Les limites de la connaissance.

Les limites de la connaissance.

La pensée.



Les limites de la connaissance 1) présentation

Cette page constitue la présentation de ce sujet. Les autres articles sont diffusés sous le libellé: "les limites de la connaissance".

La pensée.

Les limites de la connaissance.


Depuis toujours je suis émerveillé par la nature et ses mystères, avec laquelle je me suis éveillé par les images qui me restent encore du village de mon enfance et de son château (à voir dans l’article "Ma peinture huile: le village de mon enfance: Jumilhac le Grand en Périgord" -libellé peinture et fantastique). 


La science nous permettra-t-elle un jour de tout savoir? Ne rêve-t-elle pas d’une formule qui explique tout? N’y aurait-il rien qui entrave sa marche triomphale? Le monde deviendra-t-il transparent à l’intelligence humaine? Tout mystère pourra-il être à jamais dissipé?


Hervé Zwirn pense qu’il n’en n’est rien.La science, en même temps qu’elle progresse à pas de géant marque elle même ses limites. C’est ce que montre la découverte des propositions indécidables qui ont suivi le théorème de Gödel. Ou celle des propriétés surprenantes du chaos déterministe. Ou encore les paradoxes de la théorie quantique qui ont opposé Einstein et Bohr  en mettant en cause toute notre manière de penser.

L’analyse de ces limites que la science découvre à sa propre connaissance conduit à poser une question plus profonde: qu’est ce que le réel?


Je commence ici une série d’articles que j’intitule "les limites de la connaissance", où j’exprime mon questionnement et mes réflexions en partant de l’analyse qu’en  fait Hervé Zwirn. Ceci est le premier article.


1) La situation au 19ème siècle.

 Les savants pensent que la science est construite sur des fondations suffisamment assurées et solides pour que nous n’ayons pas à douter de la vérité des théories scientifiques. ils pensent que le monde qui nous entoure, tel que nous le percevons, constitue la réalité et qu’au moins en principe, la science est capable de décrire, de prédire, et d’expliquer la quasi-totalité de cette réalité. Si certains phénomènes échappent encore, ce n’est pas parce que la science ne peut pas les appréhender, mais uniquement les théories de l’époque ne sont pas achevées. Pour eux, il est certain que, peu à peu, les nouvelles avancées de la connaissance permettrons de diminuer la part de ce qui encore inconnu, imprévisible ou incompris, et que cette part devra finalement disparaître totalement, du moins devenir négligeable. Tel est l’avis de William Thomson, alias Lord Kelvin dans cette célèbre phrase:

          "La science physique forme aujourd’hui, pour l’essentiel, un ensemble parfaitement harmonieux, un ensemble pratiquement achevé."

Ces savants se trompaient pour de multiples raisons. Un des mes objectifs est de mettre en évidence, sinon d’expliquer ces raisons pour lesquelles l’idéal de perfection absolue qu’on pourrait souhaiter à priori pour la science ne peut être atteint. Selon cet idéal, la science devrait être certaine, c’est à dire qu’elle devrait être édifiée de telle sorte que nous ne devrions avoir aucun doute sur la cohérence de sa construction, ni sur celle de ce qu’elle nous apprend. Elle devrait aussi nous permettre de prédire, avec une précision arbitrairement grande, et sur des périodes aussi longues que l’on veut, l’évolution de tout système physique microscopique ou macroscopique. Cet idéal, qui peut être considéré comme asymptotique, suppose qu’aucune limite ou frontière infranchissable ne sépare l’état actuel de la science et l’état parfait qu’elle atteindra dans un futur plus ou moins proche.



2)  Situation au début du 20e siècle.

Les réflexions épistémologiques menées au début du 20ème siècle dans le but de comprendre la construction du discours scientifique et de justifier la croyance en sa solidité ont montré que les fondations de la science n’étaient pas aussi assurées qu’on l’avait cru. En fait, celles-ci se sont effondrées.

 A voir: les travaux du cercle de Vienne et l’empirisme logique, puis le programme de Hilbert et le "indécidables". Par la suite, le concept même de vérité d’une théorie a été remis en question et a dû être abandonné.


3) Notion de réalité extérieure.

La notion de réalité extérieure, indépendante de tout observateur, de toute théorie ou interprétation, et ressemblant à peu de choses près à ce que nous en percevons, doit être fortement remise en question, à la fois pour des raisons philosophiques et des considérations issues des développements récents de la physique. La notion de prédictibilité pour des phénomènes physiques a dû être reconsidérée et découplée de la notion de déterminisme. On découvre dorénavant de vastes territoires qui échappent et échapperont toujours à nos tentatives pour les connaître et les prédire. Il peut paraître paradoxal que la science découvre elle-même ses propres limites, mais la contradiction n’est que superficielle et c’est le sens de ma recherche que d’en découvrir la signification profonde et les implications.


4) Evolution du "savoir scientifique", limites intrinsèques, réalisme et monde quantique, doutes sur la réalité, que croire?

La progression du savoir scientifique s’est faite dans un sens qui montre que les espoirs de connaissance certaine et totale de l’univers physique sont vains. Il n’est plus possible de soutenir que le discours scientifique possède des fondations assurées en toute certitude, que la vérité des théories scientifiques peut être démontrée, que la science décrit une réalité extérieure et indépendante, et que la plus grande partie de l’univers peut être modélisée de manière à devenir accessible à la connaissance rationnelle. L’univers ne se laisse pas domestiquer par le discours formel et de grandes parties (et la plus grande partie?) de ce qui le constitue resteront à jamais hors de notre portée, aussi bien au niveau matériel qu’au niveau conceptuel.

Mais attention! Ce que pense Hervé Zwirn est qu’il ne s’agit nullement de défendre une position antirationnaliste laissant la porte ouverte à toute interprétation faisant croire que le travail scientifique est vain, voire faux, favorisant les idées qui pensent que l’échec de la science à occuper totalement la totalité du territoire de l’univers peut être pallié par des connaissances plus mystiques, ésotériques ou parapsychologiques. Ce que justement permet la science, elle est la seule construction rationnelle (voir en fin de cet article un commentaire sur la connaissance par philonett) à posséder ce pouvoir et elle permet de découvrir les raisons pour lesquelles ces territoires resteront à hors de notre portée et ces raisons montrent qu’il est vain de les appréhender par quelque moyen que ce soit. Ils nous échappent pour des raisons de complexité, de temps, de taille ou d’impossibilité matérielle qui découle des limitations de notre condition humaine.

Selon H. Zwirn, prendre conscience de ces limites du pouvoir scientifique et préciser où et en quoi résident ces limites est une avancée cognitive majeure qui fait progresser dans la connaissance épistémologique du discours scientifique et dans la connaissance philosophique des rapports l’homme et l’univers. Tirer avantage de cette imperfection pour en conclure que n’importe quel discours alternatif peut lui être substitué, serait une erreur du même ordre que celle du jeune marié, qui découvrant que son épouse n’est pas aussi parfaite qu’il le pensait, se précipiterait dans la rue pour choisir une autre femme au hasard!. La science, malgré ses limites reste la plus efficace des tentatives de compréhension, de description et de prédiction de la nature. 


5) Approche sur la conception du monde?

Quelle est l’approche sur la conception du monde qu’on est en droit d’adopter au vu des connaissances acquises aussi bien en épistémologie qu’en mathématiques, en logique et dans les sciences dites "empiriques" comme la physique. Il semble possible et souhaitable d’éliminer les positions qui, bien qu’encore soutenues quelquefois, ne sont en fait plus acceptables. Certaines conceptions sont contradictoires ou bien démenties par les faits.

Il faut abandonner beaucoup de croyances issues du sens commun, mais pas de manière erratique, et qu’il soit justifié par des considérations valides.

Une deuxième étape consiste à élaguer parmi les conceptions philosophiques en usage celles qui sont exclues an raison de ces considérations et à analyser les positions encore en lice.

La derrière étape consiste à se forger sa propre conception en utilisant tout ou partie des matériaux passés au travers le tamis de l’analyse, voire en formulant de nouveaux concepts sous la condition que ceux-ci passent à travers le tamis.

La controverse introduite par Sokal et Bricmont se rapporte "l’intrusion abusive" et erronée par de nombreux philosophes appelés "postmodernes", de résultats scientifiques sortis de leur contexte. Il est donc nécessaire de préciser dans quel sens doivent être entendus les résultats de ces analyses.


6) Résumé de la démarche de H. Zwirn.

*Dans un premier temps, il explicite les limites que les différentes disciplines ont permis de poser. Puis il propose une taxonomie de ces limites afin d’en déterminer le domaine de pertinence. ensuite il fait une analyse critique du panorama des principales positions philosophiques actuellement défendues. Et enfin, dans une approche prospective, il examine les conséquences épistémologiques, philosophiques et métaphysiques de cette analyse.


*Comment est-ce que je me situe par rapport à cette analyse?

Cette approche me permet de répondre à ma soif de connaissances, dont la source est mon émerveillement pour la nature et ses merveilles, depuis mon enfance. Elle correspond à mon questionnement sur ces mystères, première attitude du philosophe si j’en crois mes lectures, et aussi à l’attitude que j’ai toujours eu, chercher à expliquer "le monde".

Par ailleurs, dans la démarche que j’ai adoptée dans mes études, j’ai toujours refusé l’apprentissage "par coeur". Je veux savoir le "sens" et la signification "réelle" de ce que j’apprends. C’est peut-être explique que parfois, j’ai du mal à appliquer pratiquement ce qui m’est enseigné; il me faut du temps pour en assimiler toute la substance. Mais par le travail et l’amour du savoir, j’ai l’impression de connaître de plus en plus de choses.

C’est ce que je souhaite réaliser dans cette partie de mon blog. Ce travail progressif sera réalisé au cours articles rédigés progressivement.



L’ensemble des articles a pour but d’approfondir cette réflexion sur la connaissance et ses limitesEn préambule, voici un article que j’ai trouvé sur le net et qui donne quelques pistes de réflexion, le point de vue de Philonet.


Le point de vue de "PHILONET": voir http://philonet.free.fr/ S2.htm

La connaissance que nous avons du monde extérieur n’est-elle possible que par l’intermédiaire des sciences ? Celles-ci ne risquent-elles pas de limiter notre approche du réel ? En un mot, tout est-il dit lorsque les sciences ont parlé ?

Plan :

1- La spécificité et les limitations de l’approche du réel par les sciences ?

1.1  – Science, opinion et savoir-faire

§         – connaître et posséder, le renoncement aux illusions de la pensée magique (Bachelard)

§         – le savoir-faire  s’oppose au savoir penser (Alain)

§         – la science met en ordre les phénomènes du monde en y repérant des modèles rationnels

1.2  – Les exigences de l’approche rationnelle du réel 

§         – cohérence interne et externe, non-contradiction, nécessité, suffisance, nécessaire retour au réel, soumission au verdict de l’expérience

§         – empirisme naïf et construction rationnelle (Bachelard)

1.3  – Cependant, les sciences ne peuvent prétendre s’imposer comme savoir absolu sur le réel : les limites de la vérité dans les sciences : la falsifiabilité comme exigence incontournable de l’éthique scientifique. (Popper)

Conclusion partielle 1 : L’homme moderne, par le développement des sciences a su constituer un mode de connaissance original du réel : la connaissance scientifique a construit un monde à la mesure de la raison humaine. Loin d’un empirisme naïf, elle fait sienne cette maxime de Bachelard : rien n’est donné, tout est construit.

2- Le réel peut-il être réduit à ce que la science peut en connaître ?

            2.1 – La science réduit le réel à ce qui est rationalisable dans le réel :

§         analyse d’un exemple : un phénomène naturel, la foudre qui va être réduit dans une conception rationnel à un ensemble de relations causales et de phénomènes quantifiables, au détriment de ce que le sensible et l’imaginaire pourrait en dire.                   

2.2 – La science interpose entre le réel et nous un tissu d’idéalités qui nous la masquent

§         L’univers des sciences se coupe et s’éloigne de la réalité sensible et vécue par tous. Risque de ne voir dans la nature qu’un ensemble de relations déterminées

2.3 – La science, loin de résoudre la solitude ontologique de l’homme risque de la renforcer : elle prend le parti de l’intelligible contre le sensible, du concept contre le percept (Bergson)

Conclusion partielle 2 : la connaissance scientifique voulait nous rapprocher du réel, mais elle ne le peut qu’au prix d’une réduction et d’une simplification. Pire, elle substitue au monde réel une construction rationnelle qui nous en masque l’essence.

3 – D’autres connaissances du réel sont-elles possibles ? sont elles opposables à la science ?

3.1 – La connaissance pratique et le savoir-faire

§         le savoir faire a sa grandeur : noblesse et spiritualité de l’outil (Aristote)

§         Notons qu’il n’est pas totalement indépendant de la science

§         l’homme prométhéen : s’emparer du réel pour le transformer (Descartes)

3.2 – La connaissance métaphysique et morale

§         Le réel et son dépassement : la quête du sublime (Hegel)

§         Donner sens et valeur au monde réel

§         Répondre à la question « pourquoi » là où la science ne peut que répondre à la question « comment »3.3  - L’approche esthétique du monde constitue-t-elle un  « savoir de ce monde » ?

§         L’art, et l’art est capable de combler le gouffre qui nous sépare du réel en constituant entre lui et nous une « tierce réalité, l’œuvre d’art. (Huyghe)

        L’art comme élargissement de la perception (Bergson)

Conclusion partielle 3 : Là où la science échoue partiellement dans son désir de nous faire connaître le monde dans son ipséité, d’autres modes de connaissance peuvent développer d’autres points de vue possibles sur le réel.

 Conclusion :

On ne peut donc limiter notre connaissance du réel à la seule connaissance scientifique. Celle-ci a sa grandeur, mais ne témoigne que d’un seul type d’approche des phénomènes du monde, auquel on ne peut limiter notre regard sur le réel. L’homme ne sait où se mettre et l’erreur humaine ne fait qu’un avec l’errance (Canguilhem), il ne sait comment regarder le monde : la pluralité des approches résulte de cette solitude ontologique qu’il revient à l’ensemble des productions culturelles, et pas seulement à la science, de combler


5 réflexions sur “Les limites de la connaissance.

  1. Woah! I’m really digging the template/theme of this website. It’s simple, yet effective.
    A lot of times it’s difficult to get that "perfect balance" between user friendliness and visual appearance. I must say you’ve
    done a awesome job with this. Additionally, the blog loads extremely fast for me on Internet explorer.
    Excellent Blog!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s