance de la sélection naturelle cosmologique VS le principe anthropique.  -Lee Smolin affirme donc que, à la différence du principe anthropique, la sélection naturelle cosmologique offre ainsi une véritable explication (que Jean Paul Baquiast évoque aussi avec le darwinisme quantique dans nouvelles théories sur l’évolution), à la raison pour laquelle les paramètres du modèle standard paraissent accordés pour un univers qui est rempli d’étoiles à longue durée de vie et ont, au cours du temps, enrichi l’univers en carbone, oxygène et autres éléments nécessaires à mise en place de la complexité qui a permis l’apparition de la vie. Les paramètres dont les valeurs sont ainsi, en un sens expliqués (alors que dans le modèle standard ces paramètres sont des données « sorties du chapeau » et inexpliquées), incluent les masses du proton, du neutron, de l’électron, du neutrino électronique et les intensités des 4 interactions fondamentales. Il y a même un bonus. L’explication concerne la maximisation de la production de trous noirs et une conséquence est la fabrication d’un univers hospitalier pour la vie.]

Il n’y a que dans la seconde catégorie de multivers que des prédictions peuvent confrontées à des observations réalistes. Dans la première catégorie, le principe anthropique permet de choisir des univers improbables comme le notre mais aucune prédiction n’est possible pour lesquelles on pourrait tester les hypothèses sous-tendant ce scénario. Qu’il y ait de nombreux univers ou un seul on est obligé de conclure qu’il n’y a aucun contenu empirique dans l’affirmation que notre univers est improbable. Mais on a vu que toute la thermodynamique se base sur l’application de la notion de probabilité aux micro-états d’un système. Il s’ensuit que si nous appliquons la thermodynamique pour parler d’une propriété de l’univers entier, nous commettons une erreur cosmologique —>>voir le chapitre 2) La seule façon d’échapper à cette erreur et au paradoxe d’un univers improbable est de baser l’explication de la complexité et du fait que l’univers a un richesse intéressante sur une physique qui soit temporellement asymétrique, qui rend de fait l’univers inévitable plutôt qu’improbable. 

Le paradoxe du cerveau de Boltzmann

Lee Smolin nous dit que ce n’est pas le seul exemple où les physiciens sont parvenus à des conclusions paradoxales en commettant l’erreur d’appliquer la thermodynamique à l’univers entier. Le grand Boltzmann semble avoir été le premier à proposer un réponse pour expliquer pourquoi l’univers ne se trouve pas à l’équilibre. Il ne connaissait ni l’expansion de l’univers ni le big bang. L’éternité (qu’il supposait) de l’univers était pour lui une grande énigme, car cela voulait dire qu’il avait dû déjà atteindre l’équilibre puisqu’il avait disposé d’un temps infini pour le faire. Il s’imaginait que l’univers n’était pas à l’équilibre car notre « région » s’étant formée spontanément à la suite d’une grande fluctuation (de basse entropie), son entropie augmentait alors qu’elle retournait à l’équilibre. C’était peut-être le meilleure vision de son époque, cohérente avec la vision cosmologique, mais elle était fausse. Nous le savons parce que nous pouvons scruter le ciel presque jusqu’au big bang sur un rayon de plus de  13 milliards d’années-lumière et nous n’y voyons aucun indice montrant que notre univers soit une fluctuation de basse entropie dans un monde statique en équilibre. Au contraire, nous y voyons un univers évoluant dans le temps  avec de la structure à toutes les échelles qui se développent alors que l’univers s’étend, ce que Boltzmann ne pouvait savoir. Mais il aurait pu utiliser un argument pour mettre en doute son explication: plus la fluctuation est petite, plus elle se produit souvent à l’équilibre. A cette époque, les astronomes savaient que l’univers avait au minimum des dizaines de milliers d’années-lumière de rayon. Donc si notre région d’espace était le résultat d’une fluctuation, elle aurait dû être extrêmement rare… bien plus rare que des fluctuations qui pourraient nous contenir. D’après Boltzmann, ces fluctuations moins rares devraient se produire beaucoup plus souvent dans un univers à l’équilibre que ce que nous indiquent nos observations. Il serait infiniment plus probable que nous nous trouvions dans une fluctuation de la taille du système solaire que dans dans une fluctuation de la taille d’une galaxie. Si on poursuit le raisonnement, il est de plus en plus probable de se trouver dans une fluctuation que sa taille est petite. Ainsi produire un cerveau doté de souvenirs et d’images nécessiterait une fluctuation bien moindre que celle qui peut produire une planète de créatures vivantes en orbite autour d’une étoile. Une fluctuation qui produirait juste un cerveau complet avec les souvenirs et l’expérience d’un monde imaginaire s’appelle selon wikipedia « cerveau de Boltzmann« : « Il est plus probable qu’un seul cerveau se forme spontanément et brièvement dans un vide (avec un faux souvenir d’avoir existé dans notre univers) plutôt que notre univers ne s’est créé de la même manière que la science moderne pense qu’il l’a fait. C’est une réponse réductio ad absurdum à l’ explication précoce de Ludwig Boltzmann sur l’état de faible entropie de notre univers » [ou selon une autre définition: « cerveau de Boltzmann« : « Un cerveau de Boltzmann est un être hypothétique conscient de soi qui existe grâce aux fluctuations quantiques aléatoires d’un état de chaos. L’idée est nommée d’après Ludwig Boltzmann (1844–1906), le physicienqui a suggéré que l’univers est observé dans un état peu probable et hors équilibre parce que seule l’existence aléatoire de tels états permet l’existence des cerveaux qui sont conscients de l’univers. Le terme cerveau de Boltzmann (en anglais : Boltzmann brain) fut proposé en 2004 par Andreas Albrecht et Lorenzo Sorbo1« ]Cette option requiert beaucoup moins d’informations, donc moins d’entropie négative qu’une fluctuation de la taille de la galaxie ou même du système solaire, de sorte que les fluctuations de cerveaux uniques devraient se produire beaucoup plus souvent dans l’univers 

Ceci est le paradoxe du cerveau de Boltzmann. Il implique que sur une éternité de temps, il y a beaucoup plus de cerveaux dans l’univers, naissant de petites fluctuations spontanées, que de cerveaux issus du lent processus de l’évolution, qui nécessite une fluctuation qui dure des milliards d’années. Donc, si on suit cette hypothèse de Boltzmann concernant les fluctuations spontanées, comme nous sommes des êtres conscients, il est plus que probable que nous sommes des cerveaux de Boltzmann. Alors, Certains « cerveaux de Boltzmann » existent-ils déjà dans notre univers? En fait, la réponse est que nous savons que nous ne sommes pas des cerveaux spontanés, parce que si nous étions cela, notre expérience et nos souvenirs seraient, en général, vraisemblablement plus incohérents que cohérents. Il n’y aurait pas de raison pour que notre cerveau contienne des images d’un vaste univers de galaxies autour de nous. Le scénario de Boltzmann est en fait un cas classique de raisonnement par l’absurde. 


5) Conclusion de ma lecture du chapitre 16 de « la renaissance du temps ». 

Depuis mon article 7 (La renaissance du temps par la relativité chapitre 14) , nous savons que « LE TEMPS VIENT D’ÊTRE REDECOUVERT » avec l’argumentation solide qu’en apporte Lee Smolin, et qu’on peut synthétiser par: « La notion globale de temps que nous venons de voir implique qu’en chaque événement il existe un observateur privilégié dont l’horloge mesure la passage du temps. Mais il n’y a aucun moyen de le choisir par une mesure qu’on pourrait faire dans une petite région, ce qui confirme le principe de relativité à des échelles plus petites que celle l’univers. Ce choix d’un temps global particulier est déterminé par la façon dont est distribuée la matière dans l’univers. La dynamique des formes constitue […] « un pont » entre le principe de relativité et le temps global qu’exigent les théories telles que celles à laquelle aspire Lee Smolin avec des lois évolutives ou celles qui expliquent les phénomènes individuels au moyen de variables cachées. Il y a une grandeur par contre qui n’a pas le droit de changer lorsqu’on agrandit ou qu’on rapetisse les échelles, c’est le volume de l’univers à chaque instant, même s’in évolue au cours du temps. Ceci donne donc un sens à la taille totale de l’univers et à son expansion et nous fournit une horloge physique universelle ».

Après avoir examiné au chapitre 3-2 (de cet article) La physique moderne et la thermodynamiques’est  posée au chapitres 3-3) la question notre univers est-il en équilibre? La réponse étant négative nous avons examiné au chapitre 3-4 la question de la flèche du temps et le problème qu’elle pose (son illusion?). Nous avons effectué au chapitre 3-5) un retour à la question qui a été à l’origine de la réflexion de Lee Smolin:le temps est-il fondamental? Est-il asymétrique? En effet, si nous avons besoin de conditions initiales asymétriques pour expliquer notre univers alors que les lois de la nature sont temporellement symétriques, cela n’affaiblit-il pas l’argument en faveur d’un temps irréel, qui n’existe pas, comme le présente la cosmologie moderne (Carlo Rovelli dit: « il faut oublier le temps« )? Au chapitre 5 nous avons réexaminé  une réflexion qui est présente dans notre questionnement depuis le début du livre de Lee Smolin (et donc dans mes articles): Pouvons-nous dire de notre univers qu’il est improbable (en raison de l’ajustement fin qui réfère à l’étonnante précision des constantes physiques de la nature et de l’état premier de l’Univers)? En effet, pour expliquer l’état présent de l’univers, même la meilleure théorie scientifique suppose que les constantes physiques de la nature et l’état premier de l’Univers aient des valeurs extrêmement précises. Pour Lee Smolin, la seule façon d’échapper à l’erreur cosmologique et au paradoxe d’un univers improbable est de baser l’explication de la complexité et du fait que l’univers a un richesse intéressante sur une physique qui soit temporellement asymétrique, qui rend de fait l’univers inévitable plutôt qu’improbable et d’adopter la réalité du temps. 

Cet article 9  a débuté au chapitre 3 avec une synthèse effectuée par le DrGoulu de ce dont je présente « ma lecture » dans cet article, le chapitre 16  (vie et mort de l’univers) du livre de Lee Smolin: « La vision intemporelle de la physique basée sur le paradigme de Newton a montré son impuissance face aux questions les plus basiques de l’univers : pourquoi est-il intéressant (…) au point que des créatures comme nous puissions y être et nous en émerveiller ? Mais si nous adoptons la réalité du temps, nous rendons possible une physique asymétrique par rapport au temps dans laquelle l’univers peut naturellement faire évoluer de la complexité et de la structure. Et ainsi nous évitons le paradoxe d’un univers improbable ».  

Liens: 

mort thermique de l’univers  notre univers est-il irréversible?   La direction du temps     l‘irréversibilité du temps  problème de la mesure en cosmologie     La singularité initiale   l’origine de l’univers

http://philoscience.over-blog.com/article-7053208.html: Le problème de la mesure en cosmologie concerne la manière de calculer des fractions d’ univers de types différents dans un multivers . Il survient généralement dans le contexte de l’ inflation éternelle . Le problème se pose parce que différentes méthodes de calcul de ces fractions donnent des résultats différents, et il n’est pas clair quelle approche est correcte (le cas échéant). Les mesures peuvent être évaluées en fonction de leur capacité à prévoir les constantes physiques observées et à éviter des implications contre-intuitives, telles que le paradoxe de la jeunesse ou le cerveau de Boltzmann . Alors que les dizaines de mesures ont été proposées, [peu de physiciens considèrent que le problème est résolu. 

Le livre « rien ne va plus en physique (l’échec de la théorie des cordes)« : La partie I du livre explique pourquoi depuis la naissance de la science moderne, avec l’effet Copernic et Galilée, le paradigme newtonien sous-tend toutes les théories y compris les théories quantiques et la relativité (le « paradigme newtonien » et ce qu’il a impliqué, dont l’hypothèse des multivers, est utile pour décrire l’évolution d’un système dans un laboratoire, mais il perd tout sens appliqué à l’univers entier. Il n’explique pas pourquoi telles ou telles lois sont choisies parmi l’infinité de lois possibles.Selon celui-ci, un système, quel qu’il soit, pourrait être décrit par un ensemble d’états initiaux qui lui sont attribués, puis par les lois présidant à son évolution en fonction du temps. Mais si ces données sont utilisées initialement pour décrire le système, il n’est pas possible de considérer qu’elles pourraient aussi être le résultat de son évolution. Il faut rechercher d’autres lois, l’illusion de la flèche du temps https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-fleche-du-temps-expliquee-du-163219 : La flèche du temps expliquée. Du « Temps quantique » au temps macroscopique

https://trustmyscience.com/inversion-fleche-du-temps-avec-ordinateur-quantique/: Des physiciens ont réussi à “inverser” la flèche du temps grâce à un ordinateur quantique

liens:: 

http://users.polytech.unice.fr/~leroux/transmission/courstransmission.htmlNotions de communication numériqueJoël Le Roux

http://boningal.dardel.info/Electronisme/Complements/Entrees/2014/10/18_Le_temps,_Lee_Smolin_et_le_temps,_lillusion_du_temps,_la_fleche_du_temps.htmlLe temps, Lee Smolin et le temps, l’illusion du temps, la flèche du temps

https://journals.openedition.org/dossiersgrihl/3664l’athéisme de Richard Dawkins Note critique à propos de l’ouvrage de Richard Dawkins, Pour en finir avec Dieu,

https://www.levif.be/actualite/magazine/pourquoi-ils-veulent-en-finir-avec-dieu/article-normal-895261.html?cookie_check=1560788775: Richard Dawkins entend démontrer que  » Dieu est très peu probable, inutile et nuisible « . Au passage, le biologiste britannique et chef de file des Nouveaux athées tort le cou aux créationnistes. Voici 20 raisons qui plaident pour l’athéisme. A vous de juger.

https://studylibfr.com/doc/3188620/gravitation-quantique: La gravitation quantique, le manuscrit de carlo rovelli

http://www-cosmosafap.fr/gravitation%20quantique.htmGravitation quantique à boucles VS théorie des cordes !

http://chaours.rv.pagesperso-orange.fr/physique/Quant/qgrav.htmLa démarche suivie par les tenants de la gravitation quantique à boucles est complètement différente de celle des cordistes. Elle part de l’hypothèse que la géométrie de l’espace-temps s’identifie au champ gravitationnel. La géométrie peut donc être assimilée à un champ. Or, la physique quantique est une théorie des champs. Que se passe-t-il si on cherche à quantifier le champ représentatif de la géométrie de l’espace-temps ? variables d’ashtekar 
https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582:

2 La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information 

https://arxiv.org/pdf/gr-qc/ INTRODUCTION TO LOOP QUANTUM GRAVITY AND SPIN FOAMS par ALEJANDRO PEREZ ∗ 

http://www.ens-lyon.fr/DSM/SDMsite/M2/stages_M2/Dupuis.pdf: Mousses de spin en gravit´e quantique https://arxiv.org/pdf/1705.01597.pdf: Testing different approaches to quantum gravity with cosmology: An overview Aurélien Barrau – Among the available quantum gravity proposals, string theory, loop quantum gravity, noncommutative geometry, group field theory, causal sets, asymptotic safety, causal dynamical triangulation (voir VIII. CAUSAL DYNAMICAL TRIANGULATION), emergent gravity are among the best motivated models. 

https://actualite.housseniawriting.com/science/physique/physique-quantique/2015/11/18/la-source-quantique-de-lespace-temps/10611/: De nombreux physiciens pensent que l’intrication est l’essence de l’étrangeté quantique et certains d’entre eux suggèrent désormais que l’intrication pourrait être aussi la source de la géométrie de l’espace-temps.

http://www.philipmaulion.com/2017/05/emergence-pourquoi-les-physiciens-recourent-ils-a-cette-notion.html: Emergence : pourquoi les physiciens recourent-ils à cette notion ?

http://michel.bitbol.pagesperso-orange.fr/Quantique_Connaissance.pdf: LA STRUCTURE QUANTIQUE DE LA CONNAISSANCE INDIVIDUELLE ET SOCIALE par Michel Bitbol, 

http://fabien.besnard.pagesperso-orange.fr/articles/temps.pdf: CE QU’EN DISENT LES PHYSICIENS Le temps est devenu un casse-tête pour les physiciens. Il leur pose des problèmes à la fois formels, conceptuels et philosophiques dans des disciplines aussi diversifiées que la mécanique quantique, la thermodynamique et la théorie de la relativité.

http://fabien.besnard.pagesperso-orange.fr/articles/temps.pdf: Temps des philosophes, temps des physiciens, temps des mathématiciens Fabien Besnard 9 juin 2010 Résumé La question de la compatibilité du présentisme et du possibilisme avec la Relativité a fait couler beaucoup d’encre depuis l’argument initialement proposé par Rietdijk et Putnam….

http://ungraindesable.blogspot.com/2013/06/presentisme-et-theorie-de-la-relativite.html: I) Présentisme et théorie de la relatisité

http://ungraindesable.blogspot.com/2013/08/presentisme-et-mecanique-quantique.html: II) Présentisme et mécanique quantique https://laviedesidees.fr/Un-monde-sans-temps-ni-espace.html  Un monde sans temps ni espace À propos de deux ouvrages de Carlo Rovelli.

http://www.doublecause.net/index.php?page=Carlo_Rovelli.htm: Carlo Rovelli, Et si le temps n’existait pas ? Un peu de science subversive

http://interlivrehypertexte.over-blog.com/2018/04/le-temps-est-une-emotion-carlo-rovelli-l-ordre-du-temps.htm: le mystère du temps est lié à la nature de notre conscience, le temps est une émotion. Notre cerveau enregistre des changements qui se produisent dans le corps et dans sa perspective, et des sentiments (feelings, voire rasa) émergent de cette mise en mouvement cérébrale. Sentiments qui, à leur tour, propulsent toute une culture (A. Damasio, L’ordre étrange des choses,

https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Causalit%C3%A9_(physique): wikipedia, causalité et physique. Voir théories indépendantes du fond.

https://blogs.mediapart.fr/michel-pinault/blog/010318/crise-de-la-culture-scientifique-crise-de-la-scienceCrise de la culture scientifique, crise de « la science »

https://blogs.mediapart.fr/michel-pinault/blog/010318/crise-de-la-culture-scientifique-crise-de-la-scienceCrise de la culture scientifique, crise de « la science »

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582 : La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information

https://laviedesidees.fr/Un-monde-sans-temps-ni-espace.html: Un monde sans temps ni espace À propos de deux ouvrages de Carlo Rovelli.

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2-la-gravite-quantique-elaboree-178582 : La gravité quantique élaborée comme une physique de l’information

http://michel.bitbol.pagesperso-orange.fr/Relations_Mauss.pdf: La mécanique quantique comme théorie essentiellement relationnelle1 Michel Bitbol 

https://arxiv.org/pdf/quant-ph/9609002.pdfRelational Quantum Mechanics Carlo Rovelli

http://opportunisme-cognitif.blogspot.com/2010/06/epistemologie-relationnelle-de-la.html: Épistémologie relationnelle de la physique quantique Kant, nouveau sage tibétain de la physique quantique ? par Hicham-Stéphane Afeissa

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-bataille-decisive-entre-172128: La «bataille décisive» entre physique quantique et relativité générale a déjà commencé

par Bernard Dugué (son site)

https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00220690/document: RÉFLEXIONS SUR LA PHILOSOPHIE DE BOHR, HEISENBERG ET SCHRÖDINGER A. Shimony

https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Principes_de_la_connaissance_humaine/IntroductionGeorge Berkeley Les Principes de la connaissance humaine Traduction par Charles Renouvier

http://www.blog-chaman-esoterisme.com/2018/09/l-incroyable-hypothese-de-rupert-sheldrak-la-resonance-morphique-une-theorie-holistique-de-la-realite.html: l’hypothèse holistique de Rupert Sheldrake, la raisonnance morphique

http://www.neotrouve.com/?p=348: Physique Quantique : entre Science et Conscience
http://guillemant.net/index.phpcate=articles&part=physique_information&page=Un_univers_dinformations.htm: P
hilippe Guillemant – L’idée selon laquelle notre univers serait un espace-temps composé d’informations a été considérablement popularisée par un film de science fiction : Matrix. La réalité pourrait rejoindre la fiction puisqu’il s’agit là d’une idée qui reçoit de plus en plus d’appuis scientifiques.

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2014/09/03/vers-une-physique-de-linformation/Vers une physique de l’information

http://www.pileface.com/sollers/pdf/Le%20temps.pdf: Le temps, ça n’existe pas : le physicien Carlo Rovelli nous explique pourquoi. « Seule la thermodynamique connaît la direction du temps »

https://www.rocq.inria.fr/secret/Nicolas.Sendrier/thinfo.pdf; École polytechnique Informatique Introduction à la théorie de l’information Nicolas Sendrier 

https://books.openedition.org/cdf/527?lang=fr: Physique quantique

Leçon inaugurale prononcée le jeudi 13 décembre 2001 par Serge Haroche

https://www.miniwebtool.com/log-base-2-calculator/: calcul des logarithmes à base 2

https://www.jp-petit.org/science/smolin/SmolinLivre.pdf: Sur le livre de Lee Smolin rien ne va plus en physique parMichel Mizony juillet 2007

La renaissance du temps article 8 (Lee Smolin Partie II chap. 15)  L’émergence de l’espace


La renaissance du temps article 8 (Lee Smolin Partie II chap. 15)  L’émergence de l’espace

la renaissance du temps

J’écris mon blog pour partager ma soif de connaissances, mes réflexions et mes passions et mes lectures. Dans ces articles, je voudrais partager « ma lecture » du livre de Carlo Rovelli « par-delà le visible ». Ecrire ce que je retiens de mes lectures me permet de réfléchir à la compréhension que j’en ai. je mets entre guillemets les passages qui me semblent importants ou qui me frappent. Et par dessus tout je fais des recherches sur internet pour compléter ma lecture avec le maximum de liens que souhaite responsables, qui permettent aux lecteurs d’approfondir la connaissance du sujet.   

The singular universe and the reality of time

La renaissance du temps article 1: (Partie II chap. 8) Einstein insatisfait – L’erreur et le dilemme cosmologique

La renaissance du temps (Partie II chap. 9) Le défi cosmologique

La renaissance du temps article 3 (Partie II chap. 10) Nouveaux principes de cosmologie